Lingua   

Ma chi ha detto che non c'è

Gianfranco Manfredi
Lingua: Italiano

Lista delle versioni e commenti

Guarda il video


Gianfranco Manfredi - Ma chi ha detto che non c'è?


Altri video...


Ti può interessare anche...

Che fine han fatto gli operai?
(Gianfranco Manfredi)
War
(Dougie MacLean)
Volto Nascosto
(Davide Giromini)


[1976]
Testo e musica di Gianfranco Manfredi
Album :Ma non è una malattia

ManfrediMalattia


su un muro del Liceo Tasso di Roma
su un muro del Liceo Tasso di Roma



[...]Lo stesso atteggiamento privatistico si ritrova nei consumi culturali: una ricerca di separatezza assoluta dai sentieri della cultura maggioritaria, anche di quella ribelle nata nel '68. Il movimento fa suoi alcuni "testi" classici della controcultura, come quelli della protesta pacifista e radicale americana, da Bob Dylan ai Fugs, i Jefferson Airplane, Country Joe, Frank Zappa, Joni Mitchell e il supergruppo Crosby, Stills, Nash e Young; ama i cantautori in rotta di avvicinamento all'impegno politico, come Francesco Guccini (fin dai primi testi scritti per i Nomadi) o Fabrizio De André e ancora Francesco De Gregori o per altri versi Edoardo Bennato. Ma canta soprattutto la canzone militante, di lotta, intrecciata strettamente alla canzone popolare - anche di sapore internazionalista, basti ricordare gli Inti Illimani.
Il repertorio basico è costituito dagli autori classici già colonna sonora degli anni sessanta: Ivan Della Mea, Paolo Pietrangeli, Giovanna Marini, Gualtiero Bertelli. "E chi può affermare che un sampietrino non fa arte?", scriveva Ivan Della Mea. "Può servire De Gregori? Non ho dubbi: che cominci però anche lui a prendere le pietre, a guardare come sono fatte e a lanciarle. Irrobustisce il bicipite e l'accordo di chitarra si strappa piú duro". A metà degli anni settanta e quindi nel pieno del '77 questi autori saranno raggiunti da altri, come Claudio Lolli (Ho visto anche degli zingari felici) o il duo Ricky Gianco e Gianfranco Manfredi. Nessuno piú di Manfredi e Gianco saprà dare voce allo spirito del '77 con canzoni-manifesto come Zombie di tutto il mondo o Dagli Appennini alle bande (una sorta di mistica del clandestinismo), Ultimo mohicano ("...sampietrino in mano", proseguiva la canzone), Non si paga (un inno alle autoriduzioni nei cinema e ai concerti), Avanguardo (satira del perfetto militante di Pdup e Ao).
Nelle canzoni di Manfredi c'è la sintesi perfetta del '77: amore, violenza, sogno, allucinazione e una satira autoironica feroce, come nella canzone Compagno si, compagno no, compagno un cazzo. Oppure in Ma chi ha detto che non c'è: "Sta nel fondo dei tuoi occhi, sulla punta delle labbra, sta nel mitra lucidato, nella fine dello Stato, nella gioia e nella rabbia, nel distruggere la gabbia, nella morte della scuola, nel rifiuto del lavoro, nella fabbrica deserta, nella casa senza porta..."

da sagarana.net

Sta nel fondo dei tuoi occhi
sulla punta delle labbra
sta nel corpo risvegliato
nella fine del peccato
nella curva dei tuoi fianchi
nel calore del tuo seno
nel profondo del tuo ventre
nell'attendere il mattino

Sta nel sogno realizzato
sta nel mitra lucidato
nella gioia nella rabbia
nel distruggere la gabbia
nella morte della scuola
nel rifiuto del lavoro
nella fabbrica deserta
nella casa senza porta

Sta nell'immaginazione
nella musica sull'erba
sta nella provocazione
nel lavoro della talpa
nella storia del futuro
nel presente senza storia
nei momenti di ubriachezza
negli istanti di memoria

Sta nel nero della pelle
nella festa collettiva
sta nel prendersi la merce
sta nel prendersi la mano
nel tirare i sampietrini
nell'incendio di Milano
nelle spranghe sui fascisti
nelle pietre sui gipponi

Sta nei sogni dei teppisti
e nei giochi dei bambini
nel conoscersi del corpo
nell'orgasmo della mente
nella voglia più totale
nel discorso trasparente.

ma chi ha detto che non c'è
ma chi ha detto che non c'è

Sta nel fondo dei tuoi occhi
sulla punta delle labbra
sta nel mitra lucidato
nella fine dello Stato

c'è, c'è. sì che c'è.
ma chi ha detto che non c'è

inviata da adriana e daniela -k.d.- [adriana non cambiare l'ordine, chiaro? ghghghgh RV] - 26/4/2008 - 14:51





Μετέφρασε στα Ελληνικά ο Ρικάρντος Βεντούρης
3 Ιούνιου 2012
(με μεταγραμματεύση σε λατινικούς χαρακτήρες)

Accompagnata da una traslitterazione in caratteri latini, secondo la pronuncia di massima. Magari qualcuno volesse provare a usarla, anche se la metrica zoppica parecchio. Milanu in tale caso potrebbe essere sostituito con Athinas, o tis Eladhas.

ΠΟΙΟΣ ΕΙΠΕ ΟΤΙ ΔΕΝ ΥΠΑΡΧΕΙ

Στο βάθος των ματιών σου,
στην άκρη του χείλους,
στο σώμα ξυπνημένο
στο τέλος του αμαρτήματος
στη καμπύλη των γοφών σου
στη ζέστη του στήθους σου
στο βάθος της κοιλιάς σου
στην αναμονή του πρωινού

Στ' όνειρο πραγματοποιημένο
στο πολυβόλο στιλβωμένο
στη χαρά στο θυμό
στη καταστροφή του κλουβιού
στο θάνατο του σχολείου
στην άρνηση της δουλειάς
στο εργοστάσιο αδειασμένο
στο σπίτι χωρίς πόρτες

Υπάρχει στη φαντασία
στη μουσική στο λιβάδι
υπάρχει στη πρόκληση
στη δουλειά του ασπάλακα
στην ιστορία του μέλλοντος
στο παρόν χωρίς ιστορία
υπάρχει στις στιγμές μέθης
υπάρχει στις στιγμές μνήμης

Υπάρχει στο μαύρο δέρμα
και στη μαζική γιορτή
στο να μας πάρουμε τα πράγματα
στο να μας πάρουμε τα χέρια
στο να ρίξουμε πέτρες
στη πυρκαγιά Μιλάνου
στους λοστούς πάνω στους φασίστες
στις πέτρες πάνω στα τζιπ

Στα όνειρα των χούλιγκανς
στα παιχνίδια των παιδιών
στη γνώση του σώματος
στον οργασμό του νου
στην πιο ολόκληρη όρεξη
και στα διάφανα λόγια.

Ποιος είπε ότι δεν υπάρχει
ποιος είπε ότι δεν υπάρχει

Στο βάθος των ματιών σου
στην άκρη του χείλους
στο πυροβόλο στιλβωμένο
στο τέλος του κράτους

υπάρχει, υπάρχει, ναι, υπάρχει
ποιος είπε ότι δεν υπάρχει


Sto váthos ton matión su
stin ákri tu hílus
sto soma xypniméno
sto telos tu amartímatos
sti kambyli ton ghofón su
sti zesti tu stíthus su
sto váthos tis kiliás su
stin anamoní tu proinú

St'óniro pragmatopiiméno
sto polyvólo stilvoméno
sti hará sto thymó
sti katastrofí tu kluviú
sto thánato tu s'holíu
stin árnissi tis dhuliás
sto ergostássio adhiasméno
sto spiti horís portes

Yparhi sti fandassía
sti mussikí sto livadhi
yparhi sti próklissi
sti dhuliá tu aspálaka
stin istoría tu mélondos
sto parón horís istoría
yparhi stis stigmés methis
yparhi stis stigmés mnimis

Yparhi sto mavro derma
ke sti mazikí yiortí
sto na mas párume ta prágmata
sto na mas párume ta heria
sto na ríxume petres
sti pyrkayiá Milanu
stus lostús pano stus fasistes
stis petres pano sta tzip

Sta ónira ton húligans
sta pehnídia ton pedhión
sti ghnossi tu sómatos
ston orgasmó tu nu
stim 'bio olókliri órexi
ke sta dhiáfana loyia

Pios ipe oti dhen yparhi
pios ipe oti dhen yparhi

Sto váthos ton matión su
stin akri tu hílus
sto pyrovólo stilvoméno
sto telos tu kratus

yparhi, yparhi, ne, yparhi
pios ipe oti dhen yparhi

3/6/2012 - 22:10




Lingua: Francese

Version française - MAIS QUI A DIT QU’ELLE N'EXISTE PAS – Marco Valdo M.I. – 2013
Chanson italienne – Ma chi ha detto che non c'è – Gianfranco Manfredi – 1976

Texte et musique de Gianfranco Manfredi
Album :Ma non è una malattia (Ce n'est pas une maladie)

Cette fois, mais c'est souvent le cas, je t'apporte une chanson à haute teneur poétique, une chanson de haute intensité mentale, une chanson qui parle au cœur et à l'esprit.

Je me réjouis déjà de te l'entendre dire, Marco Valdo M.I. mon ami, dit l'âne Lucien en souriant. C'est toujours un plaisir de découvrir une nouvelle chanson et ce plaisir se multiplie dans son attente de ce que tu m'annonces là. Mais, dis-moi vite ce qu'elle raconte cette chanson, de quoi elle parle, qui l'a écrite... Enfin, tout ce qu'il te plaira de raconter...

Ah, Lucien l'âne mon ami, j'aime beaucoup que tu aimes ce que je te mitonne et aussi que tu réagisses avec tant enthousiasme à mes annonces. Et puis, tu fais bien de poser toutes ces questions, car en effet, l'intérêt d'une chanson tient à ce qu'elle raconte, à l'auteur, à la façon dont elle raconte les choses, d'où elle vient...

D'abord l'auteur, si tu veux bien.

En deux mots, Gianfranco Manfredi est né à la moitié du siècle dernier et avait vingt ans en 1968 – ce qui le situe déjà assez bien. Ses parents enseignaient la musique. Lui a fait des études de philosophie dans des années assez agitées en des temps où les intellectuels ne trahissaient pas tous, ne s'alignaient pas tous systématiquement du côté des riches et des puissants.

Je vois, je vois, dit Lucien l'âne en avançant un sabot noir comme la nuit sans lune. Par parenthèse, ce mal (la trahison des clercs) a été récemment analysé et dénoncé par Andrea Camilleri qui disait, c'était au début novembre : « La mauvaise santé de l'Italie aujourd'hui est due aussi à cette sorte de mélasse dans laquelle tous se roulent et à la conformisation qui en découle. Un jeune intellectuel qui commence à émerger aujourd'hui, n'émerge pas car il représente une voix hors chœur mais précisément car il sait incarner mieux que tout autre, un désir dominant de non-engagement, de non participation... » et il conclut : « Mais je dois le dire avec beaucoup de déplaisir – les intellectuels d'aujourd'hui n'ont même pas conscience de leur trahison ». Pour le reste, je te renvoie à son récent article « Alla ricerca dell’impegno perduto », titre proustien s'il en est.

De fait, ce mal est pernicieux et frappe de stupeur – à quelques rares exceptions – les intellectuels dans toute l'Europe, sinon dans le monde. La trahison des clercs est universelle. En fait, ce sont les courtisans du système. Ils en recueillent avec componction les prébendes. Mais, assez causé de cela. J'en viens à la chanson... De qui, de quoi parle-t-elle ? Du moins, la version que j'en ai tirée. Mais d'abord, il convient de préciser son titre : « MAIS QUI A DIT QU’ELLE N'EXISTE PAS », qui, tu en conviendras, est assez énigmatique. Laissons de côté tout le reste et voyons l'essentiel, à savoir qui est cette « elle », dont certains disent qu'« elle n'existe pas ». Je vois deux hypothèses... Ce peut être soit la liberté, soit la révolution ; mais j'imagine mieux la chose avec l'une englobant l'autre ou alors, les deux ensemble. Il y a quand même un indice : la taupe.

Mais que vient donc faire une taupe dans cette histoire ? D'où sort-elle celle-là ? Que peut-elle bien signifier ?, dit Lucien l'âne en fronçant les sourcils et en ramenant ainsi ses oreilles vers l'avant esquissant ainsi une jolie grimace.

Je te raconte vite cette histoire de taupe et tu verras en effet qu'elle n'est si anodine. Ainsi, la première apparition de la taupe remonte à Shakespeare et à la réponse qu'Hamlet fait au spectre de son père qui remue la terre de sa tombe...

Et rappelle-moi ce que dit Hamlet..., dit l'âne Lucien vivement intéressé.

Je te cite la traduction française : « Bien dit, vieille taupe ! Peux-tu donc travailler si vite sous terre ?. L'excellent pionnier ! ». Et bien des années plus tard, nouvelle apparition de la même taupe chez le philosophe allemand Hegel, que je te cite : « Il arrive souvent que l'esprit s'oublie, se perde ; mais à l'intérieur il est toujours en opposition avec lui-même ; il est progrès intérieur - comme Hamlet dit de l'esprit de son père : 'Bien travaillé, vieille taupe!" - jusqu'à ce qu'il trouve en lui-même assez de force pour soulever la croûte terrestre qui le sépare du soleil [...] L'édifice sans âme, vermoulu, s'écroule et l'esprit se montre sous la forme d'une nouvelle jeunesse. ».

Ah, dit Lucien l'âne, voilà qui est intéressant. Mais ce serait donc l'esprit et non la liberté ou la révolution...

TaupeAttends la suite avant de te prononcer, car la voici revenue notre taupe dans le discours de Karl Marx et là, il s'agit de la révolution : « Nous reconnaissons notre vieille amie, notre vieille taupe qui sait si bien travailler sous terre pour apparaître brusquement… » et enfin, j'ai encore repéré sa trace chez Rosa Luxemburg, qui disait : « vieille taupe, tu as fait du bon travail ! ... Impérialisme ou socialisme. Guerre ou révolution, il n'y a pas d'autre alternative ! »
Dès lors, la présence de la taupe, comme tu le vois, impose inévitablement l'idée de révolution. Enfin, liberté ou révolution se confondent finalement, vues de ce côté-ci de la barrière – je veux dire du côté où se situent la chanson, Gianfranco Manfredi, Andrea Camilleri et toi et moi et des millions d'autres... dans cette Guerre de Cent Mille Ans que les riches font aux pauvres afin d'accroître leur domination, de renforcer l'exploitation, d'étendre leurs possessions, de multiplier leurs profits, de protéger leurs privilèges, de magnifier leurs richesses.

Alors, bienvenue à cette chanson, un « poing levé » (en italien : « pugno chiuso ») à son auteur et à tous ceux de ce côté de la barrière et reprenons notre tâche de « taupes », creusons le tombeau de ce vieux système (comme disait Hamlet : « Notre époque est détraquée. Maudite fatalité... ») et tissons le linceul de ce vieux monde marchand, étouffant, conformiste, ennuyeux, mensonger et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

MAIS QUI A DIT QU’ELLE N'EXISTE PAS

On la trouve dans le fond de tes yeux
À la pointe de tes lèvres
On la trouve dans ton corps réveillé
La fin du péché
La courbe de tes flancs
La chaleur de ton sein
Au plus profond de ton ventre
Dans l'attente du matin

On la trouve dans le rêve réalisé
On la trouve dans le pistolet-mitrailleur poli
Dans la joie, dans la rage
La destruction de la cage
La mort de l'école
Le refus du travail
L'usine déserte
Ta maison sans porte

On la trouve dans l'imagination
La musique sur l'herbe
On la trouve dans la provocation
Le travail de la taupe
L'histoire du futur
Le présent sans histoire
Les moments d'ivresse
Les instants de mémoire

On la trouve dans le noir de la peau
Dans la fête collective
Elle emporte la marchandise
Elle te prend la main
Elle incendie Milan
Elle lance les pavés
Les pierres sur les blindés
Elle cogne sur les fascistes
On la trouve dans les rêves des voyous
Dans les jeux des enfants
La connaissance du corps
L'orgasme de l'esprit
L'envie dévorante
Le discours transparent.

Qui a dit qu'elle n'existe pas
Qui a dit qu'elle n'existe pas

On la trouve dans le fond de tes yeux
À la pointe des lèvres
On la trouve dans le pistolet-mitrailleur poli
Dans la fin de l'État

Elle existe, elle existe. Oui qu’elle existe.
Mais qui a dit qu'elle n'existe pas...

inviata da Marco Valdo M.I. - 28/11/2013 - 18:44


20 luglio 2016 Genova, Piazza Alimonda


da sinistra a destra: Guido Baldoni, Davide Giromini, Alessio Lega, Rocco Rosignoli, Marco Rovelli, Roberto Zamagna

daniela -k.d.- - 22/7/2016 - 13:49


Questa canzone la cantavamo (a bassa voce) in azienda mentre il fotoplotter molto lentamente svolgeva la bobina di pellicola.... Grazie Gianfranco per averci tenuto vivi in quelle lunghe giornate grigie.

Dalla parte dei lavoratori! Contro ogni ingiustizia!

Luca B.
Gruppo Operai Modena

Luca B - 15/2/2017 - 23:31


Ehi Luca B

Grazie a voi. Dalla parte, sempre, di chi lotta.
Giornate grigie ce ne saranno sempre di più.
Ma la luce non si spegnerà.

Uno. - 16/2/2017 - 00:14


La foto del Tasso a quando risale? Non ho mai visto la scritta sul muro almeno negli anni '80-'85.L'avrei riconosciuta subito e mi sarebbe piaciuto vederla...o forse e' una scritta piu' recente?

nicoletta longo - 19/8/2018 - 05:29



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org