Language   

Les Chemises de Couleur

Marco Valdo M.I.
Language: French


Related Songs

Kochler et Schnock
(Marco Valdo M.I.)
L'orange
(Gilbert Bécaud)
Samma vindar, samma dofter
(Contact)


Les Chemises de Couleur

Chanson française – Les Chemises de Couleur – Marco Valdo M.I. – 2015
Parodie tirée d'une chanson de Gilbert BécaudUn petit Oiseau de toutes les couleurs. – 1965
Chanson : Gilbert Bécaud – Maurice Vidalin

Lucien l'âne mon ami, je m'en vais te surprendre. Les Chemises de Couleur, c'est le titre de cette chanson…

Tu te mets à la blanchisserie, maintenant ? Tu m'étonneras toujours, Marco Valdo M.I. mon ami.

Chemises noires


Mais non, mais non, rassure-toi. C'est une chanson à propos des gens qui portent une chemise de couleur. Et spécifiquement, ceux qui portent une chemise de même couleur : une chemise brune, par exemple.

Ah, je vois… Brune, noire, rouge, verte, bleue, blanche même… Si, si, même la chemise blanche, cette livrée de bureau. En somme, une manière d'uniforme.

C'est exactement cela. Mais celui qui chante, le personnage qui chante sa chanson… Lui, il porte des chemises multicolores ou des chemises de toutes les couleurs… Couleurs qui varient selon le temps, la saison, son humeur, le linge qui lui reste, celles qu'il vient d'aller chercher à la blanchisserie… La couleur de sa chemise est une variable infinie et ne s'accorde pour ainsi dire pas de considérations de groupe monochrome. Notre personnage fait son lit comme il se couche et met sa chemise comme elle vient. Bref, comme ça tombe… Et ce jour-là, ça tombe mal. Il y a des tas de chemises unicolores devant chez lui.

Hou là, rien de pire que les chemises de même couleur quand elles se regroupent. Elles ont tendance à faire tache d'huile et à propager je ne sais quel mimétisme obligatoire… avec des manières plus ou moins appuyées, plus ou moins musclées et même, plus ou moins armées. Ce sont des chemises coercitives. Un modèle de chemises et de gens qu'il vaut mieux éviter.

C'est exactement ça, comme tu vas le voir. C'est une histoire qui a dû se produire des milliers, des millions de fois. Et si je parle de ça aujourd'hui, c'est bien intentionnellement pour rappeler où peut mener la gangrène totalitaire qu'elle soit en chemise, en costume trois-pièces, en uniforme de Maréchal, de Generalissimo, de petit père des peuples, en bleu de travail ou en robe… Tout totalitarisme d'où qu'il vienne : de la terre, du ciel, d'un homme, d'un livre, d'une entité supranormale est, par essence, méprisable. On le combat d'abord par le mépris. Face aux temps des assassins, il n'y a que le mépris qui vaille. J'y reviendrai dans d'autres chansons, comme toujours ici, c'est en quelque sorte à suivre.

Et bien, j'attendrai la suite. Avec une certaine impatience cependant. Pour l'instant, reprenons notre tâche et tissons le linceul de ce vieux monde prophétique, religieux, croyant, crédule, malade de foi et cacochyme.

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.
Un matin, je sors de chez moi.
Elles m'attendaient, elles étaient là. 
Elles paradaient sur le trottoir 
Elles n'étaient pas drôles à voir 
Toutes ces chemises d'une même couleur,
Toutes ces chemises d'une même couleur.

Immédiatement, je les ai vues,
Les chemises unicolores dans ma rue.
Je ne voulais pas les saluer.
Il faisait beau, elles m'ont emmené.
Les chemises d'une même couleur 
Les chemises d'une même couleur 

Où m'emmènent-elles, dis ?
Où m'entraînent-elles, dis ?
Je n'en sais rien, je ne veux pas,
Je n'aime pas marcher au pas ! 
Elles ont l'air sévères, dis !
Elles ont l'air guerrières, dis !.
Où me mènent-elles de ce pas ?
Et que vont-elles faire de moi ?

Ma tenue, pour mon malheur,
N'est pas de la bonne couleur.
On passe sur la place,
Personne ne me regarde en face.
J'ai une chemise bariolée
Et une figure tuméfiée.

Sur l'avenue, tout le monde m'a vu,
J'ai cru que j'étais perdu.
J'ai entendu un ami siffler, 
Je n'étais pas abandonné
À ces chemises de même couleur,
À ces chemises de même couleur.

Où m'emmènent-elles, dis ?
Où m'entraînent-elles, dis ?
Je n'en sais rien, je ne veux pas,
Je n'aime pas marcher au pas ! 
Elles ont l'air sévères, dis !
Elles ont l'air guerrières, dis !.
Où me mènent-elles de ce pas ?
Et que vont-elles faire de moi ?

On est arrivé dans le camp,
Elles chantaient un drôle de chant.
Je me suis retourné, on m'a poussé.
Et le portail s'est refermé. 

Je ne peux pas parler,
Je ne peux plus marcher,
Je suis enfermé,
Je suis prisonnier.
Quel paysage, dis !
Quel beau voyage, dis !
Mon visage a pris toutes les couleurs. 
Quel beau voyage, dis !
Quel pays sage, dis !
Prenez garde aux chemises de couleur !

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2015/1/14 - 23:55



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org