Lingua   

T'es Rock, Coco !

Léo Ferré
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

Thank you, Satan!
(Léo Ferré)
Il n'y a plus rien
(Léo Ferré)
The Iron Lady
(Phil Ochs)


T'es Rock, Coco!

T'es Rock, Coco !

Vous me direz : « Faut avoir du culot pour s'oser à faire un commentaire à propos d'une chanson de Léo Ferré... Surtout, à propos de celle-là, qui est si complexe et si hautement poétique... ». Eh bien, voyez-vous, j'ose, moi. Car voyez-vous, j'aime beaucoup les chansons de Léo Ferré et particulièrement, celle-là qui martèle tant et si bien la rengaine de nos époques. T'es Rock, coco !, vous pouvez le dire tous les jours. C'est une chanson nouvelle, chaque jour renouvelée. À la fois aussi, ancienne par sa scansion, par sa façon de prendre son pied avec la langue. Un peu Villon, un peu Verlaine, un peu Vian... Oh, vous savez, Léo était un très grand poète. Il avait de la noblesse et puis du style; il met de la noblesse, du style, de la lucidité, du courage, de la rage aussi dans cette dénonciation de la société bidon, la société dans laquelle on nous noie chaque jour dans un magma d'images aussi idiotes que les textes qui les supportent.
Pour survivre dans cette société, dans leur société, celle de ceux qui font les guerres et qui mènent la guerre de cent mille ans, il faudra peut-être comme le conclut Léo, « s'en aller à quatre pattes ».
À se demander finalement s'il n'y aurait pas plusieurs humanités ou si l'humain minoritaire dans la société ne finira pas par disparaître.
L'homme, une espèce en voie de disparition ? Le risque est là; demain, aujourd'hui déjà, s'installe, façonné par la télé et ses magazines et journaux succédanés, le temps des zombies, des robots, d'une masse grise, jouisseuse et méprisante, vaniteuse, vantarde, vile et riche, riche, riche... Pour tout dire, très exactement, fasciste...T'es Rock, Coco...
Avec nos pieds chaussés de sang
Avec nos mains clouées aux portes
Et nos yeux qui n'ont que des dents
Comme les femmes qui sont mortes
Avec nos poumons de Camel
Avec nos bouches-sparadrap
Et nos femmes qu'on monte au ciel
Dans nos ascenseurs-pyjamas

t'es Rock, Coco ! t'es Rock !

Avec nos morales bâtardes
Filles d'un Christ millésimé
Et d'un almanach où s'attarde
Notre millénaire attardé
Et puis nos fauteuils désossés
Portant nos viandes avec os
Et la chanson des trépassés
Des jours de gloire de nos boss

t'es Rock, Coco ! t'es Rock !

Avec nos oreilles au mur
Avec nos langues polyglottes
Qui magnétophonisent sur
Tous les tons et toutes les bottes
Avec nos pelisses nylon
Qui font s'attrister les panthères
Dans les vitrines du Gabon
Leur peau pressentant la rombière

t'es Rock, Coco ! t'es Rock !

Avec nos journaux-pansements
Qui sèchent les plaies prolétaires
Et les cadavres de romans
Que les Goncourt vermifugèrent
Avec la société bidon
Qui s'anonymise et prospère
Et puis la rage au pantalon
Qui fait des soldats pour la guerre

t'es Rock, Coco ! t'es Rock !

Cela dit en vers de huit pieds
A seule fin de prendre date
Je lâche mon humanité
ET JE M'EN VAIS A QUATRE PATTES

inviata da Marco Valdo M.I. - 24/9/2008 - 22:18



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org