Lingua   

Clapsabot

Marco Valdo M.I.


Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

Fuir, là-bas, fuir !
(Marco Valdo M.I.)
Joseph est toujours là
(Marco Valdo M.I.)
Nous les ânes
(Lucien Lane)


[2009]
Paroles et musique par Marco Valdo M.I.

clapsabot


« Clapsabot » est la sixième étape d'un cycle de chansons qui raconte l'histoire d'un jeune Italien qui déserta pour ne pas servir le fascisme; réfugié en France, il fut rendu par les pétainistes aux sbires du régime, emprisonné. Les étapes ultérieures de ce tour d'Italie un peu particulier se prolongent en Allemagne et racontent la suite de l'aventure qui se terminera à Dachau.

Le deuxième couplet avec ce martèlement de la course de la mort qui tue : « Clapsabot, clapsabot, clapsabot » donne son nom à la canzone. « Clapsabot » ( claper , c'est-à-dire frapper – ce mot de Clapsabot indique le bruit que fait le sabot de bois de paysan sur le sol empierré) renvoie à une chanson populaire du pays wallon, qui raconte elle aussi une histoire d'hygiène et d' épouillement, dont les personnages Marie et Joseph sont on ne peut plus bibliques

Elle est courte, je la reprends toute entière :

Bonsoir Marie Clap' Sabot
Bonsoir Marie Clap' Sabot
R’trossez ben vos' cotte (Retroussez bien votre robe)
Quand vos îrez houp la la (Quand vous irez ... houplala; dans certaines versions : Quand vous irez chier)
Bonsoir Marie Clap' Sabot
R’trossez ben vos' cotte
Quand vos îrez cô! (Quand vous irez encore...)
Bonsoir, bonsoir,
Bonsoir Marie Clap' Sabot (bis)
D’Joseph, vos avez des piaux, (Joseph vous avez des poux)
Dji les a veyou (Je les ai vus)
Corir sur vos’ tiesse (Courir sur votre tête)
D’Joseph, vos avez des piaux
Dji les a veyou
Corir sur vos ' cou (courir sur votre cou, mais aussi sur votre cul)

Je reprends un commentaire d'un érudit à son sujet : « Cette chanson, fort populaire dans toute la Wallonie, est d'origine incertaine. Chacun s'en attribue la paternité, de Liège à Tournai, en passant par Namur et Charleroi. Il existe effectivement diverses variantes dans les patois wallons ou picards mettant en jeu Mareye ou Marie dont les sabots résonnent et, par conséquent, surnommée Clap'sabot ou Clap'chabot. Certains vont même jusqu'à affirmer que cette chanson est universelle et qu'on l'a entendue (du moins son refrain) à Lourdes, et lors de diverses visites papales. »

Mais la canzone, elle est terrible; elle raconte l'accueil hygiénique, sadique et prophylactique que les camps allemands faisaient à leurs prisonniers; cette chasse aux poux, par ailleurs essentielle, si l'on voulait éviter le typhus. Il fallait quand même conserver des prisonniers pour travailler dans le camp et pour les usines (par exemple, à Dachau, notamment, B.M.W.). On devait maintenir en vie le troupeau des esclaves.
Elle raconte aussi la vengeance effroyable des SS pour la destruction par ces Italiens de leurs effets sur la grande esplanade.
Dans cette chanson perce aussi avec le prénom, hautement symbolique de Victor (Victor, victoire... à venir), le signe d'une résistance organisée dans ce camp et les premiers effets d'une solidarité entre prisonniers, malgré le climat d'inhumanité, de déshumanisation ambiant.




Triangles rouges, tenues rayées
Voici les barbiers, les tondeurs de prisonniers
Tabourets, seaux, tondeuses rouillées
Pas seulement la tête, mais pas les pieds
Coupe de cheveux : boules à zéro
Désinfection : chasse aux totos
Crinoline sur les génitoires
Douleur, douleur à n'y pas croire
Maudire, maudire, hurler
Je jure en français, mon p'tit père
Victor le Belge, un ancien, me repère
Tu viens de France – Je viens de France
On s'est compris, je viens de Résistance
Victor est résistant dans le camp.
N'écoutez pas nos hurlements.
A la pince, on arrache les dents
Dents d'or, dents d'argent
Après la tonte, la douche, un répit
Une heure d'attente : nos habits
Puants, rapiécés, déjà portés par qui ?

1700 Italiens avaient tout brûlé – feu de joie
1700 Italiens vont le payer – feu de joie

Nuit du 22 au 23 septembre 1943
Clapsabot, clapsabot, clapsabot
Le bal commence, chemin de croix
Clapsabot, clapsabot, clapsabot
Courir, courir en galoches de bois
Clapsabot, clapsabot, clapsabot
Étape contre la mort, chacun contre soi
Clapsabot, clapsabot, clapsabot
Matraques, rires, rester droit
Clapsabot, clapsabot, clapsabot
Si tu tombes, tu ne te relèves pas
Clapsabot, clapsabot, clapsabot
Pleurer, résister, ne pas faiblir
Clapsabot, clapsabot, clapsabot
Souffrir, souffrir, ne pas mourir
Clapsabot, clapsabot, clapsabot
Furie du saint nerf jusqu'à la mort
Clapsabot, clapsabot, clapsabot
Je courais, je courais contre ma mort.
Clapsabot, clapsabot, clapsabot
Le ballet des galoches finit à l'aubette
Clapsabot, clapsabot, clapsabot
Les morts sur des charrettes
Clapsabot, clapsabot, clapsabot
Direction crématoire.
Clapsabot, clapsabot, clapsabot
Douleur, douleur, à n'y pas croire

Clapsabot, clapsabot, clapsabot
Clapsabot, clapsabot, clapsabot
Clapsabot, clapsabot, clapsabot

inviata da Marco Valdo M.I. - 21/1/2009 - 21:34


Quelquefois, les correcteurs automatiques jouent de vilains tours que l'on découvre, parfois un peu tard. Et ce malgré lecture et relectures. En fait, on a bien du mal à voir ses propres erreurs et d'ailleurs, on n'en finirait plus, ce qui aurait comme conséquence qu'on ne créerait plus de nouvelles canzones, de nouveaux textes.
Bref, tout ça pour dire que c'est le cas dans cette canzone où le texte d'origine prévoyait d'enduire les génitoires de créoline (en italien : creolina) afin d'en déloger les poux et voilà t-il pas que cette substance chimique peu ragoûtante s'est transformée en crinoline, un joli accessoire féminin... Ce qui sans nul doute aurait été plus plaisant pour les malheureux soumis à ce supplice de désinfection.
À ma grande joie, un de mes amis libraires, qui commença sa carrière comme écrivain public et a gardé ce beau nom pour exercer sa mission de libraire public, m'a fait remarquer cette incongruité que je m'empresse de redresser. Qu'il en soit ici publiquement remercié.
Vive donc les correcteurs z'humains et toutes les remarques qui pourraient venir - ici ou ailleurs - pour assurer une correcte tenue aux textes. Ils seront toujours les bienvenus.

M.V.M.I.

Marco valdo M.I. - 12/3/2009 - 08:34



Lingua: Italiano

Versione italiana – ZOCCOLO – Marco Valdo M.I. – 2011
Canzone française – Clapsabot – Marco Valdo M.I. – 2009

Settima tappa
ZOCCOLO

Divise a strisce, triangoli rossi,
Arrivano i barbieri, tosatori di prigionieri
Rasoi arrugginiti, sgabello, secchi,
Non solo la testa, anche sotto la pancia
Taglio di capelli: a zero
Disinfezione : caccia ai pidocchi
Creolina pura sui coglioni, dolore
Dolore, dolore da non crederci
Maledire, maledire, urlare
Bestemmio in francese, mio caro padre
Victor il belga, un anziano, mi nota
Vieni dalla Francia – Vengo dalla Francia
Ci siamo capiti, vengo dalla Resistenza
Victor è partigiano dentro il campo
Non sentite le nostre urla
Con la pinze estraggono i denti
Denti d'oro, denti d'argento
Dopo la tosatura, la doccia, una sosta
Un'ora ad aspettare la divisa
Puzzolente, rammendata, portata da chi?


1700 italiani avevano bruciato tutto
1700 italiani devono pagare – fuoco vivo

22 – 23 dicembre 1943 , la notte
Zoccolo, zoccolo, zoccolo
Via crucis, comincia il ballo
Zoccolo, zoccolo, zoccolo
Correre, correre con zoccoli di legno
Zoccolo, zoccolo, zoccolo
Tappa contro la morte, ognuno contro se stesso
Zoccolo, zoccolo, zoccolo
Manganelli, risa, stare in piedi
Zoccolo, zoccolo, zoccolo
Se cadi, non ti rialzi
Zoccolo, zoccolo, zoccolo
Piangere, resistere, non mollare
Zoccolo, zoccolo, zoccolo
Soffrire, soffrire, non morire
Zoccolo, zoccolo, zoccolo
Furia del santo nerbo fino alla morte
Zoccolo, zoccolo, zoccolo
Correvo, correvo contro la mia morte
Zoccolo, zoccolo, zoccolo
Il ballo degli zoccoli finisce all'alba
Zoccolo, zoccolo, zoccolo
I morti sul carro
Zoccolo, zoccolo, zoccolo
Direzione : crematorio
Zoccolo, zoccolo, zoccolo
Dolore, dolore, non ci credo.


Zoccolo, zoccolo, zoccolo
Zoccolo, zoccolo, zoccolo
Zoccolo, zoccolo, zoccolo

inviata da Marco Valdo M.I. & CCG Staff - 7/12/2011 - 23:30


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org