Lingua   

Cent mille chômeurs dans la rue...

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

El bracero fracasado
(Lila Downs)
Rouge pour l'éternité
(Marco Valdo M.I.)
La Chanson des Chômeurs
(Marco Valdo M.I.)


Cent mille chômeurs dans la rue...
Chansonchôme wallonne de langue française - Cent mille chômeurs dans la rue – Marco Valdo M.I. – 2009
Parodie de la chanson « La Valse à Mille Temps » – Jacques Brel – 1959

Quelques mots sur la chanson et sa parenté avec « La Valse des Chômeurs ». En fait, elles ont toutes deux la même source : celle-ci est directement issue de la chanson originelle de Brel – « La Valse à Mille Temps »; l'autre est issue de la parodie qu'en fit Jean Poiret. Si les deux versions ont été conservées et sont proposées par Marco Valdo M.I., c'est qu'elles parlent du même sujet (Le chômeur), mais n'en disent pas les mêmes choses.

Comme on le sait, ce qui manque aux chômeurs dans cette société, ce n'est pas vraiment de l'emploi; c'est tout simplement de quoi vivre décemment.

Cela dit, les chômeurs ne rechigneraient pas nécessairement à apporter leur contribution en temps et en efforts au développement de ce qui est réellement nécessaire à la vie humaine. Il existe en effet une part de travail socialement utile et qui dans une société sans exploitation et sans esclavage – lequel est camouflé à présent sous le nom de salariat ou d'emploi – serait utile et nécessaire; une part de travail qui rencontrerait réellement les besoins communs et qui n'engendrerait évidemment aucun profit; des travaux dont ne laisserait pas une minorité de possédants tirer bénéfices.

De plus, à l'heure actuelle, et depuis des dizaines d'années le nombre de chômeurs est énorme et même, augmente encore, malgré tous les cadeaux que la société myope fait aux patrons... Un vrai tonneau des Danaïdes...

En fait, vu le nombre croissant de chômeurs, on peut sans crainte de se tromper dire qu'il n'y a pas assez d'emplois ou que la charge de travail est mal répartie, que le système est mal géré (mauvaise gouvernance)... Mais aussi, on peut tirer comme conclusion, qu'il n'y aura pas d'emplois pour les chômeurs et qu'il est vain d'espérer que le système actuel puisse résoudre correctement cette question...

Donc, ce qui est l'urgence dans la situation des chômeurs, c'est de trouver des conditions de vie décentes et les moyens de vivre correctement.

Pour l'instant, épisode particulier de la Guerre de Cent Mille Ans que les riches font aux pauvres, sous la pression des riches qui veulent être toujours plus riches, cette société (leur société libérale, qui fait l'amalgame malhonnête entre libéral et démocratie, entre libéral et liberté) réduit de plus en plus la part des pauvres, diminue les allocations, quand elle n'exclut pas purement et simplement les gens de leur droit élémentaire d'être humain.

Les « barbares » de notre temps, ce sont eux, ce sont ces libéraux qui détruisent systématiquement tous les mécanismes de solidarité à seule fin de pousser les gens à accepter l'esclavage à prix réduit, à seule fin de maximiser les profits des rentiers et des entrepreneurs.

Un seul mot : Basta !

La chansonchôme ici propose benoîtement aux chômeurs européens de s'unir de de se rassembler partout, puis de se rejoindre dans la rue, « in piazza »... à cent, à mille, à dix mille, à cent mille, par millions afin de faire « valser les gouvernements »... en attendant, comme dit la chanson wallonne, de « skèter la baraque » (de casser la maison)...

Ainsi Parlait Marco Valdo M.I.
Au premier jour de chômage
Tout seul, tu t'ennuies déjà
Au premier jour de chômage
Tu es seul mais tu t'aperçois
Que le Forem bat la mesure
Le Forem t'impose un contrat
Et l'Onem qui bat la mesure
Te murmure murmure tout bas


Un chômeur bien content
Qui s'offre encore le temps
Qui s'offre encore le temps
De s'offrir des détours
Du côté de l'amour
Comme c'est charmant

Un chômeur mécontent
C'est beaucoup moins dansant
C'est beaucoup moins dansant
Mais plus aussi charmant
Qu'un chômeur bien content
Un chômeur mécontent

Être chômeur à vingt ans
Être chômeur à vingt ans
C'est beaucoup plus troublant
Mais tout aussi déprimant
Qu'être chômeur à cinquante ans

Quand il est chômeur à vingt ans
Le chômeur a tout le temps
Pour être chômeur à soixante ans
Un chômeur ça s'entend
A chaque carrefour
Avec sa rage que l'amour
Rafraîchit au printemps

Un chômeur à mille temps
Un chômeur à mille temps
Un chômeur a mis le temps
De patienter vingt ans
Tout en espérant
Trouver un emploi

Un chômeur à mille temps
Un chômeur à mille temps
Un chômeur a mis le temps
A dix mille fois le temps
Dix mille fois le temps
De bâtir un roman

Au deuxième temps du chômage
Vous êtes deux, le contrôleur et toi
Au deuxième temps du chômage
Vous comptez tous les deux une deux trois
Et le Forem qui bat la mesure
l'Onem qui limite tes droits
Et l'Onem qui prend des mesures
Te fredonne fredonne déjà

On va t'exclure du chômage
Car tu ne trouves pas l'emploi
On va t'exclure du chômage
Car des emplois n'y en a pas

Et l'Onem qui prend des mesures
Laisse enfin éclater sa joie.
Et l'Onem qui prend des mesures
L'Onem sanctionne déjà

Mais un chômeur mécontent
Un chômeur ça s'entend
Un chômeur ça s'entend
A chaque carrefour
Avec sa rage que l'amour
Rafraîchit au printemps

Mais dix chômeurs mécontents
Cent chômeurs mécontents
Mille chômeurs mécontents
Cent mille chômeurs, ça s'entend
A chaque carrefour
Avec leur rage que l'amour
Rafraîchit au printemps

Cent mille chômeurs, ça s'entend
A chaque carrefour
Avec leur rage que l'amour
Rafraîchit au printemps

Cent mille chômeurs mécontents
C'est bien embarrassant
Ça peut devenir méchant
Et foutre en l'air le gouvernement
Cent mille chômeurs mécontents
Cent mille chômeurs mécontents
Ça descend dans la rue pour faire valser les gouvernements...

Lalalala....

inviata da Marco Valdo M.I. - 22/4/2009 - 14:31


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org