Lingua   

Manhattan Kaboul

Renaud


Lingua: Francese

Guarda il video


Il (giustamente) celeberrimo e particolarissimo Videoclip della canzone. Assolutamente da guardare per chi non lo avesse mai visto. Quel che accadde a tutti noi l'11 settembre.


Altri video...


Ti può interessare anche...

Warriors of the Sun
(Joan Baez)
World on Fire
(Sarah McLachlan)
Venez vers moi
(Axelle Red)


dall'album Boucan d'enfer [2002]

Testo di Renaud Séchan
Musica di Jean-Pierre Bucolo

Axelle Red è una cantante fiamminga che ha cantato questa canzone insieme a Renaud.

Renaud Axelle Red


Renaud & Axelle Red - Manhattan KaboulScritta da Renaud dopo gli attentati dell'11 settembre e la guerra in Afghanistan.
Con questa canzone la sera della mobilitazione internazionale contro la guerra del 15 febbraio 2003, hanno vinto il più importante premio in Francia, in diretta TV: il "Victoire de la Chanson". [*]
E in diretta TV Renaud ha salutato tutti coloro che nel mondo si oppongono alla guerra con queste semplici parole: "Spero solo che non debba scrivere un'altra canzone dal titolo Manhattan-Bagdad".

[*] Ho assistito in diretta a quella trasmissione, quando ancora vivevo in Francia. Le CCG erano nate da quattro giorni esatti (11 febbraio 2003), e Manhattan Kaboul vi fu immediatamente inserita. [RV]

Un articolo di Le Monde spiega com'è nata la canzone.
Petit Portorican
Bien integré, quasiment New-Yorkais
Dans mon building tout de verre et d'acier
Je prends mon job, un rail de coke, un café

Petite fille Afghane
De l'autre côté de la terre
Jamais entendu parler de Manhattan
Mon quotidien c'est la misère et la guerre

Deux étrangers au bout du monde, si différents
Deux inconnus, deux anonymes, mais pourtant
Pulverisés sur l'autel
De la violence éternelle

Un 747
S'est explosé dans mes fenêtres
Mon ciel si bleu est devenu orage
Lorsque les bombes ont rasé mon village

Deux étrangers au bout du monde, si différents
Deux inconnus, deux anonymes, mais pourtant
Pulverisés sur l'autel
De la violence éternelle

So long! Adieu mon rêve américain
Moi plus jamais esclave des chiens
Ils t'imposaient l'Islam des tyrans
Ceux-là ont jamais lu le Coran?

Suis redev'nu poussière
Je s'rai pas maître de l'univers
Ce pays que j'aimais tell'ment serait-il
Finalement colosse aux pieds d'argile?

Les dieux, les religions
Les guerres de civilisation
Les armes, les drapeaux, les patries, les nations
F'ront toujours de nous de la chair à canon

Deux étrangers au bout du monde, si différents
Deux inconnus, deux anonymes, mais pourtant
Pulverisés sur l'autel
De la violence éternelle

Deux étrangers au bout du monde, si différents
Deux inconnus, deux anonymes, mais pourtant
Pulverisés sur l'autel
De la violence éternelle.



Lingua: Italiano

Versione italiana di Riccardo Venturi
Ospitata anche da L'HLM de Renaud
MANHATTAN KABUL

Piccolo portoricano
Ben integrato, quasi newyorkese
Nel mio building tutto di vetro e acciaio
Faccio il mio job, una pista di coca e un caffé

Bambina afghana
Dall'altra parte del mondo
Mai sentito parlare di Manhattan
Per me ogni giorno miseria e guerra

Due stranieri agli antipodi, così differenti
Due sconosciuti, due anonimi, eppure
Polverizzati sull'altare
Della violenza eterna

Un settequattrosette
è esploso nelle mie finestre
Il mio cielo è diventato temporale
Quando le bombe hanno raso al suolo il mio villaggio

Due stranieri agli antipodi, così differenti
Due sconosciuti, due anonimi, eppure
Polverizzati sull'altare
Della violenza eterna

So long! Addio, mio sogno americano
Non sarò mai più schiava dei cani
T'imponevano l'islam dei tiranni
Ma quelli avranno mai letto il Corano?

Sono tornato polvere
Non sarò padrone dell'universo
Questo paese che amavo tanto
Sarà allora un colosso d'argilla?

Gli dei, le religioni
Le guerre di civiltà
Le armi, le bandiere, le patrie, le nazioni
Ci renderanno sempre carne da cannone

Due stranieri agli antipodi, così differenti
Due sconosciuti, due anonimi, eppure
Polverizzati sull'altare
Della violenza eterna

Due stranieri agli antipodi, così differenti
Due sconosciuti, due anonimi, eppure
Polverizzati sull'altare
Della violenza eterna.



Lingua: Inglese

Versione inglese di autore sconosciuto, ripresa da:
English version, by unknown author
Da/From L'HLM de Renaud/Discothèque.
MANHATTAN KABOUL

Little Portorican,
well integrated, almost "New Yorker"
In my building made of glass and steel
I make my job, I take coke, a coffee

Little Afghan girl,
on the other side of the world
Never heard of Manhattan
My daily life is misery and war

Two strangers at the extremities of the world, so different
Two unknown people, two anonymous people, and however
Ground down on the altar
of eternal violence

A 747 exploded in my windows
My sky so blue became storm
When bombs razed my village

Two strangers at the extremities of the world, so different
Two unknown people, two anonymous people, and however
Ground down on the altar
of eternal violence

So long! Farewell my American dream
I won't be anymore the slave of dogs
They were dictating you tyrants' Islam
These ones, have they ever read Coran?

I am dust again
I won't be the master of the universe
Is this country I loved so much
Finally a colossus with feet made of clay?

Gods, religions
Civilization's wars
Weapons, flags, homelands, nations
Always make flesh for cannons of us

Two strangers at the extremities of the world, so different
Two unknown people, two anonymous people, and however
Ground down on the altar
of eternal violence

Two strangers at the extremities of the world, so different
Two unknown people, two anonymous people, and however
Ground down on the altar
of eternal violence

inviata da (Riccardo Venturi)




Lingua: Tedesco

Versione tedesca di "Filou le Richou"
Deutsche Fassung von "Filou le Richou"
Da/Aus L'HLM de Renaud/Discothèque
MANHATTAN KABOUL

Kleiner Puertorikaner, gut integriert, quasi New Yorker
In meinem Haus ganz aus Glas und Stahl
Ich fang mit meinem Job an, zieh noch ne Line Koks, trink nen Kaffee

Kleines afghanisches Mädchen am andern Ende der Welt
Hab noch nie jemanden von Manhatten reden gehört
Mein Alltag besteht aus Unglück und Krieg

Refrain:
Zwei Fremde am Ende der Welt, so verschieden
Zwei Unbekannte, zwei Anonyme, aber trotzdem
pulverisiert, auf dem Altar der ewigen Gewalt

So long, auf nimmer Wiedesehen mein amerikanischer Traum
Ich werde nie wieder der Sklave von Hunden (Schimpfwort) sein
Schnell den Islam von den Tyrannen aufgedrängt bekommen
Haben die eigentlich jemals den Koran gelesen?

Ich bin wieder zu Staub geworden
Ich werde nicht der "King of the World"
Dieses Land, das ich so sehr geliebt habe wird es
am Ende ein Koloss mit Füßen aus Ton?

Die Götter, die Religionen
Die Kriege der Zivilisation
Die Waffen, die Flaggen, die Vaterlandsliebe, die Nationen
Machen aus uns immer nur Kanonenfutter

Refrain 2x

inviata da Riccardo Venturi




Lingua: Neerlandese

Versione neerlandese di Dirk de Groef
Nederlandse vertaling door Dirk de Groef
Da/Uit L'HLM de Renaud/Discothèque
MANHATTAN KABOUL

Een kleine Portoricaan
goed geïntegreerd
een New Yorker, zeg maar
ik werk in dit gebouw van staal en van glas, hemelhoog
ik drink m’n koffie en ik snuif m’n coke

‘n Afghaans meisje
van ver hier vandaan
van Manhattan heb ik nog nooit gehoord
ellende en oorlog, dat is m’n bestaan

twee onbekenden, waar komen ze vandaan ?
ze zijn zo anders, en niemand kent hun naam
vermorzeld, geveld door niet aflatend geweld

een 747 ontplofte in m’n ramen
de lucht was hier blauw, maar zo stormde het nog nooit
nu bommen m’n dorp hebben platgegooid

twee onbekenden, waar komen ze vandaan ?
ze zijn zo anders, en niemand kent hun naam
vermorzeld, geveld door niet aflatend geweld

mijn Amerikaanse droom is nu wel verzwonden
nooit meer de slavin van de ongelovige honden
hun islam is die van een tiran
weten zij wel wat er staat in de koran

tot stof ben ik nu weergekeerd
de wereld aan mijn voeten, dat lukt niet meer
ik hield van dit land, het was hier fijn
maar zou het dan toch een reus op lemen voeten zijn ?

religies en goden
beschavingsoorlogen
wapens en vlaggen, naties en landen
wij zijn kanonnenvlees, dat zal nooit veranderen

twee onbekenden, waar komen ze vandaan ?
ze zijn zo anders, en niemand kent hun naam
vermorzeld, geveld door niet aflatend geweld

inviata da Riccardo Venturi




Lingua: Neerlandese

Ulteriore versione neerlandese (di Tine Ghyselen) da Nedtlyrics
MANHATTAN KABOUL

Kleine Puerto Ricaan, een bijna goed ingeburgerde New Yorker
In mijn wolkenkrabber van glas en staal
Ik neem mijn job, een lijntje cocaïne en koffie

Klein Afghaans meisje, aan de andere kant van de wereld
Nog nooit horen praten over Manhattan
Mijn dagelijks leven bestaat uit ellende en oorlog

Twee vreemdelingen aan het einde van de wereld, zo verschillend
Twee onbekenden, twee anoniemen, maar toch
Verpulverd op het altaar van het eeuwige geweld

Een 747 ontplofte in mijn ramen
Mijn o zo blauwe hemel werd onweerachtig
Toen de bommen mijn dorp met de grond gelijkgemaakt hebben

Twee buitenlanders aan het einde van de wereld, zo verschillend
Twee onbekenden, twee anoniemen, maar toch
Verpulverd op het altaar van het eeuwige geweld

Zo lang, vaarwel mijn Amerikaanse droom
Ik ben nooit meer slaaf van de honden
Vlug werd de islam door de tirannen opgedrongen
Hebben die nog nooit de Koran gelezen?

Ik ben tot stof herleid
Ik zal geen meester zijn van de wereld
Zou dit land waar ik zo van hield
Eindelijk een kolos zijn met lemen voeten?

De goden, de godsdiensten
De beschavingsoorlogen
De wapens, de vlaggen, de vaderlanden, de naties
Maken altijd van ons kanonnenvlees

Twee buitenlanders aan het einde van de wereld, zo verschillend
Twee onbekenden, twee anoniemen, maar toch
Verpulverd op het altaar van het eeuwige geweld

Twee buitenlanders aan het einde van de wereld, zo verschillend
Twee onbekenden, twee anoniemen, maar toch
Verpulverd op het altaar van het eeuwige geweld

inviata da Riccardo Venturi - 4/12/2007 - 00:46




Lingua: Spagnolo

Versione spagnola di Aldo Michell Villanueva Diaz
MANHATTAN KABUL

el pequeño puertoriqueño
bien integrado casi neoyorquino
en mi edificio todo de vidrio y acero
tomo mi trabajo, una linea de coca,un cáfe

pequeña niña afgana
en el otro lado de la tierra
jámas escuchó hablar de manhattan
mi cotidianidad es la miseria y la guerra

dos extranjeros alrededor del mundo, tan diferentes
dos desconocidos, dos anónimos sin importancia
pulverizados sobre el ataúd de la violencia eterna

un 747
explota entre mis ventanas
mi cielo tan azul se ha convertido en tormenta,
por las bombas que arrasan mi aldea

dos extranjeros alrededor del mundo, tan diferentes
dos desconocidos, dos anónimos sin importancia
pulverizados sobre el ataúd de la violencia eterna

hasta luego, adios mi sueño americano
nunca más seré esclava de los perros
los tiranos te imponen el islam
¿acaso ellos han leido el coran?

me vuelvo polvo
se que no sere el amo del universo
era este el pais al que amé tanto
finalmente el coloso a los pies de arcilla

los dioses, las religiones
las guerras de la civilizacion
los ejercitos, las banderas, las patrias, las naciones
siempre somos nosotros la carne de cañon

dos extranjeros alrededor del mundo, tan diferentes
dos desconocidos, dos anónimos sin importancia
pulverizados sobre el ataúd de la violencia eterna

dos extranjeros alrededor del mundo, tan diferentes
dos desconocidos, dos anónimos sin importancia
pulverizados sobre el ataúd de la violencia eterna

inviata da aldo michell villanueva diaz - 29/5/2006 - 07:17


Da "Le Monde", 26/8/05

MANHATTAN KABOUL
par Claire Guillot

renaud axelle red Un homme, une femme, un tube. Dans l'histoire des succès musicaux, la formule du duo a souvent fait figure de martingale. Le public, ce grand sentimental, aime l'association du grave et de l'aigu, du masculin et du féminin. Un format on ne peut plus approprié aux grandes histoires d'amour. Récemment, les maisons de disques et la télé-réalité ont usé et abusé de la recette magique qui, dans l'idéal, permet de doubler le nombre d'acheteurs potentiels. Quitte à faire revenir Dalida d'outre-tombe pour pousser la chansonnette en direct avec les stars du moment.

Ce n'est pourtant pas avec une chanson d'amour que Renaud Séchan a atteint le Nirvana commercial : Manhattan-Kaboul, locomotive de l'album Boucan d'enfer, évoque les attentats du 11 septembre 2001 à New York. Les deux personnages ne s'aiment pas ; d'ailleurs ils ne se connaissent même pas et meurent à la fin. Ce qui n'a pas empêché le single de s'écouler à plus de 500 000 exemplaires, et l'album de dépasser les 2 millions.

Le chanteur précise : "En aucun cas je n'ai pensé sacrifier à la mode des duos. Je n'en avais jamais fait jusque-là et m'en passais fort bien. Mais dès l'écriture des premières lignes de la chanson, dès que j'ai compris que mon stylo me dirigeait vers l'histoire commune de deux individus, l'un homme, l'autre femme, l'évidence du duo s'est imposée. Malgré tous les petits problèmes que cela risquait d'engendrer : promo commune, comment la chanter sur scène si ma "duettiste" n'est pas là, problèmes contractuels, etc."

La chanson, composée par Jean-Pierre Bucolo, dormait depuis des années dans un tiroir, avec des paroles provisoires en anglais et un titre de travail plutôt modeste : I Get on The Bus (Je monte dans le bus). "Je trouvais cette maquette pas mal, efficace, mais aucune idée de texte ne me venait. Jean-Pierre Bucolo a décidé, alors que l'enregistrement de l'album était quasiment terminé, de l'enregistrer quand même, comptant sur une inspiration de dernière minute." Une méthode qui a fait ses preuves : vingt ans plus tôt, le nostalgique Mistral gagnant avait été écrit ainsi, à la va-vite. Manhattan-Kaboul suivra le même chemin et naîtra sur le coin d'un canapé du studio, en un seul jet.

Renaud imagine deux anonymes aux vies parallèles. D'un côté, un "petit Portoricain, bien intégré, quasiment New-Yorkais" , un trader qui débute sa journée de travail dans une tour du World Trade Center ; de l'autre, une "petite fille afghane" qui vit sous le joug taliban. Les deux trajectoires se croisent en même temps qu'elles se brisent : un avion tombe sur la tour à New York, une bombe américaine réduit en cendres le village afghan. Pas de coupable, pas de responsable, à part la "violence éternelle" . "Je ne voulais pas en faire une chanson "politique", pas prendre parti, indique le chanteur. Je déteste autant le terrorisme islamiste ou autre que l'impérialisme ricain. Juste parler de deux quidams anonymes, victimes innocentes des événements, de la géopolitique, d'agissements criminels."

Le duo écrit, restait à trouver une partenaire. Une tâche ardue pour l'artiste à la voix blanche, dont les chansons ont toujours intimement épousé les colères et les galères. C'est particulièrement le cas de Boucan d'enfer, né après une rupture amoureuse, suivie d'un long tunnel dépressif et alcoolisé. C'est finalement la Belge Axelle Red, auteure de ballades acides, qui interprétera l'Afghane. "Je la connaissais un petit peu, nous étions dans la même maison de disques et elle habitait Bruxelles, où justement j'enregistrais. On ne l'associe pas forcément à mon univers, peut-être, mais quelle chanteuse y aurait-on associé ? Colette Magny ? Catherine Ribeiro ?" Après tout, Axelle Red a aussi écrit une chanson sur le 11-Septembre, Venez vers moi, qui vilipende le fanatisme religieux, chrétien ou musulman.

L'association Renaud-Red s'avère fructueuse au-delà des espérances. Si quelques fans historiques regrettent les "chansons-colères" de Renaud, comme le célèbre Hexagone (dans le premier album de Renaud paru en 1975), le grand public, lui, plébiscite Manhattan-Kaboul. Le titre remporte une Victoire de la musique (Renaud en gagnera trois avec l'album Boucan d'enfer ) et les NRJ Music Awards. Et Renaud ne boude pas son plaisir. Car, après avoir touché le fond, il veut qu'on l'aime. "NRJ a eu la gentillesse de nous programmer intensivement (c'était bien la première fois depuis vingt ans que cela m'arrivait), je ne leur avais pas fait des pipes pour ça ! J'ai, par politesse et vis-à-vis d'Axelle et Bucolo, impliqués comme moi dans l'aventure, et, allez, d'accord, avouons-le, peut-être pour satisfaire mon ego après des années noires, peut-être par besoin de reconnaissance du métier, accepté de me rendre à Cannes pour recevoir ces trophées."

Renaud, qui reprend goût à la vie, prend aussi goût aux duos. Il en a interprété un autre, Anaïs Nin, avec Romane Serda. Une histoire d'amour cette fois, avec violons et piano, entonnée avec celle qui aurait, sans doute, chanté Manhattan-Kaboul si elle était entrée dans sa vie un peu plus tôt.

9/6/2006 - 17:32




Lingua: Francese

Washington-Bagdad, la parodia (o aggiornamento?) di Laurent Gerra
WASHINGTON-BAGDAD

Petit péteux ricain
Fils de son père, George debeuliou crétin
A décidé un bon matin
De rentrer dans l'histoire en foutant l'bouzin

Petit Hitler du Golfe
Militaire moustachu un peu comme Adolf
Enturbannés à mitraillette
Tous ces tarés qui tuent au nom du prophète

Deux dictateurs au bout du monde,
Si différents,
Deux intégristes,
Un catholique, un musulman
Prêts à tuer sur l'autel
D'la violence éternelle

Même les Nations unies
On été impuissantes face à la connerie
Avec son copain Blair
Le blaireau du Texas est entré en guerre

Deux dictateurs au bout du monde,
Si différents,
Deux hystériques qui sacrifient des innocents
Prêts à tuer sur l'autel
D'la violence éternelle

Pauvre peuple d'Irak
Subissant la folie de ces deux maniaques
Morts parmi les civils
Pour récupérer leurs putains de barils

Avec sa tronche immonde,
George W se voit bien maître du monde
Mais Bagdad sous les bombes,
C'est plutôt le retour de la Bête immonde

Deux dictateurs au bout du monde,
Si différents,
Deux intégristes,
Un catholique, un musulman
Prêts à tuer sur l'autel
D'la violence éternelle

25/8/2009 - 18:00


Appello per la liberazione di Rahmatullah Hanefi e Adjmal Nashkbandi

Ci uniamo all' appello di Emergency per la liberazione di Rahmatullah Hanefi. Il responsabile afgano dell'ospedale di Emergency a Lashkargah.
Adjmal Nashkbandi, l'interprete di Daniele Mastrogiacomo, non è ancora tornato alla sua famiglia.
Firmate numerosi!

Lo STAFF delle CCG / AWS STAFF - 27/3/2007 - 13:46


Joan Baez ha cantato (in francese!) la canzone di Renaud durante il suo recente tour europeo.

28/12/2007 - 14:46


Finalmente il video dell'interpretazione di Joan Baez (del 2011)

11/9/2014 - 22:37



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org