Lingua   

Une Grande Grève

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese


Ti può interessare anche...

Mort est le propre de l'homme mort
(Marco Valdo M.I.)
L'Hélicon de Berluscon
(Lucien Lane)
Nous les ânes
(Lucien Lane)


Une Grande Grève


Canzone française – Une Grande Grève – 1904 – Marco Valdo M.I. – 2010
Histoires d'Allemagne 5
Au travers du kaléidoscope de Günter Grass. : « Mon Siècle » (Mein Jahrhundert, publié à Gottingen en 1999 – l'édition française au Seuil à Paris en 1999 également)et de ses traducteurs français : Claude Porcell et Bernard Lortholary.


Voilà une chanson qui raconte la grève des mineurs de la Ruhr de la fin 1904 – début 1905 – 200.000 mineurs en grève, le poumon ou le moteur industriel de l'Allemagne à l'arrêt... Comment faire de l'acier sans charbon ? Cette grève a lieu au même moment où en Russie, une grève générale vient, elle aussi, bousculer l'Empire du tsar, alors en guerre contre le Japon. Juste un détail, cette grève des mineurs de la Ruhr est généralement située en 1905... Mais on voit dans la canzone qu'elle commence juste en fin d'année – à Noël. Cela dit, ce n'est pas un mouvement isolé, il s'inscrit dans une série de grands mouvements de grève partout en Europe dans ces années-là : en Belgique, principalement en Wallonie, 125.000 grévistes en 1891, 250.000 en 1893, en 1896-97, grèves en Russie, aux Zétazunis en 1900,1902 en Autriche, 1903 en France, 1904 grève générale en Italie, à nouveau en Wallonie, puis aux Pays-Bas... Grève de mineurs en Chine, un peu plus tard (1906)... Je me demande d’ailleurs si on faisait pareil relevé chaque jour dans la presse, ce que cela donnerait aujourd’hui... Mais on nous sert des résultats de foot, des histoires de fesses et des cours de bourse à n'en plus finir...


Nous voilà donc en plein dans l'histoire d'un épisode de la Guerre de Cent Mille Ans que les riches mènent avec constance, ruse et mensonges contre les pauvres (ici, les mineurs) afin d'imposer leur pouvoir, de renforcer leur domination, d'accroître l'exploitation, d'étendre leurs privilèges... , dit Lucien l'âne en balançant la tête pour souligner son propos. Et regarde comme ils renient – au plus vite – leurs engagements, regarde comme ils reprennent de la main droite ce qu'ils ont dû céder de la main gauche. Tous les moyens sont bons, tous les arguments sont bons pour accroître leurs profits : réduire les salaires, ne pas payer le travail, augmenter le nombre d'heures de travail, accélérer les cadences, augmenter la charge de travail – ils appellent ça, regarde le beau nom qu'ils ont trouvé : augmenter la productivité. Il a raison celui qui parle d'esclaves du salariat. Et puis, dis-moi Marco Valdo M.I. mon ami, que viennent faire les Hottentots dans cette histoire ?


Tu as raison, Lucien l'âne mon ami, dit Marco Valdo M.I.. Que viennent faire les Hottentots dans cette grève des mineurs de la Ruhr ? D'abord, dis-toi bien qu'ils ne sont pas là par hasard. Ils sont le résultat de la Weltpolitik de Guillaume; les Hottentots sont les populations des territoires que le partage du gâteau mondial entre les riches, qu'on appelle aussi la colonisation, a réservés à l'Allemagne. Cette année-là, précisément, l'Allemagne venait d'envoyer 15.000 hommes pour réprimer dans le sang une révolte des populations bantoues de l'actuelle Namibie et du Botswana, qui étaient à cette époque des possessions allemandes. Comme disait Guillaume au corps expéditionnaire en Chine : sans faire de quartier. Ce fut un gigantesque génocide avec création de camps de concentration; on massacra les Hereros et les Hottentots... Ensuite, pour ce qui est du rapport avec la grève dans la Ruhr, c'est la même armée, le même pouvoir qui envoie l'armée... mais remarque, qu'il y a quand même deux poids, deux mesures... Les Africains, les Nègres comme on disait alors... on les massacre sans hésitation. On tire encore en l'air sur les mineurs allemands; pour eux aussi, les camps de concentration et les fusillades viendront, mais plus tard.


Et les Pinkertons ? De quoi s'agit-il ? Je n'en ai jamais rencontré moi, des Pinkertons...


En fait, Lucien l'âne mon ami, ce n'étaient pas de vrais Pinkertons, pas des Pinkertons authentiques... Ceux-là, on ne les trouvait qu'aux Zétazunis. Mais leurs émules allemands faisaient du zèle. Bon, voici ce qu'est un Pinkerton... En fait, c'est un employé d'une société étazunienne, une agence de détectives dénommée précisément Pinkerton. L'agence Pinkerton, qui va employer des milliers de détectives, matraqueurs, vigiles, tueurs, lyncheurs... pour détruire les organisations ouvrières aux Zétazunis et briser les grèves. Tous les moyens sont bons pour les Pinkertons, à commencer par l'espionnage, la délation, l'infiltration, le mensonge, le matraquage, l'assassinat et le lynchage. En fait, ce sont des milices patronales... Les nervis des riches. On les a retrouvés à l'œuvre en Irak, sous un autre nom, fournis par une autre société... On doit à la provocation d'agents de Pinkerton le massacre du Haymarket (Chicago - 1886), dont la journée internationale du Premier Mai garde le souvenir. L’agence Pinkerton sévit toujours sous le nom de Securitas AB. Bref, la canzone indique que les patrons des mines ont engagé des gens pour protéger les jaunes, pour faire ce que font les « Pinkertons »...


Ainsi, la Guerre de Cent Mille Ans a mille facettes et elle ne s'interrompt jamais... Raison de plus pour ne jamais cesser de tisser le linceul de ce vieux monde assassin et cacochyme.


Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.
Tout a commencé avec les wagonnets refusés
Charbon pas propre, wagonnet pas rempli
Wagonnet refusé, travail pas payé
On fait la grève pour ça, ici
Chez nous, dans les puits, on a démarré juste avant Noël
En tout cas, le Comité de grève était formel
L'accord de 89 à Berlin, on avait la journée de huit heures.
Pourtant, partout, ils allongent les horaires.
Chez nous, au fond de la mine, on fait déjà dix heures.
Paraît qu'ils refont des listes noires.
En Russie, ça sent la révolution; à Berlin, Liebknecht commençait à parler
L'armée est arrivée; sans hésiter, elle a tout canardé.
Liebknecht disait : les ouvriers russes à Saint -Pétersbourg
Et nous ici, les ouvriers allemands dans la Ruhr
On était des héros du prolétariat
Moi, je dis que nous sommes des esclaves du salariat.
Comme en Namibie contre les Hottentots, la troupe est passée à l'attaque.
Elle a repoussé les Hereros dans le désert.
À présent en Russie, ils ont décrété l'état de guerre...
Chez nous, il y a des Pinkertons, en col blanc, brassards et matraques.

inviata da Marco Valdo M.I. - 7/1/2011 - 18:03



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org