Lingua   

Courons à l’Étoile

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

La messe du Pape, le pardon de Till et les florins de l’Hôtesse
(Marco Valdo M.I.)
Nous les ânes
(Lucien Lane)
Si on ne voit pas la rose
(Marco Valdo M.I.)


Courons à l’Étoile

Chanson française – Courons à l’Étoile – Marco Valdo M.I. – 2018
Ulenspiegel le Gueux – 114
Opéra-récit en multiples épisodes, tiré du roman de Charles De Coster : La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au Pays de Flandres et ailleurs (1867).
(Ulenspiegel – IV, XVII)



Dialogue Maïeutique

« Courons à l’étoile ! », Marco Valdo M.I. mon ami, qu’est-ce que c’est encore qu’un titre pareil ? Et qui donc va courir à l’étoile ? Et pourquoi ? Et de quelle étoile, il s’agit ?

Calme-toi, dit Marco Valdo M.I. et arrête cette litanie de questions inutiles puisque tu sais pertinemment que je vais y répondre point par point. Au fait, que disais-tu déjà ? Je ne m’en souviens plus de tes questions, tellement il y en avait. D’abord,il me semble qu’il y avait la question du titre – c’est l’habitude chez toi. Donc, « Courons à l’étoile ! ». Deux remarques : en premier, l’impératif est de Till, mué en chef de commando ; ensuite, il y a cette idée de « marche à l’étoile », en quelque sorte accélérée pour les besoins du scénario. L’étoile, elle, elle est nettement identifiée, ce n’est pas une étoile ; c’est une planète, c’est Vénus, dite l’Étoile du Berger, qui au soir et en début de nuit, indique le plein ouest.

Une étoile au nom sympathique, dit Lucien l’âne, dont on comprend aisément qu’elle ait reçu toute l’attention du berger, lequel comme on sait vit la plupart du temps seul sur les plateaux de transhumance et n’a pas souvent l’occasion de voir d’autres Vénus.

Bien, après ce petit intermède, reprend Marco Valdo M.I., pour comprendre l’affaire, je te rappelle que la flotte et le bateau de Till, La Brielle, sont bloqués par les glaces dans le bras de mer, d’une sorte de mer intérieure, qui conduit à Amsterdam et qui se nomme l’IJ et qui est aligné d’est (IJ) – ouest (port et côte).

Fort bien, dit Lucien l’âne. Je me disais justement comment est-il possible d’aller vers Vénus, alors qu’en Mer du Nord, la mer est située généralement à l’ouest. La question suivante était : qui court à l’étoile ?

En décomposant, c’est en effet plus clair, dit Marco Valdo M.I. en souriant. Qui court à l’étoile ? Ce sont des marins et des soudards qui suivent Till et Lamme pour aller à terre chercher « manu militari » des vivres pour la flotte. Les détails sont dans la chanson. Cependant, l’essentiel est ailleurs que dans cette opération militaire de brigandage ; il se trouve dans le rôle que s’adjuge le brave Lamme qui se révèle à l’usage un homme plus énergique, plus volontaire et plus « à cheval sur les principes » qu’on l’imagine ordinairement. Je te laisse découvrir cet étonnant chef-coq.

Alors, découvrons et tissons le linceul de ce vieux monde étoilé, fourvoyé, affamé et cacochyme.


Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
« Plus de bœuf, plus de porc, plus de poulet,
Plus de vin, plus de bière, plus de lait,
Plus rien dont on vive,
Qui m’aime me suive ! »,

Dit Lamme. « Personne ne part ! », dit Till.
« Till, mon ami fidèle, tu es capitaine
Et nous ne sommes plus dans le civil,
Mais je ne pars pas pour des fredaines.

Moi qui n’aime que le repos,
Qui ne tue que la dinde ou l’oie,
Moi qui t’ai suivi au combat,
Je te dis : des vivres, il nous faut.

Avant-hier, on a mangé le dernier saucisson.
Hier, on a grignoté le dernier quignon.
Queux, je dois nourrir les compagnons ;
Ce pourquoi, je pars en expédition.

Vois sur la berge ces lumières brillantes !
Vois-tu, cette grosse ferme attrayante,
Sais-tu qui la possède et qui l’habite ?
Un traître, un dénonciateur émérite.

Celui qui, sournois, donna
Dix-huit Gueux, dix-huit de nos amis
Que l’Espagnol détrancha
Au Petit Sablon de Bruxelles, un midi.

C’est Slosse, ce délateur, assassin
Pour deux mille florins.
Il acheta pour le prix du sang,
Cette ferme, le bétail et les champs.

C’est l’heure de nourriture à présent.
Avec vingt gars, soudards ou matelots,
J’irai quérir le vivre des bâtiments
Et le donneur, en sus du lot. »

« Je veux être leur chef, dit Till.
Qui aime la justice me suive dehors.
Pas tous, vingt seulement, tirez au sort !
Allons à la ferme ; plus tard, on ira en ville.

La belle Vénus indique la ferme du félon.
Le vent chasse vers la terre en tourbillons,
Chaussez vos patins, la hache à l’épaule,
Patinant et glissant, courons à l’étoile. »

inviata da Marco Valdo M.I. - 3/12/2018 - 22:27



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org