Lingua   

Mareng

Piero Milanese
Lingua: Italiano (Piemontese mandrogno (Alessandria))

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

La Marengo du Lieutenant
(Marco Valdo M.I.)
Marengo
(Marco Valdo M.I.)
La Benedicta
(Piero Milanese)


E' la storia della battaglia di Marengo vista dalla parte dei contadini locali. E' scritta in dialetto alessandrino come "La balada 'd Pipu Majen" da voi pubblicata.

Battaglia marengo
Ombri lónghi smarvaji d' istà luntòn-ni
udur del tèri russi dla Fraschëta
campanén di paiz, parlè 'd campòn-ni
e tònta gént atur a na carëta

'd suldà franséis col roui 'ndrénta al foss
" Dum-ji 'na mòn .. pussuma tücc ansèma
.. atension ch' im rabatu el cassi adoss
u j' è niente da fè ..l' è in bel prublèma .. "

" Dai Filicén .. va a piè na cubia 'd bó
sént cul trunà da Burmia, i són canón
isti franseis j' òn prèssia, a crëd che ancó
ui sarà muvimént ans u stradón ".

" Merci monsieurs ! " pasònda in uficial
l' à salütà i paisòn vist la carëta
turna an carzà, sprunònda u só caval
vers el cuncert di spar da la Spinëta.

Müsichi 'd s-ciop, canón cme 'na grancasa
baraondi, burdèl semper pü fort
el campagni i dventavu la gran piasa
d' ina fèsta ansensaja, Féra dla Mort.

Tücc i mument is massu ans ista tèra
l' è cmensipiaja mal anche 'st' istà
e 'si suldà chi avnivu da Vughera
j' andavu 'd cursa, tücc, vers la sità.

Squadrón 'd franseis ans u stradón 'd Turtón-na
fanterea, granatié, tir ad canón
müsica e cunfisión, bònda ch' la són-na
forse lé 'n mez ui pasa Napulión.

Tempesta dla bataja ch' as auzén-na
" A n' ò za vist in mügg chi son scapà .. "
" Doni curì ant el stali, ant la cantén-na
scundiv bén, lasè nénta andè el maznà !"

Na nìula 'd cavalié surtì d' an sogn
spuntà d' an mez al piònti cme di lù
rivavu da Pussò vers el Mandrogn
trombi, créi e sbarlüz, sciabuli au sù

ondi 'd cava, tremè del cór dla tèra
puvi russa pü òuta di murón
sunè 'd lami, bestémmji, urur dla guèra
schitlè 'd sòng, s-ciümè 'd rabia, distrusión.

Poi in silensiu 'd mort ch' u cuata tütt
ammà chic crei 'd curnagg, lamént 'd ferì
i còmp, i foss, el piònti dventaj brütt
anche u sù, culur sòng, che 'l va a murì.

Riva la nocc ch' la sconda, u ciut ch' u cònta
socul 'd cavà chi curu, ültim drapèl
u general massà a la Vigna Sònta
i disu ch' l' era giuvu, ch' l' era bèl.

Viti da cuntadén, na sort maligna
dani 'd suldà chi avnivu da luntòn
j' òn rancà vea i firagn, spianà la vigna
'st' autënn um bsó gavèj .. e semnè el gròn.

inviata da Piero Milanese - 25/3/2011 - 23:24




Lingua: Italiano

Versione italiana di Piero Milanese
MARENGO

Ombre lunghe sbiadite di estati lontane
odore delle terre rosse della Fraschetta
campanili di paesi, parlare di campane
e tanta gente attorno a una carretta

di soldati francesi con le ruote nel fosso
" Diamogli una mano, spingiamo tutti insieme
attenzione che ci cadono le casse addosso
non c' è niente da fare , è un bel problema.. "

Dai Felice .. va a prendere una coppia di buoi
senti quelle tuonate da Bormida, sono cannoni
questi francesi hanno fretta, credo che oggi
ci sarà movimento sullo stradone".

" Grazie signori " passando un ufficiale
ha ringraziato i paesani vista la carretta
tornata in carreggiata, spronando il cavallo
verso il concerto di spari da Spinetta.

Musiche di fucili, cannoni come grancassa
baraonda, frastuono sempre più forte
le campagne diventavano una gran piazza
per una festa dissennata, Fiera della Morte.

Tutti i momenti si ammazzano su questa terra
è cominciata male anche 'st' estate
e questi soldati che arrivavano da Voghera
andavano di corsa, tutti, verso la città.

Squadroni di francesi sullo stradone di Tortona
fanteria, granatieri, tiri di cannone
musica e confusione, banda che suona
forse lì in mezzo passa Napoleone.

Tempesta della battaglia che si avvicina
" Ne ho già visti un mucchio che sono scappati "
"Donne correte nelle stalle, nella cantina
nascondetevi bene, non lasciate andare i bambini !"

Una nuvola di cavalieri usciti da un sogno
spuntati dalla boscaglia come lupi
arrivavano da Pozzolo verso Mandrogne
trombe, grida e luccichii, sciabole al sole

onde di cavalli, tremare del cuore della terra
polvere rossa più alta dei gelsi
suono di lame, bestemmie, orrori della guerra
schizzare di sangue, schiumare di rabbia, distruzione.

Poi un silenzio di morte che copre tutto
solo qualche grido di cornacchie, lamento di feriti
i fossi, i campi, le piante diventati brutti
anche il sole, color sangue, che va a morire.

Arriva la notte che nasconde, il gufo che canta
zoccoli di cavalli che corrono, ultimi drappelli,
il generale ucciso alla Vigna Santa
dicono che era giovane, che era bello.

Vita da contadini, una sorte maligna
danni di soldati che venivano da lontano
hanno strappato i filari, spianato la vigna
quest' autunno bisogna toglierli .. e seminare il grano.

25/3/2011 - 23:25




Lingua: Francese

Version française – MARENG – Marco Valdo M.I. – 2019
d’après la version italienne – MARENGO – de Piero Milanese
d’une chanson piémontaise – Mareng – Piero Milanese – 2011

C’est l’histoire de la bataille de Marengo vue du côté des paysans locaux. Il est écrit en Piemontese mandrogno (Alessandria), dialecte piémontais d’Alexandrie comme « La balada ‘d Pipu Majen ».

Dialogue maïeutique

Mareng


Nous connaissons bien ici la bataille de Marengo et son histoire, car comme tu t’en souviens certainement, Lucien l’âne mon ami ; on en avait déjà parlé à l’occasion de la présentation de trois chansons : toutes issues de la saga de notre Arlequin amoureux.

Oui, dit Lucien l’âne, je me souviens parfaitement de tout ça. La première « Marengo » racontait la bataille vue par Matthias, simple soldat de l’armée autrichienne et sa mue en déserteur, dès le soir de la bataille et en fugitif, dès le lendemain matin. La seconde, je veux dire « La Marengo du Lieutenant » rapportait la même bataille, vue par le Lieutenant qui commandait le régiment où était incorporé le futur Arlequin. Quant à la troisième, « Les Coquets Lieutenants », elle narre la défaite autrichienne. En somme, on voit la bataille de Marengo du côté autrichien. C’est évidemment intéressant pour nous qui avons l’habitude de voir ces histoires du côté français.

Ainsi donc, je n’ai pas besoin de trop resituer l’affaire, reprend Marco Valdo M.I. ; mais résumons cependant. Au matin, face à face – mais quand même étalés entre le Piémont, le Milanais et la Ligurie, près de Marengo : l’armée autrichienne sous le commandement de Michael Friedrich Benedikt von Melas, à ce moment Feldmarschall du Saint Empire Romain Germanique, environ 30 000 hommes et l’armée française du Premier Consul Napoléon Bonaparte, environ 22 000 hommes. À midi : victoire autrichienne. Au soir : Bonaparte finit par l’emporter. Pour le maréchal autrichien, c’est la déroute et la capitulation. Son armée se replie vers l’Est au-delà du Mincio. Pendant ce temps, notre futur Arlequin s’est planqué dans une grange à Marengo et attend la nuit pour déserter, espérant qu’on le tiendrait pour mort.

Oui, répond Lucien l’âne, je savais vaguement tout cela, mais par contre, je ne sais toujours rien de la chanson que tu viens de versifier en français.

En effet, dit Marco Valdo M.I., mais je vais combler cette lacune sur le champ. Voici une quatrième chanson à propos de la bataille de Marengo. Elle s’intitule « Mareng » ; c’est le nom en piémontais du village de Marengo, actuellement Spinetta Marengo, incorporé à la ville d’Alessandria. C’est la même bataille de la mi-juin 1800, vue cette fois par les paysans de Mareng. C’est une vision de spectateurs, fortement inquiets et soucieux de se tenir à l’écart de la bataille, qui dans le fond, ne les concerne pas. Sauf évidemment, si on se place d’un point de vue plus général ; par exemple, celui qui transparaît à la fin de la chanson :

« Vie de paysan, terrible destin :
Les combats des soldats venus de loin
Ont détruit la vigne et les ceps sont écrasés.
Cet automne, il faudra arracher les pieds et semer le blé. »

Il y a là deux mondes qui se croisent sans jamais s’interpénétrer, si ce n’est à la marge quand les paysans viennent aider les soldats à remettre la charrette sur la route, comme ils l’auraient fait pour n’importe quelle charrette en difficulté. Deux mondes : le monde immobile, immédiat et en quelque sorte, apolitique, sans État, car lié à la terre, le monde des paysans et celui évanescent, toujours mouvant, assez hasardeux des États, des nations, des institutions, un monde administratif et urbain. C’est une autre version du « Cristo si è fermato a Eboli », roman écrit un siècle et demi plus tard par le Piémontais Carlo Levi.

Oui, dit Lucien l’âne, ce fut toujours ainsi partout. Les paysans regardent passer les armées ; une fois dans un sens, une fois dans l’autre ; ils regardent aussi tomber les bombes, ils regardent brûler leurs villages, tuer leurs enfants ; puis, ils reprennent leur vie et recommencent à choyer la terre, qui les fait vivre. Xénophon racontait déjà cette histoire dans son Anabase ; les armées finissent toujours par se dissoudre dans le paysage. Et nous nous tissons le linceul de ce vieux monde guerrier, volatil, évanescent, passager et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
MARENG

Les ombres longues des étés lointains,
Les odeurs des terres rouges de Fraschette,
Les clochers des villages, le laïus des cloches,
Et tous ces gens autour d’une charrette

De soldats français avec ses roues dans le trou.
« Donnons un coup de main, poussons tous ensemble.
Attention que les caisses ne tombent pas sur nous ;
Il n’y a rien à faire, c’est un vrai problème. »

« Vite, Félix va chercher deux bœufs.
Écoutez ces échos de Bormida, ce sont les canons.
Ces Français sont pressés ; sous peu,
Sur la grande route, il y aura de l’animation. »

« Merci messieurs ! », dit un officier en passant ;
Il remercie les paysans pour la charrette
Remise sur le chemin ; éperonnant,
Il repart vers la fusillade à l’Épinette.

La musique des fusils, la grosse caisse des canons,
Le boucan gronde toujours plus fort ;
La campagne est devenue un grand sablon
Pour une folle fête, la Foire de la Mort.

À chaque instant, on tue sur cette terre.
L’été a mal commencé son voyage
Et des soldats venant de Voguère
Au pas de course, traversent le village.

Les escadrons français avancent sur la route de Tortona :
Infanterie, grenadiers, tirs de canon,
La fanfare qui sonne la musique et la confusion,
Et Napoléon à cheval au milieu de tout ça.

La tempête de la bataille approche.
« J’en ai déjà vu tout un tas fuyant.
Femmes courez aux écuries, à la cave !
Cachez-vous bien, ne laissez pas sortir les enfants ! »

Un nuage de cavaliers sort d’un songe
Comme des loups, hors de la broussaille.
Ils viennent de Pozzolo vers Mandrogne :
Trompettes, cris, lueurs, sabres : bataille.

Vagues de chevaux, tremblement de terre,
Poussière rouge plus haute que les mûres,
Bruit de lames, horreurs de la guerre, jurons,
Jets de sang, écume de rage et destruction.

Puis, un silence de mort couvre tout :
Les lamentations des blessés, les cris de corneilles,
Les fossés, les champs, les plantes, tout
Et couleur sang, va mourir le soleil.

Vient la nuit qui cache, le hibou qui chante.
Les sabots des chevaux qui courent, les derniers drapeaux,
Le général tué dans la Vigne Sainte :
On dit qu’il était jeune, on dit qu’il était beau.

Vie de paysan, terrible destin :
Les combats des soldats venus de loin
Ont détruit la vigne et les ceps sont écrasés.
Cet automne, il faudra arracher les pieds et semer le blé.

inviata da Marco Valdo M.I. - 1/11/2019 - 10:08



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org