Lingua   

Diálogo de Belchite/ Liberación de París

Quintín Cabrera


Lingua: Spagnolo


Ti può interessare anche...

Prontuario criminal
(Quintín Cabrera)
Corazón de Hamburguesa
(Quintín Cabrera)
Amador e Daniel
(Bibiano)


[1975]
Dalla “Cantata del exilio - ¿Cuándo volveremos a Sevilla?"
Parole di Antonio Gómez
Musica di Antonio Resines
Prima edizione a Parigi nel 1976, poi nel 1978 finalmente a Madrid.
Grafica dell’album realizzata dal collettivo di artisti denominato “El Cubri”, formato dai disegnatori Saturio Alonso e Pedro Arjona e dallo sceneggiatore Felipe Hernández Cava.

El Cubri. Ritratto di Quintín Cabrera per la Cantata
El Cubri. Ritratto di Quintín Cabrera per la Cantata


Anche questa volta non ho dovuto trascrivere direttamente il testo, ma mi sono permesso di copiarlo dalle pagine de La Zamarra de Gustavo, il bel blog di Gustavo Sierra Fernández.
Ed è proprio grazie ad Antonio e a Gustavo se possiamo pubblicare qui i testi della “Cantata del exilio”.

Parigi, 24 agosto 1944. Soldato spagnolo della divisione Leclerc salutato dalla folla in festa
Parigi, 24 agosto 1944. Soldato spagnolo della divisione Leclerc salutato dalla folla in festa


“Ésta es una de las mejores canciones del épico Cantata del exilio, en donde se cuentan las tribulaciones y suertes de los paisanos exiliados a Francia tras la derrota en la guerra civil. La historia les dio la victoria robada cuando fueron los primeros en entrar en París con los tanques cuyos nombre conmemoraban batallas victoriosas o derrotas a vengar: "Guadalajara", "Guernica", "Belchite", "Brunete", o simbólicos, como "Don Quijote". Un hecho que ha sido sistemáticamente acallado durante la historia, a veces por el chovinismo clásico francés, otras por la fanfarronería americana, y otras, cómo no, por la derecha, ultra y moderada, española. Ésta canción quiso en su día hacerles justicia. […].”
(Gustavo Sierra Fernández)

“Questa è una delle canzoni più belle dell’epica ‘Cantata del exilio’, in cui si raccontano le traversìe ed il destino di quei conterranei esiliati in Francia dopo la sconfitta nella guerra civile. La storia sottrasse loro la vittoria visto che in verità furono i primi ad entrare a Parigi con i carrarmati i cui nomi commemoravano battaglie vittoriose o sconfitte da vendicare: "Guadalajara", "Guernica", "Belchite", "Brunete", o nomi simbolici, come "Don Chisciotte". Un fatto questo che è stato sistematicamente taciuto nel corso della storia, vuoi per lo sciovinismo tipico dei francesi, vuoi per quei fanfaroni degli americani e vuoi – come no – per colpa della destra, estrema e moderata, spagnola. Questa canzone volle a suo tempo rendere giustizia di tutto ciò […].”
(Gustavo Sierra Fernández)



- Vamos corriendo. ¡Corre!
- Dicen que ha entrado un tanque en la Place de la Ville.
- ¿Un tanque?…
- ¿Americano?
- Un tanque español.
- Cargado de soldados españoles.
- ¿Cómo va a ser español? Será americano…
- Será americano… Pero se llama "Belchite".

¡Ay! ¡Qué alegría tienen hoy los balcones!
Banderas de la patria en los corazones;
en los corazones
el dolor de los muertos y las prisiones.

Sal corriendo a la calle y ya no digas
que te miran los guardias en las esquinas,
en las esquinas, madre, en las esquinas,
mudos testigos ciegos de mil heridas.

En el metro leemos sin ningún miedo
"L’Humanité" diario para entendernos,
para entendernos, madre, para entendernos,
antes nos encerraban por mucho menos.

Con el ruido de guerra la guerra se hizo
un rumor de claveles y de cañizo,
y de cañizo
cubriremos las tumbas de nuestros hijos.

¡Asómate a la ventana, corre que corren!
los tanques calle abajo llenos de flores,
llenos de flores, madre, llenos de flores
para los fusilados de tantas noches.

Ya no veo fantasmas cuando me duermo,
que se ha llevado el día los malos sueños,
los malos sueños, madre, los malos sueños
de estos años de sangre, dolor y miedo.

inviata da Bartleby - 4/3/2011 - 10:51




Lingua: Italiano

Tentativo di traduzione di Lorenzo Masetti

Ho qualche dubbio soprattutto per quanto riguarda la strofa "Con il rumore della guerra...", forse Bartleby può aiutarmi ?
DIALOGO DI BELCHITE / LIBERAZIONE DI PARIGI

- Andiamo di corsa. Corri!
- Dicono che è un carrarmato è entrato nella Place de la Ville.
- Un carrarmato?…
- Americano?
- Un carrarmato spagnolo.
- Carico di soldati spagnoli.
- Come può essere spagnolo? Sarà americano…
- Sarà anche americano… però si chiama "Belchite".

Ah! Che gioia hanno oggi i balconi!
Bandiere della patria nei cuori;
nei cuori
il dolore dei morti e delle prigioni.

Esci in strada correndo ed ora non pensare
che ti osservino le guardie a tutti gli angoli,
a tutti gli angoli, madre, a tutti gli angoli
muti testimoni ciechi di mille ferite.

Nella metropolitana leggiamo senza alcuna paura
"L’Humanité" quotidiano, per capirci,
per capirci, madre, per capirci,
prima ci rinchiudevano per molto meno.

Con il rumore della guerra la guerra si fece
un brusio di garofani e di canne,
e di canne
copriremo le tombe dei nostri figli.

Affacciati alla finestra, corri che corrono!
I carrarmati nella strada sotto, pieni di fiori,
pieni di fiori, madre, pieni di fiori
per i fucilati di tante notti.

Ora non vedo più fantasmi quando mi addormento,
ché il giorno si è portato via i brutti sogni,
i brutti sogni, madre, i brutti sogni
di questi anni di sangue, dolore e paura.

4/3/2011 - 15:17


Non saprei Lorenzo, credo che cañizo voglia significare "canneto" e quindi canne, escludendo che possa invece indicare quelle orribili stuoie di cannette intrecciate che un tempo si mettevano lungo ringhiere e recinzioni per riparare da sguardi indiscreti... Penso che la strofa voglia significare che suoi corpi dei martiri rinascerà rigogliosa la natura, garofani (un simbolo quasi universale di liberazione) e canne da zucchero...
Bisognerebbe però sentire cosa ne pensano Gustavo ed Antonio... spero che ci dicano cosa ne pensano di questo lavoro di squadra sulla Cantata...

Bartleby - 7/3/2011 - 08:21


De fait, Bartleby a raison : cañizo en français serait "canisse" (canisso en provençal).
Il s'agit sans doute d'Arundo donax, grand roseau dont la tige peut atteindre 6 m et sert à faire les canisses; mais aussi, ce devrait rassurer Bartleby et tous les amis des CCG, les meilleurs anches du monde.

Je crois que la meilleure traduction possible en français serait dès lors : roseau ou roselière (plantation de roseaux). C'est elle que je vais utiliser...

Le bambou n'est pas une plante européenne et il y a peu de chances qu'il ait été présent de façon significative avant la guerre. Les bambouseraies sont des curiosités assez récemment implantées en Europe.

Marco Valdo M.I. - 7/3/2011 - 11:51


Avete ragione, ho cambiato la traduzione in "canne", sperando che nessuno pensi ad altri possibili significati della parola.

Lorenzo - 7/3/2011 - 12:53




Lingua: Francese

Version française - DE BELCHITE À LA LIBÉRATION DE PARIS – Marco Valdo M.I. – 2011
Chanson espagnole - Diálogo de Belchite/ Liberación de París – Quintín Cabrera – 1975

Cette chanson fait partie de la Cantate de l'Exil, comme la dizaine de chansons reprises sur le site des Chansons contre la Guerre. Dans la mesure du possible, dit Marco Valdo M.I., j'en ferai une version française complète. Voici comment elle se présente en espagnol :

Cantata del Exilio

Muerte de Antonio Machado - Argelès-sur-Mer - Dulce muchacha - Celestino Alfonso - Poema de atención - Carta imaginaria a casa - Tema de los campos/ El trabajo libera - La escalera de Mauthausen - Diálogo de Belchite/ Liberación de París - Poema de silencio

Et je le ferai tout spécialement pour les Républicains espagnols auxquels aujourd'hui en 2011 justice n'a pas encore été rendue. Je le fais aussi en pensant à Santiago et à son épouse, Espagnols exilés, qui dans le modeste restaurant qu'ils avaient ouvert près de la Grand Place de Bruxelles, restaurant appelé La Cibèles, ont quelquefois nourri l'impécunieux jeune homme que j'étais.



Mon cher ami Lucien l'âne, par ailleurs L'âne anar comme on pourrait t'appeler vu ta devise : « Ni la carotte par devant, ni le bâton par derrière », je te prie de bien considérer ceci, car tu y trouveras certains liens de parenté, au moins d'idées et de comportement. Mais avant d'aller plus avant, je voudrais te dire deux mots de Belchite, qui est un village d'Espagne où en 1937, au terme d'une terrible bataille, les franquistes, qui sont la version espagnole des nazis et des fascistes, furent battus et tellement écrasés que leur Caudillo, le nano maléfique local, a voulu montrer au monde combien il fut défait et a décidé de maintenir le village en ruines. Voici un petit film qui en témoigne : Les Ruines de Belchite.

Maintenant, venons-en à la libération de Paris et au rôle des Espagnols dans cette libération. Il est considérable et même, premier... Car à la vérité, ce sont des Espagnols qui délivrèrent Paris, disons plus exactement, qui entrèrent les premiers dans Paris pour annoncer aux populations l'arrivée des libérateurs. En fait, ce furent les Espagnols de la Nueve (la neuvième) qui sur des véhicules blindés (pas des chars, ceux-là arrivent un peu plus tard) vont entrer en plein Paris, au milieu des troupes allemandes, loin devant l'armée pour alerter le peuple de Paris et rassurer ceux qui déjà étaient insurgés.

Quelle formidable histoire..., dit Lucien l'âne anar. Mais dis-moi, c'est bien de cela que parle la chanson du jour et puis quel rapport y a-t-il là avec moi ?

Oui, c'est bien l'histoire que raconte la chanson du jour. Quant au rapport avec toi, j'ai parlé d'un lien d'idées et de comportement. Le voici. La « Nueve » était une partie de la Deuxième Division Blindée de l'armée française de libération, commandée par le général Leclerc. La « Nueve » était commandée pour son expédition vers Paris par un officier français, un certain Dronne, mais le reste de la troupe était constituée d'Espagnols et tout spécialement, d'anarchistes espagnols exilés. Voilà le lien de pensée avec toi. Pour le comportement, laisse-moi te dire que ce n'est pas par hasard qu'on fit appel à la Nueve pour cette mission. Il y fallait des hommes valeureux, expérimentés et décidés à combattre les nazis... Ces anars-là avaient toutes ces qualités, ils combattaient depuis de très longues années, ils avaient appris à se battre contre les fascistes, les nazis et les franquistes dans la Guerre d'Espagne et ils combattront encore bien après 1945... Ils rentrèrent – du moins certains d'entre eux – en Espagne affronter le régime. D'ailleurs, ce combat continue de nos jours. En Espagne, comme ailleurs, l'épuration - quand elle a eu lieu - est restée assez discrète. Si tu en as le temps et que tu veux en savoir plus sur cette aventure parisienne et bien au-delà, va lire ce court texte sur « Les anarchistes espagnols et la résistance »

Oh oui, ça je le sais, c'est tout simplement la même guerre qui se poursuit, cette foutue Guerre de Cent Mille Ans que les riches, les puissant et leurs affidés mènent contre les pauvres afin d'accroître leurs pouvoirs, d'étendre leurs privilèges, de multiplier leurs richesses, d'assurer leur domination et d'imposer l'exploitation... Crois-moi, Marco Valdo M.I. mon ami, comme les Canuts, tissons le linceul de ce vieux monde oublieux, inégalitaire, assassin et cacochyme.


Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.
DE BELCHITE À LA LIBÉRATION DE PARIS

Allons-y ! Cours !
On dit qu'un char est, entré sur la Place de la Ville
Un char ?
Américain ?
Un char espagnol.
Comment peut-il être espagnol ? Il doit être américain...
Il est aussi américain... Cependant, il s'appelle « Belchite »

Ah ! Quelle joie aujourd'hui aux balcons
Des drapeaux de la patrie aux cœurs
Dans les cœurs
Douleur des morts et des prisons.

Sors en curant dans la rue et ne pense plus
Que les gardes te surveillent de tous les côtés
De tous les côtés, Mère, de tous les côtés
Aveugles témoins muets de mille blessures.

Et dans le métro sans peur aucune nous lisons
Le quotidien L'Humanité, pour comprendre,
Pour comprendre, Mère, pour comprendre
Pour moins que ça, avant on nous aurait mis en prison.

Avec le bruit de la guerre, la guerre se fit
Rumeur d’œillets et de roseaux,
Et de roseaux,
Nous couvrirons les tombes de nos fils.

Appuyés à la fenêtre, cours comme ils courent
Les chars dans la rue en bas, remplis de fleurs
Remplis de fleurs, Mère, remplis de fleurs
Pour les fusillés de tant et tant de nuits.

À présent, je ne vois plus de fantômes quand je dors
Car ce jour a emporté mes mauvais rêves
Les mauvais rêves, Mère, les mauvais rêves
De ces années de sang, de douleur et de peur.

inviata da Marco Valdo M.I. - 7/3/2011 - 20:52



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org