Lingua   

Euthanasiez-moi !

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

Devant le Port d’Amsterdam
(Marco Valdo M.I.)
Suicide in the Trenches
(Siegfried Sassoon)
La Guerre de Cent mille ans
(Marco Valdo M.I.)


Euthanasiez-moi !

Chanson française – Euthanasiez-moi ! – Marco Valdo M.I. – 2020
Chanson de la vérité humaine toute nue.

Dialogue Maïeutique

Vincent va son chemin  Van Gogh – 1888
Vincent va son chemin Van Gogh – 1888


Voici, Lucien l’âne mon ami, une chanson nue. Voici la parodie d’une chanson « Déshabillez-moi ! » écrite pour une strip-teaseuse, qui ne l’a jamais chantée ; une chanson que Juliette Gréco a interprétée à partir de 1967 en provoquant un immense scandale. J’en ai à mon tour fait une parodie au sens originel du terme : « texte composé pour être chanté sur une musique connue », comme l’entendait l’excellent Voltaire. Bien entendu, elle recèle autant que la chanson dont elle s’inspire une dose explosive d’acide ironique Cette chanson opère un dévoilement, celui de l’immense hypocrisie d’une société qui veut occulter la mort et le désir de mourir au nom d’une conviction aberrante en un être inexistant.

Oh, dit Lucien l’âne, on dirait bien que c’est une attaque frontale contre la pudibonderie et la tartuferie religieuses. Je n’ai jamais compris pourquoi les religieux et les religions étaient opposés à la mort volontaire ou à la fin de vie choisie et assistée. D’ailleurs, juste pour qu’on comprenne l’absurdité des religions qui s’opposent à la mort volontaire des gens (je souligne que ce sont les mêmes qui approuvent, organisent et bénissent de grands massacres et des guerres) imaginons un croyant qui souffre ou qui en a marre de cette vie ou qui simplement veut en finir ou qui pour résumer, veut rejoindre Dieu et son jardin des délices au plus tôt ; ce croyant adresse donc une prière à son Dieu (ne pas se tromper de destinataire) ; moi, je serais Dieu, je serais ravi de sa demande et je l’exaucerais aussitôt. Évidemment, comme ni Dieu, ni Diable n’existent, rien ne se passe.

Oui, tout à fait, répond Marco Valdo M.I., il y a dans La Guerre de Cent mille ans des chapitres entiers qui sont occultés et par exemple, celui de l’oppression millénaire qui empêche chacun de mourir librement, de quitter sa vie quand il le juge opportun et dans de bonnes conditions. Cette façon de faire se traduit par le mot : « euthanasie », « mort bienveillante » ou « bonne mort ».

Bonne mort, bonne mère, quelle affaire !, s’exclame Lucien l’âne. Cela dit, c’est une bonne idée.

C’est une bonne idée, reprend Marco Valdo M.I. et ce serait une bonne pratique. Surtout après ce qu’on vient de vivre et vit encore actuellement et sans doute demain, quand on prolonge inutilement et en masse la terrible souffrance de vieillards au bord de la libération, d’asphyxiés cherchant désespérément à en finir, de comateux traînés de force jusqu’au bout du bout, il est temps pour les survivants de tirer l’enseignement de cette terrifique leçon et de pouvoir bénéficier de cette pénible expérience individuelle et collective. Oui, une vieille, un vieux, une jeune, un enfant, un bébé, tous peuvent des nœuds de douleurs indémêlables et insupportables qu’il convient de dénouer ou de trancher pour y mettre fin. Qu’il y ait des précautions nécessaires, nul n’en doute, mais qu’on puisse en finir n’est pas seulement un droit, n’est pas seulement l’exercice plein et entier de la liberté et de l’autonomie de la personne humaine, ce n’est pas seulement un droit, c’est aussi un devoir pour l’autre que nous sommes d’y apporter notre compréhension, notre compassion et notre aide avec comme le demande la chanson : sympathie et empathie.

« Soyez sympathique,
Soyez empathique !
Laissez-moi partir,
Laissez-moi finir,
Sans souffrir !

Euthanasiez-moi ! »


Oui, dit Lucien l’âne, il importe aussi que cet acte de solidarité se fasse comme le demande la chanson :

« Avec délicatesse,
Avec tendresse,
Et sans tristesse. »


et que l’aide à la mort ne soit pas seulement ce pis-aller qu’on dispense à l’extrême extrémité de l’ultime douleur. Véritablement, on doit pouvoir mourir librement et la tête haute. On doit pouvoir le faire aidé par ses parents, par ses amis, dans la cordialité et la joie de sa dernière cène. Alors tissons le linceul de ce vieux monde oppressant, mortifère, ennuyeux, pénible et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
Euthanasiez-moi !
Euthanasiez-moi !

Tout de suite,
Très, très vite.
Sachez m’accompagner,
Me relaxer,
M’encourager.

Euthanasiez-moi !
Euthanasiez-moi !

Ne soyez pas nerveux !
Que votre regard
Soit plein d’égards.
Souriez-moi des yeux
Et des deux !

Euthanasiez-moi !
Euthanasiez-moi !

Sans retard,
Avec art.
Sachez m’hypnotiser,
Sachez m’envelopper,
Sachez me rassurer !

Euthanasiez-moi !
Euthanasiez-moi !

Avec délicatesse,
Avec tendresse,
Et sans tristesse.
Pour mon dernier repos,
Sans un mot de trop.

Euthanasiez-moi !
Euthanasiez-moi !

Voilà, ça y est, je suis
Prêt pour les houris et le paradis.
De votre main experte, allez-y !
Maintenant tout de suite,
Allez vite !

Euthanasiez-moi !
Euthanasiez-moi !

Mesurez bien vos paroles :
Ni sinistres, ni trop drôles !
Envoyez-moi en l’air
Sans manières,
De l’autre côté !

Euthanasiez-moi !
Euthanasiez-moi !

Conduisez-vous en homme,
Sans trembler,
Soyez un bon homme,
Agissez,
Sans tarder.

Euthanasiez-moi !
Euthanasiez-moi !

Soyez sympathique,
Soyez empathique !
Laissez-moi partir,
Laissez-moi finir,
Sans souffrir !

Euthanasiez-moi !
Euthanasiez-moi !
Euthanasiez-moi !
Euthanasiez-moi !

inviata da Marco Valdo M.I. - 14/5/2020 - 21:46


Je t'embrasse, avec amitié, avec silence, avec ....

Riccardo Venturi - 14/5/2020 - 23:21


Riccardo,

Merci de ton message. Cependant, en revoyant la chanson et le dialogue ce matin, et ton message, il m’est venu l'idée que cette chanson est nécessaire pour porter la voix de milliers, si ce n'est de millions de gens - sans voix face à la pression et à l'oppression. Ou alors, sans écho à leur appel, quand ils peuvent encore appeler.
Je suppose que tu connais Marco Cappato et la Luca Coscioni qui mènent un combat pour cette même liberté de mourir. Il vaut la peine de les connaître. 
Tout ça pour dire que je pense que cette chanson ne peut pas rester dans la seule langue française. J’ai bien tenté de mettre tout ça en italien, mais je n'ai pas la maîtrise suffisante des autres langues pour en faire une version disons correcte et suffisamment, aboutie et nuancée en italien, en anglais, en finnois, en polonais, en allemand, en arabe, ... dans toutes les langues où quelqu'un peut appeler à l'aide pour mourir.

C'est évidemment le travail habituel des CCG de traduire. Alors :

Ceci est un appel à tous ceux qui pourraient le faire.

Ainsi Parlait Marco Valdo M.I.

Marco Valdo M.I. - 15/5/2020 - 10:13


Un consiglio a Marco Valdo per una possibile traduzione: Il Testamento.

Lorenzo - 15/5/2020 - 10:35


Lorenzo,

Merci, excellente suggestion. D'ailleurs, cette chanson figurait dans la liste de toutes les chansons que j'ai enregistrées à part en vue d'une version française. Mais dans les CCG, il y a tellement en attente...

Comunque, celle-là, je vais la faire tout prochainement.

Cordial
Marco Valdo M.I.

Marco Valdo M.I. - 15/5/2020 - 10:46


Je veux mourir, dit la centenaire.

Commentaire à la chanson Euthanasiez-moi !

Dialogue Maïeutique
Je ne veux pas


Euthanasiez-moi, dit Lucien l’âne, est une chanson des plus utiles ; elle chante le choix de mourir, le droit à la liberté ; elle chante la liberté.

Car c’est une des libertés encore à conquérir que de pouvoir mourir à son heure, à l’heure que l’on choisit et de le faire dans de bonnes conditions.

Une ancienne institutrice, quelque part en France, a décidé de mourir. Elle a écrit un petit mot :

« Je ne veux pas être ranimée.
Je ne veux pas de soins.
H. Wuillemin
Le 27 mai.


Je cite ici une partie du texte de l’interview de Madame Wuillemin, relayée par France-info, intitulée :"Quand on souffre comme ça, ce n’est pas la peine de rester"

thumb

Quand on souffre comme ça, ce n'est pas la peine de rester

Hélène, centenaire, en grève de la faim pour qu'on lui laisse le droit de mourir


« Hélène Wuillemin a un visage aux mille rides, deux petits yeux rieurs qu’on distingue à peine et depuis le 6 mars dernier, un âge à trois chiffres : "Je viens d’avoir 100 ans. J’aurais bien souhaité ne pas les avoir, mais malheureusement je continue à vivre." Depuis une semaine, cette centenaire, qui habite seule chez elle à Laxou (Meurthe-et-Moselle), près de Nancy, a donc entamé une grève de la faim car on lui refuse, dit-elle, "le droit de mourir". »…

« Hélène a un temps pensé à d’autres solutions : "Mais moi je n’ose pas me suicider, m’ouvrir les veines, ça me dégoûte." Avant de se décider à faire cette grève de la faim et à l’annoncer à son fils et à sa fille : "Je lui ai dit ’j’arrête de manger’. Elle ne m’a rien répondu, qu’est-ce que vous voulez qu’elle dise ? »


Oui, dit Marco Valdo M.I., et de fait, il n’y a rien à dire, car on ne peut rien opposer à pareille volonté et surtout pas la soi-disant volonté d’une entité fantomatique ou d’une institution. De plus, il n’est pas nécessaire d’avoir cent ans pour désirer fermer le livre de sa vie ; il n’est pas indispensable d’être perclus de douleurs pour descendre du train. Pour finir, on doit pouvoir descendre à l’arrêt qu’on choisit, mais dans La Guerre de Cent mille ans, il y a toujours ces adversaires de l’humanité qui s’oppose à la liberté de disposer de soi.

Tissons le linceul de ce vieux monde dictatorial, croyant, bigot, crétin et cacochyme.

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.

Marco Valdo M.I. - 1/6/2020 - 10:14



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org