Lingua   

A totas partz vei mescl' ab avarésa

Pèire Cardenal
Pagina della canzone con tutte le versioni


OriginaleVersion française - DE TOUS CÔTÉS, MÊLÉE À L'AVARICE – Marco V...
A TOTAS PARTZ VEI MESCL' AB AVARÉSADE TOUS CÔTÉS, MÊLÉE À L'AVARICE
A totas partz vei mescl' ab avarésa
Gerra, per q'ieu vueilh far un serventés,
Qar ab gerra non s'eschai cobeésa,
E qar li croi Ric on malvestatz es
Son avar gerreian tot día
E negus ren no donaría
Pero cascuns volgra, con que-s pogés,
L'autrui conqerre, ab que ren no i mesés. ‎
De tous côtés je vois se mêler l’avarice
À la guerre, ce pourquoi je veux faire un « serventès »
Car on ne peut séparer guerre et convoitise.
Je vois partout l'avarice à la guerre mêlée,
Les Riches tout imprégnés de méchanceté
sont toujours des guerroyeurs avares
et pas un d'entre eux ne donnerait quelque chose.
Cependant, chacun voudrait – si possible –
Conquérir le bien d'autrui, sans rien dépenser. ‎
Cascus enten en aver gran richesa
L'uns de l'autre, tan enfruns segles es,
Mas en honor, en pretz ni en proesa
No fan forsa li croi Ric mal apres.
Mas cascus casar si volría
De l'autrui, mas ren no i metría.
E qan moron, perdon rendas e ces
E riqesas e tot zo q'an conqes. ‎
Chacun entend tirer grande richesse
De l'autre, tant ce siècle est insatiable,
Mais en honneur, en prix ni en prouesse,
Les Riches malappris ne se distinguent.
Chacun d'eux voudrait prendre le bien
D’autrui, mais sans rien y mettre.
Quand ils meurent, ils perdent rentes et cens
Et richesses et tout ce qu'ils ont conquis.
Dieus! qan mal es els crois Rics terra mesa,
Qe ill veston gen e manjon a despes,
E qan parentz qe-ill aion pren vilesa,
L'uns per l'autre no metrían poges
Mais mantenen qi-ls en cresía
Plag aunit o trega en penría.
Aital conseilh donan tot a pales
Li Ric malvatz q'istan en Gapenses. ‎
Dieu! comme la terre est injustement malmenée par les Riches,
Qui se vêtent bien et mangent à satiété,
Et quand un parent attrape un malheur,
L'un ne mettrait pas une thune pour l'autre,
Mais sur-le-champ à les en croire
Il devrait accepter une trêve ou un arrangement déshonorant.
Tel est le conseil que donnent ouvertement
Les Riches mauvais du Gapençais. ‎
Lo segles es tot camjatz en malesa,
Que-l Rics malvatz avars vel c'onratz es
E-l pros Paupres envelitz per pauresa;
E-l crois Voutitz ten poder totas ves,
E-l leal, larg ses maïstria,
Tenon per fol qar no-s desvía,
E per savis usuriers e borges
Cels qi volon cobrar qatre per tres. ‎
Le siècle est tout perverti,
Depuis que le Riche mauvais et avare est considéré,
Le Pauvre brave avili par la pauvreté.
Le Traître mauvais tient tout le pouvoir
Et le Loyal, à la générosité sans égale,
On le tient pour fou car il ne dévie pas,
Et pour sages usuriers et bourgeois
Ceux qui veulent recouvrer quatre pour trois. ‎
Si tortz fos dretz ni enjans lealesa,
Ni tolres dars ni largz peccatz merces,
Ni amta honors ni cobeitatz largesa,
Als crois Malvatz fora-l segles ben pres;
Qu'en els a tant de vilanía,
D'ergueilh, de mal, de felonía,
De totz mals aips qe, si mals fosa bes,
Part totz agran il croi Ric pretz conqes. ‎
Si ce qui est tord était droit et traître loyal,
Prendre donner et grave péché mérite,
Honte honneur et convoitise largesse,
Les pires mauvais tiendraient le siècle ;
Tant en eux il y a de vilenie,
D'orgueil, de mal, de félonie,
Enfin de tous maux, si le mal était le bien,
Les Riches seraient appréciés le plus de tous.‎
En Gapences am ginosía.
Fa hom dos seinhors en un día
E li ginos desfizan totas ves
Qant an fag mal apres dos jors o tres. ‎
En Gapençais avec perfidie
On fait deux seigneurs en un jour;
Les fourbes défont toutefois
Ce qu'ils ont mal fait après deux ou trois jours. ‎


Pagina della canzone con tutte le versioni

Pagina principale CCG


hosted by inventati.org