Language   

Ultima risata

Alessio Lega
Language: Italian

List of versions


Related Songs

Frizullo
(Alessio Lega)
La mia barba
(Alfredo Bandelli)
Ai funerali del pirata
(Alessio Lega)


(2021)
Parole e musica: Alessio Lega

Video: Raffaele Rago

TG Suite - La Cronaca Cantata, bando "Open City 2021"
Comune di Scandicci

Khasha Zwan


dedicata al comico afgano Khasha Zwan.

Illustrazione di Sergio Staino
Illustrazione di Sergio Staino
Poiché mi pare si volga alla fine
Dello spettacolo sempre in orario
Prima di attraversare il confine
E di sparirmene dietro il sipario

È doveroso per me ringraziare
Tutti gli attori di questa serata
Ci si rivede se non si muore
Se non si muore per una risata

Prima dell’ultima risata

Ora c’ho l’auto già sotto che aspetta
Con quattro tizi barbuti ed armati
Fanno i tranquilli ma so che hanno fretta
Chissà se i boia oggi sono pagati

Che bella scorta che gran finale
Per un ignoto comico afgano
Mentre il mio video diventa virale
Io me ne sono già andato lontano

Sui vostri schermi ormai sono lontano

Più in generale, grazie ai talebani
Con questi loro fucili cazzuti
E tutto il mondo si lava le mani
Ma qualcheduno glieli ha pur venduti

Con tre granate fanno il fritto misto
Un aereoporto e due Budda preziosi
Penso a Maometto, povero cristo
Per i fanatici suoi più merdosi

Chissà come odia questi merdosi

E poi ringrazio anche gli americani
Che son partiti da qui l’altro ieri
Noi da vent’anni si aspetta domani
Dentro la pace dei cimiteri

La loro bella democrazia
Tutta imballata ce l’hanno esportata
Come il servizio da tè della zia
È nuova nuova, non sembra mai usata

È proprio nuova, non l’hanno mai usata

Infine grazie alla morte col burqa
Quand’è arrivata col taglio alla gola
“Occhio alla lama - le ho detto - è un po’ sporca”
Una sola battuta che il tempo ormai vola

Ha detto “oplà” e poi ero già morto
Ha fatto un unico cenno deciso
Sai qui le donne hanno il volto coperto
Però mi è parso che mi abbia sorriso.

Ma dagli occhi m’è parso
che mi abbia sorriso

2021/9/19 - 17:46



Language: French

Version française – LE DERNIER SOURIRE – Marco Valdo M.I. – 2021
Chanson italienne – Ultima risata – Alessio Lega – 2021

Paroles et musique : Alessio Lega
Video : Raffaele Rago

TG Suite – La Cronaca Cantata, bando « Open City 2021"
Comune di Scandicci

Dédiée au comique afghan Khasha Zwan.

Dialogue maïeutique

LA MORT  <br />
D'après Paul Kidby – 2014
LA MORT
D'après Paul Kidby – 2014


Je vais commencer notre petit dialogue maïeutique, autant dire « accoucheur de pensée » par une citation, dont je laisserai à chacun le soin de l’interpréter par rapport à l’assassinat qu’évoque la chanson. Pour ta gouverne, je rappelle que fin juillet 2021, le citoyen afghan Fazal Mohammad, mieux connu par ses fans sous le nom de « Khasha Zwan », était assassiné par les talibans. C’était un humoriste, un comique, un homme plein d’ironie et de rire et comme pour les amis de Charlie-hebdo, c’était ce que lui reprochaient fondamentalement les talibans.

Ah, dit Lucien l’âne, ces talibans, ce sont des bouchers.

Tu ne crois pas si bien dire, Lucien l’âne mon ami. Voici maintenant ma citation, elle fut écrite en 1937 par Jacques Prévert, pour le dialogue d’un film intitulé Drôle de Drame.

Pour un drôle de drame, c’est un drôle de drame. Avec tout ce qui se passe en Afghanistan, c’est le cas de le dire, dit Lucien l’âne.

Donc, reprend Marco Valdo M.I., la citation – c’est William Kramps, le tueur de bouchers qui parle :

« Vous comprenez : moi, dans le fond, ça m’arrange de tuer les bouchers parce que – de ma nature, je suis plutôt sensible ; je n’ai jamais fait de mal à une mouche. J’aime bien les bêtes, j’ai une passion pour les animaux tandis que les bouchers, eux, ils les tuent les animaux. Alors moi, je tue les bouchers. Et puis, je leur prends leur argent aux bouchers, puisqu’ils tuent les animaux et que moi, je les aime les animaux, je n’ai pas de remords, vous comprenez. Un peu d’argent, un boucher de temps en temps, un peu de soleil et un peu d’amour. »


Si j’ai bonne mémoire, dit Lucien l’âne, l’acteur qui joue le rôle de William Kramps est Jean-Louis Barrault. Et bien évidemment, je vois très clairement qui sont les bouchers quand il s’agit d’imposer la religion. Et j’en sais quelque chose, moi qui parcours le monde depuis la plus haute Antiquité ; j’ai toujours vu les massacres et les exactions perpétrées au nom des religions, des croyances, des dogmes et autres hallucinations.

C’est bien Jean-Louis Barrault - Jean-Louis Barrault qui dit Moi, je tue les bouchers.



Tout ça, dit Marco Valdo M.I., c’était pour introduire la chanson d’Alessio Lega et la version française que je viens de finir. Là aussi, il convient d’interpréter et de réfléchir doublement. Cela dit, il est possible que la version française soit légèrement décalée par rapport à la chanson italienne ; mais c’est le cas de quasiment toutes les versions. Celle-ci est assez fidèle cependant.

À voir le nombre de chansons d’Alessio Lega que nous avons déjà vues ici, il n’y a pas à s’y tromper ; nous on doit partager une certaine vision des choses avec lui. Cela dit, la chanson, que dit-elle ?, demande Lucien l’âne. En substance.

Elle se présente comme une mise en scène, répond Marco Valdo M.I. ; comme la mise en scène de la dernière scène d’un artiste comique, conscient de ce qui l’attend. Lue ainsi, la première strophe est terrible :

« Comme c’est la fin bientôt
De ce spectacle bien minuté,
Avant de vous quitter
Et de disparaître derrière le rideau ».


Effectivement, dit Lucien l’âne. Tout est dit ou presque.

La fin aussi, Lucien l’âne mon ami, est grande d’effroi et glaçante. La mort, en burqa, vient chercher l’artiste et derrière son paravent, la dame en noir sourit. Enfin, l’acteur aime à le penser.

« Elle a fait un seul signe de tête encor
Elle a dit “Hop là” et j’étais déjà mort.
Ici, les femmes ont un visage secret
Pourtant, j’ai cru qu’elle me souriait.

Mais de ses yeux, j’aurais dit
Qu’elle me sourit. »


Si je comprends bien, dit Lucien l’âne, entre ces deux strophes, il y a le reste de la chanson.

Exactement, enchaîne Marco Valdo M.I., et comme il en va d’ordinaire ici, on le laissera dans l’ombre afin que chacun puisse en faire sa religion.

Très drôle, dit Lucien l’âne, ce « en faire sa religion » ; un paradoxe comique pour nous qui somme athées, anticléricaux et obstinément irréligieux ; le tout, par souci de liberté. En ce qui concerne d’ailleurs, ça fait des siècles que je fuis à travers le monde ceux qui voudraient me contraindre à leurs pratiques. Dès lors, tissons le linceul de ce vieux monde croyant, crédule, religieux, oppressant et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
LE DERNIER SOURIRE

Comme c’est la fin bientôt
De ce spectacle bien minuté,
Avant de vous quitter
Et de disparaître derrière le rideau,

Je voudrais remercier déjà
Tous les acteurs de ce gala.
On se reverra, si on ne meurt pas ;
Si de rire, vous ne mourez pas

Avant mon dernier rire, avant.

Pour l’heure, en bas, une voiture m’attend
Avec quatre types barbus et armés.
Ils friment, mais ce sont des gens pressés.
Qui sait si les bourreaux sont payés à présent ?

Quelle belle escorte ! Quelle grande finale !
Pour un comédien afghan inconnu.
Ma vidéo devient virale,
Moi, je suis n’y suis déjà plus.

Sur vos écrans, je suis parti depuis longtemps.

Plus généralement, grâce aux Talibans
Avec leurs fusils tordus ?
Le monde entier s’en fout complètement,
Mais quelqu’un les leur a vendus

Avec trois grenades, ils font une friture
D’un aéroport et deux bouddhas.
Je pense à Mahomet, le pauvre gars
Avec ses fanatiques, de vraies ordures.

Qui sait s’il condamne ces ordures ?

Et je remercie aussi les Américains
Qui sont partis d’ici avant-hier ;
Depuis vingt ans, nous attendons le lendemain
Dans la paix des cimetières.

Comme un cadeau, ils nous ont envoyé
Leur belle démocratie si renommée
Emballée comme la théière de leur mémé,
Toute neuve, on dirait qu’elle n’a jamais été utilisée.

Tellement neuve, on ne l’a jamais utilisée.

Grâce à la mort sous burqa, quelle finale !
Pour me trancher la gorge, elle était devant moi :
J’ai dit : « Attention à la lame – elle est sale ».
Je n’ai pu dire que ça, car le temps avait fui déjà.

Elle a fait un seul signe de tête encor
Elle a dit “Hop là” et j’étais déjà mort.
Ici, les femmes ont un visage secret
Pourtant, j’ai cru qu’elle me souriait.

Mais de ses yeux, j’aurais dit
Qu’elle me sourit.

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2021/9/24 - 11:43



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org