Lingua   

Veiqui l'occitan

Joan Pau Verdier
Lingua: Occitano

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

Espanha 27 de setémer
(Nadau)
Ma Marseillaise à moi
(Joan Pau Verdier)
Ròia (Soutien Cédric Herrou)
(Collectif d'artistes unis pour la ROYA)


Paroles : Joan Pau Verdier.
Musique : Benoît Kaufman.

 Veiqui l'occitan
L'aviá la vergonha
au cròs dau païs
L'aviàm perdut la terra
Los aubres eran mòrts
Esclaus en cò nòstre
A viure acorbats
sens uelhs e sens memòria
un pòble gusard

Me disiatz : tot es achabat
Tu mon pair e vos mos amics
Pòdem pus tornar en arrièr
Me disiatz : ne chau pus resvar !

Veiqui l'esperança
au chap dau chamin
l'òme noveu se leva
Veiqui l'occitan
Lo rum se propaga
dins los vilatjons
la gardarem la terra
Vòlem pas crebar

Sèm nascuts per un ser de vent
quora lo mau bufava fòrt
N'en avèm pro d'essèr daus chens
Veses mon Pair que sèm pas mòrts

Te salude frair
bonjorn païsan
un obrièr te sona
un autre Occitan !
Pus res d'impossible
cresèm a l'amor
Puèi que l'istòria nòstra
es d'avenidor

E ma mair te vesi uèi
Floris la prima dins tos piaus
As compres lo nostre solelh
Zo sabes ben que sèm pas fòus

Veiqui l'esperança
Que chante l'enfant
Aurem lo dreit de viure
d'esser Occitan
Te saluda frair,
- bonjorn païsan -
l'òme noveu te sona,
un Basc, un Breton

Lo rum se propaga
dins los vilatjons
la gardarem la terra
Veiqui l’Occitan !
Lo rum se propaga, etc.

inviata da adriana - 14/10/2005 - 19:33



Lingua: Francese

Versione francese dal sito dell'autore
VOICI L'OCCITAN

Il y avait la honte
au creux du pays
nous avions perdu la terre,
les arbres étaient morts
esclaves chez nous,
à vivre courbés
sans yeux et sans mémoire
un peuple de gueux.

Vous me disiez : tout est fini,
toi mon père et vous mes amis
Nous ne pouvons plus revenir en arrière
vous me disiez : il ne faut plus rêver.

Voici l'espérance
au bout du chemin
l'homme nouveau se lève,
voici l'Occitan
la rumeur s'étend
dans les villages
nous garderons notre terre
nous ne voulons pas crever.

Nous sommes nés par un soir de vent
lorsque le Mal soufflait fort
on en a marre d'être des chiens
tu vois, mon père, nous ne sommes pas morts.

Je te salue, mon frère
bonjour paysan
un ouvrier t'appelle,
un autre Occitan !
plus rien d'impossible
nous croyons à l'amour
puisque notre histoire
est faite d’avenir.
Et, ma mère, je te vois aujourd'hui
le printemps fleurit dans tes cheveux
tu as compris notre soleil
tu sais bien que nous ne sommes pas fous.

Voici l'espérance
que chante l'enfant !
Nous aurons le droit de vivre,
d'être Occitan
Je te salue, mon frère
- bonjour paysan -
l'homme nouveau t'appelle,
un Basque, un Breton.
La rumeur se propage
dans les villages
nous garderons la terre
voici l'Occitan !
La rumeur se propage, etc.

inviata da adriana - 14/10/2005 - 21:18



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org