Lingua   

L’invasion

Jean-Baptiste Clément
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

La machine
(Jean-Baptiste Clément)
Quatre-vingt-neuf!
(Jean-Baptiste Clément)
Resolution der Kommunarden
(Bertolt Brecht)


[1874]
Versi di Jean-Baptiste Clément, scritti durante l’esilio a Londra dovuto alla sua partecipazione alla Comune di Parigi. Proprio nel 1874 Clément, come molti altri comunardi in vista fuggiti all’estero o nascostisi, fu condannato a morte in contumacia. Poi l’amnistia generale nel 1880.
Musica di Marcel Legay (1851-1951), chansonnier.



In questa canzone Clément tuona contro i Bonaparte che portarono la Francia alla sconfitta nelle guerre del 1812-14, del 1815 e del 1870-71. Ma poi il risentimento repubblicano si ampia e diventa “internazionalista”: “Siete voi che parlate di patria, che dividete l’universo, siete voi, re e imperatori, che ci portate al massacro, che ci riducete in ceppi! Corriamo tutti alla conquista dei nostri diritti e da schiavi diventiamo uomini, unendoci contro i tiranni!”
En moins d'un siècle d'existence
Nous avons eu deux empereurs,
Et trois fois notre pauvre France
Fut livrée aux envahisseurs.
Nous en garderons la mémoire,
race des Napoléon!
Qu'on surnommera dans l'histoire:
Les Bonaparte-invasion!

Silence aux faiseurs de conquêtes,
Aux bourreaux de la liberté!
Leurs victoires sont des défaites
Pour l'humanité...
Place à la liberté!

Trois fois l'incendie et les guerres
Ont ensanglanté nos hameaux;
Trois fois les hordes étrangères
Chez nous ont planté leurs drapeaux;
Trois fois les vieillards et les femmes
Ont dû s'enfuir à travers champs,
Laissant leurs chaumières en flammes
Pour aller cacher leurs enfants.

Silence aux faiseurs de conquêtes,
Aux bourreaux de la liberté!
Leurs victoires sont des défaites
Pour l'humanité...
Place à la liberté!

Ceux qui, jadis, courbaient la tête
Devant nos soldats sans souliers,
Fiers aujourd'hui de leur conquête
Dictent des lois dans nos foyers!
Et la France républicaine
Qui les vainquit tous en un jour,
Pleure l'Alsace et la Lorraine
Et porte le deuil de Strasbourg.

Silence aux faiseurs de conquêtes,
Aux bourreaux de la liberté!
Leurs victoires sont des défaites
Pour l'humanité...
Place à la liberté!

C'est en vous parlant de patrie,
C'est en divisant l'univers,
Qu'on nous mène à la boucherie
Et qu'on nous jette dans les fers.
Courons tous autant que nous sommes
A la conquête de nos droits,
Et d'esclaves devenons hommes
En nous liguant contre les rois!

Silence aux faiseurs de conquêtes,
Aux bourreaux de la liberté!
Leurs victoires sont des défaites
Pour l'humanité...
Place à la liberté!

inviata da Bernart Bartleby - 29/4/2014 - 22:07



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org