Lingua   

Éthiopie

Renaud
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

La goberge
(Renaud)
Società io ti odio
(Alessio Lega)
Le Blues de la Porte D'Orléans
(Renaud)


[1985]
Paroles: Renaud Séchan
Musique: Frank Langolff
Parole: Renaud Séchan
Musica: Franck Langolff


eth


Il se peut que Renaud lise encore notre site, et alors nous lui demandons pardon pour avoir inséré cette chanson qui n’est peut-être pas un souvenir très agréable pour lui; et nous préférerions sans doute l’insérer avec les paroles –et surtout avec le refrain!- que Renaud avait écrit à l’origine pour le projet “Chanteurs sans Frontières”, mentionnées dans l’introduction. Cher Renaud, si tu lis, bon, tu vois, nous avons un vrai penchant pour toi, c’est ça, tout simplement! [RV]


"Un jour de février 1985, je reçois un coup de téléphone de Valérie Lagrange. Elle souhaite associer Renaud à un grand projet: réaliser un disque dont les bénéfices iront aux victimes de la famine en Éthiopie." C'est Thierry Séchan qui raconte le mieux, dans son Roman de Renaud, cet épisode douloureux et très désagréable où pour la première, et sans doute la seule fois de sa vie, Renaud dut récrire une partie de son texte. Valérie Lagrange avait pourtant donné carte blanche pour les paroles et la musique à Renaud, qu'elle avait choisi comme "catalysateur" de l'opération, compte tenu de sa nouvelle dimension, acquise avec Morgane de toi... Mais Jean-Jacques Goldman se montra, d'emblée, en total désaccord avec plusieurs passages du texte écrit par Renaud. Par exemple, Goldman se refusait catégoriquement à chanter:

Sur cette terre de sécheresse
Ne fleurissent que les tombes
Des victimes de nos richesses
De nos usines, de nos bombes.


Le texte devint donc:

Loin du cœur et loin des yeux
De nos villes, de nos banlieues
l'Éthiopie meurt peu à peu,
peu à peu.


Exemple révélateur pour comprendre jusqu'où va se nicher l'enjeu littéraire et artistique du politiquement correct.
Sorti le 19 avril 1985, le 45 tours "Éthiopie", paroles (légèrement -!- transformées) de Renaud et musique de Franck Langolff, dépassera malgré tout, cinq semaines plus tard, le million d'exemplaires vendus, et débuit juin, Coluche remettait un premier chèque de dix millions de francs au président de Médecins sans Frontières. "Éthiopie" atteindra les deux millions d'exemplaires. Autrement dit: malgré le désaveu et le désaccord sur les paroles, mission accomplie pour Renaud sur ce coup-là. Pour le rest, comme aurait dit le vieux Léo, basta!.

extrait de: Jean-Louis Crimon, Renaud, Librio Inédit Musique, 2003.
Ils n'ont jamais vu la pluie
Ils ne savent même plus sourire
Ils n'y a même plus de larmes
Dans leurs yeux si grands

Les enfants d'Éthiopie
Embarqués sur un navire
Qui n'a plus ni voiles ni rames
Attendent le vent

Loin du cœur et loin des yeux
De nos villes, de nos banlieues
L'Éthiopie meurt peu à peu
Peu à peu

Rien qu'une chanson pour eux
Pour ne plus fermer les yeux
C'est beaucoup et c'est bien peu
C'est bien peu

Mais à chaque enfant qui tombe
Qui meurt loin des yeux de l'occident
Notre ciel devient plus sombre
Et notre avenir moins grand

Sur cette terre de sécheresse
Ne fleurissent que les tombes
Malgré toutes nos richesses
Leur soleil nous fait de l'ombre

Loin du cœur et loin des yeux
De nos villes, de nos banlieues
L'Éthiopie meurt peu à peu
Peu à peu

Donnons-leur des lendemains
En échange de rien
Donnons-leur la vie
Seulement la vie

Chez nous la forêt succombe
Là-bas, le désert avance
Plus vite que la colombe
Dans un ciel d'indifférence

Les enfants du tiers monde
N'ont que l'ombre d'une chance
Chaque jour, chaque seconde
Faisons taire le silence

Loin du cœur et loin des yeux
De nos villes, de nos banlieues
L'Éthiopie meurt peu à peu
Peu à peu

inviata da Riccardo Venturi - 1/12/2006 - 21:15


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org