Lingua   

Arbre d’ananar

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

Nous les ânes
(Lucien Lane)
L'âne anar
(Marco Valdo M.I.)
Dachau Express
(Marco Valdo M.I.)


Arbre d’ananar
Chanson française – Arbre d’ananar – Marco Valdo M.I. – 2021

ARBRE ROUGE  <br />
Piet Mondrian – 1909
ARBRE ROUGE
Piet Mondrian – 1909


Dialogue maïeutique

Qu’est-ce que c’est que cette chanson « Arbre d’ananar » ?, dit Lucien l’âne. C’est marrant, elle me rappelle une chanson où il est question de moi, oui, oui, de moi, à poil et en os, même qu’elle s’intitule « L'âne anar ».

Tu as raison, Lucien l’âne mon ami, et même qu’elle est liée à une autre chanson, une chanson de Léo Ferré, qui s’intitule « Graine d'ananar » et même que Bernart Bartleby (tout un programme ce nom de Bartleby) nous l’avait dédiée. Donc, celle-ci – précisément « Arbre d’ananar » – reprend en une parodie du texte et pourquoi pas, carrément la musique, le schéma de celle-là. C’est une lointaine tradition des poètes et des chansonniers, des trouvères et des troubadours, des aèdes et des rhapsodes, des ménestrels et des croque-notes, des bardes et des scaldes et même des cantastorie que j’ai coutume de traduire par « chantauteurs ». Je l’ai faite à force de voir partout célébrer le centenaire posthume de Tonton Georges et quand je me suis rendu compte de cette coïncidence : il a pris sa retraite (de manière assez abrupte) à quelques jours de son anniversaire de naissance. Ce qui fait qu’il y a ces jours-ci quarante ans qu’il s’en est allé dans les bras de la Camarde.

Oui, dit Lucien l’âne, je sais cela. Mais parle-moi encore d’« Arbre d’ananar ».

Il te souviendra aussi, dès lors que tu as une pareille mémoire, Lucien l’âne mon ami, d’une autre parodie dont on avait parlé ici, que j’avais faite en souvenir de Léo Ferré, intitulée « Mon Vieux Léo », tirée de la chanson de Georges Brassens « Le vieux Léon ». Elle imaginait, cette chanson, que Brassens adressait une salutation à Léo Ferré. On y disait :
« C’est « Mon Vieux Léo », une canzone où il est question de Léo Ferré. C’est, comme je te l’ai dit, une parodie d’une chanson de Georges Brassens : « Le vieux Léon » (1953) et elle a comme trame une histoire que j’ai inventée, à savoir que Georges Brassens, reprenant son vieux Léon, s’adresse à Léo Ferré par-delà le temps de façon très amicale et l’interpelle à propos de son grand saut dans le rien ou sur le rocher (étant Monaco où on l’a ramené d’Italie) et la vie d’artiste qu’il peut y mener avec les autres anarchistes exilés là-bas dans le néant. »

Sûrement que je m’en souviens, répond Lucien l’âne et je pourrais reprendre mot pour mot ma conclusion de cet ancien dialogue :
« Juste pour dire, évidemment. Cela étant, il faudrait sans doute un de ces jours que tu insères « Le vieux Léon » de Tonton Georges dans les Chansons contre la Guerre, car tout comme La Vie d’Artiste de Ferré, cette chanson manque cruellement au tableau. Enfin, je t’avoue que je suis très impatient de découvrir cette parodie et je me réjouis hautement déjà, rien qu’à l’idée. Voyons-la et reprenons notre tâche »

Sans doute, dans le futur, te souviendras-tu de ce dialogue-ci, reprend Marco Valdo M.I. ; maintenant, j’invite à un petit jeu sans malice et qui remue bien des souvenirs.

En voilà une idée, répond Lucien l’âne en riant et de quoi s’agit-il ?

Tout simplement, Lucien l’âne mon ami, il s’agit de découvrir dans cette parodie une série d’allusions, de références à diverses chansons de Georges Brassens et aussi, de Léo Ferré.

À première vue, conclut Lucien l’âne, je dirais aussi de Boby Lapointe, qui dans « Ta Katie t’a quitté » disait :

« Ce soir au bar de la gare
Igor hagard est noir
Il n’arrête guère de boire. »


Ma parole, ta parole, par exemple ; avec un peu d’oreille et de mémoire, on peut y jouer avec beaucoup de chansons et trouver des tas de clins d’yeux à d’autres chanteurs, à d’autres poètes. On en a assez dit, tissons le linceul de ce vieux monde féroce, oublieux, sénescent, pénible, ignoble, ignare et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

Le temps s’en est allé
Mais toi, tu es resté
Au Bal des Quat’z’Arts,
Hors de ce grand bazar
Qu’est cette société,
Loin de la société,
Tu l’as toujours été,
Tu es un type à part,
Un arbre d’ananar.

On a dit que mouflet,
Tu volais
Et que ton papa
Brave homme, ne voulait pas
Qu’on mette à l’écolier
Un collier tressé
Qui l’aurait blessé,
Une chaîne de clébard
À l’arbre d’ananar.

T’avais des copains
Qui buvaient le vin
Mais le vin est tiré
Pour être éclusé
En bonne société.
Au cœur de l’amitié
À chacun son quart,
Arbre d’ananar.

Si je savais où
Tu as fait ton trou,
J’irais te retrouver
Pour t’écouter chanter.
Comme je ne sais pas
Où aller pour ça,
J’irai voir au bar de la gare
Après l’arbre d’ananar.

On me dit que c’est fini,
Que tu es parti
Et que tu resteras
Au nom de la loi
De l’éternité,
Loin de cette société
Qui doit regretter
D’avoir mis au rancart,
L’arbre d’ananar.

Même le grand oubli
Se fait tout petit,
Même les corneilles
Croassent des merveilles,
Pour te garder ici
Et c’est amusant
Qu’il y a ce vent
Qui souffle sur le pont des Arts
Dans tes branches d’arbre d’ananar.

Après toutes ces années,
Il reste de toi
Les traces de ta voix
Et de tes idées.
Moi, je dis que la société
Ne doit pas brusquer
Les enfants bâtards
De l’arbre d’ananar.

inviata da Marco Valdo M.I. - 24/10/2021 - 18:50



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org