Lingua   


Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

Ο μετανάστης
(Apostolos Kaldaras / Απόστολος Καλδάρας)
Hans im Glück
(Erika Mann)
Το σπίτι μου το πατρικό
(Apostolos Kaldaras / Απόστολος Καλδάρας)


I Smýrni
[1972]
Testo / Στίχοι / Lyrics / Paroles / Sanat:
Pythagoras / Πυθαγόρας
Musica / Μουσική / Music / Musique / Sävel:
Apostolos Kaldaras / Απόστολος Καλδάρας
Interpreti / Ερμηνεία / Performed by / Interprétée par / Laulavat:
Giorgos Dalaras / Γιώργος Νταλάρας
Album /'Αλμπουμ: Mikra Asia / Μικρά Ασία

smyrni


Il 1922 segnò la disfatta della Grecia dopo tre anni di guerra contro la repubblica di Turchia, appena costituita. Passò alla storia come la Mikrasiatikí katastrofí / Μικρασιατική καταστροφή. Fu la conseguenza dell’insano nazionalismo che produsse i fumi della Megali Idea / Μεγάλη Ιδέα .
Dall’indipendenza greca si era fatto strada il progetto di estendere la sovranità greca su una parte dell’antico impero bizantino, Anatolia occidentale e Cipro,e di eleggere Costantinopoli a capitale dello stato allargato, la Megali Hellas / Μεγάλη Ἑλλάς , una Magna Graecia del XX secolo in espansione verso est.

Le atrocità furono perpetrate da entrambi i lati. I Greci in ritirata fecero uccisioni in massa di civili turchi, devastazioni e incendi nella regione di Smirne. Ancora più terribili furono le stragi compiute da parte dei turchi contro le popolazioni greche del Ponto e gli Armeni (che si aggiungevano a quelle degli anni precedenti ). Per i greci dei distretti del Mar Nero esistono atti documentali di circa 16.000 uccisi in massa.

Lo spostamento dei profughi fu una catastrofe nella catastrofe : 800.000 musulmani si spostarono dalla Grecia, soprattutto settentrionale, in Turchia mentre 1.500.000 greci furono evacuati dall’Anatolia verso la Grecia. La Grecia contava 4,5 milioni di abitanti nel 1922 : si può immaginare che cosa comportò per molti anni l’impennata demografica del 33% e l’ integrazione in un paese povero. Basti pensare che gran parte dei profughi non parlavano neppure greco.
Le vicende della Grecia , politiche, sociali e culturali per il ventennio successivo non si possono comprendere senza fare stretto riferimento a tali fatti.

Nel 1972, nel cinquantenario, il compositore Apostolos Kaldaras e il paroliere Pythagoras Papastamatiou collaborarono al vinile Μικρά Ασία.
[Riccardo Gullotta]

Smyrma
Η Σμύρνη μάνα καίγεται καίγεται και το βιος μας
ο πόνος μας δε λέγεται δε γράφεται ο καημός μας

Ρωμιοσύνη ρωμιοσύνη δε θα ησυχάσεις πια
ένα χρόνο ζεις ειρήνη και τριάντα στη φωτιά
Ρωμιοσύνη ρωμιοσύνη δε θα ησυχάσεις πια
ένα χρόνο ζεις ειρήνη και τριάντα στη φωτιά…

Η Σμύρνη μάνα χάνεται τα όνειρά μας πάνε
στα πλοία όποιος πιάνεται κι οι φίλοι τον χτυπάνε

Ρωμιοσύνη ρωμιοσύνη δε θα ησυχάσεις πια
ένα χρόνο ζεις ειρήνη και τριάντα στη φωτιά
Ρωμιοσύνη ρωμιοσύνη δε θα ησυχάσεις πια
ένα χρόνο ζεις ειρήνη και τριάντα στη φωτιά…

inviata da Riccardo Gullotta - 14/1/2020 - 23:43




Lingua: Italiano

Gian Piero Testa.
Gian Piero Testa.

Traduzione italiana / Μετέφρασε στα ιταλικά / Italian translation / Traduction italienne / Italiankielinen käännös:
Gian Piero Testa
SMIRNE

Smirne brucia, madre, brucia e anche i nostri beni
il nostro dolore non si dice non si scrive la nostra pena

Grecità grecità mai più ti placherai
in pace vivi un anno e trenta nelle fiamme
Grecità grecità mai più ti placherai
in pace vivi un anno e trenta nelle fiamme….

Smirne è perduta, madre, se ne vanno i nostri sogni
chi si aggrappa alle navi anche gli amici lo percuotono

Grecità grecità mai più ti placherai
in pace vivi un anno e trenta nelle fiamme
Grecità grecità mai più ti placherai
in pace vivi un anno e trenta nelle fiamme…

inviata da Riccardo Gullotta - 14/1/2020 - 23:49




Lingua: Inglese

English translation / Μετέφρασε στα αγγλικά / Traduzione inglese / Traduction anglaise / Englanninkielinen käännös:
Geeske
SMYRNA

Smyrna, mother dear, is burning [1], and so is all that made up our lives
Our pain can not be told, our grief can not be written down.

Romiosyni, Romiosyni,[2] there is no rest for you
one year you live in peace, and thirty in the fire
Romiosyni, Romiosyni, there is no rest for you
one year you live in peace, and thirty in the fire…


Smyrna, mother dear, is burning, our dreams are done.
On the ships, if one takes hold, even the friends[3] hit him.

Romiosyni, Romiosyni, there is no rest for you
one year you live in peace, and thirty in the fire
Romiosyni, Romiosyni, there is no rest for you
one year you live in peace, and thirty in the fire….

[1] Smyrna was burnt in 1922. If you want to know the details, get "A concise history of Modern Greece" by prof. Richard Clogg.
[2] Romiosyni: the name covers all the Greeks (whether they live inside the Greek state or not) and it includes their fate, their destiny, not just the individuals.
[3] The "friends" are the so-called "Great Powers" who had ships in Smyrna harbour, watching the drama but beating off (most of) the people who tried to escape swimming - there were too many...
[Geeske]

inviata da Riccardo Gullotta - 15/1/2020 - 19:35




Lingua: Turco

Türkçe çeviri / Τουρκική μετάφραση / Traduzione turca / Turkish translation / Traduction turque / Turkinkielinen käännös :
Adil Sabuncu
İZMIR

Anam İzmir yanıyor, yanıyor ve yaşamımız da
Acımız söylenemez, derdimiz yazılamaz.

Rumluk, rumluk artık huzur bulmayacaksın
Bir yıl barış içinde ve otuz yıl ateş içinde yaşıyorsun
Rumluk, rumluk artık huzur bulmayacaksın
Bir yıl barış içinde ve otuz yıl ateş içinde yaşıyorsun…


Anam İzmir yok oluyor, hayallerimiz de gidiyor.
Gemilerde kim kavgaya tutuşursa arkadaşları onu dövüyor.

Rumluk, rumluk artık huzur bulmayacaksın
Bir yıl barış içinde ve otuz yıl ateş içinde yaşıyorsun
Rumluk, rumluk artık huzur bulmayacaksın
Bir yıl barış içinde ve otuz yıl ateş içinde yaşıyorsun…

inviata da Riccardo Gullotta - 15/1/2020 - 19:37




Lingua: Spagnolo

Traducción Española / Ισπανική μετάφραση / Traduzione spagnola / Spanish translation / Traduction espagnole / Espanjankielinen käännös:
CMS

ESMIRNA

La madre Esmirna se quema, se quema también nuestra fortuna
Nuestro dolor no se dice, no se escribe nuestra pena

Helenidad, helenidad, ya no te preocuparás
Un año vives de paz y treinta en el fuego
Helenidad, helenidad, ya no te preocuparás
Un año vives de paz y treinta en el fuego…

La madre Esmirna se pierde, nuestros sueños se van
El que se agarra a los barcos, también los amigos le pegan

Helenidad, helenidad, ya no te preocuparás
Un año vives de paz y treinta en el fuego
Helenidad, helenidad, ya no te preocuparás
Un año vives de paz y treinta en el fuego…

inviata da Riccardo Gullotta - 15/1/2020 - 19:45




Lingua: Francese

Version française – SMYRNE – Marco Valdo M.I. - 2020
d’après la version italienne de Gian Piero Testa – SMIRNE (insertion 2020)
d’une chanson grecque – Η Σμύρνη – Apostolos Kaldaras / Απόστολος Καλδάρας - 1972

Paroles – Pythagoras / Πυθαγόρας
Musique – Apostolos Kaldaras / Απόστολος Καλδάρας
Interprète – Giorgos Dalaras / Γιώργος Νταλάρας

Dès l’indépendance grecque, fleurit le projet d’étendre la souveraineté grecque sur une partie de l’ancien empire byzantin, l’Anatolie occidentale et Chypre, et d’élire Constantinople comme capitale de l’État élargi, la Megali Hellas / Μεγάλη Ἑλλάς, une Grande-Grèce du 20e siècle qui s’étend vers l’est.
De 1830 à 1914, la Grèce progresse vers le nord avec la conquête de la Thessalie, de la Macédoine, de la Thrace, de la Crète, des îles égéennes, grâce entre autres aux guerres balkaniques de 1912-13. La Grèce entra tardivement dans la Guerre Mondiale ; ensuite, les conflits se poursuivent jusqu’à la « Grande Catastrophe » (1923) : la disparition de l’hellénisme en Asie Mineure après plusieurs millénaires.
1922 marque la défaite de la Grèce après trois ans de guerre contre la République turque nouvellement formée. Cet épisode est entré dans l’histoire sous le nom de Mikrasiatikí katastrofí / Μικρασιατική καταστροφή : « la catastrophe d’Asie mineure ». C’est la conséquence d’un nationalisme fou qui a produit les fumées de la Grande Idée/ Μεγάλη Ιδέα .
Des atrocités ont été perpétrées des deux côtés. Les Grecs en retraite ont massacré des civils turcs, ont commis des dévastations et des incendies dans la région de Smyrne. Plus terribles encore furent les massacres perpétrés par les Turcs contre les populations grecques du Pont et les Arméniens (en plus des massacres des années précédentes). Pour les Grecs des districts de la mer Noire, il existe des documents faisant état d’environ 16 000 meurtres.
Le déplacement des réfugiés a été une catastrophe dans la catastrophe : 800 000 musulmans ont quitté la Grèce, principalement le nord de la Grèce, pour la Turquie, tandis que 1 500 000 Grecs ont été évacués d’Anatolie vers la Grèce. La Grèce comptait 4,5 millions d’habitants en 1922 : on peut imaginer ce que la poussée démographique de 33 % et l’intégration dans un pays pauvre ont signifié pendant de nombreuses années, d’autant que la plupart des réfugiés ne parlaient même pas le grec.
Les événements de la Grèce, les événements politiques, sociaux et culturels des vingt années suivantes, ne peuvent être compris sans faire strictement référence à ces faits.
En 1972, à l’occasion du cinquantième anniversaire de ces événements de la « Grande Catastrophe », le compositeur Apostolos Kaldaras et le parolier Pythagore Papastamatiou ont gravé l’album Μικρά Ασία – Asie Mineure . [Riccardo Gullotta]

Dialogue Maïeutique

Jean Lurçat - Smyrne


Smyrne, dit Lucien l’âne, voilà le nom d’une ville qui fleure bon la Grèce orientale, cette Μικρασια, cette petite Asie, cette Asie mineure et qui me rappelle ma participation – légèrement forcée et pas trop enthousiaste à la grande retraite, cette Anabase que conta, il fut un temps, l’excellent Xénophon. Elle me met en mémoire aussi les délices des poésies de Sappho, poétesse d’une île voisine. Capitale de cette Ionie qui vit naître et prospérer la philosophie. Je garde ainsi Smyrne au fond de ma mémoire.

Oui, dit Marco Valdo M.I, c’est ainsi que Smyrne se tient à l’aube de la civilisation gréco-romaine, dont nous sommes les descendants. Ce serait à soi toute seule une raison de chanter sa gloire. Mais tel n’est pas l’argument de la chanson, même si on doit absolument garder en tête cette dimension historique, car tout se construit sur cet arrière-plan.

Certes, reprend Lucien l’âne, on a trop souvent tendance à ne pas percevoir les profondes traces qui marbrent l’histoire humaine. C’est sans doute un effet de la brièveté de la vie individuelle de l’humain quand elle est confrontée au temps historique ; plus encore évidemment, quand il s’agit d’affronter l’écart avec un temps préhistorique, transhistorique et on peut même y ajouter le temps géologique, astronomique, galactique, qui sont des temps de durées considérables, quasiment hors d’atteinte de la compréhension commune. Tous ces temps ont des tempos différents, des rythmes décalés et cependant, interagissent les uns dans les autres. En fait, toutes ces mécaniques s’entrecroisent et superposent leurs actions. Ce sont des moments, des moteurs, des mouvements, des formes de vie qui font ce qu’on résume sous le nom d’évolution. Ainsi en va-t-il aussi de la manière dont on ressent Smyrne.

Donc, Smyrne, en effet, l’Ionie, la philosophie, répond Marco Valdo M.I., mais le vrai sujet de la chanson, c’est la « Grande Catastrophe » (Μεγάλη καταστροφή), telle qu’elle est rappelée dans les livres d’histoire. Cependant, si j’ai pris la peine de donner une version française de ce texte, c’est aussi en mémoire de Gian Piero Testa, tant apprécié, qui nous a souvent conduit sur les traces de la « Grécité », de la « Romiosine » – « Ρωμιοσύνη » que chantait Yannis Ritzos. C’est d’ailleurs en référence à ce poème de Ritzos que j’ai introduit ce mot dans ma version en langue française. Au fait, pour éviter toute équivoque, je précise que « Romiosine » – « Ρωμιοσύνη » désigne l’ensemble grec, celui qui s’étend au-delà des limites nationales.

Au passage, conclut Lucien l’âne, il serait sans doute utile designaler aux touristes distraits et oublieux que Smyrne est une ville située dans un temps que les enfants d’à présent ne peuvent pas connaître et qu’ils en trouveront mention sur les tableaux d’aérogares sous le nom turc d’Izmir, une ville, un port de plusieurs millions d’habitants. Enfin, car il faut bien en finir – sans trop de mélancolie, tissons le linceul de ce vieux monde nationaliste, communautariste, bardé de frontières et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
SMYRNE

Smyrne brûle, mère, brûle et nos biens aussi.
Notre chagrin ne se dit, notre peine ne s’écrit.

Romiosine, Romiosine, jamais rassérénée,
Tu vécus un an dans la paix et trente dans les flammes…
Romiosine, Romiosine, jamais rassérénée,
Tu vécus un an dans la paix et trente dans les flammes…

Smyrne est perdue, Mère, nos rêves ont disparu…
Qui s’accrochait aux navires, même ses amis l’ont battu.

Romiosine, Romiosine, jamais rassérénée,
Tu vécus un an dans la paix et trente dans les flammes…
Romiosine, Romiosine, jamais rassérénée,
Tu vécus un an dans la paix et trente dans les flammes…

inviata da Marco Valdo M.I. - 17/1/2020 - 18:28



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org