Language   

Les électeurs

Gaston Couté
Language: French

List of versions


Related Songs

Celui qui a mal tourné
(Georges Brassens)
La Charlotte prie Notre-Dame durant la nuit du Réveillon
(Jehan Rictus)
Les Conscrits
(Gaston Couté)


‎[1899]‎
Versi di Gaston Couté.‎
Il primo a mettere in musica questa poesia fu nel 1930 tal E. Boyer, compositore afferente il Théâtre ‎Sarah-Bernhardt di Parigi, oggi Théâtre de la Ville. In seguito l’hanno interpretata Vania Adrien ‎Sens, Bernard Meulien, Claude Féron e Christian Deschamps, tra gli altri.‎




Cazzo, le città sono già tappezzate di faccioni!‎
Ah ! bon Guieu qu'des affich's su' les portes des granges !
C'est don' qu'y a 'cor queuqu' baladin an'hui dimanche
Qui dans' su' des cordieaux au bieau mitan d'la place ?
Non, c'est point ça !... C'tantoût on vote à la mairie
Et les grands mots qui flût'nt su' l'dous du vent qui passe :
Dévouement !... Intérêts !... République !... Patrie !...
C'est l'Peup' souv'rain qui lit les affich's et les r'lit...

‎(Les vach's, les moutons,
Les oué's, les dindons
S'en vont aux champs, ni pus ni moins qu'tous les aut's jours
En fientant d'loin en loin l' long des affich's du bourg.)

Les électeurs s'en vont aux urn's en s'rengorgeant,
‎" En route !... Allons voter !... Cré bon Guieu ! Les bounn's gens !...
C'est nous qu'je t'nons à c't'heur' les massins d'la charrue,
J'allons la faire aller à dia ou ben à hue !
Pas d'abstentions !... C'est vous idé's qui vous appellent...
Profitez de c'que j'ons l'suffrage univarsel ! "

‎(Les vach's, les moutons,
Les oué's, les dindons
Pàtur'nt dans les chaum's d'orge à bell's goulé's tranquilles
Sans s'ment songer qu'i's sont privés d'leu's drouéts civils.)

Y a M'sieu Chouse et y a M'sieu Machin coumm' candidat.
Les électeurs ont pas les mêm's par's de leunettes :
‎- Moué, j'vot'rai pour c'ti-là !... Ben, moué, j'y vot'rai pas !...
C'est eun' foutu crapul' !... C'est un gas qu'est hounnéte !...
C'est un partageux !... C'est un cocu !... C'est pas vrai !...
On dit qu'i fait él'ver son goss' cheu les curés !...
C'est un blanc !... C'est un roug' !... - qu'i's dis'nt les électeurs :
Les aveug'els chamaill'nt à propos des couleurs.

‎(Les vach's, les moutons,
Les oué's, les dindons
S'fout'nt un peu qu'leu' gardeux ait nom Paul ou nom Pierre,
Qu'i' souét nouer coumme eun' taupe ou rouquin coumm' carotte
l's breum'nt, i's bél'nt, i's glouss'nt tout coumm' les gens ' qui votent
Mais i's sav'nt pas c'que c'est qu'gueuler : " Viv' Môssieu l'maire ! " )

C'est un tel qu'est élu !... Les électeurs vont bouére
D'aucuns coumme à la nec', d'aut's coumme à l'entarr'ment,
Et l'souér el' Peup' souv'rain s'en r'tourne en brancillant...
Y a du vent ! Y a du vent qui fait tomber les pouéres !

‎(Les vach's, les moutons,
Les oué's, les dindons
Prenn'nt saoûlé' d'harb's et d'grains tous les jours de la s'maine
Et i's s'mett'nt pas à chouér pasqu'i's ont la pans' pleine.)

Les élections sont tarminé's, coumm' qui dirait
Que v'là les couvraill's fait's et qu'on attend mouésson...
Faut qu'les électeurs tir'nt écus blancs et jaunets.
Pour les porter au parcepteur de leu' canton ;
Les p'tits ruissieaux vont s'pard' dans l'grand fleuv' du Budget
Oùsque les malins péch'nt, oùsque navigu'nt les grous.
Les électeurs font leu's courvé's, cass'nt des cailloux
Su'la route oùsqu' leu's r'présentants pass'nt en carrosses
Avec des ch'vaux qui s'font un plaisi' - les sal's rosses ! -
De s'mer des crott's à m'sur' que l'Peup' souv'rain balaie...

‎(Les vach's, les moutons,
Les oué's, les dindons
S'laiss'nt dépouiller d'leu's oeufs, de leu' laine et d'leu' lait
Aussi ben qu's'i's -z- avin pris part aux élections.)

Boum !... V'là la guerr' !... V'là les tambours qui cougn'nt la charge...
Portant drapieau, les électeurs avec leu's gâs
Vont terper les champs d'blé oùsqu'i'is mouéssounn'ront pas.
‎- Feu ! - qu'on leu' dit - Et i's font feu ! - En avant Arche !-
Et tant qu'i's peuv'nt aller, i's march'nt, i's march'nt, i's marchent...
‎...Les grous canons dégueul'ent c'qu'on leu' pouss' dans l'pansier,
Les ball's tomb'nt coumm' des peurn's quand l'vent s'cou' les peurgniers
Les morts s'entass'nt et, sous eux, l'sang coul' coumm' du vin
Quand troués, quat' pougn's solid's, sarr'nt la vis au persoué
V'là du pâté !... V'là du pâté de peup' souv'rain !

‎(Les vach's, les moutons,
Les oué's, les -dindons
Pour le compte au farmier se laiss'nt querver la pieau
Tout bounnment, mon guieu !... sans tambour ni drapieau.)

‎...Et v'là !... Pourtant les bét's se laiss'nt pas fer' des foués !
Des coups, l' tauzieau encorne el' saigneux d'l'abattoué...
Mais les pauv's électeurs sont pas des bét's coumm's d'aut'es
Quand l'temps est à l'orage et l'vent à la révolte...

‎ I's votent !...‎

Contributed by Dead End - 2013/1/3 - 15:38



Language: French

Version française – LES ÉLECTEURS – Marco Valdo M.I. – 2013
Chanson de Gaston Couté – 1899 – en beauceron ou en orléanais, comme on voudra... Ce n'était pas du français d'Île de France, ni du patois, d'ailleurs.


Couté parlait et écrivait du Couté, comme on parlait chez lui, comme parlaient les gens de chez lui du côté de Meung.
Mais le français commun évolue - tout comme les autres français parlés et écrits par les gens de langue française (en Europe, en Afrique, en Amérique, en Asie, en Océanie... et je ne sais où encore). J'ai donc établi une version en français d'aujourd'hui, tel qu'il est connu ici en Wallonie...

Marco Valdo M.I.


Putain, les villes sont déjà couvertes de sales gueules ! (Les élections arrivent !)
LES ÉLECTEURS

Ah ! Bon dieu tant d'affiches sur les portes des granges !
Y a-t-il encore quelque baladin aujourd'hui dimanche
Qui danse sur des cordes au milieu de la place ?

Non ce n'est pas ça ! Tantôt, on vote à la mairie
Et les grands mots qui flûtent sur le dos du vent qui passe
Dévouement !... Intérêts !... République !... Patrie !...
C'est le peuple souverain qui lit les affiches et les relit.

‎(Les vaches, les moutons,
Les oies, les dindons
S'en vont aux champs, comme les autres jours
En fientant de loin en loin au long des affiches du bourg.)

Les électeurs s'en vont aux urnes en se rengorgeant,
‎" En route !... Allons voter !... Sacré bon Dieu ! Les bonnes gens !...
C'est nous qui tenons pour le moment les manches de la charrue,
Je vais la faire aller à dia ou bien à hue !
Pas d'abstentions !... C'est vos idées qui vous appellent...
Profitez de ce que nous avons le suffrage universel ! "

‎(Les vaches, les moutons,
Les oies, les dindons
Paissent dans les chaumes d'orge à belles goulées tranquilles
Sans seulement songer qu’ils sont privés de leurs droits civils.)

Il y a Monsieur Chose et Monsieur Machin qui sont candidats.
Les électeurs n'ont pas les mêmes paires de lunettes :
‎Moi, je voterai pour celui-là !... Et bien, moi, pour lui, je ne voterai pas  !
C'est un partageux !... C'est un cocu !... C'est pas vrai !...
On dit qu'il fait élever son gosse chez les curés !...
C'est un blanc !... C'est un rouge !... – qu'ils disent les électeurs :
Les aveugles se chamaillent à propos des couleurs.

‎(Les vaches, les moutons,
Les oies, les dindons
Se foutent un peu que leurs gardiens s’appellent Paul ou Pierre,
Qu'ils soient noirs comme des taupes ou rouquins comme des carottes
Ils beuglent, ils bêlent, ils gloussent comme les gens qui votent
Mais ils ne savent pas ce que c'est que gueuler : " Vive Monsieur le Maire ! " )

C'est un tel qui est élu !... Les électeurs vont boire
D'aucuns comme à la noce, d'autres comme à l'enterrement,
Et le soir, le peuple souverain s'en retourne vacillant...
Y a du vent ! Y a du vent qui fait tomber les poires !

‎(Les vaches, les moutons,
Les oies, les dindons
Se soûlent d'herbes et de grains tous les jours de la semaine
Et ne se mettent pas à pleurer car ils ont la panse pleine.)

Les élections sont terminées, comme qui dirait
Voilà les semailles faites et on attend la moisson...
Il faut que les électeurs sortent des écus blancs et jaunets.
Pour les porter au percepteur de leur canton ;
Les petits ruisseaux vont se perdre dans le grand fleuve du Budget
Où les malins pêchent, où naviguent les gros.
Les électeurs font leurs corvées, cassent des cailloux
Sur la route où leurs représentants passent en carrosses
Avec des chevaux qui se font un plaisir – les sales rosses ! -
De semer des crottes à mesure que le Peuple souverain balaie...

‎(Les vaches, les moutons,
Les oies, les dindons
Se laissent dépouiller de leurs œufs, de leur laine et de leur lait
Comme s'ils avaient pris part aux élections.)

Boum !... Voilà la guerre !... Voilà les tambours qui sonnent la charge...
Portant drapeau, les électeurs avec leurs gars
Vont écraser les champs de blé où ils ne moissonneront pas.
Feu ! - qu'on leur dit - Et ils font feu ! – En avant Marche !
Et tant qu'ils peuvent aller, ils marchent, ils marchent, ils marchent...
‎Les gros canons dégueulent ce qu'on leur pousse dans le ventre
Les balles tombent comme des prunes quand le vent secoue les pruniers
Les morts s’entassent et, sous eux, le sang coule comme du vin
Quand troués, quatre poings solides, serrent la vis au percepteur.
Voilà du pâté !... Voilà du pâté de peuple souverain !

‎(Les vaches, les moutons,
Les oies, les -dindons
Pour le compte du fermier se laissent crever la peau
Tout bonnement, mon dieu !... sans tambour ni drapeau.)

Et voilà... Pourtant les bêtes ne se laissent pas faire, des fois
Des coups, le taureau encorne le tueur de l'abattoir...
Mais les pauvres électeurs sont pas des bêtes comme les autres
Quand le temps est à l'orage et le vent à la révolte...

‎Ils votent !...‎

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2013/1/3 - 23:25


Note da Gaston Couté (1880-1911) le gâs qu'a mal ‎tourné...

An'hui - An'huy = Aujourd'hui.
Baladin = Nomade, romanichel.
Branciller = Vaciller en marchant.
Breumer = Mugir.
Courvées = Les corvées, c'est-à-dire les travaux sur les chemins ruraux et vicinaux exécutés par les ‎gens de la campagne pour s'acquitter, en nature, des taxes spéciales sur ces chemins.
Mâssins = Les mancherons de la charrue.
Pansier = Le gros ventre de la femme enceinte.
Terper = Trépigner, tasser.‎

Dead End - 2013/1/3 - 15:41


Désolé, dit Lucien l'âne, je crois vraiment que les baladins sont tous simplement ce qu'on appelle aujourd'hi des "artistes de rue" et qu'on appelait généralement, des jongleurs, des saltimbanques et même, des comédiens.
Voir la chanson de Gilbert Bécaud Les Baladins.
La Ballade des Baladins – Gilbert Bécaud - 1953

Paroles: Louis Amade. Musique:   1953

Les baladins qui serpentent les routes
Viennent de loin parmi les champs de blé
Les bonnes gens regardent et les écoutent
Et les étoiles leur parlent de danser
Les vieux châteaux dressés du fond du Moyen Age
Semblent guider leurs pas légers comme un matin
Et parmi les donjons perchés dans les nuages
Des princesses leur font des signes avec les mains
Mais les gars de vingt ans qui ressemblent à des dieux
Insouciants et joyeux parmi leurs rondes folles
Passent sous les donjons sans dire une parole
Ils ne regardent pas les bras tendus vers eux

Danse donc, joli baladin
C'est la ballade, c'est la ballade
Danse donc, joli baladin
C'est la ballade d'Arlequin

Les baladins qui serpentent les routes
Qui sont-ils donc dans leur costume d'or ?
Des vagabonds ou des dieux en déroute ?
Ils n'ont que des chansons pour seul trésor
Quand ils n'auront plus soif, ayant bu à la brume
Ils danseront pieds nus sur des fils argentés
Que cinq mille araignées tisseront sous la lune
D'une branche de houx jusqu'aux sapins gelés
Ils sont accompagnés dans la ronde divine
Par les enfants des rois aux longs cheveux bouclés
C'est un cortège bleu de mille mandolines
Où flottent un peu partout des voiles de mariée

Danse donc, joli baladin
C'est la ballade, c'est la ballade
Danse donc, joli baladin
C'est la ballade de l'Arlequin

C'est ainsi que l'on vit le plus grand mariage
De la fille du vent avec un arlequin
Mais tout cela n'était qu'un fragile mirage
Et je reste tout seul avec mes lendemains

Ohé les baladins
Vous partez ?...
Emmenez-moi.


Lucien Lane

Ceci dit, je n'ai rien contre les romanichels et les nomades, lesquels sont rarement des baladins...

Lucien Lane - 2013/1/3 - 22:12



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org