Lingua   

Peines alternatives ?

La Parisienne Libérée
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

Maria, me porten via
(Enzo Jannacci)
Montez vos comptoirs
(La Parisienne Libérée)
La TAV non si farà
(La Parisienne Libérée)


[2017]

Le Mix : «Prison dedans, prison dehors !»

MIX3-capture3


Un État répressif qui plaide coupable, des détenus-dehors qui se surveillent eux-mêmes, des cellules par milliers, quelques mutineries, et la fin du régime d’exception pour les prisonniers politiques basques
L’État est philanthrope, il aime ses citoyens
Et comme dit le dicton, qui aime bien châtie bien !
Pour exercer gentiment sa mission punitive
Il promeut des peines dites alternatives

N. Belloubet et E. Macron
Bracelet électronique ou placement extérieur notamment (…) développer des peines dites alternatives (…) de véritables enquêtes de personnalité au stade présentenciel.

«Votre enquête au stade présentenciel a révélé que vous êtes issu d’un milieu bourgeois. Vous pouvez y aller, c’est bon pour cette fois !»

Cela n’empêche pas de construire des prisons
Pour le plus grand bonheur des marchands de béton
Et de tous ceux qui profitent d’un marché
Totalement captif et subventionné

À qui profite la taule ? – 2014
En 2015, 54 établissements pénitentiaires sont en gestion déléguée, ce qui représente près de 49 % des places en cellules, contre 36 % en 2009, une belle progression. Deux entreprises dominent le secteur : Sodexo, avec 34 prisons, et GDF Suez devenue Engie, avec 16 prisons.

Dans un état d’urgence désormais chronique
La peine alternative est un instrument politique
Qui sert avant tout à diffuser la répression
Et certainement pas à fermer des prisons

Ainsi le bijoutier de la République
En investissant dans le bracelet électronique
N’oublie pas les menottes, bien au contraire,
Mais complète sa gamme de chaînes sécuritaires

Le détenu-dehors devient son propre maton
Administre sa peine, en assure la gestion
Tandis que le pouvoir, optimisé,
S’offre un panoptique à longue portée

France : Prisons nouvelles – 1980
Si le confort a changé, le but – privation de liberté – reste identique.

M. Foucault sur Radio Canada en 1971, cité dans Sur les toits, un film de Nicolas Drolc
Je ne sais pas, d’ailleurs, s’il peut y avoir de bonnes prisons. Je tiens en principe que toute répression est mauvaise. Je tiens également en principe que tout État est répressif. Et, de là, je conclus que tout État est mauvais.

inviata da adriana - 6/7/2018 - 10:57



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org