Lingua   

U metetore

Rocco Scotellaro
Lingua: Italiano (Lucano Materano)

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

Dormir
(Marco Valdo M.I.)
Noi che facciamo?
(Rocco Scotellaro)
Passaggio alla città
(Rocco Scotellaro)


[1952]
Canto di mietitura di autore anonimo, raccolto adattato e tradotto da Rocco Scotellaro.
Nella sezione “Canti popolari” della raccolta “Tutte le poesie (1940-1953)”, Milano, Oscar Mondadori, 2004.
Testo e traduzione trovati su Rabatana, bagatelle e cammei tricaricesi.

U metetore
Mietitori leccesi in piazza, dipinto nel 2003 da Michele Santangelo (Tricarico, Matera, 1946)
Mietitori leccesi in piazza, dipinto nel 2003 da Michele Santangelo (Tricarico, Matera, 1946)


«Sono note le condizioni di vita dei mietitori migranti che riposano, appunto, sulle pubbliche piazze»
«Falce a solo è il mietitore isolato, che non è in gruppo (paranza) solitamente composto da cinque mietitori»
«Si dice andare ‘penna penna’ di chi non ha mestieri e preoccupazioni, di chi si pavoneggia passeggiando» (note di Rocco Scotellaro dal volume sopra citato)
Vurria arreventane cavallette,
m’avria pegghiane na spica chi lette.
Ie mo dorme nt’a chiazza a la cuntrora
Quanne me tocche ‘a mane ru segnore:
- Sveghiete, metetore metetore,
si’ fauce a sola? Si’ fatiatore? –
Terra chi terra ie vachi metenne,
nt’a chiazza li signuri penna penna,
pure ‘a notte me scazzne passeggianne.

inviata da Bernart Bartleby - 30/5/2014 - 14:28




Lingua: Italiano

Traduzione italiana, da “Rocco Scotellaro. Tutte le poesie (1940-1953)”, Milano, Oscar Mondadori, 2004.
IL MIETITORE

Vorrei diventare cavalletta
dovrei prendermi una spiga per letto.
Io, adesso, dormo nella piazza, alla controra
quando mi tocca la mano del Signore:
- Svegliati, mietitore, mietitore;
sei falce a solo? Sei lavoratore? –
Terra per terra io vado mietendo,
in piazza i signori perdono tempo.
In piazza i signori sono oziosi
pure la notte mi schiacciano passeggiando.

inviata da Bernart Bartleby - 30/5/2014 - 14:29




Lingua: Francese

Version française – LE MOISSONNEUR – Marco Valdo M.I. – 2014
Chanson lucanienne (Italien) – U metetore – Rocco Scotellaro - 1952
Chant de moisson d'auteur anonyme, recueilli, adapté et traduit par Rocco Scotellaro.



En traduisant cette chanson, il me revenait à l'esprit « Il raccoglitore di olive » d'Ugo Dessy (Le cueilleur d'olives) que j'avais évoqué ici même dans les Chansons contre la Guerre, en commentant une chanson de Fabrizio De André Il fannullone. Je croyais même en avoir fait une chanson de ce personnage de cueilleur d'olives, mais cette fois, c'est moi qui suis en retard...

Mais, Marco Valdo M.I. mon ami, ne penses-tu pas qu'il y a certaine raison à ce que tu ne fasses pas tout ce que tu imagines de faire ? Et que cette raison est tout simplement le temps lui-même. Si comme moi, tu étais quasiment éternel, ou quelque chose dans le genre, je suis persuadé que tu ferais tout ce qui te viendrait à l'idée de vouloir créer... Mais j'ai des raisons de penser que tel n'est pas le cas et que forcément, tu ne feras pas tout. Même si l'envie te taraude... Et puis, il y a aussi une autre dimension qu'il te faut prendre en compte et c'est que les jours eux-mêmes sont encombrés de mille choses auxquelles il te faut également faire face. Et donc, il faut te résoudre à rejoindre – au moins pour une part, l'U metetore, le Fannullone de De André et le raccoglitore de Dessy et aussi bien sûr, le chat Kouna Dormir.


Il est curieusement évident que tu as raison, il me faut fainéanter... Mais rassure-toi, je le fais et plutôt plus que la moyenne. Cependant, je reste sur l'idée que je la ferais bien cette chanson du cueilleur d'olives. Mais ici, le moissonneur même s'il a pareille ambition, s'il se consacre au culte de la méridienne – autrement dit : la sieste des heures chaudes – est sollicité par le « Maître », le « patron », celui qui a besoin de main d’œuvre (alias d'esclaves) pour faire ce qu'il ne fera pas lui-même ; et justement alors qu'il fait cette sieste sacro-sainte. Et sans doute, par la faim, l'exploiteur arrivera-t-il à forcer d'autres hommes à faire à sa place.


C'est la base-même de la société ce droit d'exploiter les gens, les animaux, la nature ; c'est l'imposture fondamentale, celle qui devra bien être dissoute, éliminée, liquidée si l'on veut faire disparaître l'indignité du monde...

En fait, Lucien l'âne mon ami, ce moissonneur de Rocco Scotellaro incarne les paysans pauvres, les manœuvres agricoles, toute l'immense piétaille des latifundia. Ces paysans de Lucanie dont Carlo Levi avait fait les protagonistes du Christ s'est arrêté à Eboli, ceux qui disaient : « Noi, non siamo cristiani, siamo somari »... sentence dont nous, nous avons fait notre devise.

Et, moi, j'y tiens à cette devise, car le plus somare de nous deux, c'est quand même moi...

Certes, Lucien l'âne mon ami, je te l'accorde volontiers ; et comment faire autrement ? Cela dit, avant d'en venir à la chanson elle-même, qui dit toutes ces choses de façon plus lapidaire que nous et dès lors, moins verbeuse, je voudrais souligner cette indécence des riches qui non seulement, entendent exploiter les gens par le travail, mais en plus les traitent de façon méprisante et partant, méprisable. Et aussi, faire ressortir la condition humaine de ces paysans itinérants en te traduisant la note qu'y consacrait Rocco Scotellaro lui-même :
« Les conditions de vie des moissonneurs itinérants sont connues tout comme le fait qu'ils dorment, justement, sur les places publiques»
« le faucheur seul est le moissonneur isolé, qui n'est pas en groupe (paranza), habituellement composé de cinq moissonneurs »
« On dit aller « penna penna » de celui qui n'a pas de métiers et préoccupations, de celui qui se pavane en se promenant ».

J'en ai souvent vu lors de mes pérégrinations de ces paysans sans terre, obligés d'aller sans pouvoir s'arrêter tant que dure la saison... Après, après... ils se débrouillent encore plus mal avec leur misère... C'est une des multiples faces de la Guerre de Cent Mille Ans que les riches font aux pauvres afin d'assurer leur domination, de perpétuer leur pouvoir, d'étendre leurs privilèges et de multiplier leurs richesses... Marco Valdo M.I. mon ami, reprenons notre tâche et tissons le linceul de ce vieux monde riche, exploiteur, méprisant, méprisable, pavaneur, paradeur, épateur et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
LE MOISSONNEUR

Je voudrais devenir sauterelle
Je prendrais pour lit une brindille.
Là maintenant, je dors à la méridienne, sur la place
Soudain la main du patron me touche :
- Réveille-toi, moissonneur, moissonneur ;
Faucheur seul ? Es-tu travailleur ? –
Champ par champ, je vais fauchant,
Sur la place, les messieurs passent le temps.
Sur la place, les messieurs vont se pavanant.
La nuit aussi, ils me bousculent en se promenant.

inviata da Marco Valdo M.I. - 1/6/2014 - 22:40



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org