Lingua   

Espanha 27 de setémer

Nadau
Lingua: Occitano

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

Ode an die Freude
(Ludwig van Beethoven)
La jarado de décembré
(Casimir Garcin)
Aceituneros (Andaluces de Jaén)‎
(Paco Ibáñez)


[1976]‎
Dall’album “Loteria”, quando il gruppo si chiamava ancora “Los de Nadau”‎
Testo trovato sul sito dei Nadau

1373204870

Una canzone dedicata alle ultime esecuzioni del regime franchista, poche settimane prima della ‎morte del dittatore, quelle di cui furono vittime tre militanti del FRAP (Xosé Humberto Baena ‎Alonso, José Luis Sánchez Bravo e Ramón García Sanz) e due dell’ETA basca (Juan Paredes ‎Manot y Ángel Otaegui), tutti fucilati il 27 settembre del 1975.‎



Si vedano al proposito Daou dewezh eus Maria Otaegui di Gilles Servat e Al alba di Luis Eduardo Aute.‎
Un vent de paur boha sus l’Espanha
Los dias qu’an color de la nuèit
Acerà per delà la montanha
La mort qu’ei a l’arguèit.

Ausís los crits qui pujan de l’ombra
Ne pòdes pas non pas escotar
Plagan de dòu la cara deu monde
Ne’t pòdes pas carar.

No a la muerte

Que calerà que la toristalha
Coneishi plan lo prètz deu saunei
Dab son argent l’ordi que fusilha
Tròp roi qu’ei lo sorelh.

Un dia que m’a dit lo vielh òmi,
Se de l’ausèth vòs seguir lo cant
Cau pagar la libertat deu pòple
Dab lagrèmas de sang.

Se tà penjar ua dictatura
Cèrcas un arbo de libertat
Que’n sabi un quilhat dens l’istòria :
Casso de Guernica !

Se cau que passis per la montanha
Entà’t desliurar d’un maishant mau
Que sauràs on se tròba l’Espanha
Au ras deu Portugau.

inviata da adriana e Bernart - 10/3/2012 - 10:36



Lingua: Italiano

Versione francese dal sito ufficiale
ESPAGNE, 27 SEPTEMBRE

Un vent de peur souffle sur l’Espagne,
Les jours ont la couleur de la nuit.
Là-bas par delà la montagne
La mort est à l’affût.

Entends les cris qui montent de l’ombre,
Tu ne peux pas ne pas écouter,
Ils blessent de deuil la face du monde,
Tu ne peux pas te taire.

Non à la mort.

Il faudra que les touristes
Connaissent bien le prix du rêve.
Avec l’argent, l’ordre fusille,
Trop rouge est le soleil.

Un jour le vieil homme m’a dit
Si tu veux suivre le chant de l’oiseau,
Il faut payer la liberté du peuple
Avec des larmes de sang.

Si pour prendre une dictature,
Tu cherches un arbre de liberté,
J’en connais un, dressé dans l’histoire ;
Le chêne de Guernica !

Et s’il faut que tu passes la montagne,
Pour te délivrer d’un mauvais mal,
Tu sauras où se trouve l’Espagne ;
Elle est à côté du Portugal.

10/3/2012 - 10:38



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org