Lingua   

Poor' Italia

Davide Van De Sfroos
Lingua: Italiano (Lombardo "Laghèe")

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

Fendin
(Davide Van De Sfroos)
Papì Satàn
(Gian Piero Testa)
Ai fratelli di Italia
(Gian Piero Testa)


Da "Manicomi" - 1995
manicomi
E i sann tütt luur, e i fann tütt luur,
balòss e canàja, barbuni, dutüur,
sistemen el mund
intant ch'inn drèe a mangià,
diventen gentil
quand i tröven de ciulà.
Sempru incazzàa cun la facia verda,
sempru prunt a vend anca la merda,
sempru prunt a fa' la roba giusta
e pö de dree g'hann sempru scià la frusta.

Vann in Tailandia in lècc cui tusanett
e pìchen la sua perché füma i sigarett...

E disen poor Italia, poor Italia
e disen poor Italia, poor Italia
e disen poor Italia, poor Italia, poor Italia, poor Italia
prunta una cruus per chi che sbaglia...

Prunt a sparà a chi pröva a fa' quaicoss
apena gh'è un prublema
la büten in del foss
apena levàa sö se caghen adoss
l'è la filusofia per creed de vèss balòss.

I se scandalizen pèrchè gh'è la guera,
i büten giò i fiöo'n de la rüdera,
te varden crepà cun scià na cinepresa
e pö se scunden tücc dent in gesa.

I hann rubàa tütt quel che gh'era de rubà
i hann metüu in galera e i han tacàa a caragnà...

Se va ma' quaicoss
ghe l'han col guernu,
Se va ma' tütcoss
ghe l'hann cul Padreterno,
se'l fa cold i vören l'invernu
se'l fa frècc chi vaghen a l'infernu,
vören la calma e fànn dumà casott
crumpen tutcòss
e ghe va mai ben nagott,
disen che lur ciapen urdin de nissön
e fann tütt quell
che g'hann dì in television.

Pasen la vita a pisàa cuntra'l veent
perché l'impurtant l'è mai vèss cuntent.

Sempru in prima fila
quand finiss la bataglia...

inviata da Gian Piero Testa - 17/3/2010 - 23:51




Lingua: Italiano

Versione italiana di Gian Piero Testa

Bisogna pensare che la canzone è prima di "tangentopoli". Io ci vedo un "popolo semigrasso", di cui nel mio nord brianteo ho intravisto più di un rappresentante, che non ne poteva più della dc (alla quale da secoli dava il voto per default) e che sperava in qualcosa di "nuovo". E il "nuovo" furono Berlusconi e la Lega: ah, questi sì...e trovarono la loro rappresentanza, e poi si trovarono anche al governo. E questi sono, appunto, dello stesso impasto di chi ci sta governando.
Tipo Prosperini, per intenderci.
POVER'ITALIA

E sanno tutto loro,
manigoldi e canaglie, barboni e dottori,
sistemano il mondo
mentre sono a tavola,
diventano gentili
se gli capita di fottere.
Sempre incazzati con la faccia verde,
sempre pronti a vendere anche la merda,
sempre pronti far la cosa giusta,
ma dietro alle spalle hanno pronta la frusta.
Vanno in Tailandia a letto con le ragazzine
e picchiano la loro perché fuma le sigarette..

E dicono pover'Italia, pover'Italia
e dicono pover'Italia, pover'Italia
e dicono pover'Italia, pover'Italia, pover'Italia, pover'Italia
con pronta la croce per chi sbaglia..

Pronti a sparare su chi tenta di far qualcosa,
appena c'è un problema
se ne liberano alla svelta,
appena sorge il sole si cacano addosso:
è la loro filosofia per creder d' essere in gamba.

E si scandalizzano perché c'è la guerra
e scaraventano i figli nel letamaio,
ti guardano crepare con pronta la cinepresa
e poi tutti a nascondersi dentro in chiesa

Hanno rubato tutto quello che c'era da rubare
li han messi dentro e giù a caragnare...

Se qualcosa va storta
se la prendono col governo,
se tutto va male
se la prendono col Padretereno.
Se fa caldo pretendono l'inverno,
se fa freddo che vadano all'inferno.

Comprano tutto
e non gli va mai bene niente,
dicono che loro nessuno li comanda
e fanno tutto quello
che hanno detto alla televisione.

Passano la vita a pisciare controvento
perché la cosa importante è essere sempre scontenti.

Sempre in prima fila
quando la battaglia finisce.

inviata da Gian Piero Testa - 18/3/2010 - 23:53




Lingua: Francese

Version française – PAUVR' ITALIE – Marco Valdo M.I. – 2010
D'après la version italienne de Gian-Piero Testa d'une chanson en lombard de Davide Van De Sfroos – 1995

Si j'ai bien compris la note de Gian-Piero Testa, cette chanson au moment où elle a été écrite (vers 1995), visait les représentants de la Démocratie Chrétienne qui tenaient le pouvoir depuis des décennies. Les choses devaient changer, des « nouveaux » devaient arriver pour faire du « nouveau ». Et de fait, il y a eu du nouveau, ce fut Silvio B. (Meno male...) et la Lega du Nord. Pour du nouveau, ce fut du neuf. À bien y repenser, Lampedusa a raison de faire dire à Tancrède : «  Il faut que tout change pour que tout reste pareil » (« Se vogliamo che tutto rimanga come è, bisogna che tutto cambi!" ) et donc plus exactement : « Si l'on veut que tout reste en l'état, il faut que tout change ». De fait, on a changé les marionnettes, mais la pièce est toujours la même.

Cette phrase de Tomasi di Lampedusa, par ailleurs prince et écrivain sicilien, mon cher Marco Valdo M.I., dit Lucien l'âne en relevant son échine, me paraît tout indiquée. C'est la phrase-clé par excellence. Le podestà est ressuscité en sindaco; ce sont toujours les gens du même bord qui restent aux commandes. En somme, il s'agit à nouveau d'un épisode de la Guerre de Cent Mille Ans (Milan ?) que les riches font aux pauvres pour assurer leur domination et garantir leurs richesses sans cesse croissantes.

Avant d'aller plus loin, mon cher Lucien l'âne mon ami, je reviens à cet écrivain sicilien et à l'acuité de sa vision des choses... Elle est proprement stupéfiante. L'ironie en effet est qu'elle s'applique aussi bien à ces gens du « Nord »... La Sicile de Tomaso (celle d'il y a un siècle et demi) serait-elle le prototype de la grande Padanie contemporaine ?

Enfin, tout est relatif..., dit Lucien l'âne en riant de tout son piano blanc, ourlé de lèvres roses. Ces Padaniens, ces Lombards, ils sont franchement au sud, pour nous; en quelque sorte, on est toujours au nord ou au sud de quelqu'un d'autre...

En effet, tout est relatif... Remarque, Lucien l'âne mon ami, que s'applique encore mieux à ces gens-là, la phrase suivante, toujours de Giuseppe Tomasi di Lampedusa : «Noi fummo i Gattopardi, i Leoni; quelli che ci sostituiranno saranno gli sciacalletti, le iene; e tutti quanti Gattopardi, sciacalli e pecore continueremo a crederci il sale della terra.», que je te traduis illico comme suit : « Nous fûmes les Guépards, les Lions; ceux-là qui nous remplacerons, seront des chacals, des hyènes; et tout comme des Guépards, chacals et brebis continueront à se prendre pour le sel de la terre ».

Décidément, les Canuts avaient raison... Tissons le linceul de ce vieux monde peu ragoûtant et cacochyme.

Ainsi parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

PAUVR' ITALIE

Et ils savent tout eux, ils font tout eux
Escrocs et canailles, vieux barbus et docteurs
Ils font le monde
Tandis qu'ils sont à table,
Ils deviennent aimables
Quand ils arrivent à rouler.
Toujours verts de colère,
Toujours prêts à vendre même de la merde,
Toujours prêts à faire la chose juste,
Mais derrière leur dos, le fouet est prêt.
Ils vont en Thaïlande coucher avec des gamines
Et ils frappent la leur quand elle fume une cigarette.

Et ils disent pauvr'Italie, pauvre'Italie.
Et ils disent pauvr'Italie, pauvre'Italie.
Et ils disent pauvr'Italie, pauvre'Italie, pauvr'Italie, pauvre'Italie
Avec la croix prête pour qui faute.

Prêts à tirer sur qui tente de faire quelque chose.
Au moindre problème,
Ils s'en débarrassent en vitesse.
Dès le lever du soleil, ils se chient dessus
C'est leur philosophie pour croire d'être en forme.

Et ils se scandalisent car il y a la guerre
Et ils foutent leurs enfants dans la merde.
Ils te regardent crever, la caméra à la main
Et puis se réfugient tous dans l'église.

Ils ont volé tout ce qui pouvait être volé
On les met en prison, ils se mettent à braire...

Si quelque chose va de travers,
Ils s'en prennent au gouvernement,
Si tout va mal;
Ils s'en prennent au Père Éternel.
Quand il fait chaud, ils veulent l'hiver,
S'il fait froid, ils veulent l'enfer.
Ils veulent le calme et font du chambard
Ils achètent tout
Et rien ne leur va jamais bien,
Ils disent que personne ne peut les commander
Et ils font tout ce que
L'on dit à la télévision.

Ils passent leur vie à pisser contre le vent
Car la chose qui importe est de n'être jamais contents.

Toujours au premier rang
Quand la bataille est finie.

inviata da Marco Valdo M.I. - 2/5/2010 - 18:43


I hann rubàa tütt quel che gh'era de rubà
i hann metüu in galera e i han tacàa a caragnà...
Va' pensiero a Claudio Scaloja, pioniere dell'aviazione del Ponente Ligure

Gian Piero Testa - 5/5/2010 - 12:24


Hanno rubato tutto quello che c'era da rubare
li han messi dentro e giù a caragnare...

scusate se mi permetto ma caragnare non è italiano, sarebbe più giusto tradurlo con piangere, frignare

DonQuijote82 - 10/8/2011 - 13:40


Toccato, Don Chisciotte: ma non idealizzare troppo le tue tenzoni linguistiche...
Mi sono fermato a mezza strada tra il lombardo e l'italiano, così, per far sentire un'eco localistica. Quella che ci giunge ogni giorno dal romanesco italianizzato della televisione.

Gian Piero Testa - 10/8/2011 - 15:57



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org