Lingua   

Io te cerco scusa

Eugenio Bennato


Lingua: Napoletano


Ti può interessare anche...

Blood in Sandy River
(Kevin Miller)
Antiguos dueños de flechas (Indio Toba)‎
(Mercedes Sosa)
L'eroe
(Nino D'Angelo)


da "Che il Mediterraneo sia" (2002)

Colombo sbarca nel Nuovo Mondo
Colombo sbarca nel Nuovo Mondo
Io te cerco scusa ‘e chello c’aggio fatto
pecché nun sapevo pecché ero distratto
scusa ‘e tutto o mmale ca tu aviste allora
scusa pure si io nunn’ero nato ancora

Scusa ‘e chillu munno ca s’è perduto
addò tu currive comm’a na criatura
sott’a luce d’o sole senza stanchezza
sott’a luce d’e stelle senza paura

Scusa ‘e chillu suonno de marenaro
ca pe’ primmo ascette da Gibilterra
pe’ tenta’ la sorte e asci’ pe’ mare
pe’ guarda’ luntano e scupri’ na terra

Scusa ‘e chella scienza che navigava
sempre cchiù luntano fino a chella terra
pecché nun sapeva che ce truvava
pecché nun sapeva che purtava a guerra

Ma tutt’a furtuna de Francia e Spagna
nunn’è niente a ffronte ‘e chella bellezza
e nun po’ bastare pe’ riscattarla
tutto l’oro d’o munno, tutt’a ricchezza

E cu Nina Pinta e Santa Maria
arrivava o viento d’a civiltà
ca purtava a pace e a libertà
e io te cerco scusa ‘e chella bugia

Chesta nun sarrà na canzone d’ammore
pecché na carezza nun c’è mai stata
però certamente ce trase o core
pecché è na canzone de ‘nnammurato

‘Nnammurato ‘e na favola luntana
‘e na donna ca nun ha cunusciuto
‘nnammurato ‘e chella bellezza indiana
c’appartene a nu munno ca s’è perduto

Io te cerco scusa ‘e chello c’aggio fatto
pecché nun sapevo pecché ero distratto
scusa ‘ e tutto o mmale ca tu aviste allora
scusa pure si io nunn’ero nato ancora



Lingua: Inglese

English version by Lorenzo Masetti
Versione inglese di Lorenzo Masetti

Da quando ho ascoltato la prima volta questa canzone, mi ha sempre affascinato questo chiedere scusa per qualcosa successo prima della nostra nascita. Qualcosa di completamente diverso dalla Chiesa che chiede scusa per la persecuzione di Galileo, tanto per fare un esempio....

La traduzione sarà sicuramente piena di inesattezze, in realtà non so neanche come mi sia venuto in mente di provarci, aiutatemi pure a migliorarla...
I BEG YOUR PARDON

I beg your pardon for what I did
'cause I couldn't know, 'cause I was inattentive
sorry for all the trouble you had in those times
sorry even if I wasn't born yet

Sorry for that world that now is lost
where you used to run like a child
under the sunlight without feeling tired
under the starlight, without any fear

Sorry for that dream of a sailor
who, the first, went over Gibraltar
for tempting the fate going out on the sea
for looking far and discover a land

Sorry for that science that was sailing
further and further as far as that land
'cause he didn't know what he'd have found
'cause he didn't know he was bringing war

But all the fortune of France and Spain
is nothing compared with that beauty
and all the money of the world, all its treasures
aren't enough to get it back

And with Nina, Pinta and Santa Maria
there came the wind of civilization
bringing peace and freedom
and I beg your pardon for that lie

This won't be a love song
'cause there could never be a caress
but I know for sure it has something to do with my heart
because this is a song of a lover

In love with a distant tale
and with a woman he could never meet
in love with that Indian beauty
belonging to a nowadays lost world

I beg your pardon for what I did
'cause I couldn't know, 'cause I was inattentive
sorry for all the trouble you had in those times
sorry even if I wasn't born yet

3/6/2005 - 15:40


Non ti dico neppure se sia o meno "piena di errori" come dici tu (non lo è, ma non è importante), e la lascio così com'è. Sicuramente capirai perché.

Riccardo Venturi - 3/6/2005 - 18:37




Lingua: Italiano

Versione in italiano di Eugenio Bennato.

Per la mia cara amica Alice (Alicesole) Eugenio Bennato - Io te cerco scusa. Sotto il testo originale l'ho riportato in italiano.
IO TI CHIEDO SCUSA

Io ti chiedo scusa per quello che ho fatto
perché non sapevo, perché ero distratto
scusa di tutto il male che tu avesti allora
scusa pure se io non ero nato ancora

Scusa di quel mondo che si è perduto
Dove tu correvi come un bambino
Sotto la luce del sole senza stanchezza
sotto la luce delle stelle senza paura

Scusa di quel sogno di quel marinaio
Che per primo uscì da Gibilterra
per tentare la sorte e uscì per mare
per guardare lontano e scoprì una terra

Scusa di quella scienza che navigava
sempre più lontano fino a quella terra
perché non sapeva cosa ci trovava
perché non sapeva che portava la guerra

Ma tutta la fortuna di Francia e Spagna
non è niente di fronte a quella bellezza
e non può bastare per riscattarla
tutto l'oro del mondo, tutta la ricchezza

E con Nina Pinta e Santa Maria
arrivava il vento della civiltà
che portava a pace e a libertà
e io ti chiedo scusa di quella bugia

Questa non sarà una canzone d'amore
perché una carezza non c'è mai stata
però certamente c'entra il cuore
perché è una canzone da innamorato

Innamorato di una favola lontana
Di una donna che non ha conosciuto
innamorato di quella bellezza indiana
che appartiene ad un mondo che si è perduto

Io ti chiedo scusa di quello che ho fatto
perché non sapevo perché ero distratto
scusa di tutto il male che tu avesti allora
scusa pure se io non ero nato ancora,

inviata da Marco Valdo M.I. - 17/12/2010 - 15:14




Lingua: Francese

Version française – FAITES EXCUSES – Marco Valdo M.I. – 2010
Chanson italienne (en napolitain) – Io te cerco scusa – Eugenio Bennato – 2002

Depuis que j'ai entendu pour la première fois cette chanson, j'ai toujours été fasciné par cette demande de pardon pour quelque chose qui s'était produit avant notre naissance. C'est très différent de la manière dont l'Église demanda pardon pour la persécution de Galilée, pour donner un exemple...
Ainsi Parlait Lorenzo Masetti

Ah, Lucien l'âne mon ami, voici une superbe chanson en napolitain, que j'ai eu un peu de mal à traduire... Je te le concède. Elle le mérite, je veux dire d'être traduite. Peut-être l'a-t-elle été déjà et beaucoup mieux que par moi. Alors, qu'on veuille bien excuser cette humble version. Notre ami Lorenzo lui-même s'y est essayé excellemment en anglais et lui aussi, a pris la peine de, comme dit la chanson elle-même : « cercare scusa », « faire excuses ». Cela dit, il s'agit quand même d'une extraordinaire et extratemporelle prise de conscience de Christophe Colomb face au désastre qui a résulté pour l'humanité de la découverte de l'Amérique. À commencer par l'éradication des populations indigènes, des peuples qui vivaient là – en paix et en bonne santé. On leur a passé mille maladies qui les ont décimés et puis, on a achevé le travail – nous les Européens, nous les civilisés, si j'ose dire, à la main. À la balle et au couteau, quand ce ne fut pas au canon et au poison. Sans compter les mensonges, les traîtrises... Il suffit de lire Howard Zinn et son histoire ( Une Histoire populaire des États-Unis. De 1492 à nos jours, Agone, 2002.) des peuples perdus d'Amérique – entendez des Zétazunis... Ou ce qu'on fit aux Incas, aux Aztèques, aux Toltèques et autres peuples innombrables que l'on massacra à qui mieux mieux. Et ce n'est pas fini. Il suffit de penser au Chili de Pinochet que les Chicago boys (made in Usa) et les tueurs d'Allende ont ruiné, à l'Argentine, à la Colombie même... Les massacres de populations s'exportent comme tout le reste en Asie, en Afrique... On est en plein dans la Guerre de Cent Mille Ans que les riches (ou ceux qui veulent le devenir) font aux pauvres afin d'atteindre la richesse, de l'accroître, de développer leurs territoires, de magnifier leurs privilèges, d'étendre leurs domaines et d'asseoir plus encore leur pouvoir.

Cependant, cependant...., dit Lucien l'âne en balançant sa grosse tête d'un air de deux airs...

Cependant, cependant, quoi ?, dit Marco Valdo M.I. un peu interloqué...

Cependant, Marco Valdo M.I. mon ami, écoute-moi bien, car c'est un peu inhabituel comme discours. Cependant, ce fut toujours le destin de l'humanité d'aller ailleurs et même, c'est peut-être sa seule chance de survie le jour où la planète cessera de pouvoir la supporter. Mais sans aller si loin, les migrations sont inhérentes à votre espèce, à la nôtre aussi d'ailleurs. Voilà le nœud de l'affaire. La planète est de toujours à tous les êtres sans distinction de race, de sexe... Il n'y a donc rien à reprocher à Colomb quand il s'en va ailleurs, à la découverte d'un ailleurs. C'est tout aussi bien le chemin de la science et c'est un bon chemin. C'était très bien d'oser traverser la Mer Océane, de mettre fin à des peurs et des superstitions ancestrales, apportées, portées et imposées par l'Église. Il était bel et bon que l'homme s'en aille aux horizons. Voilà pour mon cependant. Et en voici un autre. Cependant, cependant...

Cependant, cependant, quoi encore, mon ami l'âne Lucien.

Cependant, s'il fut bien et bon de s'en aller en terres futurement américaines – toutes, du nord au sud et d'est en ouest, il convenait d'y aborder avec précaution, en étant soigneux et respectueux et de la terre et de ses habitants. En somme, aller à la rencontre d'un monde nouveau pour les Européens d'alors était fort bien, mais ce n'était pas là une raison pour en massacrer les habitants ou pour – ce fut notoirement le cas avec les Africains, pour en faire des esclaves, puis des « colonisés ». La civilisation a des limites qu'il ne faut pas dépasser.

Vois-tu, dit Marco Valdo M.I., Lucien l'âne mon ami, la terre – toute la terre et tout autre endroit des univers où nous pourrions accéder un jour, appartient à tout le monde et à chacun. De ce point de vue, tous doivent être égaux. Ceci implique naturellement (et je vois bien ce que ce terme comporte de sens caché), donc naturellement, qu'il n'y a pas de droit du premier occupant, qu'il ne peut y avoir de discrimination fondée sur une présence antérieure... Que pour celui qui est là, il lui revient de se rappeler que forcément il est venu d'ailleurs et qu'il n'a pas plus de raison « naturelle » d'être là que celui qui arrive. Ceci dit, cela impose de facto à celui qui arrive de prendre en compte ce qui est, ce qui a été fait et de ne pas vouloir imposer sa présence et ses mœurs par le recours à la force brutale, ni de vouloir éliminer – pour faire place – les primo-habitants.

C'est, je te le fais remarquer, un peu le destin que la chrétienté a réservé aux descendants de Cro-Magnon. Elle a voulu (et veut encore) purement et simplement les éliminer. Mais, nous, les descendants de Cro-Magnon, nous, nous résistons. Face à ces assauts, nous disons : Ora e sempre : Resistenza ! Pour en revenir à la chanson et au début, te souvient-il de la chanson de Charles Trenet « Terre » sur ce même thème du voyage de Colomb... Elle illustre le point de vue de l'équipage (qui pourrait être demain celui d'un astronef) et sa joie, son humaine joie d'arriver enfin quelque part. Elle notamment ceci :
« On entendit Colomb :

Terre ! Terre ! Oui, c'est toi.
Terre ! Terre ! Je te vois.
Terre ! Terre ! Viens à moi.
Oui, terre, je suis à toi.
Terre ! Terre ! Oui c'est toi.
Terre ! Terre ! Qui donne la joie.
Terre ! Terre ! Viens à moi.
Oui, terre, je suis à toi.
Descendons au plus tôt.
Le pays est beau.
La plaine est joyeuse.
Bâtissons des maisons.
Pêchons des poissons.
Chantons des chansons ! »

et de fait, si l'on en était resté là.... Et même, plus exactement, si l'on en reste là, tout va bien.
Cela dit, l'Europe actuelle, du moins, une grande partie d'entre elle se conduit à la façon des pires goujats, on dirait un monde de vieillards peureux assis sur leur trésor et qui sans le savoir ne font plus qu'attendre la mort...

Oui, dit Lucien l'âne, c'est bien l'impression que j'en ai, moi et les autres ânes pareil. Comment dire ? Ça sent le renfermé... Crois-moi, mon cher Marco Valdo M.I., mon ami, il faut ouvrir les fenêtre et donner de l'air à ce continent en voie de vieillissement.. En somme, il faut mettre fin à sa dégénérescence, virer tous ces vieillards égoïstes, bornés et libidineux. Et pour cela, je n'arrête pas de le dire, tissons le linceul de ce vieux monde décrépit et cacochyme...

Ainsi Parlaient Marco Valdo MI.I. et Lucien Lane.
FAITES EXCUSES

Faites excuses pour ce que j'ai fait
Car je ne savais pas, car j'étais distrait
Excuses pour tout le mal qui te frappa alors
Excuses même si je n'étais pas encore.

Excuses pour ce monde d'antan
Où tu courrais comme un enfant.
Sous la lumière d'un soleil, infatigable
Sans peur, sous la lumière d'une étoile

Excuses pour ce rêve de marin
Qui dépassa Gibraltar un matin
Pour tenter le destin et aller par la mer
Explorer le lointain et découvrit une terre.

Excuses pour cette science qui naviguait
Toujours plus loin jusqu'à ta terre
Car je ne savais pas ce qu'elle cachait
Car je ne savais pas qu'elle portait en elle la guerre.

Toute la fortune d'Espagne et de France
N'est rien face à cette beauté
Et ne peut même suffire à la ressusciter
Tout l'or du monde, toute la richesse.

Avec la Pinta, la Niña et la Santa Maria
Le vent de la civilisation arriva
Qui apportait la paix et la liberté
Pour ce mensonge aussi, faites excuses

Ce ne sera pas une chanson d'amour
Car il n'y eut jamais une seule caresse
Mais quand même le cœur y fait sa cour
Car c'est la chanson d'un amoureux

Un amoureux d'une fable lointaine
D'une femme qu'il n'a pas connue
Amoureux de cette beauté indienne
Qui appartient à un nation disparue.

Faites excuses pour ce que j'ai fait
Car je ne savais rien, car j'étais distrait
Excuses pour tout le mal qui te frappa alors
Excuses même si je n'étais pas encore.

inviata da Marco Valdo M.I. - 17/12/2010 - 15:12


una canzone bellissima che fa commuovere perchè non tutti ci avrebbero pensato ma quando gli europei sono arrivati in america hanno ucciso tanta gente innocente e hanno tolto la loro terra solo perchè ci sono arrivati per primi come europei ma quella terra apparteneva a chi ci viveva. e questo solo perchè l'uomo è così egoista che vuole tutto per se e crede che tutto sia suo. i più calorosi complimenti a eugenio.
by xxxxxx

29/11/2010 - 15:40


Complimenti......poesia bellissima.
piena di pensieri intensi rivolti ad una realtà dura.
Un'altra volta complimenti
Ciao
da tre studentesse *******,****** e *******
Di una scuola media

M.V,G.M E D.C - 13/12/2010 - 15:56



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org