Lingua   

Bandidos rurales

León Gieco


Lingua: Spagnolo


Ti può interessare anche...

Esos ojos negros
(León Gieco)
El ángel de la bicicleta
(León Gieco)
The Ballad of Gaucho Gil
(Gaucho Gil & The Sin City All Stars)



Lavori in corso! Works!
Lavori in corso! Works!

PAGINA IN ALLESTIMENTO
THIS PAGE IS UNDER CONSTRUCTION
PAGE EN COURS DE CONSTRUCTION


leogitag
[2001]
Letra : León Gieco - Música: Luis Gurevich
Parole : León Gieco - Musica: Luis Gurevich
Lyrics : León Gieco - Music: Luis Gurevich
Paroles : León Gieco - Musique : Luis Gurevich
Vortoj : León Gieco - Muziko: Luis Gurevich
Album: Bandidos rurales

bairoletto


"In genere quando si ascolta un album si tende a preferire una canzone o due, qualche volta tre, mentre di Bandidos Rurales proprio non riesco a sceglierne una: da quella che dà il titolo all'album - che racconta la storia dell'italiano Bairoletto, che sparava ai poliziotti e ai proprietari terrieri e alle pale dei mulini e lasciava in terra volantini anarchici - a tutte le altre, arrivando infine ai vecchi amori che ci rincorrono e che hanno la forma dell'aria e che danno un sorriso." - Ezio - Palabrasenelviento
Nacido en Santa Fe en 1894,
cerca de Cañada, de inmigrantes italianos
Juan Bautista lo llamaron, de apellido Bairoletto
bailarín sagaz, desafiante y mujeriego
Winchester en el recado, dos armas cortas también,
un cuchillo atrás y un caballo alazán
Raya al medio con pañuelo, tatuaje en la piel,
quedó fuera de la ley, quedó fuera de la ley

Se enamoró de la mujer que pretendía un policía
lo golpeó, lo puso preso un tal Farach Elías
”Andate de Castex” le dijo, “aquí tenemos leyes”
Corría el año 1919
Antes de irse, fue al boliche a verlo al fulano
Con un 450 belga, revólver en mano
Le agujereó el cuello y lo dejó tirado ahí
Ahora sí fuera de la ley, ahora sí fuera de la ley

Bandidos rurales, difícil de atraparles
Jinetes rebeldes por vientos salvajes
Bandidos rurales, difícil de atraparles
Igual que alambrar estrellas en tierra de nadie

Por el mismo tiempo hubo otro bandolero
Por hurtos y vagancia, 19 veces preso
Al penal de Resistencia lo extradita el Paraguay
Allí conoce a Zamacola y Rossi por el 26
1897 en Monteros, Tucumán,
el día 3 de marzo lo dan por bien nacido
Segundo David Peralta, alias Mate Cosido,
también fuera de la ley, también fuera de la ley

Entre Campo Largo y Pampa del Infierno
el pagador de Bunge y Born le da 6000 por no ser muerto
Gran asalto al tren del Chaco, monte de Sáenz Peña,
Anderson y Clayton firma algodonera
45.000 a Dreyfus le sacaron sin violencia
El gerente Ward de Quebrachales 13.000 le entrega
Secuestró a Negroni, Garbarini y Berzón
Resistió fuera de la ley, resistió fuera de la ley

Bandidos rurales, difícil de atraparles
Jinetes rebeldes por vientos salvajes
Bandidos rurales, difícil de atraparles
Igual que alambrar estrellas en tierra de nadie

Bairoletto cae en Colonia San Pedro de Atuel,
el ultimo balazo se lo pega él
Vicente Gascón, gallego de 62,
con su vida en Pico pagó aquella traición
Sol, arena y soledad, cementerio de Alvear,
en su tumba hay flores, velas y placas de metal
El ultimo romántico lo llora Telma, su mujer,
muere fuera de la ley, muere fuera de la ley

No sabrán de mí, no entregaré mi cuerpo herido,
Quitilipi, Machagai, ¿donde está Mate Cosido?
Corría el 36 y lo quieren vivo o muerto
2.000 de recompensa, se callan los hacheros
Logró romper el cerco de Solveyra, un torturador
de Gendarmería que tenía información
Herminia y Ramona dudan que lo hayan matado
a este fuera de la ley, a este fuera de la ley

Bandidos rurales, difícil de atraparles
Jinetes rebeldes por vientos salvajes
Bandidos rurales, difícil de atraparles
Igual que alambrar estrellas en tierra de nadie

En un lugar neutral, creo que por Buenos Aires,
se conocen dos hermanos de este barro, de esta sangre,
Dejan un pedazo del pasado aquí sellado
y deciden golpear al que se roba el quebrachal
Por eso las dos bandas cerquita de Cote Lai
mataron a un tal Mieres, mayordomo de La Forestal
Se rompió el silencio en balas, robo que no pudo ser
Dos fuera de la ley, los dos fuera de la ley

Martina Chapanay, bandolera de San Juan,
Juan Cuello, Juan Moreira, Gato Moro y Brunel,
El Tigre de Quequén, Guayama y Bazan Frías,
Barrientos y Velázquez, Calandria y Cubillas,
Gaucho Gil, José Dolores, Gaucho Lega y Alarcón,
bandidos populares de leyenda y corazón
Queridos por anarcos, pobres y pupilas de burdel
Todos fuera de la ley, todos fuera de la ley

Bandidos rurales, difícil de atraparles
Jinetes rebeldes por vientos salvajes
Bandidos rurales, difícil de atraparles
Igual que alambrar estrellas en tierra de nadie.

inviata da Riccardo Venturi - 10/4/2011 - 01:22




Lingua: Italiano

Versione italiana di Riccardo Venturi
Eseguita tra il 18 e il 22 aprile 2011
BANDITI DI CAMPAGNA

Nato a Santa Fe nel 1894,
Vicino a Cañada, da immigrati italiani
Lo chiamarono Juan Bautista, di cognome Bairoletto
Ballerino valente, sfrontato e donnaiolo
Col Winchester sulla sella*1, e anche due fucili corto,
Un coltello dietro e un cavallo sauro
Scriminatura e foulard, un tatuaggio sulla pelle
Diventò un fuorilegge, diventò un fuorilegge

S’innamorò di una donna pretesa da un poliziotto
E fu picchiato e imprigionato da un tale Farach Elías
“Vattene da Castex”, gli disse, “qui abbiamo le leggi”,
Correva l’anno 1919
Prima di andarsene andò all’osteria da quel tipo
Con un revolver 450 belga in mano
Gli sparò nel collo e lo lasciò li stecchito
E ora sí che era un fuorilegge, sí che era un fuorilegge

Banditi di campagna, difficili da prendere
Cavalieri ribelli spinti da venti selvaggi
Banditi di campagna, difficili da prendere
Come recintare stelle in una terra di nessuno

Nel contempo ci fu un altro bandito
Arrestato 19 volte per furti e vagabondaggio,
Estradato dal Paraguay al carcere di Resistencia
Dove conosce Zamacola e Rossi verso il ‘26
Lo danno come nato a Monteros, Tucumán
Il giorno 3 di marzo del 1897,
Segundo David Peralta, alias Mate Cosido *2
Anche lui un fuorilegge, anche lui un fuorilegge

Tra Campo Largo e Pampa del Infierno
Il trattario di Bunge y Born *3 gli dà 6000 pesos per non essere ammazzato,
Grande assalto al treno del Chaco, il banco di Sáenz Peña *4
Anderson y Clayton, impresa cotoniera
45.000 pesos glieli presero a Dreyfus senza violenza,
Il gestore Ward di Quebrachales gliene dà 13.000,
Sequestrò Negroni, Garbarini e Berzón, *5
Resistette fuori dalla legge, fuori dalla legge

Banditi di campagna, difficili da prendere
Cavalieri ribelli spinti da venti selvaggi
Banditi di campagna, difficili da prendere
Come recintare stelle in una terra di nessuno

Bairoletto cade a Colonia San Pedro de Atuel,
L’ultima pallottola se la becca lui
Vicente Gascón, galego *6 di 62 anni
Pagò con la vita a Pico quel tradimento
Sole, sabbia e solitudine, cimitero di Alvear
Sulla sua tomba ci son fiori, candele e targhe di metallo
L’ultimo romantico lo pianse Telma, la sua donna,
E muore fuorilegge, muore fuorilegge

Non sapranno di me, non consegnerò il mio corpo ferito,
Quitilipi, Machagai, dov’è Mate Cosido? *7
Era il ’36, e lo vogliono vivo o morto,
2000 pesos di taglia, non dicon niente i taglialegna,
Riuscì a rompere l’accerchiamento di Solveyra, un torturatore
Della Gendarmeria, che possedeva informazioni
Herminia e Ramona dubitano che lo abbiano ammazzato,
Questo fuorilegge, questo fuorilegge

Banditi di campagna, difficili da prendere
Cavalieri ribelli spinti da venti selvaggi
Banditi di campagna, difficili da prendere
Come recintare stelle in una terra di nessuno

In un luogo neutrale, credo verso Buenos Aires
Si conoscono due fratelli fatti di quest’argilla, di questo sangue,
Lasciano qui sigillato un pezzo di passato
E decidono di colpire chi sfrutta e devasta la foresta di quebracho *8
E per questo le due bande, vicinissimo a Cote Lai
Ammazzarono un tale Mieres, servo de La Forestal *9
Il silenzio si ruppe con gli spari, rapina che non poté esserci,
Due fuorilegge, due fuorilegge

Martina Chapanay, banditessa di San Juan,
Juan Cuello, Juan Moreira, Gato Moro e Brunel,
El Tigre de Quequén, Guayama e Bazan Frías,
Barrientos y Velázquez, Calandria e Cubillas,
Gaucho Gil, José Dolores, Gaucho Lega e Alarcón,
Banditi del popolo, leggendari e di cuore,
Amati dagli anarchici, dai poveri e dalle puttane
Tutti fuori della legge, tutti fuori della legge.

Banditi di campagna, difficili da prendere
Cavalieri ribelli spinti da venti selvaggi
Banditi di campagna, difficili da prendere
Come recintare stelle in una terra di nessuno.

22/4/2011 - 18:49




Lingua: Francese

Version française – BANDITS RURAUX – Marco Valdo M.I. – 2011
d'après la version italienne de Riccardo Venturi d'une
Chanson argentine de langue espagnole– Bandidos rurales - León Gieco – 2001
Texte : León Gieco – Musique : Luis Gurevich


… l'histoire de l'italien Bairoletto qui tirait sur les policiers et les propriétaires terriens et les ailes des moulins et qui couvrait la terre de tracts anarchistes...




Hors-la-loi : il faut évidemment savoir de quelle loi il s'agit... De la loi de qui... Celle du plus fort, celle des riches... Il faut replacer toutes les histoires de ces « hors-la-loi » dans le cadre général de la Guerre de Cent Mille Ans et moi, dit Lucien l'âne, je te propose de traduire différemment ce terme de « hors-la-loi », car il a une signification cachée extrêmement lourde de sens. « Hors-la-loi » laisserait supposer qu'il n'y a qu'une loi, qu'elle serait un phénomène naturel et intangible, qu'elle serait suprahumaine, qu'elle serait en quelque sorte au-dessus et en dehors des luttes humaines... C'est un concept dictatorial, qui justifierait les pires exactions d'État – la loi est la loi, disent-ils, et cela ne se discute aps. Dura lex sed lex, soit - surtout pour les pauvres, mais elle incarne la volonté publique et de ce fait, elle doit être respectée apr tous, même si elle est mortifère. C'est une absurdité, et la preuve, c'est que, par exemple, dans un régime nazi ou fasciste, elle est toujours la loi et les opposants, les résistants sont dès lors, naturellement et logiquement, des « hors-la-loi ». Cette logique d'intangibilité me paraît relever de la plus haute barbarie.

En fait, dit Marco Valdo M.I.,il vaudrait mieux dire « hors-leur-loi », c'est-à-dire hors de la loi de ceux qui font la loi, qui l'imposent, qui la justifient; bref, hors de la loi du pouvoir et à propos de pouvoir, comme je te l'ai déjà dit l'expression « pouvoir dictatorial » est un pléonasme... Tout pouvoir est par nature une dictature, fût-elle celle du plus grand nombre. En l'occurrence, une loi qui impose, instaure par exemple le droit d'exploiter d'autres hommes, qui fait passer le droit de propriété au-delà du simple droit d'usage, qui met la propriété des choses, mais aussi des esclaves, des salariés, des humains... avant la liberté et la dignité des hommes, qui fait passer le droit des choses avant le droit des gens... Cette loi-là est inique, c'est la loi du plus fort, c'est la loi des propriétaires et des possédants, c'est la loi du premier occupant, c'est la loi des seigneurs ; elle est le fondement de tout esclavage... La preuve, c'est que c'est elle qui détient les armes les plus fortes, en plus grand nombre, les plus perfectionnées... C'est même elle qui impose aux pauvres d'être désarmés, qui les punit dès qu'ils font mine de vouloir se défendre... Tu connais l'expression : « Force doit revenir à la loi »... Elle dit bien tout le mal : il faut la force pour imposer sa loi...

Et c'est ainsi que va le monde, c'est même ainsi que va la Guerre de Cent Mille Ans que les riches font aux pauvres précisément pour imposer leur loi... Prenons ces bandits ruraux qui assassinent quelques riches, quelques sbires... Comparons ces quelques morts aux millions de gens qui meurent du paludisme, de faim, des guerres... du fait de l'accaparement des ressources du monde par les riches sous le couvert de la « loi »... de « leur loi ». La preuve en est que lorsque les pauvres, même pas « bandits » authentiques, veulent modifier cet état de choses, veulent empêcher cette misère, cette mort blanche, cette exploitation, ces exactions économiques (qu'on appelle « affaires »), ces gangs (qu'on appelle « marchés »), ils (les riches et leurs sbires) s'empressent de noyer ces velléités égalitaires et libertaires dans le sang.

Et le pire, c'est que toutes les sirènes de la société (de leur société), toutes les institutions qu'ils – j'insiste les riches, les puissants, les propriétaires, les détenteurs de biens et de pouvoirs - ont édifiées font propagande dans ce sens et cela depuis des milliers d'années. Et malheur à celui qui met en doute les fondements de leur pouvoir, malheur à qui met en doute « leur loi »... Ils lancent leurs chiens sur lui, ils organisent d'une façon ou d'une autre l'élimination du contestataire...

Voilà, voilà pourquoi, Marco Valdo M.I. mon ami, moi j'aime beaucoup que tu aies traduit cette chanson sur les bandits ruraux. Car, vois-tu, ce qui me plaît, c'est qu'elle montre, qu'elle met à nu le mécanisme central de l'oppression, le rôle pervers de « la loi ». Et tu verras que cette loi, "leur loi" si elle s'écoutait, elle s'empresserait de nous dire « hors-la-loi » (le mot actuel est « terroriste »), nous autres, du simple fait que nous tissons avec une certaine obstination, il faut le reconnaître, le linceul de ce monde de l'ordre, légaliste, assassin et cacochyme.

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I et Lucien Lane.
BANDITS RURAUX

Né à Santa Fé en 1894,
près de Cañada, d'immigrants italiens
Ils le prénommèrent Juan Bautista, nom Bairoletto
Danseur émérite, effronté et coureur de femmes
Winchester à la selle, à la ceinture deux armes légères
Un couteau à l'arrière et un cheval alezan
La raie au milieu avec un foulard, la peau tatouée
Il devînt hors-la-loi. Il devînt hors-la-loi.

Il s'amouracha de la femme que guignait un policier
Un certain Farach Elias le frappa et le mit en prison
« Va-t-en de Castex », lui dit-il, « ici nous avons des lois ».
On était en 1919
Avant de partir, il alla le trouver dans sa boutique
Avec un 450 belge, un revolver en main
Il lui troua le cou et le laissa là ainsi.
À présent, il est hors-la-loi, à présent, il est hors-la-loi,

Bandits ruraux, difficiles à attraper
Cavaliers rebelles portés par des vents sauvages
Bandits ruraux, difficiles à attraper
Comme d'enfermer des étoiles dans la terre de personne.

Au même moment, il y eut un autre brigand
Pour vols et vagabondage, 19 fois emprisonné
On l'extrada au Paraguay, au pénitencier de Resistencia
Là, il connut Zamacola et Rossi en 26.
En 1897, à Monteros, Tucumán,
Le 3 mars, on dit que naquit
Segundo David Peralta, alias Mate Cosido,
Lui aussi hors-la-loi, lui aussi hors-la-loi.

Entre Campo Largo et Pampa del Infierno
Le payeur de Bunge et Born lui donna 6000 Pesos pour ne aps être tué
Grand assaut au train du Chaco, mont de Sáenz Peña,
Anderson et Clayton société cotonnière
Ils soutirèrent sans violence 45.000 à Dreyfus
Ward le gérant de Quebrachales leur donna 13.000
Il séquestra Negroni, Garbarini et Berzón
Il résista hors-la-loi, il résista hors-la-loi

Bandits ruraux, difficiles à attraper
Cavaliers rebelles portés par des vents sauvages
Bandits ruraux, difficiles à attraper
Comme d'enfermer des étoiles dans la terre de personne.

Bairoletto tomba à Colonia San Pedro de Atuel,
Il se réserva la dernière balle
Vicente Gascón, un galicien de 62 ans,
Paya de sa vie à Pico cette trahison
Soleil, sable et solitude, cimetière d'Alvear ;
Sur sa tombe des fleurs, des chandelles et des plaques de métal
Ultime romantique, sa femme Telma, le pleure.
Il mourut hors-la-loi, il mourut hors-la-loi.

Ils ne sauront rien de moi, je ne leur laisserai pas mon corps blessé,
Quitilipi, Machagai, où est donc Mate Cosido ?
Il s'enfuit en 36 et ils le recherchèrent mort ou vivant
2.000 de récompense, les bûcherons se turent
Il réussit à l'encerclement de Solveyra, un tortionnaire
De la gendarmerie , qu'on avait renseigné
Herminia et Ramona doutèrent qu'ils l'aient tué
Ce hors-la-loi, ce hors-la-loi.

Bandits ruraux, difficiles à attraper
Cavaliers rebelles portés par des vents sauvages
Bandits ruraux, difficiles à attraper
Comme d'enfermer des étoiles dans la terre de personne.

Dans un endroit neutre, je crois près de Buenos Aires,
On connaît deux frères de ce calibre, de ce sang,
Ils laissent scellé là un morceau de passé
Et ils décident de frapper celui qui vole le quebrachal.
Pour cela les deux bandes tuèrent , très près de Cote Lai
Un certain Mieres, régisseur de la Forestal.
Le silence se rompt avec des balles, vol qui ne peut être.
Deux hors-la-loi, deux hors-la-loi.

Martina Chapanay, bandite de San Juan,
Juan Cuello, Juan Moreira, Gato Moro y Brunel,
El Tigre de Quequén, Guayama et Bazan Frías,
Barrientos et Velázquez, Calandria et Cubillas,
Gaucho Gil, José Dolores, Gaucho Lega et Alarcón,
Bandits populaires de légende et de cœur
Chéris par les anarchistes, les pauvres et les filles de bordel
Tous hors-la-loi ; tous hors-la-loi.

Bandits ruraux, difficiles à attraper
Cavaliers rebelles portés par des vents sauvages
Bandits ruraux, difficiles à attraper
Comme d'enfermer des étoiles dans la terre de personne.

inviata da Marco Valdo M.I. - 27/4/2011 - 09:14



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org