Lingua   

Kälbermarsch

Bertolt Brecht


Lingua: Tedesco


Ti può interessare anche...

Le parti d'en rire
(Pierre Dac)
Kinderhymne [Anmut sparet nicht noch Mühe]
(Bertolt Brecht)
Die Fahne hoch
(anonimo)


[1943]
Text/Testo: Bertolt Brecht
Musik/Musica: Hanns Eisler
Aus/Da: Schweyk im Zweiten Weltkrieg / Schweyk nella II Guerra mondiale

Il testo è ripreso dall'articolo dell'edizione tedesca di Wikipedia dedicato all'inno nazista Horst-Wessel-Lied, alla sezione Parodien


Bert Brecht.
Bert Brecht.
Hanns Eisler.
Hanns Eisler.




"Eine der bekanntesten Parodien des Horst-Wessel-Liedes ist der „Kälbermarsch“, ein Stück aus Bertolt Brechts Schweyk im Zweiten Weltkrieg (1943). Ursprünglich sollte dieses Drama mit Musik von Kurt Weill am Broadway aufgeführt werden. Weill hielt das jedoch nicht für aussichtsreich, daher arbeitete Brecht mit dem Komponisten Hanns Eisler zusammen, der alle Songs vertonte. Die Uraufführung fand erst 1957 im Theater der polnischen Armee in Warschau statt.

"Das Lied wird in folgender Situation eingeführt: Im Militärgefängnis in Prag befinden sich tschechische Häftlinge, die von den Deutschen zum Militär eingezogen werden sollen. Nun wird das Horst-Wessel-Lied zwei Mal zitiert: zunächst als Marsch „von außen“, über den sich die Häftlinge unterhalten („Das is eine gräßliche Musik.“ „Ich find sie hibsch, weil sie traurig ist und mit Schmiß“), dann der leicht veränderte Refrain ohne Musik als „Übersetzung“. Schließlich trägt Schweyk den Kälbermarsch vor, der immer im Wirtshaus „Zum Kelch“ gesungen worden sei."

Una delle più note parodie dello Horst-Wessel-Lied è la ”Kälbermarsch” (“Marcia dei Vitelli”), tratta da “Schweyk nella II Guerra mondiale” di Bertolt Brecht (1943). In origine, questo dramma avrebbe dovuto essere rappresentato a Broadway con musiche di Kurt Weill, ma quest’ultimo non lo giudicò opportuno e Brecht lavorò quindi con il compositore Hanns Eisler, che musicò tutte le canzoni. La prima avvenne molti anni più tardi, nel 1957, presso il Teatro dell’Esercito Polacco a Varsavia.

La canzone viene introdotta nella seguente situazione: nel carcere militare di Praga si trovano dei prigionieri cechi, che devono essere arruolati a forza dai tedeschi. Lo Horst-Wessel-Lied viene citato due volte, prima come marcia “di quelli là fuori” che suscita i commenti dei prigionieri (“è una musica abominevole”, “lo trovo carino perché è triste e noioso”); poi viene recitato il ritornello leggermente modificato, senza musica, come “traduzione”. Infine Schweyk canta il Kälbermarsch, che sarebbe stato sempre cantato all’”Osteria del Calice”.


"The "Kälbermarsch" (March of the Calves) is a piece from Bertolt Brecht's (author of the "Kinderhymne") stage play "Schweyk im Zweiten Weltkrieg" ("Soldier Schwejk in WW II"), which has been written 1941-1944 when Brecht was in exile in the USA. The refrain (the part shown in bold letters) had to be sung on the melody of the "Horst Wessel Song", whilst the first four lines were sung on a music composed by Hanns Eisler (composer of the GDR national anthem). According to Hanns Eisler, Brecht had once told him that he had written the parody on the Horst Wessel Song already in 1933 in his exile in Paris.

Brecht's hopes to present his play on the Broadway failed, and so he did not finish it during his time in America. However, some of the poems (probably including the "Kälbermarsch") were used in radio programmes of the Voice of America that were aimed at Germany.

In 1956, Brecht developed plans to continue his work on "Schweyk im Zweiten Weltkrieg"; however, because of his early death on 14th August 1956 this was never realized. But Hanns Eisler finished Brecht's work, and the play had its première in 1957 in Warsaw, and was later also performed in East and West Germany.

The "Kälbermarsch" was probably also the pattern for the famous German proverb "Nur die dümmsten Kälber wählen ihre Metzger selber" ("only the most stupid calves elect their butchers themselves"), which does frequently appear in political discussions in Germany even today. It was often ascribed to Bertolt Brecht, but this seems not to be true in the strict sense." - National Anthems Online
Hinter der Trommel her
Trotten die Kälber
Das Fell für die Trommel
Liefern sie selber.

Sie tragen ein Kreuz voran
Auf blutroten Flaggen
Das hat für den armen Mann
Einen großen Haken.

Der Metzger ruft. Die Augen fest geschlossen
Das Kalb marschiert mit ruhig festem Tritt.
Die Kälber, deren Blut im Schlachthof schon geflossen
Sie ziehn im Geist in seinen Reihen mit.

Sie tragen ein Kreuz voran
Auf blutroten Flaggen
Das hat für den armen Mann
Einen großen Haken.

Sie heben die Hände hoch,
Sie zeigen sie her
Sie sind schon blutbefleckt
Und sind noch leer.

Sie tragen ein Kreuz voran
Auf blutroten Flaggen
Das hat für den armen Mann
Einen großen Haken.

inviata da Riccardo Venturi - 15/1/2007 - 15:24




Lingua: Italiano

Versione italiana di Riccardo Venturi
15 gennaio 2007
MARCIA DEI VITELLI

Al passo dei tamburi
trottano i vitelli,
la pelle per i tamburi
la forniscono loro stessi.

Davanti hanno una croce
su bandiere rosso sangue.
E per il pover’uomo
c’è un grosso uncino.

Il macellaio chiama. Con gli occhi chiusi stretti
marcia il vitello a passo calmo e deciso.
I vitelli, il cui sangue è già scorso nel mattatoio
se ne stanno composti nelle loro file.

Davanti hanno una croce
su bandiere rosso sangue.
E per il pover’uomo
c’è un grosso uncino.

Levan le mani in alto
e le fanno vedere,
sono già sporchi di sangue
e poi son vuoti.

Davanti hanno una croce
su bandiere rosso sangue.
E per il pover’uomo
c’è un grosso uncino.

15/1/2007 - 16:07




Lingua: Inglese

Versione inglese da National Anthems Online
English version from National Anthems Online
MARCH OF THE CALVES

Following the drum
The calves trot
The skin for the drum
They deliver themselves.
The butcher calls. The eyes tightly closed
The calf marches on with calmly assured step.
The calves, whose blood has already been shed in the slaughterhouse
In spirit they march along in their ranks.

They lift their hands
And show them around
They are already stained with blood
And are still empty.
The butcher calls. The eyes tightly closed
The calf marches on with calmly assured step.
The calves, whose blood has already been shed in the slaughterhouse
In spirit they march along in their ranks.

They carry a cross ahead
On bloody crimson flags
That has for the poor man
A great hook.
The butcher calls. The eyes tightly closed
The calf marches on with calmly assured step.
The calves, whose blood has already been shed in the slaughterhouse
In spirit they march along in their ranks.

inviata da Riccardo Venturi - 23/5/2008 - 14:15




Lingua: Francese

Version française – LA MARCHE DES VEAUX – Marco Valdo M.I. – 2012
d'après la version italienne de Riccardo Venturi (2007) d'une
Chanson allemande – Kälbermarsch – Bertolt Brecht – 1943

Texte : Bertolt Brecht
Musique : Hanns Eisler

« Une des parodies les plus connues de l'Horst-Wessel-Lied est la Kälbermarsch (La Marche des veaux), tirée de « Chveik dans la deuxième Guerre mondiale », une pièce de Bertolt Brecht (1943), écrite pendant l'exil de Bertolt Brecht aux États-Unis. Originellement, elle aurait dû être jouée à Broadway, avec une musique de Kurt Weill. Weill ne crut pas au succès de ce drame, c'est pourquoi Brecht travailla avec le compositeur Hanns Eisler. La première eut lieu en 1957.

La chanson se place dans la situation suivante. Dans la prison militaire de Prague, se trouvent des prisonniers tchèques, qui doivent être enrôler de force dans l'armée allemande. C'est Chveik qui chante «  La Marche des Veaux ».
LA MARCHE DES VEAUX

Derrière les tambours
Trottent les veaux
La peau pour les tambours
Est fournie par les mêmes veaux.

Ils portent une croix
Sur leurs drapeaux rouge sang
Pour le pauvre homme, cette croix
C'est un croc sanglant.

Le boucher crie. Les yeux bien fermés
Le veau marche d'un pas calme et décidé.
Les veaux, dont le sang coule déjà dans l'abattoir
S'alignent mentalement dans le mouroir.

Ils portent une croix
Sur leurs drapeaux rouge sang
Pour le pauvre homme, cette croix
C'est un croc sanglant

Ils ont la main levée,
Ils la montrent
Leur sang déjà dégouline
Et les voilà vidés.

Ils portent une croix
Sur leurs drapeaux rouge sang
Pour le pauvre homme, cette croix
C'est un croc sanglant

inviata da Marco Valdo M.I. - 11/3/2012 - 11:56




Lingua: Francese

Version française – LA MARCHE DES VEAUX – Marco Valdo M.I. – 2016
Chanson allemande – Kälbermarsch – Bertolt Brecht – 1943

La Kälbermarsch (La Marche des Veaux) est une des parodies les plus connues du Horst-Wessel-Lied (chant nazi). Elle est tirée de « Chveik dans la deuxième Guerre mondiale », une pièce de Bertolt Brecht (1943), écrite pendant son exil aux États-Unis. Originellement, elle aurait dû être jouée à Broadway, avec une musique de Kurt Weill. Mais Kurt Weill ne crut pas au succès de ce drame, c’est pourquoi Brecht travailla avec le compositeur Hanns Eisler. La première eut lieu en 1957 après la mort de Brecht.

L’histoire se situe dans le contexte suivant. Dans la prison militaire de Prague, se trouvent des prisonniers tchèques, qui doivent être enrôlés de force dans l’armée allemande. C’est Chveik qui chante « La Marche des Veaux ».

La Révoltée
La Révoltée


Dialogue maïeutique

Je sais, je sais, Lucien l’âne mon ami, le veau, les veaux, ce n’est pas des ânes. Ils n’ont pas cette résistance face à la domination, cette aptitude à la liberté, ce caractère de farouche indépendance et cette capacité à refuser d’être mis en troupeau qui signalent l’engeance têtue dont tu fais partie. Cependant comme l’âne, comme le chat, comme le mouton, comme le loup, comme l’agneau, comme le chien, comme le renard, comme le cochon, comme le lion, comme l’ours, comme l’aigle, comme la fourmi, comme la souris ou le rat, comme le lapin, comme le kangourou ou l’anaconda (et plein d’autres encore – du serpent, au scarabée en passant par le poisson et l’éléphant), le veau est un personnage emblématique, assez proche de l’agneau, dont parlait Heinrich Böll. La place du veau commun dans cette héraldique est évidemment fort différente de celle du Veau d’Or, où il était Dieu. Dans ce cas-ci, il représente non pas le peuple qui peut être souffrant et rester digne, mais la masse qui se vautre dans son indignité (qu’elle ne conçoit même pas) et qui se laisse mener à l’abattoir sans rechigner et parfois aussi, avec enthousiasme.

Oh, dit Lucien l’âne en riant, pauvre veau, il en prend plein la tête et tout ça après avoir été Dieu ; c’était au temps de son âge d’or.

Je me demande si Brecht, qui écrit ce texte vers 1943 avait eu vent de la réflexion de Charles De Gaulle qui au moment où Pétain signait l’armistice avec les nazis, soutenu en cela par le « peuple » français, avait maugréé, sans doute plein de rage, à propos des Français de France : « Ce sont des veaux. Ils sont bons pour le massacre. Ils n’ont que ce qu’ils méritent. » Il n’y avait donc pas que des veaux allemands. Cependant, le sens donné au mot est le même. Il s’agit bien de l’animal voué à l’abattoir.

En effet, dit Lucien l’âne, mais il faut dire à la décharge du veau, compte tenu de son jeune âge, on peut imaginer qu’il ne peut pas comprendre qui lui arrive et qu’il n’a pas le réflexe de résister, ni même le temps de s’organiser.

Justement, cela devrait donner une idée de ce que pense Brecht à propos de la soumission « volontaire » de la population allemande au Reich de Mille Ans, qui dura – agonie comprise – une douzaine d’années.
Maintenant deux mots de la chanson. Je te rappelle que dès ses débuts en politique, Adolf Hitler avait été surnommé le « tambour », tant il faisait du bruit en hurlant. C’est donc de lui qu’il est question. Bien sûr, ce drapeau rouge sang est celui des nazis et la croix qui l’orne est tout aussi évidemment une croix gammée : c’est le « croc sanglant ».
Et enfin, Lucien l’âne mon ami, si la chanson est courte et un peu abrupte, c’est qu’elle est tenue par la forme de celle qu’elle parodie : le chant des nazis – le Horst Wessel Lied. Note que c’est une pratique courante dans la chanson politique que de prendre la forme du chant de l’ennemi pour lui faire chanter d’autres paroles. Elle en adopte donc la forme et la musique, mais elle n’en a pas du tout, pas du tout le même contenu.

Je l’espère bien, dit Lucien l’âne en éclatant de rire. Cependant, n’oublions pas le destin des veaux et les dégâts que leur pleutrerie et leur suivisme a engendrés, dont ils furent parmi les premiers à souffrir. Je leur propose un petit proverbe aux allures bibliques : « Qui se conduit comme un veau, périra comme un veau ». Alors, reprenons notre tâche et tissons le linceul de ce vieux monde pleutre, pusillanime, lâche et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
LA MARCHE DES VEAUX

Loin derrière le tambour
Trottent les veaux ;
Ils fournissent la peau
Du tambour.

Ils portent une croix
Sur leurs drapeaux rouge sang.
Pour le pauvre homme, cette croix,
C’est un croc sanglant.

Le boucher crie. Les yeux bien fermés,
Le veau marche d’un pas calme et décidé.
Les veaux, dont le sang coule déjà dans l’abattoir,
S’alignent mentalement dans le mouroir.

Ils portent une croix
Sur leurs drapeaux rouge sang.
Pour le pauvre homme, cette croix,
C’est un croc sanglant.

Ils ont le bras levé,
Ils le montrent ostensiblement.
Déjà dégouline leur sang
Et les voilà vidés.

Ils portent une croix
Sur leurs drapeaux rouge sang.
Pour le pauvre homme, cette croix,
C’est un croc sanglant.

inviata da Marco Valdo M.I. - 3/6/2016 - 21:19


Brecht non fu il solo a parodiare l'"Horst-Wessel-Lied" nazista. Ci pensò anche Pierre Dac nel corso delle sue trasmissioni su Radio Londra, dedicando questo suo "Chant des Waffen SS" non solo agli occupanti nazisti ma pure ai collaborazionisti del regime di Vichy...

[1944]

CHANT DES WAFFEN SS

Waffen SS, enfants de la milice,
C'est nous les durs, les mecs au coeur de fer,
Et nous n'avons pour utiliser nos services,
Qu'un seul patron, un seul Adolf Hitler.

Pétain, Laval, nos deux chefs responsables,
Nous ont donné Darnand comme Führer,
C'est donc à eux que nous sommes tous redevables
D'avoir l'honneur d'obéir à Hitler.

Du nom « Français » nous n'avons plus que faire
D'être nazis nous sommes bien plus fiers
Et s'il le faut, nous égorgerons père et mère
Car nous tuons au nom d'Adolf Hitler

Bientôt enfin viendra la récompense
Notre vertu recevra son salaire
Lorsque nous serons accrochés à la potence
nous crèverons au nom d'Adolf Hitler.

Bartleby - 18/10/2010 - 15:28


¿Es ésta la versión que cantaba Milva?

Gustavo Sierra - 10/3/2012 - 20:35


A Gustavo Sierra,

credo proprio di sì. Nel disco intitolato "Canti della libertà" pubblicato nel 1965. Milva però mantenne il titolo originale dell'inno nazista, "Horst-Wessel-Lied".

 retro copertina

Dead End - 29/1/2013 - 11:07



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org