Lingua   

Ayúdame Valentina

Violeta Parra


Lingua: Spagnolo


Ti può interessare anche...

The Preacher and the Slave, or Pie in the Sky, or Long Haired Preachers
(Joe Hill)
Bel paese l'Italia
(Olindo Guerrini)
Gracias a la vida
(Violeta Parra)


Sito scomunicato
violpar
[1962]
Testo e musica di Violeta Parra.
Letra y música de Violeta Parra.
Lyrics and music by Violeta Parra.

Valentina Tereškova. Балентина Терешкова.
Valentina Tereškova. Балентина Терешкова.


Ogni tanto mi concedo ciò che si chiama, nel gergo dei newsgroup e delle mailing list, un "OT". Un fuori tema. Così è con questa bellissima e terrificante canzone della grande Violeta Parra.

Ma sarà poi, a ripensarci, così "OT" in tempi di (tele)predicatori, di presidenti "cristiani" che fanno guerra a tutto il mondo, di "valori tradizionali" stupidi e oppressivi, di bibbie, corani ed altri libri utilizzati non come "sacra scrittura" ma come codici penali, di negazione assoluta della ragione, di dèi falsi e bugiardi nel nome dei quali popoli interi sono mandati a scannarsi?

No, a ripensarci proprio bene non è poi così "fuori tema". E si sa bene che "Dio" è sempre "con loro". Gott mit uns. Anzi, Gott mit ihnen. [RV, 27-11-2004]
A Valentina Tereshkova

¡Qué vamos a hacer con tántos
Y tántos predicadores!
Unos se valen de libros,
Otros de bellas razones;
Algunos de cuentos varios
Milagros y apariciones,
Los otros de la presencia
De esqueletos y escorpiones,
¡Mamita mía! los escorpiones.

Qué vamos a hacer con tánta
Plegaría sobre nosotros,
Que alegan en todas las lenguas
De gloria y de esto y del otro,
De infiernos y paraísos,
De limbos y purgatorios,
Edenes y vida eterna,
Arcángeles y demonios,
¡Mamita mía! con los demonios.

Que sí, que adoren la imagen
De la señora María,
Que no se adore ninguna
Señora ni señorita;
Que sí, que no, que mañana,
Que un viernes de amanecida,
Que para entrar a la gloria
Dinero se necesita,
¡Mamita mía! Se necesita.

Se ve que no son muy limpios
Los trigos en esta viña
Y la zizania pretende
Comerse toda la espiga;
Poco le dice la forma
Con que ha de clavar su espina
Para chupar al más débil
Que diabla la sabandija,
¡Mamita mía! la sabandija.

¡Qué vamos a hacer con tánto
Tratado del alto cielo!
Ayúdame, Valentina,
Ya que tu volaste lejos.
Dime de una vez por todas,
que arriba no hay tal mansión:
Mañana la ha de fundar
El hombre con su razón.
Mamita mía! Con su razón.

¡Qué vamos a hacer con tántos
Embajadores de dioses!
Me salen a cada paso
Con sus colmillos feroces.
Apúrate, Valentina,
Que aumentaron los pastores
Porque ya viene el derrumbe
Del cuento de los sermones,
¡Mamita mía! de los sermones.

Qué vamos a hacer con tánta
Mentira desparramada:
Valentina, Valentina,
Pasemos la escobillada.
Señores: bajo la tierra
La muerte queda sellada
Y a todo cuerpo en silencio
El tiempo lo vuelve nada,
Mamita mía! Lo vuelve nada.

inviata da Riccardo Venturi - 27/11/2004 - 22:27




Lingua: Italiano

Violeta del Carmen Parra Sandoval.
Violeta del Carmen Parra Sandoval.

Versione italiana di Riccardo Venturi
dal newsgroup it.fan.musica.guccini
1999
AIUTAMI VALENTINA

A Valentina Tereškova (*)

Che ne faremo di tanti
E tanti predicatori!
Gli uni si servon di libri,
Altri di belle ragioni;
Alcuni di vari racconti
Miracoli e apparizioni,
Gli altri della presenza
Di scheletri e di scorpioni,
Oh mamma mia! gli scorpioni.

Che ne faremo di tante
Preghiere che abbiamo addosso,
Che cianciano in ogni lingua
Di gloria, e questo e quell'altro,
Di inferni e di paradisi,
Di limbi e di purgatori,
Di eden e vita eterna,
Di arcangeli e di demoni,
Oh mamma mia! i demoni.

Ma sì, l'adorino pure
L'immagine di Maria,
Ma non si adori nessuna
Signora né signorina;
Insomma, poi, domattina,
O un venerdì mattina
Per andare in Paradiso
Ci voglion tanti quattrini,
Oh mamma mia! tanti quattrini.

Si vede che sono poco pulite
Le erbe di questa vigna,
E la zizzania vorrebbe
Mangiarsi tutta la spiga.
Poco le importa il modo
Di conficcare la spina,
Diavolo d'uno scorpione,
Oh mamma mia! d'uno scorpione.

Che ne faremo di tanti
Discorsi sull'alto cielo!
Aiutami, Valentina,
Tu che hai volato lontano:
Dimmi una volta per tutte,
che lassù non c'è simil casa:
Domani la costruirà
L'uomo con la ragione,
Oh mamma mia! con la ragione.

Che ne faremo di tanti
Ambasciatori di dèi!
M'attaccano ad ogni passo
Coi loro denti feroci.
Affrettati, Valentina
Ché son cresciuti i pastori,
Ormai è prossimo il crollo
Della storia dei sermoni,
Oh mamma mia! dei sermoni.

Che ne faremo di tante
Bugie da tutte le parti:
Valentina, Valentina,
Spazziamole tutte quante.
Signori, sotto la terra
La morte resta inchiodata
Ed ogni corpo in silenzio
Il tempo lo riduce a niente,
Oh mamma mia! Lo riduce a niente.

(*) Valentina Tereškova, sovietica, fu la prima donna a volare nello spazio in una navicella spaziale.

27/11/2004 - 22:28




Lingua: Inglese

Versione inglese di Riccardo Venturi
English Version by Riccardo Venturi
6 giugno / 6th June, 2005
HELP ME VALENTINA

To Valentina Tereshkova

What shall we do with so many
and so many preachers!
The ones use their books,
and other their good reasons;
still others use their tales,
miracles and apparitions,
still others use the presence
of skeletons and scorpions,
mamita mía! The scorpions!

What shall we do with so many
prayers we have to shoulder,
jabbering in every language
of glory and other stupid things,
of hells and paradises,
of limboes and purgatories
of edens, of eternal life,
of archangels and of demons,
mamita mía! The demons!

Let them adore as they will
the holy image of their Lady,
but be no lady or young lady
adored in any way;
well then, tomorrow morning
or on a Friday in the morning
the road that leads to Heaven
takes a lot of money,
mamita mía! a lot of money.

You see, the grass in this vineyard
is so to say not so clean
and the wild rice would like
to devour all the ears.
And who cares of the way
the sting will be stuck in it
by that devil of a scorpion,
mamita mía! The scorpion!

What shall we do with so many
and many talks on high Heaven!
Help me, Valentina,
you who have flown so high:
tell me once and for all
there’s no such mansion up there:
it will be built by mankind
tomorrow, only by reason,
mamita mía! By reason.

What shall we do with so many
ambassadors of gods!
They’re biting me everywhere
with their merciless fangs.
Make haste, Valentina,
the shepherds have increased;
but the ruin is drawing near
of the history of sermons,
mamita mía! The sermons!

And what shall we do with so many
and many lies from all parts:
Valentina, Valentina,
let’s sweep this rubbish away!
Dear sirs, underneath the ground
death remains and will not move,
and any body will be turned
in silence into nothing.
Mamita mía! Into nothing.

6/6/2005 - 22:46




Lingua: Francese

Version française – AIDE-MOI VALENTINE - Marco Valdo M.I. – 2013
d'après les versions italienne et anglaise de Riccardo Venturi d'une chanson chilienne de langue espagnole – Ayúdame Valentina – Violeta Parra – 1962

Ah, Lucien l'âne mon ami, je suis très content de te voir, car...

Car ?, dit Lucien l'âne en redressant le crâne et en papillonnant des deux yeux tout en agitant alternativement les oreilles pour montrer son désarroi. Car quoi ? Alors, maintenant, il te faut une raison pour être content de me voir...

Ho, ne te braque pas ainsi, Lucien l'âne mon ami. Tu as parfaitement raison... Mais tu ne m'as pas laissé le temps de finir ma phrase... Je n'ai pas besoin de raison pour être content de te voir... Je voulais juste ajouter une raison supplémentaire, en quelque sorte la raison du jour... J'insiste : je suis toujours content de te voir et la raison en est que tu es mon ami. C'est d'ailleurs – à mes yeux comme aux tiens – le trait caractéristique de l'amitié que ce plaisir de se voir. Lequel comme tu le constates, et je ne t'en ai pas fait la remarque jusqu'ici, comme tu le noteras dans tes tablettes, ce doit d'être réciproque. C'est là pure logique.

Certes, Aristote lui-même n'aurait pas mieux dit. Mais, maintenant, quelle est cette raison adventice qui justifie ce supplément de joie que tu as eu de me voir ?

Remarque, avant de conclure sur ce point, que cette joie est en quelque sorte de même nature que ce que Plotin appelait l'entropie. Elle vient en quelque sorte en surplus, comme une dimension intangible de l'être...

Mais, s'il te plaît, laisse-là Aristote et les Pères de l'Église, laisse-z-y aussi Plotin et son Dieu qui dégouline de partout... On n'est pas ici pour faire de la théologie et viens-en au fait.

Tu ne crois pas si bien dire ou plutôt, te tromper à un tel point... Car la chanson de Violeta Parra relève quasi-entièrement de l'univers théologique, même s'il s'agit d'une approche des plus ironique. D'abord, rien que son titre est tout un programme... te souviens-tu de Valentine Terechkova ? Sans doute, d'ailleurs, vas-tu me dire à ton habitude que tu l'as rencontrée, que tu l'as véhiculée sur ton dos et toutes ces révélations qui te sont usuelles.

De fait, j'ai connu et promené la mouette... Avant son vol, avant même qu'elle ne soit désignée... Avant même qu'elle imagine de voler... Au temps où on se connut, elle et moi, elle était une jeune et jolie ouvrière et elle aimait assez les promenades... Moi, comme tu le sais, j'étais toujours à la recherche des roses qui doivent me rendre mon apparence humaine... À vrai dire, je n'en ai pas trop envie, mais cela, c'est une autre histoire. Bien sûr, on s'est encore promenés tous les deux plusieurs fois après son exploit...

Tu ne vas quand même pas me dire que tu as connu aussi Violeta Parra,au Chili...

Je ne voudrais pas que tu croies un instant que je me vante, mais je dois à la vérité que je l'ai connue alors qu'elle était encore enfant là-bas à San Fabián de Alico et qu'elle courait les campagnes. Elle avait à peine dix ou douze ans et je me souviens qu'elle chantait tout le temps. Mais laissons mes pérégrinations et je t'en prie, viens-en à la chanson.

Donc, Violeta – on est en 1962, qui n'avait plus douze ans, écrit une chanson où elle demande à la toute récente et toute jeune cosmonaute Valentine, laquelle vient de passer trois jours dans l'espace autour de la Terre – que soit dit en passant, elle a bien failli quitter pour l'infini... Son engin s'éloignait de la Terre au lieu de s'en approcher... Elle a bien eu une solide frayeur, mais à côté de ses nausées, c'était – excuse-moi l'expression, du pipi de chat... pour ne pas dire, de la pisse d'âne. Donc, pour résumer la chose, Violeta demande à Valentine de l'aider – tant elle (et toute la population de son pays et toute la population du monde) est cernée par les bergers, pasteurs, prêtres, lamas, moines, nonnes et autres personnages en robe ou en pantalon... et tant ils l’assomment de discours religieux et théologiques, ce dont elle n'a cure.

Et nous aussi ! Nous qui « non siamo cristiani, siamo somari »... bref, qui sommes d'honnêtes mécréants.

Et que demande Violeta à Valentine ? Je te laisse le découvrir... En fait, ce sont là deux mécréantes de haut vol... Sache simplement qu'il s'agit d'une chanson laïque, athée, anticléricale et étant tout cela, forcément optimiste et de la plus grande humanité. Bref, une chanson selon notre raison et selon notre cœur !

En somme, dit Lucien l'âne en brayant de rire, « Le cœur et la raison sont les deux mamelles de l’athéisme »... Ainsi reprenons notre tâche et tissons le suaire de ce vieux monde gangrené par la religion, bigot, cagot, idiot, calotin, débile, totalitaire, stupide et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.
AIDE-MOI VALENTINE 

Qu'allons-nous faire de tant
Et tant de prédicants !
Les uns se prévalent de livres,
D'autres de belles raisons ;
Certains d'étranges histoires
De miracles et d'apparitions,
Les autres de la présence
De squelettes et de scorpions,
Putain de Mère ! Les scorpions.

Qu'allons-nous faire de tant
De prières et de chants
Qui dans toutes les langues évoquent
La gloire et cela et ceci,
Les enfers et les paradis,
Les limbes et les purgatoires,
Les édens et la vie éternelle,
Les archanges et les diables,
Putain de Mère ! Les diables.

Mais oui, ils adorent l'image
De Marie la madone,
Mais ils n'adorent aucune
Dame ou demoiselle ;
Alors, que ce soit oui ou non, demain
Ou un vendredi matin,
Pour entrer en gloire
Il faut des dollars,
Putain de Mère ! Faut des dollars.

On voit qu'ils ne sont pas très propres
Les blés dans cette vigne
Et la zizanie prétend
Manger tout le champ ;
Peu lui chaut la manière
De clouer son épine
Pour sucer le plus faible
Quel diable d'insecte,
Putain de Mère ! L'insecte.

Qu'allons-nous faire de tant
De célestes développements
Valentine, faut m'aider,
Toi qui si haut a volé.
Une fois pour toutes, dis-moi
Que là haut un tel domaine n'existe pas :
Demain saura l'édifier
L'homme avec sa raison.
Putain de Mère ! Avec sa raison.

Qu'allons-nous faire de tant
De dieux et de leurs représentants!
À chaque pas, ils me mordent
De leurs canines féroces.
Valentine, faut te dépêcher
Ils ont multiplié les bergers
Car bientôt tout va s'effondrer
Comme dans l'histoire des sermons,
Putain de Mère ! Des sermons.

Qu'allons-nous faire de tant
De mensonges permanents :
Valentine, Valentine,
Passons le balai.
Messieurs : sous la terre
Se scelle le décès
Et à tout corps en silence
Le temps offre le néant,
Putain de Mère ! Le néant.

inviata da Marco Valdo M.I. - 8/7/2013 - 00:12




Lingua: Danese

Versione danese fatta pervenire da Mette, 4 marzo 2006
Danish version contributed by Mette, March 4th, 2006
Dansk oversættelse.
JEG SPØRGER DIG, VALENTINA

til Valentina Teresjkova

Jeg spørger dig Valentina,
Mamita mia forklar mig
Hvad nytter det os med præster
Som henter visdom i bøger
Og aldrig taler om andet
End de mirakelvisioner
De vil have vi skal tro på
Og frygte straf med skorpioner
Mamíta mia

Jeg spørger dig Valentina,
Mamita mia forklar mig
Hvad nytter det os med bønner
På fine sprog ingen fatter
Om sjælenes frelse og himmel
Og deres helvedes lue
Og deres engle og djævle
som skal få os til at grue

Jeg spørger dig Valentina,
Mamita mia forklar mig
Hvad nytter det at vi drømmer
Om salighed efter døden
Fortæl det hellere til alle:
Brug ikke tid på at vente
Når I er døde og borte
Så er der intet at hente
Mamíta mia

Jeg spørger dig Valentina,
Mamíta mia forklar mig
Hvad nytter det os med løgne og fraser
Nej, det er livet det gælder!
Og denne jord hvor vi lever
Skal gøres god for de mange
Som endnu ikke tør handle
Og som er tavse og bange
Mamíta mia, mamíta mia

inviata da Mette - 4/3/2006 - 22:59




Lingua: Spagnolo

La versione cantata da Isabel Parra.
La versión interpretata por Isabel Parra.

AYÚDAME VALENTINA

A Valentina Tereshkova

¡Qué vamos a hacer con tántos
Y tántos predicadores!
Unos se valen de libros,
Otros de bellas razones;
Algunos de cuentos varios
Milagros y apariciones,
Los otros de la presencia
De esqueletos y escorpiones,
¡Mamita mía! los escorpiones.

Qué vamos a hacer con tánta
Plegaría sobre nosotros,
Que alegan en todas las lenguas
De gloria y de esto y del otro,
De infiernos y paraísos,
De limbos y purgatorios,
Edenes y vida eterna,
Arcángeles y demonios,
¡Mamita mía! con los demonios.

¡Qué vamos a hacer con tánto
Tratado del alto cielo!
Ayúdame, Valentina,
Ya que tu volaste lejos.
Dime de una vez por todas,
que arriba no hay tal mansión:
Mañana la ha de fundar
El hombre con su razón.
Mamita mía! Con su razón.

Qué vamos a hacer con tánta
Mentira desparramada:
Valentina, Valentina,
Rompamos la telaraña.
Señores: bajo la tierra
La muerte queda sellada
Y a todo cuerpo en silencio
El tiempo lo vuelve nada,
Mamita mía! Lo vuelve nada.

inviata da Riccardo Venturi - 7/7/2013 - 11:21


Mi sentirei di dedicare questa canzone a Margherita Hack (Firenze 1922 - Trieste 2013). Come la avesse scritta lei.

Qualcuno - 7/7/2013 - 11:14


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org