Language   

Il vecchio e il bambino [Fiaba primitivista]

Ahmed il Lavavetri
Language: Italian

List of versions


Related Songs

Il disertore del lavoro
(Ahmed il Lavavetri)
Il vecchio e il bambino
(Francesco Guccini)
L'ora del porcile
(Ahmed il Lavavetri)


[06-05-2020]
Parole / Lyrics / Paroles / Sanat: Ahmed il Lavavetri
Musica / Music / Musique / Sävel: Francesco Guccini, Il vecchio e il bambino, 1972

John Zerzan.
John Zerzan.
Somewhere in the Pianura Padana, year 2081.

Un vecchio e un bambino si preser per mano
e andarono insieme incontro alla sera,
il polline giallo si alzava coi vènti
e il PIL non saliva dal duemilavénti.
L'immensa pianura tutta pullulava
di greggi di capre, e si barattava
il latte e il formaggio per fave e fagioli,
per dar da mangiare a mogli e figliuoli.

I due camminavano, il giorno cadeva,
il vecchio parlava e un poco godeva
pensando all'età della sua giovinezza,
lavoro precario, che grande schifezza.
Pensava a que' tempi dei suoi vent'anni,
virologi, social ed altri malanni,
non c'era più niente, tutto scollegato,
tornati felici a un remoto passato.

Il vecchio diceva, l'aria sbarazzina:
“Immagina il nonno con la mascherina,
il nonno e la nonna sempre distanziati,
le file alla posta e ai supermercati.
E in questa pianura, laggiù oltre il ponte,
s'aspettava il prossimo decreto Conte, [1]
gli aiuti concreti degli eurotromboni,
tracciati con le app per fare i tamponi...”

Il bimbo ristette giocando con l'occhio
a seguir felice un vispo ranocchio,
e poi disse al vecchio con molto sollazzo:
“Nonnino, era proprio un bel mondo del cazzo...!”
[1] var.

E in questa pianura, fin dove si perde,
fioccavan decreti di governi e merde

2020/5/6 - 10:10



Language: French

Version française – LA FABLE DU VIEUX ET DE L’ENFANT – Conte primitiviste – Marco Valdo M.I. – 2020
Chanson italienne – Il vecchio e il bambino [Fiaba primitivista] – Ahmed il Lavavetri – 2020

Paroles : Ahmed il Lavavetri
Musique : Francesco Guccini, Il vecchio e il bambino, 1972
2020 : Chansonnier du Coronavirus

Dialogue Maïeutique

Désert de plaine (2084)<br />
d'après Filippo de Pisis (1921)
Désert de plaine (2084)
d'après Filippo de Pisis (1921)


Comme tu vas le voir ci-après, Lucien l’âne mon ami, je viens de terminer la version française d’une chanson italienne de notre ami Ahmed il Lavavetri, autrement dit Ahmed le Lavevitre, le laveur de carreaux, alias, alias. On dira ici pour simplifier Ahmed, afin de préserver son anonymat.

Oh, dit Lucien l’âne, je vois très bien qui c’est ce personnage. C’est un comme nous, un hétéronyme, chose prisée dans le monde de la chanson intelligente et extelligente. Pour les autres auteurs ou chanteurs, il y a le pseudonyme, qui leur sert de masque. Il faut dire que le masque est fort à la mode ces temps-ci.

Tu fais bien, dit Marco Valdo M.I., de parler de l’étrange coutume du temps présent, car c’est un peu le sujet de la chanson. Le masque : la chanson est elle-même une parodie, ce qui dans son domaine est aussi un masque. Donc une parodie d’une chanson ancienne (1972 – à l’heure où je te parle, ça près de cinquante ans, un demi-siècle) de Francesco Guccini qui s’intitulait tout pareillement Il vecchio e il bambino – Le Vieux et l’Enfant et cette circonstance m’a poussé à en faire également la version française.

En soi, Marco Valdo M.I. mon ami, ce n’est pas une mauvaise chose que de faire connaître en français une chanson de Francesco Guccini, lequel comme tous les auteurs italiens de chansons de qualité est assez peu connu dans les régions de langue française, sauf peut-être dans l’émigration italienne et sa proche descendance.

Dès lors, Lucien l’âne, pour distinguer ces deux chansons qui auraient sans ça porté le même titre, Ahmed a ajouté la mention « Fabia primitivista ». Ce que je n’ai pas fait ; j’ai finalement opté pour « LA FABLE DU VIEUX ET DE L’ENFANT – Conte primitiviste ». L’essentiel est cependant ailleurs ; il est dans l’histoire elle-même que je te résume : un vieux et un enfant se promènent dans un paysage désolé et le vieux raconte à l’enfant les souvenirs de ses vingt ans.

Certes, dit Lucien l’âne, ça ne m’étonne pas : les vieux racontent souvent aux enfants les souvenirs de leur propre enfance et de leur jeunesse.

Oui, c’est souvent le cas, dit Marco Valdo M.I., mas pas toujours. Passons ! L’affaire est que ce vieux avait eu ses vingt ans cette année-ci. Je la sais, car j’ai compté à partir de la mention préliminaire qui dit : « Quelque part dans la plaine padane en 2084. » J’en ai tiré la conclusion que : primo, le vieux était né en 2000 ; deuzio, qu’il a 84 ans ; troizio qu’il avait donc 20 ans en 2020. J’ai peut-être raisonné dans un autre ordre, mais enfin, tout est venu d’un coup. Donc, le vieux (un jeune de ces jours-ci) raconte la vie d’aujourd’hui à un enfant de demain et même, si tu veux mon avis, d’après-demain, le tout dans un décor pas très enthousiasmant. Même si j’ai tendance à penser que c’est encore fort optimiste et qu’au train où on y va, à ce moment-là, il risque de n’y avoir plus grand-chose et plus grand monde dans la plaine padane carbonisée par le soleil. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai introduit – et j’espère qu’Ahmed ne m’en voudra pas, j’espère d’ailleurs toujours que les auteurs ne m’en veulent pas de mes versions assez baroques – en lieu et place du crapaud (vispo ranocchio), deux escargots qui s’en vont à un enterrement (Chanson des escargots qui vont à l'enterrement‎), une coutume rituelle provisoirement suspendue pur l’instant.

Oui, dit Lucien l’âne, j’ai appris ça. Il paraît même qu’on n’a plus de places pour entasser les cadavres en attente. Mais de mémoire d’un âne, ce n’est pas la première fois que ça arrive et ce n’est même pas la pire. Tiens, à propos de cadavre, ça me rappelle ce roman où il faut conduite le cadavre de Dieu (alias Jéhovah) au Pôle Nord pour conserver son corps gigantesque, long de plusieurs kilomètres. Si je me souviens exactement, ce roman porte comme titre « Towing Jehovah » (en français, En remorquant Jéhovah) et a comme auteur, l’écrivain étazunien James Morrow. Quant à nous, tissons le linceul de ce vieux monde croulant, triste, écervelé et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.
LA FABLE DU VIEUX ET DE L’ENFANT - Conte primitiviste

Quelque part dans la plaine padane en 2084.

Un vieux et un enfant se tenant la main
Allaient ensemble sur le chemin.
La poussière jaune s’élevait dans le vent,
La croissance stagnait depuis longtemps.
La plaine immense pullulait
De chèvres et les femmes barattaient le lait,
Pressaient le fromage, cueillaient les haricots
Pour nourrir grands et petiots.

Les deux cheminaient, le jour tombait,
Le vieux parlait et souriait
En pensant à l’âge de sa jeunesse,
Quand il travaillait pour la peau des fesses.
Il pensait au temps de ses vingt ans,
Aux virologues, au confinement et autres événements,
Il ne restait plus rien, tout était décadent,
Tout était revenu au passé lointain. Heureusement !

Le vieux disait, l’air enjoué :
« Imagine pépé masqué,
Pépé et mémé toujours éloignés,
Les files à la poste et au supermarché.
Et dans cette plaine, passé le pont,
On trouvait le pouvoir et ses institutions,
Ses décrets et l’aide des autres nations,
Qu’on regardait avec circonspection. »

Le gamin s’arrêtant et de l’œil,
Lorgnant heureux deux escargots en deuil,
Dit au vieux en lâchant la bonde :
« Grand-père, c’était un joli monde… ! »

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2020/5/7 - 21:36


complimenti, unico appunto: al bambino non potrebbe fare effetto nominare un qualsiasi capo di governo di 60 anni prima, io terrei l'originale E IN QUESTA PIANURA FIN DOVE SI PERDE, pensa che bella rima che viene spontanea subito dopo!!

Flavio Poltronieri - 2020/5/6 - 12:07


Sinceramente: ci avevo pensato, sia a tenere il verso originale, sia alla rima spontanea che viene dopo. Farò una variante ad libitum (q.v.)

Ahmed il Lavavetri - 2020/5/6 - 12:16


Perfetto, così acquisisce in più una indubbia condivisibilità internazionale che la rende anche più appetibile per eventuali traduzioni, campo sempre a noi molto caro!

Flavio Poltronieri - 2020/5/6 - 13:11



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org