Lingua   

Bon, la France

Franz-Josef Degenhardt
Lingua: Tedesco

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

Väterchen Franz
(Franz-Josef Degenhardt)
Die Kinder vom Bullenhuser Damm
(Hannes Wader)
Das Ereignis am Mondfalterfluß im Mai 1968
(Franz-Josef Degenhardt)


[1980]
Testo e musica di Franz-Josef Degenhardt
Lyrics and music by Franz-Josef Degenhardt
Worte und Musik von Franz-Josef Degenhardt
Album: Der Wind hat sich gedreht im Lande

Franz-Josef Degenhardt.
Franz-Josef Degenhardt.


Fino al 1940, al ritmo di 20/40 anni, i tedeschi (che sono notoriamente dei gran girelloni fin dal tempo delle Völkerwanderungen) hanno effettuato più che volentieri delle gite di massa in Francia; solo che si trattava di gite un po' particolari, con interi reparti d'artiglieria al seguito, aviazione, mezzi corazzati e divisioni di fanteria. In questa canzone, Franz-Josef Degenhardt ricostruisce a modo suo la storia di queste “gitarelle”, servendosi di un paio di “Fritz” che impersonano le due inscindibili anime dell'espansionismo tedesco: il militare e l'affarista (finanziere, banchiere). Senza questi due Fritz, Hitler non sarebbe mai potuto esistere. Si comincia dalla prima gita, la guerra franco-prussiana del 1870; si prosegue con quella del 1914, e poi con quella del 1940; e qui, come dice la canzone, “i padroni sono gli stessi ma cambiano solo i modi”. Si trattava comunque di guerre guerreggiate, con le loro Sedan, Verdun, linee Maginot e con le loro entrate a Parigi; potevano andare bene o male, ma il risultato è che, prima o poi, di loro spontanea volontà o cacciati a pedate, i tedeschi se ne tornavano a casa. Poi, un giorno, finalmente, hanno scoperto come si fa davvero; basta spari e fili spinati, meglio i soldi e la finanza. Possibilmente senza dare troppo nell'occhio. La canzone è del 1980, ma la sua ultima strofa è, direi, più che attuale. [RV]
Bon, la France
Bon, la France, bien compris,
savoir vivre, oui oui oui
les allemands vont à Paris
heidi-heido-heida haha,
einmal sind wir da,

so sangen die beiden immer lauter,
wenn sie stockbesoffen waren,
Junker Fritz und der Fritz Krauter.
Der Junker ritt bei den Husaren,
roter Rock und Silberlitze.
Schwarz im Rock macht Krauter Preise
für Gewehre und Geschütze.
Beide träumen von Blut und Eisen.
Viel Soldaten, viel Granaten
konnte man krepieren sehen,
bei Mars la Tour und Gravelotte,
fern bei Sedan auf den Höhen.
Einundsiebzig war's im Märzen,
wie man in Paris einritt,
stockbesoffen, grad wie Kerzen,
sangen alle Fritzen mit:

Bon, la France, bien compris,
savoir vivre, oui oui oui
les allemands vont à Paris
heidi-heido-heida haha,
diesmal sind wir da.

Röcke wechseln und die Litzen
in anderthalb Generationen.
Ändern tun sich nicht die Fritzen
und die Besitzer von Kanonen.
Oberst Fritz ritt bis zum Ende,
feldgrau, will Paris einkreisen.
Fritz im Frack macht Dividende,
und er tauschte Gold für Eisen.
Wie vom Himmel Köpfe fallen,
Arme, Beine, Eisensplitter,
da braust kein Ruf wie Donnerhallen
vor Verdun im Stahlgewitter.
Aktionäre und Obristen
flüstern bald vom Dolchesstoß,
stockbesoffene Stammtischfritzen,
legten sie von neuem los:

Bon, la France, bien compris,
savoir vivre, oui oui oui
les allemands vont à Paris
heidi-heido-heida haha,
einmal sind wir da.

Volk und Führer, Blut und Boden,
die Besitzer sind die gleichen,
änderten sich bloß die Moden,
die Parolen und die Zeichen.
Hauptsturmführer Fritz trägt Litze,
Wirtschaftsführer Fritz das Braune,
schneller schießen die Geschütze,
immer besser wird die Laune
von den schnellen Blitzkriegsiegen,
und es brennen schon die Öfen,
die an langen Rampen liegen
für verbrauchte Arbeitssklaven.
Vierzig ist Paris genommen.
Beide Fritzen kamen flugs,
ist man ins Maxim gekommen,
sangen sie manchmal, so aus Jux:

Bon, la France, bien compris,
savoir vivre, oui oui oui
les allemands vont à Paris
heidi-heido-heida haha,
diesmal sind wir da.

Eine Generation weiter
sind sie wieder wer, die Fritzen,
junge Filialenleiter
und Europaspezialisten.
Bundeswehrmajor der eine,
blasser Rock und sehr bescheiden.
Fritz der Banker, trägt das Feine.
Morgens im Büro, die beiden
bleiben am Grab des unbekannten
Frontsoldaten kurz mal stehen,
mustern heimlich die Passanten,
ehe sie dann weitergehen,
unauffällig, und sie wenden
sich auf die Champs Elysees,
Aktenkoffer an den Händen,
leise, grinsend, singen sie:

Bon, la France, bien compris,
savoir vivre, oui oui oui
les allemands vont à Paris
heidi-heido-heida haha
diesmal bleiben wir da.

inviata da Riccardo Venturi - 14/2/2006 - 00:36




Lingua: Italiano

Versione italiana di Riccardo Venturi
16 novembre 2011
ΒΟΝ, LA FRANCE

Bon, la France
Bon, la France, bien compris,
savoir vivre, oui oui oui
les allemands vont à Paris
heidi-heido-heida haha,
e stavolta siamo qua.

Così cantavan quei due a voce sempre più alta
quand'erano ubriachi fradici,
lo junker Fritz e Frizt Krauter.
Lo junker a cavallo assieme agli ussari,
mantello rosso e galloni d'argento.
Col mantello nero, Krauter fissava i prezzi
di fucili e munizioni.
Tutti e due sognavano sangue e ferro.
Tante granate, tanti soldati
si potevano veder crepare
a Mars-la-Tour e a Gravelotte,
lassù a Sedan sulle alture.
Era il marzo del '71
quando si entrò a cavallo a Parigi,
ubriachi proprio come cavalli
tutti i Fritz cantavano in coro:

Bon, la France, bien compris,
savoir vivre, oui oui oui
les allemands vont à Paris
heidi-heido-heida haha,
e stavolta siamo qua.

Cambiano mantelli e galloni
in una generazione e mezza.
Ma non cambiano i Fritz
e i padroni dei cannoni.
Il colonnello Fritz ha cavalcato fino in fondo
e, grigio come un campo, vuole accerchiare Parigi.
Fritz, in frac, fa dividendi
e scambia oro con ferro.
E come cadon teste dal cielo,
braccia, gambe, schegge di ferro;
nessun grido risuona come il rombo di tuono
davanti a Verdun, nella tempesta d'acciaio.
Azionari e colonnelli
mormorano presto di “pugnalata alla schiena“,
tutti i Fritz del solito tavolo, ubriachi come tegoli
hanno di nuovo ricominciato:

Bon, la France, bien compris,
savoir vivre, oui oui oui
les allemands vont à Paris
heidi-heido-heida haha,
e stavolta siamo qua.

Popolo e Führer, sangue e suolo,
i padroni sono gli stessi;
son cambiati solo i modi,
le parole ed i segnali.
Lo Hauptsturmführer Fritz porta i galloni,
il capitano d'industria Fritz la camicia bruna,
più veloce che sparano le pallottole
e più grosso che diventa il guadagno
delle rapide vittorie nella guerra-lampo.
E già ardono i forni
che stanno su lunghe rampe
per sfruttare gli schiavi da lavoro.
Nel '40 Parigi è presa,
entrambi i Fritz arrivarono di corsa,
oh, siamo arrivati da Chez Maxim,
e cantavano spesso, così per scherzo:

Bon, la France, bien compris,
savoir vivre, oui oui oui
les allemands vont à Paris
heidi-heido-heida haha,
e stavolta siamo qua.

Una generazione dopo
arièccoli, i Fritz,
giovani direttori di filiale
e specialisti in campo europeo.
Uno è maggiore dell'esercito,
cappotto sbiadito e assai riservato;
Fritz il banchiere, invece, è elegante.
La mattina andando in ufficio
tutti e due sostano un po' davanti
alla tomba del milite ignoto,
fissano di nascosto i passanti
prima di andarsene via,
discretamente, e poi si girano
verso gli Champs Elysées
con la ventiquattrore in mano
cantano sommessamente ghignando:

Bon, la France, bien compris,
savoir vivre, oui oui oui
les allemands vont á Paris
heidi-heido-heida haha
e stavolta restiamo qua.

16/11/2011 - 23:29




Lingua: Francese

Version française – ΒΟΝ , LA FRANCE – Marco Valdo M.I. – 2011
Chanson allemande – Bon, la France – Franz-Josef Degenhardt – 1980

Jusqu'aux années 1940, tous les 20-40 ans, les Allemands (qui sont notoirement de grands nomades depuis le temps des Völkerwanderungen) ont effectués plus que volontiers de excursions en France. Sauf qu'il s'agissait d'excursions un peu particulières, avec des régiments d'artillerie dans les bagages, de l'aviation, des chars et des divisions d'infanterie. Dans cette chanson, Franz-Josef Degenhardt reconstruit à sa manière l'histoire de ces petits tours, se servant d'une paire de Fritz qui personnifient les deux inséparables âmes de l'expansionnisme allemand : le militaire et l'affairiste : financier et banquier. Sans ces deux Fritz, Hitler n'aurait jamais pu exister. On commence au premier tour, la guerre franco-prussienne de 1870, on poursuit avec la guerre de 1914 et puis avec celle de 1940 ; et comme dit la chanson, : « Les patrons sont les mêmes. Seuls ont changé les modes,... » Il s'agissait toutefois de guerres « guerrières », avec leurs Sedan, Verdun, Ligne Maginot et leurs entrées à Paris. Elles pouvaient se passer bien ou mal, mais le résultat est que, tôt ou tard, de leur volonté spontanée ou à coups de pied dans le cul, les Allemands rentraient chez eux. Puis un jour finalement, ils ont découvert comment faire, sans tirs et fils barbelés, mieux valent les sous et la finance. Si possible sans trop se faire remarquer. La chanson est de 1980, mais sa dernière strophe est , je dirais, plus qu'actuelle. [R.V.]

*

Je voudrais ajouter une ou deux choses au commentaire de Riccardo, dit Lucien l'âne. D'abord, dire combien cette chanson va dans le même sens que les « Histoires d'Allemagne », jusqu'à présent 50 chansons que tu as écrites, mon ami Marco Valdo M.I., en tirant la substance d'un livre de Günter Grass qui raconte son « Siècle » allemand (1900 – 2000). Ensuite, elle confirme ce mouvement continu depuis, en gros, Otto von Bismarck et qui tend à faire une plus « grande Allemagne » et à mettre l'Allemagne à la dimension de l'Europe (a minima).

En effet, dit Marco Valdo M.I., on voit actuellement en Europe – au niveau des institutions européennes, au niveau des convulsions européennes, des contractions de parturition européennes, comme une sorte de « merkelisation » de l'Europe, comme une prémonition de Cinquième Reich... par les voies «pacifiques» de la domination commerciale, financière, administrative, réglementaire et politique. Avec comme le souligne si bien l'histoire des deux Fritz, derrière les circonstanciels politiques (Adenauer, Brandt, Schmidt, Kohl, Schröder, Merkel...) , toujours les mêmes puissances d'argent et d'industrie… En somme, l'illustration parfaite d'un grand épisode de la Guerre de Cent Mille Ans que les riches font aux pauvres pour étendre leur domination, pour accroître leurs profits, pour renforcer leurs pouvoirs et multiplier leurs privilèges... « Voyez ce qu'ils font aux grecs... Demain, ce sera votre tour... »

Sans doute, dit Lucien l'âne en raclant le sol de son noir sabot, sans doute, ne pourrons nous seuls empêcher que pareil mouvement tectonique se poursuive... Mais, crois-moi, si on laisse ce monde (ici, cette Europe) aller son train , si l'on n'y met fin et rapidement, les pires choses pourraient revenir... Alors, tissons le linceul de ce vieux monde riche, avide, affairiste, arrogant, prétentieux et cacochyme.

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.
ΒΟΝ, LA FRANCE

Bon, la France
Bon, la France, bien compris,
Savoir vivre, oui oui oui
Les Allemands vont à Paris
Heidi-heido-heida haha,
Et cette fois, nous sommes là.

Ainsi chantaient ces deux-là à tue-tête
Pleins comme des boudins de noix
Le junker Fritz et Frizt Krauter.
Le junker à cheval avec les hussards
Manteau rouge et galons d'argent.
Manteau noir, Krauter fixait les prix
Des fusils et des munitions.
Tous deux rêvaient de feu et de sang.
Combien de grenades, combien de soldats
Avait-on vu crever à
Mars-la-Tour et à Gravelotte
Là-bas à Sedan sur les hauteurs
On était en mars soixante et onze
Quand on entra à cheval dans Paris,
Soûls, même nos chevaux,
Tous les Fritz chantaient en chœur

Bon, la France
Bon, la France, bien compris,
Savoir vivre, oui oui oui
Les Allemands vont à Paris
Heidi-heido-heida haha,
Et cette fois, nous sommes là.

On change de manteaux et de galons
En à peine plus d'une génération
Mais les Fritz ne changent pas
Ni leurs fabricants de canons.
Le colonel Fritz a galopé tant et plus
Et, en fedlgrau, il veut encercler Paris.
Fritz en frac, fait des dividendes
Il troque l'or contre du fer.
Comme tombent du ciel têtes,
Bras, jambes, éclats de fer
Aucun cri ne résonne comme le tonnerre
Devant Verdun dans la tempête d'acier.
Actionnaires et colonels
Parlèrent aussitôt de coup de poignard,
Les Fritz habituels ronds comme des queues de pelle,
Entonnèrent à nouveau :

Bon, la France
Bon, la France, bien compris,
Savoir vivre, oui oui oui
Les Allemands vont à Paris
Heidi-heido-heida haha,
Et cette fois, nous sommes là.

Peuple et Führer, Sang et Terre,
Les patrons sont les mêmes.
Seuls ont changé les modes,
Les mots et les signes.
L'Hauptsturmführer Fritz porte des galons,
L'économiste Fritz la chemise brune,
Plus l'artillerie tire vite
Plus s'améliore l'humeur
Des guerres-éclair victorieuses.
Et déjà brûlent les fours
Qu'on place le long des lieux
Où l'on exploite les esclaves du travail.
En 1940, Paris est prise,
Les mêmes Fritz arrivèrent à fond de train,
On est arrivés chez Maxims
Chantent -ils ainsi, par blague.

Bon, la France
Bon, la France, bien compris,
Savoir vivre, oui oui oui
Les Allemands vont à Paris
Heidi-heido-heida haha,
Et cette fois, nous sommes là.

Une génération plus tard,
Ils sont de nouveau là, les Fritz,
Jeunes directeurs de filiales
Et spécialistes de l'Europe,
L'un, major de la Bundeswehr,
Veston plus clair et très à son aise.
Fritz le banquier, porte beau.
Dès le matin au beau, tous deux
S'arrêtent un instant
Devant le tombeau du soldat inconnu,
Regardent de biais les passants,
Avant de reprendre leur chemin
Discrètement, et ils se dirigent
Vers les Champs Élysées,
Attaché-case à la main,
Sourire en coin, ils chantonnent :

Bon, la France
Bon, la France, bien compris,
Savoir vivre, oui oui oui
Les Allemands vont à Paris
Heidi-heido-heida haha,
Et cette fois, nous restons là.

inviata da Marco Valdo M.I. - 17/11/2011 - 23:34


Une seule, petite remarque sur ta traduction, Marco Valdo: dans le dernier verse du dernier couplet, FJ Degenhardt dit "bleiben wir da", c'est-à-dire "nous restons là". Bon, l'occupation (financière) est permanente, cette fois-ci; on va voir un peu maintenant ce que va faire monsieur Sarkome avec son joli spread qui monte. Du "sang et terre" au "sang et sueur", naturellement pour les classes populaires françaises, allemandes, italiennes, grecques...voici l'Europe (des banques)!

Riccardo Venturi - 18/11/2011 - 04:19



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org