Lingua   

Il faro

Petralana
Lingua: Italiano

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

Casques à pointe et casques d'acier
(Marco Valdo M.I.)
La strada ferrata
(Petralana)
Le Revenant
(Jehan Rictus)


tratto dall'album dei Petralana "Fernet" uscito il 7 febbraio 2019
Fernet


Il faro


Proprio perché parli di attualità e Siria, un pezzo che mi ha ricordato molto ciò che succede oggi è Il Faro. Attuale perché ci parla dell’immigrazione, dell’attraversata in mare che avveniva ieri, all’epoca di Pietro, verso l’America, e quella di oggi verso l’Italia.

“Beh, il paragone è presto fatto. Gli italiani venivano trattati in America esattamente come gli stranieri vengono trattati oggi in Italia, ovvero come bestie. Proporre queste tematiche all’ascoltatore ha l’obiettivo di empatizzare di più rispetto alle solitudini e le realtà difficile che vivono gli stranieri che arrivano. Il Faro racconta della solitudine che hanno provato gli italiani all’estero, lasciando la loro casa. Ed è una solitudine che ancora oggi molti nostri connazionali vivono, in Europa. Lo dico da italiano all’estero. La comunità italiana in Inghilterra è enorme, corrisponde ad una città italiana. So bene cosa significa trovarsi in un Paese dove non si parla la tua lingua e dov’è difficile integrarsi culturalmente. Il Faro parla di questo senso di alienazione, di solitudine.”
Il campo del mare come una pianura contro i sollevatori
gli occhi pieni di lanterne nel buio vanno schiumando i rimorchiatori
sotto la statua della vostra Libertà.

Ma non vedo libertà su questi marciapiedi,
sono solo oggi più di ieri
Non sento più nessun rumore
Niente più Whisky a intrecciare sentieri,
niente più vino a cullare la canzone.

E anche questa notte la passerò da solo,
disteso su un marciapiede del Bronx
Niente più Whisky a intrecciare sentieri,
niente più vino a cullare la canzone.

Mi abbraccia questo mare come un fratello,
porta con sé lamenti in tutte le lingue,
arriva strano un rimpianto
come di non averci fumato insieme

Un gorgo scuro,
un vento morbido una carezza sconosciuta mi chiama giù;
l'acqua del mare come una madre perdona tutto il trascorso ora.
E la preghiera più non giova e non giovò mai a quelli come me,
a quelli come me.

inviata da Adriana e Lorenzo - 1/6/2019 - 18:58



Lingua: Francese

Version française – LE PHARE – Marco Valdo M.I. – 2019
Chanson italienne – Il faro – Petralana – 2019


The Lighthouse – Il faro – Le Phare est d’actualité, car il nous parle de l’immigration, de la traversée de l’océan qui se faisait dans le passé d’Europe vers l’Amérique, et la traversée de la mer d’aujourd’hui qui se fait d’Asie et d’Afrique vers la Grèce, vers l’Italie et vers l’Espagne.

"Eh bien, la comparaison est vite faite. Les Italiens étaient traités en Amérique exactement comme les étrangers sont traités aujourd’hui en Italie, c’est-à-dire comme des bêtes. Proposer ces questions à l’auditeur vise à le faire plus compatir à la solitude et aux réalités difficiles que vivent les étrangers qui arrivent. Le Phare raconte la solitude que les Italiens ont vécue à l’étranger, en abandonnant leur foyer et c’est une solitude que beaucoup de nos compatriotes vivent encore aujourd’hui en Europe. Je dis cela en tant qu’Italien à l’étranger. La communauté italienne en Angleterre est énorme, elle correspond à une ville italienne. Je sais ce que cela signifie d’être dans un pays où votre langue n’est pas parlée et où il est difficile de s’intégrer culturellement. Le Phare parle de ce sentiment d’aliénation, de solitude.



Dialogue maïeutique

Statue de la Liberte Paris 1884


Vois-tu, Lucien l’âne mon ami, c’est le destin de celui qui s’égare dans le dédale des langues étrangères afin d’en rapatrier des morceaux dans sa langue usuelle (pas nécessairement maternelle ; pas nécessairement paternelle ; pas même scolaire, rien que la langue dont il use habituellement) que de rencontrer des histoires qui se ressemblent dans des langues multiples et partant, dans des mondes multiples.

Eh, Marco Valdo M.I. mon ami, où veux-tu donc en venir avec ces circonlocutions ?

À ceci, mon ami Lucien l’âne, qu’au moment où je transpose Il faro de Petralana en Le Phare, je suis précisément en train de lire tut un roman sur ce sujet de l’arrivée de l’émigré à New York, via Ellis Island.

Fort bien, répond Lucien l’âne, tout un roman, en voilà une histoire. Sans doute un coïncidence comme il y en a tant. Mais au fait, de quel roman parles-tu ?

Comme tu peux l’imaginer à partir de mes circonlocutions préliminaires, Lucien l’âne mon ami, ce n’est pas une histoire italienne ; elle n’est pas écrite en italien ; elle est racontée en allemand par un émigré et comme presque toujours en cas, elle est partiellement autobiographique. Comme pour les Italiens, les Russes, les Tchèques, les Polonais, les, les, les, arrivés par la même voie, le nom que les désigne est le même, ce sont des « aliens », tel est le mot étazunien qui les désigne. Cependant, tout ne serait pas dit si je ne précisais que ce roman parle des émigrés des années 30-44 du siècle dernier ; quant à l’auteur, c’est celui-là même que j’ai surnommé dans « À l’Ouest » et qui apparaît en compagnie d’Orages d’Acier, alias Ernst Jünger, un autre romancier allemand, nettement plus belliqueux toutefois ; tu auras donc reconnu Erich Maria Remarque.

Pour me souvenir des chansons, je m’en souviens très bien, dit Lucien l’âne, d’autant qu’elles figurent dans les petits livres des Histoires d’Allemagne que tu as si joliment publiés depuis, précisément dans Le Rêve de Guillaume. Pour prouver ma bonne mémoire, je te les cite : Boue, bombe, bruit et brouillard; Casques à pointe et casques d'acier ; À la prochaine !;Alerte au gaz ! Gaaz ! Gaaaz !, et bien entendu, La der des der. Et donc, ce roman, dis-moi comment il s’intitule.

Oh, Lucien l’âne mon ami, il ne porte pas un titre très original, mais pourtant terriblement lourd de signification. Il s’intitule en langue originale : « Das gelobte Land », autrement dit, la terre promise et de son titre français : « Cette terre promise ». Et de fait, l’Amérique – et pas seulement les Zétazunis – a longtemps été considérée ainsi. Isaac Asimov dans son autobiographie « I, Asimov » – et en français, « Moi, Asimov », raconte aussi son arrivée – surtout celle de ses parents (car à ce moment, il était un petit enfant de 3 ans) émigrés de Russie. Et je pense qu’il doit y en avoir plein d’autres comme ce roman d’une émigration retournée vers une autre Terre promise qu’est « Le dernier Paradis » d’Antonio Garrido (titre d’origine : El ultimo Paraïso). Mais passons, on n’en finirait pas. Une dernière chose cependant, il est curieux de remarquer que la Statue de la Liberté elle-même est une émigrée française, qui eut bien du mal à se faire accepter sur son île face à Manhattan ; elle faillit même ne pas se faire, car les financiers locaux voulaient la tatouer de leurs noms au prétexte qu’ils donnaient de leurs sacrés dollars. À tel point qu’elle dut s’exposer en morceaux : la tête et même un bras avec son flambeau, pour convaincre des donateurs anonymes.

Oh, la pauvre, elle a dû faire le trottoir en quelque sorte, mendier pour pouvoir être admise, c’est vraiment une émigrée et encore, elle est cantonnée sur une île au large comme tous les émigrés venus par la mer, pauvre femme. Mais, dit Lucien l’âne, comme tu le sais, les histoires de Paradis et de Terre promise se passent toujours très mal. Moi, je me contente d’aller où les sabots me conduisent et de grignoter les chardons du chemin. Pour le reste, tissons le linceul de ce vieux monde aux sempiternelles promesses, menteur, hâbleur, versatile et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
LE PHARE

Le champ de la mer comme une plaine face aux grues
Les remorqueurs s’en vont les yeux pleins de lanternes
Brassant l’écume dans le noir
Sous la statue de votre liberté.
Mais, je ne vois pas de liberté sur ces trottoirs,
Pas plus aujourd’hui que dans le passé.
Je n’entends plus aucun son,
Sans whisky à m’embrouiller,
Sans vin à bercer ma chanson.
Et cette nuit, je vais la passer seul, sans façon,
Dans le Bronx, sur le trottoir, couché.
Sans whisky à m’embrouiller,
Sans vin à bercer ma chanson.
Cette mer m’embrasse comme un frère,
Elle porte en elle des plaintes dans toutes les langues,
Soudain, vient un regret étrange,
Celui de n’avoir pas fumé ensemble.
Un tourbillon inquiétant, un vent doux,
Une caresse inconnue m’appellent en dessous ;
L’eau de mer, cette mère pardonne tout.
La prière ne convient plus
Et à ceux comme moi, elle n’a jamais convenu ;
Aux gens comme moi, elle n’a jamais convenu.

inviata da Marco Valdo M.I. - 2/6/2019 - 22:15



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org