Lingua   

Militarismen

Jeppe Aakjær


Lingua: Danese


Ti può interessare anche...

La lill' Johnny gå
(anonimo)
Det nye Europa
(Marie Frank)


[1911]
Testo / Lyrics / Tekst: Jeppe Jensen Aakjær
Musica / Music / Musik: [?]
Registrata da / Recorded by / Indspillet af: Kjeld Ingrisch
1978, LP "Muld og Malm"

militarismen


Questa canzone di pace danese fa parte di un “pacchetto” inviatoci dall'amico e collaboratore danese Holger Terp, che naturalmente ringraziamo. Le canzoni di tale “pacchetto”, introvabili al di fuori della Danimarca, sono rimaste a lungo in approvazione per motivi tecnici; riusciamo adesso finamente ad inserirle (e a tradurle).

This Danish peace song is part of a block of peace songs contributed by our Danish friend and contributor Holger Terp, whom we thank heartily. The songs in this “block” are hardly to be found outside Denmark and have been long left for approval due to technical reasons; finally, we start including (and translating) them.

Jeppe Aakjær.
Jeppe Aakjær.
En kandidat til Danmarks første fredssang ("Una candidata ad essere considerata la prima canzone di pace danese"), scrive Holger Terp nella relativa pagina della Fredsakademi danese. Probabilmente non lo è, ma si tratta della prima canzone danese chiaramente antimilitarista; è c'è una differenza di fondo tra il semplice "pacifismo" e l'antimilitarismo. La pubblichiamo quindi con tutta l'attenzione che merita. Il giornalista e scrittore Jeppe Aakjær la scrisse il 25 maggio 1911 (secondo quanto riportato da lui stesso nell'autobiografia Med regnebræt); fu pubblicata il 16 luglio dello stesso anno dal quotidiano Politiken.

En kandidat til Danmarks første fredssang ("A candidate to Denmark's first peace song”), writes Holger Terp in the relevant page of the Danish Fredsakademi. Probably it is not so, but, in any case, it is likely to be the first overtly antimilitarist Danish song; and the difference between simple ”pacifism” and antimilitarism is remarkable. For this reason, it is included in this site with all the attention it deserves. The journalist and writer Jeppe Aakjær wrote it on May 25, 1911 (according to what he himself declared in his autobiography Med regnebræt); it was first published on July 16 of the same year in the daily newspaper Politiken. [CCG/AWS Staff]
Saa sidder I gamle Gubber der
og mimrer om Landets Værn
og spænder om Danmarks Midje Svær
og kopler dets Skæbne til Jern.

Mon I da vil bære den Vanvidsvægt
af Krigens blodige Malm
der slaar til Jorden Mændenes Slægt
som Pejlene Loens Halm.

Mon I med Affældigheds Krykkestok
afstiver det sunkne Mod
naar Kuglen kæmmer den blonde Lok
og Ynglingen svømmer i Blod.

Lad fare, lad fare, det Daarespil
nedkald ikke hævnens Lyn!
De værste Fjender vi har blandt os selv
i eders barbariske Syn.

Der er mere Værn i det spinkle Siv
der svinger paa mindets Grund
end i onde Instinkters trukne Kniv
vildt løftet i Slagets Stund.

Der er mere Værn i den Blomstergren
der skygger ved Hjemmets Dør
end i alle de Volde af Jord og Sten
bag Kuglesprøjternes Rør.

De panserede Forter med Hjælm og Horn
de bliver, o, Danmark din Grav!
Dit Værn er Agre med bølgende Korn
der lyser med Fred over Hav.

De blodige Furer paa Krigens Val
dem saar vi over med Byg
mens Mindet om faldne Fædres Kval
hensvinder med Kvældens Myg.

Vi vil ej hente Frelse for os
ved Tusind Uskyldiges Drab
langt hellere Spytte med Haan og Trods
i Kanonernes Helvedsgab.

Dit glubske Svælg bliver aldrig mæt,
Forbandede Dyr paa vor Vej,
og gjorde Nationerne dig din Ret:
de vendte Kanonen mod dig.

Du bragte os stadig til større Fald,
endda vi ofred dig alt,
du trak vor sidste Okse af Stald
og slagted vor bedste Galt.

Se, derfor forlader vi Krigens Sold
i Fred vil vi ta' vore Tørn,
og holder vi end et Skud i Behold
det gemmes til Ulv og Bjørn.

inviata da CCG/AWS Staff & Holger Terp - 26/12/2009 - 19:40




Lingua: Italiano

Versione italiana di Riccardo Venturi
27 dicembre 2009
IL MILITARISMO

E così ve ne state qui, vegliardi,
a blaterare di difesa della nazione,
vi avvinghiate alla vita della Danimarca
e affidate il suo destino al ferro.

Ma chissà se sopporterete il folle peso
del sanguinoso metallo della guerra
che abbatte la razza umana
come i battitori la paglia nel granaio.

Ma forse voi, decrepiti, con le grucce
sostenete un coraggio ormai affondato
mentre la pallottola pettina i riccioli biondi
e il giovane nuota nel sangue.

Lasciate perdere questo gioco da pazzi,
non invocate la folgore della vendetta!
I peggiori nemici li abbiamo fra noi stessi
nella vostra visione barbarica.

C'è più difesa nel giunco sottile
che dondola nel campo dei ricordi
che nel coltello dei bassi istinti
che s'infila feroce nel momento della battaglia.

C'è più difesa nel ramo sbocciato
che ombreggia alla porta di casa
che in ogni violenza terrigna e pietrosa
che sta dietro alle mitragliatrici.

Le fortezze blindate, gli elmetti, le trombe
diventeranno, Danimarca, la tua tomba!
La tua difesa sono i campi di grano che fluttua
e che risplende in pace sul mare.

I solchi cruenti sul campo di guerra
noi li semineremo a orzo,
ma il ricordo del dolore dei padri caduti
vola ronzando con le zanzare, la sera.

Noi non vogliamo per noi la salvezza
sull'assassinio di migliaia di innocenti,
meglio sputare, insultare, deridere
il dono infernale dei cannoni.

Le tue fauci mordaci non si saziano mai,
maledetta bestia sulla nostra strada
e le nazioni ti hanno reso pariglia:
contro di te han rivolto i cannoni.

Ci hai portati sempre alla peggiore rovina,
eppure tutto ti abbiamo offerto,
ci hai portato via gli ultimi buoi dalla stalla
e hai scannato il nostro più bel maiale.

Vedi, per questo rifiutiamo l'orgia della guerra
e nella pace lavoreremo duro,
e metteremo al sicuro i nostri figli
nascondendoli agli orsi e ai lupi.

27/12/2009 - 14:43


Marco Valdo...il faudrait bien que tu traduises en français ce trésor venant du nord...

Riccardo Venturi - 27/12/2009 - 15:09




Lingua: Francese

Version française – MILITARISME – Marco Valdo M.I. – 2009
d'après la version italienne « IL MILITARISMO » de Riccardo Venturi
de la chanson danoise « Militarismen » de Jeppe Jensen Aakjær - 1911

Cette chanson de paix danoise fait partie d'un « paquet » envoyé par notre ami et collaborateur danois Holger Terp, que naturellement nous remercions. Les chansons de ce « paquet », introuvables en dehors du Danemark, sont restées longtemps en attente pour des raisons techniques. Nous sommes enfin à présent parvenus à les insérer (et à les traduire).

En kandidat til Danmarks første fredssang ( «  Une candidate au titre de première chanson de paix danoise ») écrit Holger Terp dans la page y relative de la Fredsakademi danoise. Elle ne l'est probablement pas, mais il s'agit de la première chanson danoise clairement antimilitariste et il y a une différence fondamentale entre le simple « pacifisme » et l'antimilitarisme. Nous la publions donc avec toute l'attention qu'elle mérite.
Le journaliste et écrivain Jeppe Jensen Aakjaer l'écrivit le 25 mai 1911 (selon ce qu'il en rapporte lui-même dans son autobiographie Med regnebræt); elle fut publiée le 16 juillet de la même année par le quotidien Politiken. (CCG/AWS Staff)

Bon sang, Marco Valdo M.I. mon ami, dit Lucien l'âne en agitant alternativement les deux oreilles, voilà que Riccardo Venturi te demande de traduire une chanson danoise...

Et je vais de ce pas la lui mettre en français cette belle chanson danoise, mais il me semble utile d'insister sur un point à double tranchant : primo, je ne connais pas un traître mot de danois et secundo, je ne pourrai en donner une version qu'à partir de la version italienne de Riccardo Venturi; il risque donc d'y avoir un certain décalage entre la chanson d'origine et ma version française. Mais un de mes vieux professeurs (connu de ses disciples sous le nom de Jef) m'a toujours enseigné : mieux vaut un âne vivant qu'un lion mort... Tu en es d'ailleurs une preuve éclatante, mon ami Lucien l'âne venu de la plus haute antiquité sur tes petits sabots d'ébène.

Tu remarqueras en plus, mon ami Marco Valdo M.I., combien cette sentence du Jef, que j'ai personnellement porté dans les collines du Péloponnèse et je me souviens très qu'il connaissait le grec antique et même plusieurs, et l'hébreu et le sanscrit et bien évidemment, le latin de diverses époques... Il me parlait un très délicat ionien et aux gens que l'on croisait le démotique... Donc, cette sentence du Jef, du moins celle-là que le Jef répétait à ses disciples, me paraît très pacifique et même nettement, antimilitariste et elle semble, si j'ose le dire ainsi, résumer exactement le sens de la chanson de Jeppe Jensen Aakjaer. L'âne vivant me plaît beaucoup, d'ailleurs....

Un dernier mot à propos du Jef , lequel était de toute son évidence un éminent antimilitariste... Sais-tu, Lucien l'âne, comment on a traité ce pacifique savant dans notre monde otanisé... On lui a refusé – en raison de ses convictions pacifistes et antimilitaristes – la chaire universitaire qui le méritait et il s'en fut enseigner des ignorants dans mon genre et dans le fond, tu vois, ce fut une chance pour nous. Quant à celui qui prit honteusement sa place, personne ne se souvient de son nom et il vaut mieux pour lui qu'il en soit ainsi. Et, dit Marco Valdo M.I., pour conclure avec Tonton Georges, je dirais : Être un lion ou un âne ? Puisque telle est la question....

« Qu'une alternative pareille, un de ces quatre jours, m'échoie,
C'est, j'en suis convaincu, l'âne qui sera l'objet de mon choix ! »


Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.
MILITARISME

Et ainsi, vous voici ici, vieillards,
À déblatérer de la défense de la nation,
Vous affairant à la vie du Danemark
Et confiant son destin au fer.

Mais qui sait si vous supporterez le poids fou
Du sanglant métal de la guerre
Qui abat la race humaine
Comme les batteuses font de la paille et du grain.

Mais, peut-être vous, décrépits, avec vos béquilles
Vous soutenez un courage désormais naufragé
Tandis que la balle peigne les boucles blondes
Et la jeunesse nage dans le sang.

Laissez tomber ce jeu d'idiots
N'invoquez pas la foudre de la vengeance !
Nos pires ennemis sont parmi nous
Dans votre vision barbare.

Nous sommes mieux défendus par le roseau subtil
Qui se balance dans le champ des souvenirs
Que par le couteau des instincts les plus vils
Qui s'enfonce féroce au cœur de la bataille.

Nous sommes mieux défendus par la branche en fleurs
Qui ombrage la porte de la demeure
Que par la violence terreuse et pierreuse
Qui se tient derrière vos mitrailleuses.

Tes forteresses blindées, tes casques, tes clairons
Deviendront, Danemark, ta tombe !
Ta défense, ce sont ces champs de blé qui flottent
Et resplendissent en paix sur la mer.

Les sillons ensanglantés du champ de guerre
Nous les sèmerons d'orge,
Mais le souvenir de la douleur de nos pères tombés
Vole bourdonnant comme les moustiques du soir.

Nous, nous ne voulons pas d'une sauvegarde
Par l'assassinat de milliers d'innocents,
Nous préférons vomir, insulter, ridiculiser
Le cadeau infernal des canons.

Tes faucheuses folles ne se rassasient jamais
Maudite bête sur notre chemin
Et les nations t'ont rendu la pareille :
Contre toi, elles ont tourné leurs canons.

Tu nous as toujours mené à pire ruine,
Et pourtant nous t'avions tout donné,
Tu nous as pris les derniers bœufs de l'étable,
Et tu as saigné notre plus beau verrat.

Tu vois pourquoi nous refusons l'orgie de la guerre
Et nous travaillerons dur dans la paix
Et nous mettrons en sécurité nos enfants
En les cachant des ours et des loups.

inviata da Marco Valdo M.I. - 27/12/2009 - 23:52


Vous savez, chers Marco Valdo et Lucien...j'admets qu'il est parfois assez difficile de me suivre dans mes "randonnées linguistiques" (je les appelle comme ça...). Je connais un tas (quelqu'un dit: trop) de langues, et quand je tombe sur un beau poème ou une belle chanson écrite dans une langue fort peu connue comme le danois, mon petit démon -qui s'appelle Pantoglossius et qui habite en moi depuis tellement longtemps- m'ordonne de la faire connaître...et c'est peut-être la raison même de ce site. Il ne faut pas avoir peur d'un certain décalage entre les traductions: c'est moi et Pantoglossius qu'on va se taper le sale boulot de traduire du danois, du grec, de l'islandais ou du cataplasmien occidental, mais on ne s'éloigne jamais des textes originaux (sauf en certaines occasions). Puis on demande à quelqu'un, par exemple Marco Valdo M.I., de les traduire dans sa langue maternelle. Les philologues, ça va sans dire, en seraient saisis d'horreur; je le sais bien, parce que j'étais, moi aussi, un philologue dans ma vie précédente, et j'ai essayé toujours d'instiller un peu de philologie dans ce site dont l'exactitude textuelle est le critère fondant. Mais c'est un site de connaissance, pas de critique textuelle. On ne joue pas à faire les petits Lachmann, même si son esprit est bien présent tout au long des 10.000 pages et des poussières de ce site, avec les "versions différentes" et même un brin de collation et de reconstruction de l'archétype de certains textes. Mais l'important c'est de faire connaître. Une chansons comme cette-ci démeurerait inconnue s'il n'y avait pas un RV et un Pantoglossius qui la traduisent du danois pour les ritals, et un Marco Valdo M.I. qui traduit la traduction pour les francophones. Au nez et à la barbe du décalage, des philologues et de la tour de Babel. Merci, Marco Valdo!

Riccardo Venturi - 28/12/2009 - 00:35



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org