Lingua   

Plus rien

Les Cowboys Fringants
Lingua: Francese

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

En berne
(Les Cowboys Fringants)
8 Secondes
(Les Cowboys Fringants)


[2004]
Album "La Grand Messe"
(paroles et musique J-F Pauzé)
La grand-messe

"C'est en revenant d'une conférence d'Hubert Reeves à Châteauguay qu'a commencé à germer l'idée de la chanson Plus rien. L'astrophysicien avait commencé sa présentation en disant quelque chose du genre : « (…) dans l'histoire de la planète terre, il y a eu cinq extinctions majeures (celle qu'on connaît le plus est celle des dinosaures) et elles ont toutes été la conséquence de phénomènes naturels (météorites, changements de température, etc...). La sixième extinction pourrait bien être celle de l'être humain. Et ce sera la première fois qu'une espèce sera directement responsable de son extinction (…) » J'étais dans ma voiture avec Jérôme et je réfléchissais à tout ça. Même si ce sont des hypothèses, je ne sais pas pourquoi mais j'ai plus tendance à croire les prévisions environnementales d'un Hubert Reeves que celles de Georges W. Bush, Paul Martin ou autres PDG de multinationales. Je lui ai alors dit qu'il fallait absolument faire une chanson à ce sujet. C'est resté là.

Quelques jours plus tard, j'ai pensé écrire un texte dont le narrateur serait le dernier humain de la terre. Dans la chanson, il exprimerait son grand désarroi face à la catastrophe qui n'a pu être évitée, tout en relatant les faits historiques hypothétiques qui ont conduit à cette catastrophe. Je trouvais l'idée excellente ! Tellement que j'ai composé la chanson en une heure. Quand je l'ai fait écouter aux autres, ils étaient bouche bée. Ils disaient que c'était très beau mais aussi très sombre. Moi, j'étais tellement excité que je n'avais pas vu à quel point le texte était dramatique. C'est quelques jours plus tard que je me suis rendu compte de la lourdeur du récit. Mais bon que je me suis dit, on ne peut pas toujours parler de Gina Pinard dans la vie !"
Il ne reste que quelques minutes à ma vie
Tout au plus quelques heures, je sens que je faiblis
Mon frère est mort hier au milieu du désert
Je suis maintenant le dernier humain de la terre

On m'a décrit jadis, quand j'étais un enfant
Ce qu'avait l'air le monde il y a très très longtemps
Quand vivaient les parents de mon arrière grand-père
Et qu'il tombait encore de la neige en hiver

En ces temps on vivait au rythme des saisons
Et la fin des étés apportait la moisson
Une eau pure et limpide coulait dans les ruisseaux
Où venait s'abreuver chevreuils et orignaux

Mais moi je n'ai vu qu'une planète désolante
Paysages lunaires et chaleur suffocante
Et tous mes amis mourir par la soif ou la faim
Comme tombent les mouches...
Jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien...
Plus rien...
Plus rien...

Il ne reste que quelques minutes à ma vie
Tout au plus quelques heures, je sens que je faiblis
Mon frère est mort hier au milieu du désert
Je suis maintenant le dernier humain de la terre

Tout ça a commencé il y a plusieurs années
Alors que mes ancêtres étaient obnubilés
Par des bouts de papier que l'on appelait argent
Qui rendait certains hommes vraiment riche et puissant

Et ces nouveaux dieux ne reculant devant rien
Étaient prêts à tout pour arriver à leurs fins
Pour s'enrichir encore ils ont rasé la terre
Pollués l'air ambiant et tari les rivières

Mais au bout de cent ans des gens se sont levés
Et les ont avertis qu'il fallait tout stopper
Mais ils n'ont pas compris cette sage prophétie
Ces hommes-là ne parlaient qu'en termes de profits

C'est des années plus tard qu'ils ont vu le non-sens
Dans la panique ont déclaré l'état d'urgence
Quand tous les océans ont englouti les îles
Et que les inondations ont frappés les grandes villes

Et par la suite pendant toute une décennie
Ce fut les ouragans et puis les incendies
Les tremblements de terre et la grande sécheresse
Partout sur les visages on lisait la détresse

Les gens ont dû se battre contre les pandémies
Décimés par millions par d'atroces maladies
Puis les autres sont mort par la soif ou la faim
Comme tombent les mouches...
Jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien...
Plus rien...
Plus rien...

Mon frère est mort hier au milieu du désert
Je suis maintenant le dernier humain de la terre
Au fond l'intelligence qu'on nous avait donnée
N'aura été qu'un beau cadeau empoisonné

Car il ne reste que quelques minutes à la vie
Tout au plus quelques heures, je sens que je faiblis
Je ne peux plus marcher, j'ai peine à respirer
Adieu l'humanité...
Adieu l'humanité...

inviata da Alessandro - 13/5/2009 - 10:13



Lingua: Italiano

Versione italiana di White Lord
PIÙ NULLA

Non resta che qualche minuto alla mia vita
Tutt'al più qualche ora, sento di non farcela
Mio fratello è morto ieri in mezzo al deserto
Ora sono l'ultimo uomo sulla terra.

Mi hanno raccontato una volta, quand'ero bambino
Come appariva il mondo tanto tanto tempo fa
Al tempo dei genitori dei miei nonni
E c'era ancora la neve durante l'inverno

A quei tempi si viveva seguendo il ritmo delle stagioni
E la fine dell'estate coincideva con la vendemmia
Acqua pura e limpida scorreva nei fiumi
Dove venivano ad abbeverarsi cervi ed alci

Ma io non ho potuto vedere che un pianeta desolato
Paesaggi lunari e caldo soffocante
E tutti i miei amici morire per la sete o la fame
Caduti come mosche
Finchè non è rimasto più nulla.
Più nulla...
Più nulla...

Non resta che qualche minuto alla mia vita
Tutt'al più qualche ora, sento di non farcela
Mio fratello è morto ieri in mezzo al deserto
Ora sono l'ultimo uomo sulla terra.

Tutto è cominciato diversi anni fa
Quando i miei antenati sono stati obnubilati
Da pezzi di carta chiamati denaro
Che hanno reso alcuni uomini tanto ricchi e potenti

E questi nuovi dei non si fermavano davanti a nulla
Hanno dato tutto per raggiungere i loro scopi
Per diventare sempre più ricchi hanno raso tutto al suolo
Inquinato l'aria e prosciugato i fiumi

Ma cento anni dopo alcune persone si sono svegliate
E li hanno avvisati che avrebbero dovuto fermare tutto ciò
Ma loro non hanno ascoltato questi saggi avvertimenti
Questi uomini sapevano ragionare solo in termini di profitto

Solo molti anni dopo hanno capito la loro insensatezza
Nel panico hanno dichiarato lo stato d'emergenza
Quando gli oceani hanno inghiottito le isole
E le inondazioni hanno colpito le grandi città

E in seguito, durante tutto un decennio
Sono venuti gli uragani e poi gli incendi
Terremoti e grande siccità
Ovunque si leggeva la sofferenza sui volti delle persone

La gente dovette lottare contro le pandemie
Decimati a milioni da terribili malattie
Poi gli altri sono morti per la sete o la fame
Caduti come mosche
Finchè non è rimasto più nulla.
Più nulla...
Più nulla...

Mio fratello è morto ieri in mezzo al deserto
Ora sono l'ultimo uomo sulla terra
Di fatto l'intelligenza che abbiamo ricevuto
Non era nulla più che un dono avvelenato

Perchè mi rimangono solo pochi minuti prima di morire
Tutt'al più qualche ora, sento di non farcela
Non riesco più a camminare, non posso respirare...
Addio all'umanità...
Addio all'umanità...

inviata da DonQuijote82 - 15/2/2015 - 07:23



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org