Lingua   

Migrant

Salvatore Adamo
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

Across the Wire
(Calexico)
Salvatore Adamo: Pauvre Liberté
(GLI EXTRA DELLE CCG / AWS EXTRAS / LES EXTRAS DES CCG)
La colombe
(Salvatore Adamo)


(2015)

Canzone inedita che Salvatore Adamo, figlio di emigranti italiani in Belgio, ha dedicato ai migranti di oggi. Presentata al Premio Tenco.

Salvatore Adamo Migrant


Da emigrante, cosa pensa del fenomeno delle migrazioni di oggi?

«Ho scritto una canzone tre anni fa Migrant ed avevo avevo intenzione di inciderla con dei colleghi, ma non se ne è fatto nulla. È un tema che mi tocca moltissimo, perché io son figlio di migrante. Mio padre fuggiva la miseria, ma qui c’è gente che fugge anche dalla morte e dal pericolo. Non pretendo che un Paese prenda sulle spalle tutta la miseria del mondo, ma che almeno abbia la considerazione minima per l’umanità. Io manifesterei per convincere l’Europa, come continente unito, a prendersi le sue responsabilità e ogni Paese a ricevere una quota di migranti. Arriviamo tutti da qualche altra parte. Io mi ero anche impegnato qualche anno fa con i “sans papier”, perché mi ricordavo di quell’algerino amico mio che avevano arrestato come un mascalzone».

intervista ad Avvenire
Migrant,
je veux jouer ma vie pour une autre meilleure
Où fleurissent des sourires aux visages qui pleurent
Repoussé par les uns, ignoré par les autres
J’espérais que mon sort devienne un peu le vôtre
Mais que vous importe au fond notre coquille de noix

Migrant,
j’ai traversé la mer jusqu’à la première île
Le vent nous a posés sur des rives hostiles
L’enfer de mon pays ne me laisse que le choix
De ce rafiot bondé d’autres ombres sans voix
Pour aller voir ailleurs, si la vie n’y est pas
Pour aller voir ailleurs, si la vie n’y est pas

Avec femmes et enfants entre cris et prières
Nous nous sommes traînés jusqu’aux murs des frontières
Certains ferment les yeux et nous disent bonne chance
D’autres sont-ils sérieux ? nous renvoient en errance

Migrant,
Tout au bout du tunnel je voyais la lumière
On m’a coupé les ailes, on m’a jeté par terre
Je me suis retrouvé comme un délinquant
Derrière des barbelés parqué avec mes frères
A me sentir coupable, d’être encore vivant
A me sentir coupable, d’être encore vivant

Alors frères humains qui près de nous vivez
N’ayez pas contre nous le cœur trop endur
Vous qui voyez nos mains tendues, désespérée
Pour un peu de répit prêtez-nous un abri
Nous ferons de notre mieux pour ne pas déranger

Migrant,
Des années de labeur pour payer le voyage
Le passeur en riant nous a dit : « Bon courage »
On s’est cru arrivés mais le monde est-il fou ?
On nous montre du doigt et on a peur de nous.
Nous qui fuyons la mort, nous qui sommes à genoux
Nous qui fuyons la mort, nous qui sommes à genoux
Migrant, Migrant.

2/1/2019 - 11:31



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org