Lingua   

Lupus in fabula [Il lupo e l'agnello]

Daniele Sepe




Ti può interessare anche...

Der letzte Wolf
(Ingo Barz)
Histoire de l'ouvrier
(Daniele Sepe)
Les Loups dans la Ville
(Marco Valdo M.I.)


[2002]
Testo di Dario Jacobelli
Musica di Daniele Sepe
Album: Anime Candide

anc1 anc2

E nonna nonna nonna
e nonna nonnarella
o lup' s'ha magnat'
'a pecurella.

Un lupo ed un agnello
per togliersi la sete
vanno a bere in un ruscello
che scorre fra le pietre.
L'agnello sta laggiù nella pianura
e il lupo un po' più in alto
sull'altura.
Il lupo ha già mangiato, è sazio
ma quando si volta e vede l'agnello
decide di farsi passare lo sfizio
e cerca i motivi per fare un macello

Hey you bastard!
Cumm'è, let me undestand
A staje facenn' na chiaveca
a water ca sto bevenno.
Staje tutto dirty, chin 'e fraveca
What motherfukker staje capenn?"

Il povero lanuto,
è intimidito:
"Scusa, ma come avrei potuto?
Tu bevi il liquido appena scaturito
che poi scorrendo giù di sasso in sasso
arriva fino a me che sto qui in basso!"

La cosa appare evidente
ma il lupo subito riprende
"Ahhh Aggio riconosciut' a voice
si tu, si tu ca sett mis' ago
nn'anz' all'amici
parlav' mal' e me
famm verè
dimmell' 'nfaccia mo!

"Ma no, che dici, ti sei sbagiato"
dice l'agnello spaventato
"io sette mesi fa non ero neanche nato!"

"Ok! Now i remember…
fuje patet' ca se pigliaie
a sfaccimma ra cunferenz
e mo ca tu staje ccà
sarraje you a pavà tutt'e conseguenz!"
E come l'ebbe fra le mani lo ridusse
a brandelli a pezzi a brani.

Esopo, Fedro, La Fontaine
cagnano 'e secoli, nun cagnan' e fetient
che arroganti, violenti e prepotenti
pezzi di merda, infami e disonesti
con dei falsi pretesti
massacrano innocenti

inviata da Riccardo Venturi - 21/10/2007 - 02:24





IL LUPO E L'AGNELLO
Versione più propriamente Sepiana sempre basata sulla favola "Il lupo e l'agnello" di Esopo

Jorgos Pittas voce narrante, Franco Sansalone il lupo, Rosita Ippolito l'agnello, Franco Giacoia chitarra elettrica, Roberto Natullo flauto, Oktavian Nikita-Christea oboe, Luciano Russo clarinetto, Antonello Capone fagotto, Roberto Schiano trombone, Dario Franco contrabbasso, Enrico Del Gaudio batteria e percussioni, "Costo Zero Vesuvian Orchestra" diretta da Daniele Sepe

Nota: Nel testo in greco moderno, sono stati reintrodotti gli accenti monotonici a differenza che nel libretto dell'album da cui è stato riprodotto, e ripristinati gli apostrofi e la corretta punteggiatura. La favola di Esopo è stata tradotta in greco moderno del tutto popolaresco.
O λύκος και το πρόβατο
ψάχνοντας για νεράκι
σ'ένα ποτάμι φθάνουν
που τρέχει μες στους βράχους
O λύκος από τα ψηλά
κάτω τ'αρνάκι βλέπει
Xορτάτος αν και ήτανε
αιτεία εζητούσε
να το καταβροχθήσει
- Pε αρχιδάκι…
το γάμησες το νερό μου
- Mε συγχωρείτε κύριε
λύκο αφούστε στην πηγή
και 'γώ 'μαι στο ποτάμι
πως είναι δυνατόν
να μολύνω το νερό σας;
Kι αν είναι ολοφανερό πως
είνι αθώο το αρνάκι
ο λύκος συνεχίζει…
- Aααααααααα…Tώωωρα θυμήηηθηκα
εσύ πριν δέκα μήνες μ'έβριζες μπροστά
στους φίλους μου
για ξανάριχτά μου ρε μαγκάκι…
- Σας παρακαλώ άρχοντα
μου συγχωρείστε τον ταπεινό σας δούλο.
Πριν δέκα μήνες δεν είχα καν γεννηθεί
το κακόμοιρο
- Oκ, δίκιο έχεις,
ο πατέρας σου ήταν εκείνος o μαλάκας
κι αφού τ'αρχίδι λείπει
Λυπάμαι
Θα πεθάνεις.

inviata da CCG/AWS Staff - 22/10/2007 - 15:45





La resa in italiano e napoletano (basata sul testo di Dario Jacobelli) proveniente dal libretto dell'album:
IL LUPO E L'AGNELLO

Un lupo ed un agnello
per togliersi la sete
vanno a bere in un ruscello
che scorre fra le pietre.
L'agnello sta laggiù
beve serenamente
e il lupo un po' più su
vicino alla sorgente.
Il lupo è sazio
ma vede l'agnello
decide
di farsi passare lo sfizio
e cerca motivi
per fare un macello.
- Hey tu, coglioncello,
Cumm'è, let me undestand
A staje facenn' na chiaveca
a water ca sto bevenno.
-Mi scusi, signore,
ma come potrei?
Io son quaggiù
e lei vicino alla sorgente!
La cosa appare evidente
ma il lupo subito riprende
- Ahhh, aggio riconosciut' a voice
si tu, si tu ca diece mis' ago
nn'anz' all'amici
parlav' mal' e me
famm verè
dimmell' 'nfaccia mo!
- Perdoname, mi coronel, mi cara
baco tus pies, usted està in error,
io, puaretto, dieci mesi fa
no avia nacido ancor…
-Ok! Now i remember…
fuje patet', chillu grande piecuro
ca se pigliaie
'nu sacc' e' cunferenz'
e mo ca tu staje ccà
ne a' pavà tutt'e conseguenz!
T'aggia magnà e t'aggia digerì
comme si foss' nient'
e l'osse l'aggia lascià
pe peggio fetiente!

E nonna nonna nonna
e nonna nonnarella
o lup' s'ha magnat'
'a pecurella.

inviata da CCG/AWS Staff - 23/10/2007 - 10:34




Lingua: Greco antico

IL LUPO E L'AGNELLO - Il testo originale di Esopo, con traduzione italiana.

Esopo in una miniatura medievale.
Esopo in una miniatura medievale.
Λύκος καὶ ἀρήν.

Λύκος θεασάμενος ἄρνα ἀπό τινος ποταμοῦ πίνοντα,
τοῦτον ἐβουλήθη μετά τινος εὐλόγου αἰτίας καταθοινήσασθαι.
Διόπερ στὰς ἀνωτέρω ᾐτιᾶτο αὐτὸν ὡς θολοῦντα
τὸ ὕδωρ καὶ πιεῖν αὐτὸν μὴ ἐῶντα.
Τοῦ δὲ λέγοντος ὡς ἄκροις τοῖς χείλεσι πίνει
καὶ ἄλλως οὐ δυνατὸν κατωτέρω ἑστῶτα ἐπάνω ταράσσειν τὸ ὕδωρ,
ὁ λύκος ἀποτυχὼν ταύτης τῆς αἰτίας ἔφη·
"Ἀλλὰ πέρυσι τὸν πατέρα μου ἐλοιδόρησας."
Εἰπόντος δὲ ἐκείνου μηδὲ τότε γεγενῆσθαι,
ὁ λύκος ἔφη πρὸς αὐτόν·
"Ἐὰν σὺ ἀπολογιῶν εὐπορῇς,
ἐγώ σε οὐχ ἧττον κατέδομαι."
Ὁ λόγος δηλοῖ ὅτι οἷs ἡ πρόθεσίς ἐστιν ἀδικεῖν,
παρ' αὐτοῖς οὐδὲ δικαία ἀπολογία ἰσχύει.

Il lupo e l’agnello.

Un lupo, avendo visto un agnello
che beveva presso un fiume,
volle mangiarlo con una buona scusa.
Perciò, per essendo più in alto,
lo accusava di insudiciare l’acqua
e di non lasciarlo bere.
Ma dicendo quello che beveva a fior di labbra
e che comunque, non era capace,
dato che stava più in basso,
di sporcare l’acqua in alto,
il lupo, avendo cambiato questo pretesto disse:
“Ma l’anno scorso hai ingiuriato mio padre”.
Ma avendo quello replicato
che in quel tempo non era ancora nato,
il lupo gli disse:
“Se tu sei ricco di difese,
nondimeno io ti sbranerò”.
La favola mostra che neppure una giusta difesa
protegge contro quelli
che hanno intenzione di compiere ingiustizia.

inviata da Riccardo Venturi - 22/10/2007 - 15:54




Lingua: Latino

Visto che siamo in tema aggiungerei anche la favola di Fedro in latino:

fedro
LUPUS ET AGNUS

Ad rivum eundem lupus et agnus venerant, siti compulsi.
Superior stabat lupus, longeque inferior agnus.
Tunc fauce improba latro incitatus iurgii causam intulit:
"Cur - inquit - turbulentam fecisti mihi aquam bibenti?"
Laniger contra timens :
"Qui possum - quaeso - facere quod quereris, lupe? A te decurrit ad meos haustus liquor."
Repulsus ille veritatis viribus:
"Ante hos sex menses male - ait - dixisti mihi".
Respondit agnus:
"Equidem natus non eram!"
"Pater, hercle, tuus - ille inquit - male dixit mihi!"
Atque ita correptum lacerat iniusta nece.
Haec propter illos scripta est homines fabula qui fictis causis innocentes opprimunt.

inviata da Silva - 22/10/2007 - 16:19




Lingua: Francese

Proprio per non lasciare nil intemptatum, ci mettiamo anche l'altrettanto celebre resa di La Fontaine (dalla seconda raccolta delle Fables, del 1679)

Jean De La Fontaine.
Jean De La Fontaine.
LE LOUP ET L'AGNEAU

La raison du plus fort est toujours la meilleure:
Nous l'allons montrer tout à l'heure.

Un Agneau se désaltérait
Dans le courant d'une onde pure.
Un loup survient à jeun, qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.
"Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage?
Dit cet animal plein de rage:
Tu seras châtié de ta témérité.
-Sire, répond l'agneau, que Votre Majesté
Ne se mette pas en colère;
Mais plutôt qu'elle considère
Que je me vas désaltérant
Dans le courant,
Plus de vingt pas au-dessous d'Elle;
Et que par conséquent, en aucune façon
Je ne puis troubler sa boisson.
- Tu la troubles, reprit cette bête cruelle;
Et je sais que de moi tu médis l'an passé.
-Comment l'aurais-je fait si je n'étais pas né?
Reprit l'agneau; je tette encor ma mère
-Si ce n'est toi, c'est donc ton frère.
- Je n'en ai point. -C'est donc l'un des tiens;
Car vous ne m'épargnez guère,
Vous, vos bergers et vos chiens.
On me l'a dit: il faut que je me venge."
Là-dessus, au fond des forêts
Le loup l'emporte et puis le mange,
Sans autre forme de procès.

inviata da Riccardo Venturi - 23/10/2007 - 21:00




Lingua: Walloon (Marollien)

El loup et el Lemmeke

Chanson marollienne - El loup et el Lemmeke - Coco Lulu - 1898
Texte de Victor Lefèvre  (1822-1904)


Victor Lefèvre (1822-1904) fut un fonctionnaire modèle du service de l’Instruction publique de la ville de Bruxelles. Membre de la loge maçonnique bruxelloise « Les Amis Philanthropes », il composa quelques œuvres sous son nom mais c’est comme « barde de la rue Haute » et comme auteur marollien qu’il se fit connaître sous le pseudonyme de Coco Lulu.

Ah, Lucien l'âne mon ami, figure-toi... Oui, figure-toi ceci...


Au fait, que dois-je me figurer ?, demande Lucien l'âne un peu ahuri par un tel préambule. Figure-toi donc que j'allais tranquillement mon chemin, quand un loup survînt... Non ce n'est pas ça, mais presque. Je traduisais une chanson italienne où il est question de Lupi – en français , de loups et j'y reviendrai prochainement, mais chemin faisant, il m'arriva une aventure que je m'en vais te conter.
Je regardais la page de cette chanson que je me préparais à traduire quand je me suis aperçu qu'il y avait un parcours des Loups contre la Guerre. Curieux comme un âne, je suis allé voir de quoi il s'agissait et j'ai découvert que ce parcours recensait 19 chansons. Je me suis dit : Tiens, y suis-je ? Ou plus exactement, y trouve-t-on les chansons que j'ai écrites et qui parlent de loups ? Tu les connais sans doute …


Évidemment... J'en ai au moins deux en mémoire... Le Petit Chaperon Rouge et le Loup de Rome et Les Loups dans la Ville... Ceci dit, ce sont de bonnes chansons. Et elles n'y sont pas ? J'en tombe de mon siège, dit Lucien l'âne bien campé sur ses quatre pattes.


Non en effet, ; tout comme ne s'y trouve pas Je ne hurlerai pas avec les loups de Gilles Servat. Mais, c'est sûrement un ajustement à faire et il sera fait prochainement. Je te disais ça, car regardant les 19 chansons recensées, j'ai vu « Lupus in fabula » (Il lupo e l'agnello) de Daniele Sepe et la kyrielle de fables et de chansons qui l'accompagnent, dont 2 en italien, 2 en grec, 1 en latin et 1 en français.


Moi, dit Lucien l'âne en riant, je me souviens très bien de cette histoire en grec... C'était, il y a bien longtemps. Elle m'avait été racontée par un certain Ésope ou en grec, Αἴσωπος que je véhiculais là-bas en Phrygie – sans craindre les loups, ce sont eux plutôt qui craignent mes sabots et mes dents... J'imagine donc bien de quoi tu aprles... mais, je t'en prie continue, sinon on n'y arrivera pas.


Très bien, excellent, me suis-je dit. Et puis, et puis, une petite lampe s'est allumée au fond de ma mémoire et m'est revenue une version de la même histoire (appelons-la comme ça) en une langue que j'appellerais le « bruxellois »... dont le titre – toujours de mémoire – devait bien être « Le Loup et le Lemmeke », directement inspirée du sieur La Fontaine – proximité oblige.


Et qu'as-tu fait alors ?, demande l'âne Lucien tout ébahi encore.


Eh bien, j'ai cherché à al retrouver et j'y suis arrivé et à ma grande stupéfaction, j'en ai trouvé deux différentes... Une en « bruxellois », disons presque contemporain, disons, tel qu'on le parle encore et une bien antérieure en « marollien », une langue populaire étonnante comme tu vas pouvoir t'en rendre compte.


En marollien, dis-tu ? Mais qu'est-ce que c'est que cette langue-là ?, dit l'âne polyglotte et intéressé.


Le marollien ? Était (car je crois bien que cette langue a quelque peu disparu) à partir de la moitié du XIXième siècle la langue des habitants du quartier populaire des Marolles à Bruxelles. Quartier où aboutissaient les ouvriers venus construire la capitale du nouveau royaume – né en 1830, au moment donc où Bruxelles a connu une croissance rapide. Je ne sais si le « marollien » a encore cette étonnante figure de langue, écoute bien, de langue carrément « wallonne », mâtinée d'expressions flamandes. En clair, ce « brusseleir » était une langue d'oïl. C'est cette surprenante version du je te fais voir... Car son interprète est mort depuis un siècle et on n'en possède pas d'enregistrement et c'est bien dommage.


Car on connaît son interprète ? dit Lucien l'âne de plus en plus ahuri. Et qui ce serait bien ?


Bon, d'abord, je te préviens... Il a un nom à coucher dehors avec un billet de logement, comme disait ma grand-mère. Un nom drôle... C'était son nom d'artiste, son nom de chansonnier... Il s'appelait Coco Lulu. Et on en connaît même l'auteur de cette chanson d'El Loup et el Lemmeke... Il s'appelle Victor Lefèvre, qui de son vivant était employé d'administration... Je crois bien me souvenir qu'une rue porte son nom à Schaerbeek, grande commune de Bruxelles, où j'imagine il habita. Il est mort en même temps que le chansonnier, étant la même personne physique.


On connaît ça... dit l'âne Lucien en souriant aux anges. Mais sais-tu que cette histoire me paraît avoir certaine actualité – par exemple du côté de l'Ukraine. Enfin, loup ou pas loup, tissons le linceul de ce vieux monde où les plus forts entendent toujours avoir raison, où les riches et les puissants entendent toujours tirer profit des plus faibles... Monde infâme et cacochyme.



Heureusement !



Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.
El loup et el Lemmeke

A Hanske Taverne.

Quans' qu'on fait des rus', c'est toujours el capon
Qu'est l' plus fort, qu'a raison.
..............................................
Un petit Lemmeke un jour
Buvait de l'eau dans un' rivière...
Un loup qu'avait très soif, vient, et dit en colère :

« Ploch' ve den doch' ! c'est à m'tour
» De boire, et tu viens sur ma place.
» Halte là !
» Petit' crapul' que t'es là !
- Beh ! mossieu le loup, je passe
» Plus bas que toi ! je salis pas votre eau.!
- Stinker ! qu'en wallon on appelle agneau,
» Sur moi t'as dit tout' sort' de choses
» Deux ans passés - Prends gard' si t'oses
» Encor' me crétiquer !.. - Tu dis deux ans passés ?
» Alours j'étais cor pas sul'terre.
» Je têt' cor ma mère!..
- C'était pas toi ? - Och ! non ! - Alours c'était vot' frère ?
- Beh ! j'en ai pas ! - smoel toe ! c'est assez !
» C'était alours des gens' de vot' famile...
» Le chien, le briger...
» Y m'laissont jamais tranquille,
« Et j'vas m'revenger...
Avec el Lemmeke y file
Dans les bois, et va l'manger...
..................................................
Tu vois bien que c'est l'capon
Qu'est le plus fort, qu'a toujours raison.

inviata da Marco Valdo M.I. - 25/3/2014 - 22:06




Lingua: Francese (Beulemans)

Chanson française (beulemans) – LE LOUP ET LE LEMMEKE – VIRGILE – (Entre 1920 et 1970)

Langue : beulemans : une variante du brusseleeir ; bruxellaire ou bruxellois, lui-même variante du belgicain, français de Belgique.

Video

VIRGILE, dit Le Jean de La Fontaine des Marolles, n'était autre que Léon Crabbé (1891-1970). Il fit les beaux jours du défunt magazine politique bruxellois « Pourquoi Pas ? » (1910-1989) en y publiant chaque semaine, en un français mâtiné de « brusseleir », un Dialogue attendu des lecteurs (et pas seulement ceux de la capitale) comme le Messie...

Le sieur Virgile, donc, fit rigoler nos pères… Et notamment par ses pastiches des fables de La Fontaine (Menhier le Corbeau et Menhier le Renard, Le Chêne et le Roseauke, Le Loup et le Lemmeke, La Laitière et le Melkpot en sont quelques ornements hilarants) mais aussi par 49 textes d’une inspiration toute personnelle, joignant au pittoresque la sagesse de la plus brave, à ce qu’on dit, des nations : La Baleine et le Sprok, Le Caniche et le Zinneke, Le Hérisson et le Rolmops, Les deux Moumas, La Puce qui donnait son Sang, L’Apprenti et la Femme du Façadeklacher, Le Philosophe et le Snul, La Vache et la Pin-up, on en passe et des plus tofs !

Quant à Léon Crabbé (1891-1970) choisit d’abord de s’appeler Noël Barcy, l’anagramme de son nom, avant de prendre le pseudonyme de Virgile. Si tous les Bruxellois d’un certain âge se souviennent (avec émotion et nostalgie) des célèbres Dialogues de la Semaine qui paraissaient dans le défunt hebdomadaire Pourquoi Pas ?, on sait moins qu’il eut une activité de revuiste pour les innombrables music-halls bruxellois de l’avant et de l’après Deuxième Guerre mondiale. Il écrivit aussi les textes de quelques 700 chansons, ainsi qu’une cinquantaine de fables, inspirées de La Fontaine ou d’inspiration personnelle. Hormis cela, il composa près de 500 sketches, remarquablement dialogués, que le Pourquoi Pas ? continua à publier jusqu’en 1988, dix-huit ans après la mort de leur auteur !
Georges Lebouc, qui est à la bruxellitude ce que Léopold Sedar Senghor est à la négritude, c’est-à-dire un grand témoin et un passeur de mémoire (nè !), a eu l’excellente idée de rassembler ces pépites dans un joyeux recueil intitulé Fables complètes (aux Éditions Racine à Bruxelles) pour lequel il a rédigé une introduction, un lexique complet et des notes expliquant les mots difficiles.
Il a donc droit à notre reconnaissance éternelle et, surtout et c’est là le plus important, à une demi-gueuze !
(Tout ce bazar vient d'internet, évidemment!)

Qu'est-ce que c'est que cette histoire de Virgile ?, demande Lucien l'âne un peu paf. Moi des Virgiles, j'en ai connu plusieurs au cours de mes pérégrinations transhistoriques et notamment, un écrivain latin, l'accompagnateur de Dante aux enfers et celui de Carlo Levi en Géorgie et en Ukraine... C'est juste pour dire... À moins qu'il ne soit question de ce zievereer du Pourquoi Pas ? que j'ai croisé aussi un jour de marché sur la place communale de Schaerbeek. Je ne sais plus ce qu'on faisait là à sept heures du matin...

C'est bien celui-là..., dit Marco Valdo M.I. en riant. Celui qui disait des fables à la radio, parfois. Et justement, aujourd'hui, je te propose ce Loup et le Lemmeke, qui me semble une transcription assez fidèle de ce loup et l'Agneau de La Fontaine, qui fit trembler tant et tant d'enfants sous l'estrade à l'heure de la récitation et j'en suis persuadé, assez plus directement de la version en marollien de Coco Lulu. Il te souviendra que l'autre jour, j'avais proposé aux Chansons contre la Guerre, une version en marollien, c'est-à-dire en wallon des Marolles (quartier populaire du centre de Bruxelles), de ce Lupus in fabula... [[6558#agg220923]], apportant ainsi au passage une langue vernaculaire en plus au site des CCG. Je me réservais de réitérer l'exploit et d'en apporter une supplémentaire encore et la voici... C'est toujours la même histoire du Loup et de l'Agneau, mais cette fois en pur beulemans.

C'est-à-dire ?, dit l'âne Lucien passablement interloqué.

C'est-à-dire une variante de bruxellois, appelée le « beulemans » du fait que son œuvre la plus retentissante et fondatrice fut une pièce de théâtre intitulée « Le Mariage de Mademoiselle Beulemans » [https://www.youtube.com/watch?v=hiYCNIfgV6w], où cette langue se déborde en contraste avec celle du jeune Parisien, futur de la demoiselle. Cela dit, le beulemans n'est pas du wallon, mais bien une variante du belgicain, ou français de Belgique tel qu'il est parlé par des locuteurs imbibés de flamand et sans doute aussi, à certains moments, de bière nationale. Pour le petit couplet introductif, on dira qu'il est de nette inspiration flamande (mais de Bruxelles) – on y retrouve la mère-grand de Perrault (ici, Bomma), mangée par le loup du Chaperon rouge... tout comme dans la version de Daniele Sepe.

Awel, dit l'âne Lucien en pouffant doucement, y a pas à dire, c'est quelque chose. Si j'aurais jamais imaginé ça, Mademoiselle Beulemans dans les Chansons contre la Guerre... On aura tout vu. Bon, c'est pas tout ça, recommençons à tisser le linceul de ce vieux monde insipide, ronchon, trop riche, limite obèse et cacochyme.

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
LE LOUP ET LE LEMMEKE

Viva Bomma Pataten et saucisses
Viva Bomma Pataten en cervelas
En een dikke troulala... Troulala

Le plus fort sait toujours prouver qu'il a raison
Dans la vie comme à la maison

Un Lemmeke, ça est un petit agneau
Était en train de boire au bord d'un ruisseau
Un loup arrive
Ce loup, un castar culotté
Depuis plus que trois jours avait rien boulotté
Ça tirait tellement dans ses instintins
Qu'il était fiel de faim
Espèce de knotsyphon qui ce qui vous a permis
De bleffer dans mon eau
Je ne pardonnerais pas çà à mon meilleur ami
Aussi je vous le dis, tu seras puni
Oui mais, pardon Mon Sire, qui dit le sukkeleir
Avouez que vous êtes un drole de pleikleir
Le coulant va par là
Et je bois à plus que vingt pas plus bas
Que Votre Majesté
Donc, je ne sais pas bleffer dans l'eau que vous boivez
Tûût, tûût, tûût répond le loup
Je vous dis que tu bleffes
Et avec ça, c'est tout.
Et puis, l'année passée, tu as raconté sur moi
Un tas de zieverderaas
Permettez-moi que je le dise, Majesté
Vous êtes un leuigenoet
Pasque l'année passée, j'étais pas né
Et la preuve n'est-ce pas
C'est que je tette encore le sein de ma moema.
Si c'est pas toi, c'est ton frère
Et ça ne sont pas des choses à faire.
Mon frère !? Et bien merci, toi t'es un vrai comique
Car vous pouvez sacher que je suis un fils unique.
Dans tous les cas, c'est de ta famille
Et ça va changer potfermille !
Mais enfin, monsieur le loup...
A smoel toe! Taisez-vous !
Ton crime est sans excuse.
Ton berger et tes chiens me cherchent toujours des ruses
Et, plus de compliments.
Moi, je dois me venger.

Priez pour le petit schoop
Car le loup l'a mangé .

inviata da Marco Valdo M.I. - 26/3/2014 - 13:01




Lingua: Polacco

Tradotta in polacco dalla versione francese di Jean de La Fontaine da Stanisław Trembecki
Racyja mocniejszego zawsze lepsza bywa.
Zaraz wam tego dowiodę.
Gdzie bieży krynica żywa,
Poszło jagniątko chlipać sobie wodę.
Wilk tam na czczo nadszedłszy, szukając napaści,
Rzekł do baraniego syna:
«I któż to zaśmielił waści,
Że się tak ważysz mącić mój napitek?
Nie ujdzie ci bez kary tak bezecna wina».
Baranek odpowiada, drżąc z bojaźni wszytek:
«Ach, panie dobrodzieju, racz sądzić w tej sprawie
Łaskawie.
Obacz, że niżej ciebie, niżej stojąc zdroju
Nie mogę mącić pańskiego napoju».
«Cóż? Jeszcze mi zadajesz kłamstwo w żywe oczy?!
Poczekaj no, języku smoczy,
I tak rok-eś mię zelżył paskudnymi słowy».
«Cysiam jeszcze, i na tom poprzysiąc gotowy,
Ze mnie przeszłego roku nie było na świecie».
«Czy ty, czy twój brat, czy który twój krewny,
Dość, że tego jestem pewny,
Ze wy mi honor szarpiecie;
Psy, pasterze i z waszą archandyją całą
Szczekacie na mnie, gdzie tylko możecie.
Muszę tedy wziąć zemstę okazałą».
Po tej skończonej perorze
Łapes jak swego i zębami porze.

inviata da Krzysiek Wrona - 26/3/2014 - 21:24




Lingua: Walloon (Carolorégien)

Fable carolorégienne (Wallon) – L’leup et l’bèdot – Horace Piérard – 1892 (publication)

Ah, Lucien l'âne mon ami, me voici à nouveau avec une version wallonne cette fois du Loup et l'Agneau.

En wallon, en wallon... Certes, dit Lucien l'âne en souriant doucement, certes, mais en quel wallon ? Tu sais comme moi qu'il y en a toute une tapée et que d'ailleurs, ta première proposition « El loup et el lemmeke » était en marollien, c'est-à-dire en wallon de Bruxelles, pour ainsi dire.

Celle-ci ? Celle-ci, mon bon Lucien l'âne, mon ami, est en carolorégien, c'est-à-dire comme tu le sais, en wallon du Pays de Charleroi. J'ajoute immédiatement tel qu'il était à la fin du dix-neuvième siècle... Mais enfin, pour ce qui me concerne, je comprends à peu près tout (toi aussi, d'ailleurs, je le vois à ton œil rieur) et si nos amis le veulent, je pourrais même en faire une traduction en français. Mais j'avoue cependant qu'à première vue, comme ça, je me demandais de quelle langue il pouvait bien s'agir. Je me souviens d'ailleurs avoir eu la même sensation en lisant une histoire de Tif et Tondu perdus dans je ne sais quelle jungle et qui se demandaient à leur tour quelle langue parlaient les indigènes... C'était du wallon, là aussi. Je ne sais d'ailleurs plus trop si c'était du carolo ou du liégeois.

À propos d'étrangeté, as-tu vu, Marco Valdo M.I. mon ami, la version polonaise du Loup et l'Agneau, insérée à la suite du Loup et le Lemmeke par Krzysiek Wrona. Mais qui donc est l'auteur de la version carolo que tu présentes aujourdh'ui ?

Bonne question... Il s'agit d'un notaire, il s'appelait Horace Piérard et passait ses loisirs en écrivant des fables en carolorégien ; ce n'égtaient pas des traductions d'Ésope ou de La fontaine, mais bien plutôt des fables originales, même s'il empruntait parfois – comme ici pour le Loup et l'Agneau, la même trame. Horace Piérard, membre actif de la Société Paléontologique et Archéologique de l'arrondissement de Charleroi, était notaire à Gilly comme le dit précisément Wiki : « Horace Pierard a skepyî e 1816 et mori e 1878. C' est l' prumî scrijheu d' fåves do payis d' Tchålerwè. Ele fourît eplaideyes après s' moirt, e 1892, pa Jules Lemoine, dizo l' tite "Horace Piérard, fabuliste et chansonnier wallon, sa biographie et son oeuvre". Di s' mestî, il esteut notåre a Djilî. »

Ainsi devisaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
L’LEUP ET L’BÈDOT

Dins n’in richot
In p’tit bèdot
S’irlaveut ;
Arrive in Leup.
Ell’biess, qu’aveu lonttimps fai d’jenne,
Areu d’ja sti contenne
D’awoè pou s’rassasi enn’ crouss’ ou in mitchot,
Et v’là qui s’n’ange gardien li èvoïe in bèdot !
«  Eh bé ! pou çà, dist-i, suchons humain !
Causons honnêtremaint !
Eh ! p’tit sint mwai, carogne,
Dirass’ pu long grawer tes rognes !
Ess’ qui t’va croëre
Qui ti m’fra boëre
Tes manestés ?
Allons ! hue, rotes,
Va ! fé tes crottes
Hors du fossé. »
El’Bèdot, tou saisi, in trianant respond :
«  N’wèyez né bé qui d’j’seus dins l’fond ?
Si dj’fèïeu même des incongruités
Çà n’direut né pa vos costé !
Suchez bé seur, dji n’ai fait nu pet, nu vesse
Et ré d’contraire all’ politesse !  »
« T’ess’t’in blagueux, »
Dit l’Leup furieux.
«  Ti n’sé qué mau dir’ di mi ;
L’année passée ti m’a co dispriji !  »
« L’année passée ? Dji n’ai né co chix loës,
Dji les arai aux Rpës ! »
« Si c’nest né t’même, c’est ien d’tes frères ! »
« Vos v’let m’cherchi misère,
Dji n’ai pont d’frères ! Dji seut bédot unique,
Et dins m’famie i gna pu qu’mi qui vique. »
« Dji m’fous d’tous tes ramages
Sacrè p’tit d’Jean potage !
Dji m’fous d’toutes tes grimasses,
Ti m’as manquè y faut qu’ty passes. »

Là d’sus no Leup li strône, s’sauve dins l’bos Lombu,
Avou l’champette à s’cu.

inviata da Marco Valdo M.I. - 31/3/2014 - 20:26



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org