Lingua   

Djamila

Francesca Solleville
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

La Gloire
(Francesca Solleville)
Chant des vauriens
(Louis Aragon)
Sachez qu’on m’appelle Mary
(Francesca Solleville)


Parole e musica di Bernard Joyet
Album “Grand frère, petit frère” del 2000‎

Djamila ‎Boupacha ritratta da Pablo Picasso.‎
Djamila ‎Boupacha ritratta da Pablo Picasso.‎


Canzone dedicata a Djamila Boupacha, militante ‎del Fronte di Liberazione Nazionale algerino. Entrata giovanissima nella resistenza anticoloniale, fu ‎arrestata nel 1960 con l’accusa di aver piazzato una bomba – che venne disinnescata – in una ‎brasserie di Algeri. In prigione fu torturata, seviziata e violentata per oltre un mese dai militari ‎francesi. Il suo caso trapelò e fu reso pubblico in Francia grazie ad un articolo di Simone de ‎Beauvoir, la quale promosse anche la costituzione di un comitato (vi aderirono personaggi come ‎Jean-Paul Sartre e Louis Aragon) per garantirle la difesa ed un processo equo in Francia. Processata ‎a Caen, Djamila Boupacha venne comunque condannata a morte ma diede un volto e un nome a ‎tutti i suoi aguzzini, cosicchè alla difesa fu possibile denunciare per tortura i vertici politico-militari ‎francesi. In seguito agli accordi d'Évian, che ponevano fine alla guerra, Djamila Boupacha fu ‎amnistiata e liberata.
C´est comme une vision divine, radieuse
Une surimpression qui s´ajoute au tableau
Ta silhouette est là, embrumée d´un halo
Comme on voyait jadis sur les images pieuses

Paraît que Djamila, ça signifie “La Belle”
Limpide traduction, pléonasme élégant!
Le thème ou la version, ça te va comme un gant
La belle, Djamila, Djamila, la rebelle
Aux sous-sols d´El-Biar, ils traînaient leurs captures
On surnommait aussi l´endroit "centre de tri"
Quelques soldats chantaient pour étouffer les cris
De ceux qu´on remontait, meurtris par la torture
Ceux qui t´ont abîmée de manière indicible
Tu les reconnaîtrais sur la moindre photo
Mais le juge impartial te demande plutôt
De délivrer leurs noms, la Cour est impassible

Djamila

On fait taire les voix, on censure les lignes
De Sagan, Signoret, Halimi, de Beauvoir
Ou Germaine Tillion, dont le crime est d´avoir
Dénoncé haut et fort ces pratiques indignes
On t´éloigne d´Alger, on se voile la face
Au-delà de la mer, loin du cœur, loin des yeux
De Barberousse à Pau, et de Fresnes à Lisieux
Croit-on qu´en voyageant le souvenir s´efface?
On te relâche enfin, au seuil de la victoire
Mais, dès le lendemain du grand référendum
Les hommes te prieront de quitter le forum
Comme s´ils étaient seuls à écrire l´histoire

Djamila

Madame à la maison, monsieur gagne la guerre
Tout sera comme avant, selon l´ordre établi
Elle aura des petits, dans l´ombre et dans l´oubli
Qu´importent les combats qu´elle entreprit naguère
Que sont ils devenus, bourreaux et tortionnaires?
Joyeux drilles? Artisans? Notables? Intelligents?
Médecins réputés? Arbitres intransigeants?
Ou grand-père idéal? Amnésiques ordinaires?
Je pense à leurs enfants; le mal que je leur souhaite
C´est d´avoir dans l´esprit, loin de ces philistins
Plein d´espoir et d´envie de changer le destin
La soif de devenir utopistes, poètes

Djamila

Que leur chant jusqu´à toi déchire le silence
Pour apaiser un peu l´inusable douleur
Que mon chant jusqu´à toi déchire le silence
Pour apaiser un peu l´inusable douleur
C´est comme une vision divine, radieuse
Une surimpression qui s´ajoute au tableau
Ta silhouette est là, embrumée d´un halo
Comme on voyait jadis sur les images pieuses

Djamila

inviata da Dead End - 3/12/2012 - 13:44



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org