Lingua   

Ku chwale ojczyzny

Grzegorz Dąbrowski
Lingua: Polacco

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

Getta naszych poglądów
(Grzegorz Dąbrowski)
Wojenka [Wojenko, wojenko; Wujenku, wujenku; Legun na wojence]
(anonimo)
Kult
(Grzegorz Dąbrowski)


[2015]
Parole e musica di Grzegorz "Dr Grzechu" Dąbrowski
Trascritto dal TuoTubo all'orecchio.


 Grzegorz Dąbrowski
Na pogrzebie Tomka było sporo ludzi
Świece, kadzidła i ksiądz, co o Jezusie mówił
Był bęben szamański i śpiewy indiańskie
W mogiłę wetknął ktoś
Flagę
Biało-czerwoną

Ku chwale ojczyzny śpiewam tę pieśń
Ku chwale ojczyzny pamiętać chcę
O zmarłych i żywych
Tych wobec siebie uczciwych
Tych co z zasady
Żyli lub żyją
Dla szczęścia, radości
I swady

Ku chwale ojczyzny wspomnieć wypada
Tych co żyjąc nikomu nie wadzą
Tych wszystkich szaleńców i wszystkich wariatów
Co śnić potrafią, lecz nie łamią zasad
Ku chwale ojczyzny śpiewać też trzeba
O tych, co nie szukają nieba
W niebie tylko na Ziemi, w międzyludzkiej przestrzeni
Doceńmy też tych, ku chwale ojczyzny,
Którzy wiedzą co to wizje
Wglądy, widziawy i tego typu sprawy
Męskie balangi i damskie powaby

Ku chwale ojczyzny śpiewam tę pieśń
Ku chwale ojczyzny pamiętać chcę
O zmarłych i żywych
Tych wobec siebie uczciwych
Tych co z zasady
Żyli lub żyją
Dla szczęścia, radości
I swady

Ku chwale ojczyzny te wszystkie dziewczyny
Mężatki, rozwódki i konkubiny
Prostytutki, dziewice, nawet zakonnice
Co żyją, bo takie jest życie
Działacze, drukarze, kaszubscy rybacy
Odkrywcy, mistycy czy ekomaniacy
Ku chwale ojczyzny dajmy im żyć
Jeździć do Indii lub wódkę pić

Ku chwale ojczyzny śpiewam tę pieśń
Ku chwale ojczyzny pamiętać chcę
O zmarłych i żywych
Tych wobec siebie uczciwych
Tych co z zasady
Żyli lub żyją
Dla szczęścia, radości
I swady

Iiaha iiaha iiaha
Iiaha iiaha
Iiaha iiahaaa

Iiaha iiahaaa

Iiaha iiahaaa
Iiahaaa

inviata da Krzysiek - 23/12/2015 - 18:41




Lingua: Italiano

Traduzione italiana (letterale) di Krzysiek Wrona
23 dicembre 2015

A tutte le ragazze del sito dal traduttore k.
ALLA GLORIA DELLA PATRIA

Ai funerali di Tomek c’era parecchia gente
Le candele, l’incenso e il prete che parlava di Gesù
Il tamburo dello sciamano e i canti degli indiani
Nel tumulo qualcuno ha ficcato
La bandiera
Bianco rossa

Canto questo canto alla gloria della patria
Alla gloria della patria voglio ricordare
I morti e i vivi
Quelli onesti verso se stessi
Quelli che per principio
Hanno vissuto o vivono
Per la felicità, la gioia
E il brio

Ricordare conviene alla gloria della patria
Quelli che vivendo non danno noia a nessuno
Tutti quelli forsennati e tutti quelli pazzi
Che sono capaci di sognare, ma non rompono le regole
Bisogna cantare anche quelli alla gloria della patria
Che non cercano il cielo
Nel cielo, ma sulla Terra, nello spazio interpersonale
Apprezzare pure quelli, alla gloria della patria
Che sanno cosa sono le visioni
Apparizioni, allucinazioni e le cose così
I bagordi avvinazzati degli uomini e le grazie delle signore

Canto questo canto alla gloria della patria
Alla gloria della patria voglio ricordare
I morti e i vivi
Quelli onesti verso se stessi
Quelli che per principio
Hanno vissuto o vivono
Per la felicità, la gioia
E il brio

Tutte quelle ragazze alla gloria della patria
Sposate, divorziate e concubine
Mignotte, vergini, perfino le suore
Che vivono perché così è la vita
Attivisti, tipografi, i pescatori di Casciubia
Scopritori, mistici oppure eco maniaci
Lasciamoli vivere alla gloria della patria
Viaggiare verso l’India o bere la vodka

Canto questo canto alla gloria della patria
Alla gloria della patria voglio ricordare
I morti e i vivi
Quelli onesti verso se stessi
Quelli che per principio
Hanno vissuto o vivono
Per la felicità, la gioia
E il brio

Iiaha iiaha iiaha
Iiaha iiaha
Iiaha iiahaaa

Iiaha iiahaaa

Iiaha iiahaaa
Iiahaaa

inviata da Krzysiek - 23/12/2015 - 22:01




Lingua: Francese

Version française – À LA GLOIRE DE LA PATRIE – Marco Valdo M.I. – 2015
d'après la version italienne
d'une chanson polonaise – Ku chwale ojczyzny - Grzegorz Dąbrowski – 2015

  Des bougies, de l’encens et un curé, Dans le tumulus, on a piqué Le drapeau rouge et blanc  Rouge et blanc.
Des bougies, de l’encens et un curé, Dans le tumulus, on a piqué Le drapeau rouge et blanc Rouge et blanc.


La Pologne, globalement, pour toi comme pour moi, est une terra incognita, ou presque. Un monde situé quelque part par là. Et en grande partie, le mot de Jarry situant le royaume du Roi Ubu reste de mise : « En Pologne, c’est-à-dire nulle part ». J'ajoute volontiers, comme Pierre Dac disait à propos du schmilblick dans Du Côté d'Ailleurs, « une machine qui si elle ne sert à rien, peut par conséquent servir à tout ». Transposons : nulle part, c'est-à-dire partout et ailleurs. Donc, on peut aussi bien renverser la proposition de Jarry et dire "En Pologne, c'est-à-dire partout et ailleurs".

Mais pourquoi donc, dis-tu, Marco Valdo M.I., des choses aussi banales, qui pourraient être mal interprétées par des gens sourcilleux en ce qui concerne le pays où ils vivent et où souvent, ils sont nés.

Mais justement, je le dis en pensant à ces gens-là. Précisément, ces gens-là, car je viens de terminer une version française d’une chanson polonaise. Je l’ai faite cette version française, car je suis très curieux de savoir ce que raconte la chanson polonaise et surtout, une chanson polonaise que nous présente Krzysiek Wrona, qui l’a traduite en italien. Grâce à sa traduction, j’ai pu en faire une version française, en ce compris les dérives de la duplication transformiste du processus. C’est cette version française que tu peux contempler ici. Et j’ai beaucoup aimé ce « à la gloire de la patrie » qui construit une perspective étrange. On ne parlait plus beaucoup, ici dans nos pays, de patrie, même si ces derniers temps, dans certains milieux, le mot revient de loin et en force. Et ce n'est pas bon signe. Le mot patrie évoque toujours des moments guerriers, des périodes troubles, des bruits de bottes. Patrie par ci, patrie par là… J’ai toujours l’impression que quelqu’un, là un peu plus loin, proclame : « Quand j’entends le mot patrie, je sors mon militaire ».

Ce mot de « patrie » doit souffrir d'un défaut de connotation, certainement, dit Lucien l'âne en souriant en coin.

Certes, mais quand on y accole le mot « gloire », il y a de quoi s’inquiéter. Cependant, dans cette version française, tirée d’une version italienne d’une chanson polonaise, il y a comme un parfum d’ironie qui me rassure et qui me l’a fait apprécier.

Brisons là, j’ai hâte de découvrir. Puis, cela fait, reprenons notre tâche et tissons à nouveau le linceul de ce vieux monde patriotique, encensé, glorieux et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
À LA GLOIRE DE LA PATRIE

Aux funérailles de Tomek, il y avait beaucoup de gens,
Des bougies, de l’encens et un curé,
Des chants indiens et le tambour du chaman.
Dans le tumulus, on a piqué
Le drapeau rouge et blanc
Rouge et blanc.

Je chante à la gloire de la patrie ce chant
Pour rappeler à la gloire de la patrie
Les morts et les vivants,
Les gens d’honnête vie,
Ceux qui pour le principe
Ont vécu ou vivent
Pour le bonheur, la joie
Et l’allégresse.

À la gloire de la patrie, il convient de rappeler
Les vivants qui n’ont ennuyé personne,
Les fous et les forcenés
Qui savent rêver sans briser le rêve.
Il faut chanter aussi à la gloire de la patrie
Celui qui cherche le ciel
Sur terre, dans l’espace interpersonnel.
Célébrer à la gloire de la patrie
Aussi qui connaît les visions,
Les apparitions et les hallucinations,
Les beuveries des hommes et les grâces de filles.

Je chante à la gloire de la patrie ce chant
Pour rappeler à la gloire de la patrie
Les morts et les vivants,
Les gens d’honnête vie,
Ceux qui pour le principe
Ont vécu ou vivent
Pour le bonheur, la joie
Et l’allégresse.

Toutes ces filles à la gloire de la patrie :
Les mariées, les divorcées et les maîtresses,
Les mignonnes, les vierges et les prêtresses
Qui vivent, car ainsi va la vie.
Les activistes, les typographes, les pêcheurs de Casciubia,
Les découvreurs, les mystiques ou les atteints d’écomanie.
Laissons-les vivre à la gloire de la patrie
Voyager vers l’Inde ou boire la vodka.

Je chante à la gloire de la patrie ce chant
Pour rappeler à la gloire de la patrie
Les morts et les vivants,
Les gens d’honnête vie,
Ceux qui pour le principe
Ont vécu ou vivent
Pour le bonheur, la joie
Et l’allégresse.

Iiaha iiaha iiaha
Iiaha iiaha
Iiaha iiahaaa

Iiaha iiahaaa

Iiaha iiahaaa
Iiahaaa

inviata da Marco Valdo M.I. - 25/12/2015 - 09:37


giusto per aggiornarsi

krzyś - 3/8/2017 - 01:45


Dr Grzechu

krzyś - 15/11/2017 - 21:59



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org