Language   

La France du petit Nicolas

Les Fatals Picards
Language: French


Related Songs

Atomic Twist
(Les Fatals Picards)
Le combat ordinaire
(Les Fatals Picards)
على حلّة عيني
(Joujma)


[2011]
Nell’album intitolato “Coming out”

Coming out



Le “petit Nicolas” altri non è che il tracagnotto Nicolas Sarkozy, quello che già nel 2005, ben prima di assurgere al trono presidenziale, dichiarava che i principali nemici della Francia sono “les gens du voyage, les jeunes des banlieues, les immigrés illégaux”, ossia i nomadi, i giovani delle periferie e gli immigrati clandestini… Quando il 26 ottobre dello stesso anno, ad Argenteuil, qualcuno di questi “nemici”, evidentemente sentitosi offeso, lo insultò pesantemente, lanciando pure qualche pietra all’indirizzo del convoglio del ministero dell’interno, allora “le petit Nicolas”, inviperito, rincarò la dose: “Vous en avez assez, hein, vous avez assez de cette bande de racailles ? Eh bien on va vous en débarrasser!”“Racailles, banda di canaglie, vi spazzerò via!”. Cominciarono da allora ad affibiargli soprannomi, quali “Racaille” – giustappunto – e “Kärcher”, con riferimento alla famosa marca di macchine per la pulizia, titoli che il nostro non smentì neppure durante il mandato presidenziale conclusosi nel 2012.
E dire che Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa è figlio di immigrati, padre ungherese e madre greca, per giunta di famiglia ebraica sefardita originaria di Salonicco…
J'ai débarqué un matin de Novembre
Dans une France encore en noir et blanc
Avec pour seul bagage l'espoir de vendre
Ma négritude contre un peu d'argent

J'était le fils du fils du tirailleur sénégalais
Le Banania dans sa version au balais
Celui qui dit :"Bwana, tu peux toujours compter sur moi
Je serai les jambes, la main d’œuvres et les bras!"

J'ai trimé tout une vie bien plus que de raison
Sans Vivaldi au rythme des quatre saisons
Pour gagner mon diplôme de roi des balayeurs
Un salaire de misère, le bruit et l'odeur

On n'avait pas la carte et pas l'identité
Juste le faciès et le droit d'la fermer
On n'avait presque rien et presque pas le choix
C'était ça la France du petit Nicolas

J'ai vu le jour un beau matin d'Avril
Dans une France très "Touche pas à mon pote"
Ça sentait plutôt bon la force tranquille
Mais y avait comme un bruit de fond, un bruit de bottes

J'étais le fils de l'Homo marteau-piqueur
La Tête de Nègre dans sa version Petit Beurre
Celui qui dit :"Sidi pour être je serai
L'arabe qui cache la forêt."

J'ai répondu "banco" quand on m'as dit intégration
Mais c'est plus des études, non c'est un marathon
Si je serre les dents, aurai-je droit au bonheur ?
Et si je baisse la tête aurai-je l'air d'un chômeur ?

On avait juste la carte mais pas l'identité
Toujours le faciès et le droit d'la fermer
On n'avait presque rien mais rien fait pour ça
C'était ça la France du petit Nicolas

Qu'importe vraiment le jour de ma naissance
Mon baptême à moi c'est ce bidon d'essence
Et cette voiture qui crame un matin de Novembre
La carte d'identité d'une jeunesse France

Je suis le fils du fils de celui qui n'a plus rien
Le mauvais garçon face au karcher à la main
Un apprenti Mesrine en culottes courtes
Prêt à dégainer au moindre doute

Il est loin le bon nègre et l'arabe de service
les auvergnats, les bons prototypes
Tout ceux qui prient pour qu'il existe encore
Une vie avant la mort

Qu'importe la carte ou même l'identité
Quand on à le faciès et le droit d'la fermer
Quand on a presque rien et rien fait pour ça
Dans la douce France du petit Nicolas

Qu'importe la carte ou même l'identité
Quand on à le faciès et le droit d'la fermer
Quand on a presque rien et rien fait pour ça
Dans la douce France du petit Nicolas

Qu'importe la carte ou même l'identité
Quand on à le faciès et le droit d'la fermer
Quand on a presque rien et rien fait pour ça
Dans la douce France du petit Nicolas

Qu'importe la carte ou même l'identité
Quand on à le faciès et le droit d'la fermer
Quand on a presque rien et rien fait pour ça
Dans la douce France du petit Nicolas

Contributed by Bernart Bartleby, - 2014/1/8 - 09:24



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org