Language   

Pier Paolo Pasolini: La recessione

GLI EXTRA DELLE CCG / AWS EXTRAS / LES EXTRAS DES CCG
Language: Italian

List of versions


Related Songs

C'è forse vita sulla terra?
(Pier Paolo Pasolini)
Ballata delle madri
(Pier Paolo Pasolini)
Le baccanti
(Alice)


[1974]
Versi di Pier Paolo Pasolini, da “La nuova gioventù. Seconda forma de ‘La meglio gioventù’” (Einaudi, 1974).
Il testo originario nacque in friulano, con traduzione italiana dello stesso Pasolini, che poi ne scrisse una nuova versione perché potesse essere cantato.
Messa in musica da Mino De Martino (1944-), cantautore, compositore e paroliere e interpretata da Alice, prima nel suo disco del 1992 intitolato “Mezzogiorno sulle Alpi”, poi nel disco collettivo “Luna di giorno - Le canzoni di Pier Paolo Pasolini” del 1995.

Mezzogiorno sulle Alpi

Luna di giorno

Non una canzone contro la guerra, ma una possibile lettura del tempo che sta per venire o, forse, stiamo già vivendo…
Rivedremo calzoni coi rattoppi
rossi tramonti sui borghi
vuoti di macchine
pieni di povera gente che sarà tornata da Torino o dalla Germania
I vecchi saranno padroni dei loro muretti come poltrone di senatori
e i bambini sapranno che la minestra è poca e che cosa significa un pezzo di pane
E la sera sarà più nera della fine del mondo e di notte sentiremmo i grilli o i tuoni
e forse qualche giovane tra quei pochi tornati al nido tirerà fuori un mandolino
L'aria saprà di stracci bagnati
tutto sarà lontano
treni e corriere passeranno ogni tanto come in un sogno
E città grandi come mondi saranno piene di gente che va a piedi
con i vestiti grigi
e dentro gli occhi una domanda che non è di soldi ma è solo d'amore
soltanto d'amore
Le piccole fabbriche sul più bello di un prato verde
nella curva di un fiume
nel cuore di un vecchio bosco di querce
crolleranno un poco per sera
muretto per muretto
lamiera per lamiera
E gli antichi palazzi
saranno come montagne di pietra
soli e chiusi com'erano una volta
E la sera sarà più nera della fine del mondo
e di notte sentiremmo i grilli o i tuoni
L'aria saprà di stracci bagnati
tutto sarà lontano
treni e corriere passeranno
ogni tanto come in un sogno
E i banditi avranno il viso di una volta
con i capelli corti sul collo
e gli occhi di loro madre pieni del nero delle notti di luna
e saranno armati solo di un coltello
Lo zoccolo del cavallo toccherà la terra leggero come una farfalla
e ricorderà ciò che è stato, in silenzio, il mondo
e ciò che sarà.

Contributed by Bernart Bartleby - 2014/2/7 - 12:52




Language: Friulian

LA RECESSIONE

I jodarìn borghèssis cui tacòns;
tramòns ros su borcsvuèis di motòurs
e plens de zòvinsstrassòns
tornàas da Turin o li Germàniis.

I vecius a saràn paròns dai so murès
coma di poltronis di senatòurs;
i frus a savaràn che la minestra a è pucia,
e se c'ha val un toc di pan.

La sera a sarà nera coma la fin dal mond,
di not si sentiràn doma che i gris
o i tons; e forsi, forsi, qualchi zòvin
- un dai pus zòvins bons turnàas al nit -

a tirarà fours un mandulìn. L'aria
a savarà di stras bagnàs. Dut
a sarà lontàn. Trenos e corieris
a passaràn di tant in tant coma ta un siun.

Li sitàs grandis coma monds
a saràn plenis di zent ch'a vas a piè
cui vistìs gris, e drenti tai vuj
'na domanda, 'na domanda ch'a è,

magari, di un puc di bès, di un pàssul plasèir,
ma invessi a è doma di amòur. I antics palàs
a saràn coma montaglia di piera
soj e sieràs, coma ch'a erin ièir.

Li pìssulis fabrichis tal pì bièl
di un prt verd ta la curva
di un flun, tal còur di un veciu
bosc di roris, a si sdrumaràn.

un puc par sera, murèt par murèt
lamiera par lamiera. I bandìs
(i zòvin tornàs a ciasa dal mond
cussì divièrs da coma ch'a èrin partìs)

a varàn li musis di 'na volta,
cui ciaviej curs e i vuj di so mari
plens dal neri da li nos di luna -
e a saràn armàs doma che di un curtìa.

Il sòcul dal ciavàl al tociarà
la ciera, lizèir coma 'na pavèa,
e al recuardarà se ch'al è stat,
in silensiu, il mond e chel ch’al sarà.

Contributed by Bernart Bartleby - 2014/2/7 - 12:55




Language: Italian

LA RECESSIONE

Vedremo calzoni coi rattoppi; tramonti rossi su borghi vuoti di motori e pieni di giovani straccioni tornati da Torino o dalla Germania.

I vecchi saranno padroni dei loro muretti come di poltrone di senatori; i bambini sapranno che la minestra è poca, e quanto vale un pezzo di pane.

La sera sarà nera come la fine del mondo, di notte si sentiranno solo i grilli o i tuoni; e forse, forse, qualche giovane (uno dei pochi giovani buoni tornati al nido)

tirerà fuori un mandolino. L’aria saprà di stracci bagnati. Tutto sarà lontano. Treni e corriere passeranno di tanto in tanto come in un sonno.

Le città grandi come mondi saranno piene di gente che va a piedi, coi vestiti grigi e dentro gli occhi una domanda, una domanda che è,

magari, di un po’ di soldi, di un piccolo aiuto, e invece è solo di amore. Gli antichi palazzi saranno come montagne di pietra, soli e chiusi, com’erano una volta.

Le piccole fabbriche sul più bello di un prato verde, nella curva di un fiume, nel cuore di un vecchio bosco di querce, crolleranno

un poco per sera, muretto per muretto, lamiera per lamiera. I banditi (i giovani tornati a casa dal mondo così diversi da come erano partiti)

avranno i visi di una volta, coi capelli corti e gli occhi di loro madre, pieni del nero delle notti di luna - e saranno armati solo di un coltello.

Lo zoccolo del cavallo toccherà la terra, leggero come una farfalla, e ricorderà ciò che è stato, in silenzio, il mondo e ciò che sarà.

Contributed by Bernart Bartleby - 2014/2/7 - 12:57




Language: French

Version française – LA RÉCESSION – Marco Valdo M.I. – 2020
Chanson italienne – La recessione – Pier Paolo Pasolini – 1974
Texte de Pier Paolo Pasolini, tirés de ‘La meglio gioventù’” (Einaudi, 1974).
Le texte original avait été écrit en frioulan, avec une traduction italienne par Pasolini lui-même, qui a ensuite écrit une nouvelle version pour qu’elle puisse être chantée.
Musique – Mino De Martino
Interprétation – Alice, d’abord dans son album "Mezzogiorno sulle Alpi" en 1992, puis dans l’album collectif "Luna di giorno – Le canzoni di Pier Paolo Pasolini" en 1995.

Dialogue maïeutique

Pier Paolo Pasolini<br />
Autoportrait 1947
Pier Paolo Pasolini
Autoportrait 1947


Cette fois, Lucien l’âne mon ami, même si elle s’intitule « La Récession », il ne faudra pas s’y tromper et imaginer que cette chanson puisse s’appliquer aux jours d’aujourd’hui, ni même à ceux de demain.

Ah bien, dit Lucien l’âne, tu penses qu’il n’y aura pas de récession prochainement. Ce n’est pas l’avis des spécialistes, des économistes, des prévisionnistes et des journalistes.

Halte-là, Lucien l’âne mon ami, je n’ai pas dit ça. J’ai seulement dit que cette chanson « Récession » de PPP (Pier Paolo Pasolini), publiée en 1974, ne s’applique pas à la situation présente ; ce qui est tout autre chose. De quoi causait PPP en 1974 quand il évoquait la récession et de quoi peut-on parler aujourd’hui qu’on pourrait mettre sous le même vocable ?

Oui, en effet, dit Lucien l’âne en riant, je me le demandais aussi.

Heu, dit Marco Valdo M.I. un peu décontenancé, Pasolini écrit ce texte au sortir d’une période de forte expansion et de relance économiques consécutives à la guerre – période que curieusement on a appelé le « boum » ; cette période s’étale grosso-modo de 1946-47 à 1970. La machinerie économique tourne à plein régime, mais déjà en son sein s’installe progressivement à partir des années 50, une récession, une vraie récession, celle dont parle Pasolini. Cette récession était elle aussi la conséquence de la guerre. Je m’explique : par exemple, au sortir de la guerre, il a fallu refaire les infrastructures de transport et de production, il a fallu rebâtir les villes et les usines. On a eu besoin d’énormes quantités de rails, de wagons, de poutrelles, de ciment, de charbon, de minerais, etc. Et au plus vite, les appétits étaient immenses. Il en alla de même du blé, des patates, des légumes, des fruits, de la viande, etc. Puis, il a fallu rééquiper les gens, les rhabiller, les rechausser et ensuite, le niveau moyen des revenus s’élevant du fait du quasi-plein emploi , il y eut la possibilité de nouvelles dépenses et l’envie de nouveaux objets : frigo-auto-radio, télé, machines à laver et une demande de loisirs. Toutes les fringales connurent un pic vers 1960, puis une sorte de palier, dont elles ne sont jamais descendues.

C’est sans doute la naissance de la société de consommation, dit Lucien l’âne de la voix de l’élève appliqué.

Oui, effectivement, dit Marco Valdo M.I. ; mais, comme je te l’ai dit, à partir de 1950, la machine commençait à donner des signes d’essoufflement et de fait, il n’y avait plus besoin de tant de rails, de tuyaux, de wagons. Les infrastructures étaient refaites. Pour commencer, on ferma les charbonnages et le reste de l’industrie suivi progressivement. La sidérurgie et les fabrications métalliques, et les verreries ont suivi le mouvement de quelques années. C’est de cette récession que parle la chanson de PPP. Elle est d’ailleurs toujours en cours. Ce n’était assurément pas une crise, il s’agissait d’une évolution ; dans nos régions, on passait d’un monde industriel lourd à un autre plus évanescent ; doublement, tout semblait se dissoudre et renaître dans le lointain. Dès lors, cette récession n’est en rien comparable à ce qui se passe aujourd’hui ou demain. Certes, il faudrait nuancer, mais à la grosse, c’était ça.

Bien, dit Lucien l’âne, je veux bien le penser, mais si tu pouvais un peu argumenter.

C’est assez simple, Lucien l’âne mon ami, car pour le moment, si une récession est en cours ou va se développer, elle ne va pas durer ; j’aurais tendance cette fois à parler de crise ; un peu comme si le monde des humains était grippé. Bien sûr, il va y avoir du dégât, mais il y aura aussi la reprise – plus ou moins rapide, qui n’était pas du tout possible dans la récession évoquée par PPP. Par exemple, les centaines de milliers d’emplois de mineurs et d’ouvriers de l’industrie lourde du siècle dernier ont disparu et ne seront jamais réactivés ; c’est assez comparable à la disparition de la main d’œuvre agricole, qui avait cependant mis beaucoup plus de temps à se résorber, absorbée par les usines, les mines, les carrières, la (re)construction, les grands travaux.

Oh, dit Lucien l’âne, te voilà bien savant et sans doute, as-tu raison. Cependant, il nous faut faire court, car il est temps de tisser le linceul de ce vieux monde désuet, essoufflé, obèse et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
LA RÉCESSION

Nous reverrons des pantalons rapiécés,
Des crépuscules rouges sur les chemins
Des villages de leurs autos vidés,
Assiégés de pauvres rentrés
D’Allemagne ou de Turin.
Les vieux resteront maîtres
De leurs murs et de leurs sièges de sénateurs.
Les enfants sauront que la soupe est rare
Et ce que signifie un morceau de pain sans beurre.
La nuit sera plus noire que la fin du monde,
La nuit, nous entendrons les grillons ou le tonnerre.
Et un jeune, peut-être revenu d’une mine,
De retour au bercail, sortira une mandoline.
L’air aura un goût de loques trempées,
Tout sera loin. Dans les fumées,
Des trains et des bus passeront
Parfois comme dans un rêve
Et des villes grandes comme des mondes
Se rempliront de gens qui se promèneront
En vêtements gris
Et ils auront
Dans leurs yeux aigris
Une question qui ne porte pas sur l’argent,
Mais seulement, seulement
Sur l’amour, sur l’amour,
Uniquement l’amour.
Les petites usines sur la plus belle partie
De vertes prairies,
Dans un coude de la rivière,
Au cœur d’une vieille chênaie,
S’effondreront peu à peu à la soirée :
Mur par mur, pierre après pierre,
Feuille tôlée par feuille tôlée.
Et les vieux bâtiments
Seront des montagnes de pierre,
Seuls et clos comme ils étaient avant.
Le soir sera plus noir que la fin du monde
Et la nuit, nous entendrons les grillons grésillant
Ou le tonnerre qui gronde.
L’air aura un goût de loques trempées,
Tout sera loin. Dans les fumées,
Des trains et des bus passeront
Parfois comme dans un rêve.
Les bandits auront leur vieux front
Avec leurs cheveux courts sur la nuque
Et les yeux de leur mère
Pleins du noir des nuits de lune
Et ils seront armés d’une seule lame.
Le sabot du cheval touchera la terre
De la démarche légère
Du papillon et rappellera
Ce que le monde
A été, en silence, le monde
Et pressentira ce qui sera.

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2020/4/21 - 17:01



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org