Language   

Le nain maléfique

Marco Valdo M.I.
Language: French

List of versions


Related Songs

L'Hélicon de Berluscon
(Lucien Lane)
Quatre hommes dans un champ
(Marco Valdo M.I.)
Canzone de Lucien l'âne
(Lucien Lane)


Chanson parodique française – Marco Valdo M.I. - 2010
tirée de « Elle était souriante... » (1908 – au moins)
Paroles d'Edmond Bouchaud, dit Dufleuve - Musique de Raoul Georges.
C'est une "Complainte tragico-comique". http://www.chanson.udenap.org/paroles/...


Ah, Lucien l'âne mon ami, me voilà tout réjoui, je viens de terminer une petite chanson parodique, dont tu me diras des nouvelles. Elle raconte l'histoire d'un nain maléfique qui, par mille procédés plus tortueux les uns que les autres, s'échine à parvenir au pouvoir et si possible, à devenir Président de la République ou en tous cas, le citoyen le plus puissant d'un État, puis d'un Empire et si possible, du monde entier. C'est dans la logique du personnage.


Dans l'histoire, on a connu pas mal de nains maléfiques, dit Lucien l'âne en souriant, il te faudra sans doute situer un peu la chose dans le temps.


Présentement. Dans le temps présent... J'en connais au moins deux qui se montrent à la télévision dans des pays européens. C'est évidemment en pensant à ces deux-là, mais spécialement à un d'entre eux que j'ai écrit cette chanson. Nos amis italiens le reconnaîtront aisément.


J'en vois au moins un autre plus au Nord de l'Europe, dit Lucien l'âne en dressant ses oreilles...


Un beau blond et sportif avec ça... Je sais... Il copine fort avec celui auquel je pense. Mais revenons un peu en arrière dans l'Histoire. Allons voir au plus près, le bel exemple de nain maléfique historique qui naquit en Autriche, grandit politiquement en Bavière, tailla court sa moustache et finit par vouloir lui aussi bâtir un Empire (Reich) de mille ans...


L'allusion est fine, dit Lucien l'âne. Bâtir un Empire de Milan ?


Bref, ce nain-là jouait du Tambour de fer blanc, c'est du moins ce qui ressort du surnom dont le peuple allemand l'avait affublé. Cela donna le superbe roman de Günther Grass - « Die Blechtrommel ». Pour ce qui est de notre chanson, le nain dont elle parle – à titre principal – joue d'un tout autre instrument à l'usage duquel il initie de très jeunes demoiselles. Mais, l'essentiel n'est pas là. C'est évidemment à sa folie des grandeurs, à ses affaires véreuses, à ses manipulations indécentes que la chanson s'en prend. Et c'est surtout le véritable poison qu'il répand – la peste multicolore – que dénonce ma chanson.


La peste multicolore ? J'avais bien entendu parler de la peste brune, mais la peste multicolore ? De quoi s'agit-il ?, demande Lucien l'âne en dressant sa queue en point d'interrogation.


C'est bien entendu par référence à la peste brune qu'il faut réfléchir... Cette fois, c'est une maladie beaucoup plus sophistiquée, plus douce en apparence, plus pernicieuse, de ce fait. On pourrait la qualifier aussi bien de peste caméléone, tant ses couleurs sont nombreuses et variables, à l'image du personnage et de ceux qu'il rassemble dans son équipée. Parfois, elle est brune, en effet; parfois, elle est bleue, parfois, elle est jaune; parfois, elle est verte.... Elle prend la couleur de bien des chemises... Quoi qu'il en soit, cette vision du monde (Weltanschauung ) est délirante , égocentrique, sans scrupules, mensongère – péniblement, lourdement, multiplement mensongère. Cette apologie de la vulgarité met en danger l'ensemble des peuples d'Europe en raison-même de la folie des grandeurs qui la sous-tend. Notre nain maléfique pourrit de l'intérieur. Pourri, il pourrit le monde qui l'entoure et de proche en proche, il finit par rendre insalubre l'univers qui l'environne et qui, c'est le pire de tout, est aussi l'atmosphère que nous respirons. Le risque est grand de tous périr dans les affres de sa médiocrité.


Tu as raison, Marco Valdo M.I., il nous faut le dénoncer, le foutre à poil sur la place publique afin que l'on voie bien sa moumoute, ses rides, ses cicatrices plastiques et sa flaccidité. Qu'il apparaisse aux gens pour ce qu'il est vraiment un vieux nain gâteux, avide, flasque et libidineux. Tout ceci me confirme encore dans ce qu'il nous faut sans cesse tisser et tisser encore le linceul de ce vieux monde, tout à l'image du nain maléfique, pestilentiel et cacochyme.


Ainsi parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.
Un jour, un nain maléfi-i-i-que
Voulut être Président d'une Républi-i-i-que
Bourré de prétention et de fric
Il acheta un parti et un tas de flics
Fier comme un paon et un dindon,
Il se présenta aux élections

Et le lendemain, il était souriant
À la télé, on pouvait le voir
Qui souriait de toutes ses dents
Avec sa bande, il voulait le pouvoir

Les gens curieux abusés par son souri -i -re
Que tous les soirs, il montrait à la télé
Furent convaincus et l'applaudi-i-rent
À son balcon, devant le peuple de la liberté
Il se lâcha et parla d'amour
Car dans son sac, il avait plus d'un tour.

Et le lendemain, il était souriant
À la télé, on pouvait le voir
Qui souriait de toutes ses dents
Avec sa bande, il voulait le pouvoir

Certains jaloux de son beau démarrage
Un soir à l'heure du journal-télé
Annoncèrent quel outr-a-a-ge
Qu'avec les mafieux, il était allié
Un magistrat n'écoutant que son cour-a-a-ge
En son office voulut l'interroger.

Mais le lendemain, il était souriant
À la télé, on pouvait le voir
Qui souriait de toutes ses dents
Avec sa bande, il était au pouvoir.

Et ses adversaires s'acharnè-è-rent
Sur lui à grands coups de révélations,
À coups de vérité le frappè-è-rent
Pour l'envoyer réfléchir en prison
Lui, le pauvre nain milliardai-ai-re.
Mais pour échapper à ce châtiment,
Il acheta des députés avec son argent.

Et le lendemain, il était souriant
À la télé, on pouvait le voir
Qui souriait de toutes ses dents
Avec sa bande, il tenait le pouvoir.

Mais à ce moment, de pauvres f- i -i-lles
Que le nain tenait par le dos
Ont crié tant que sa fami- i -i-lle
Coupa son ménage en deux morceaux
Puis, un nouveau scandale éclata
Qui fit voler le reste en éclats

Mais le lendemain, il était souriant
À la télé, on pouvait le voir
Qui souriait de toutes ses dents
Avec sa bande, il tenait le pouvoir.

La tempête le vent et l'or-a-age
Soulevèrent les vagues de l'océan
Le nain hurla et cracha avec r-a-age
Bravant ce terrible ouragan
Mais le tonnerre à ce moment
Tombe et foudroie son gouvernement.

Mais le lendemain, il était souriant
À la télé, on pouvait le voir
Qui souriait de toutes ses dents
Avec sa bande, il gardait le pouvoir.

Il disparut dans l'eau profon-on-de
Pendant une nuit, il se bouffa les mains
Il rumina des vengeances immondes
Il s'allia avec d'autres coquins
À des filles et des vauriens qui passaient
Pour leurs voix, il offrit des carrières au palais.

Et le lendemain, il était souriant
À la télé, on pouvait le voir
Qui souriait de toutes ses dents
Avec sa bande, il s'accrochait au pouvoir.

Vous croyez peut-être que ça le g-ê-ê-ne
Et cependant il n'en est rien
Malgré le tumulte que dans la rue , ça déch-aî-aî-ne
Le maléfique nain se sent fort bien
Il raconte ses mensonges et son délire d'Empire.
Face au monde entier, qui n'en peut plus de rire.

Mais si on le laisse au pouvoir
Demain, il sera souriant
À la télé, on pourra le voir,
Nain maléfique, montrer toutes ses dents.

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2010/12/16 - 17:26


Bravo !!!

Gian Piero Testa - 2010/12/16 - 18:19


Merci à Gian Piero Testa.

Je voudrais lui réciproquer son « Bravo », car il fait ici-même un travail remarquable entre le grec et l'italien. Un travail difficile et vraiment passionnant pour ceux qui – comme moi – suivent au jour le jour son œuvre modeste et géniale. Comme il doit bien s'en douter, Lucien l'âne n'est pas indifférent à la Grèce, ni même à la Turquie – étant lui-même enfant de l'ancienne (très ancienne) Ionie. Parfois, je traduis l'une ou l'autre chanson grecque en français, mais après qu'il ait lui-même fait surgir la chanson grecque (la poésie... mais je me suis souvent expliqué ici sur le chant, la chanson et la poésie) – lui et Riccardo Venturi et qu'il l'ait traduite en italien. C'est une manière qui est usitée depuis très longtemps que ces passages d'une langue à l'autre. Voilà, je voulais juste lui dire merci de son encouragement, lequel est parfois bien utile et fait chaud au cœur.
Une dernière chose à propos de ce site incroyable des CCG, de cette Agora électronique et c'est qu'il est une des initiatives les plus rassurantes du Web quant à l'humaine nation et à sa capacité à partager et à s'entraider.

Bien cordial
Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

Marco Valdo M.I. - 2010/12/16 - 21:46



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org