Lingua   

Un Conflit avec l’Étranger

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese



Ti può interessare anche...

La secrétaire
(Marco Valdo M.I.)
Le Paradis sur Terre
(Marco Valdo M.I.)
La Normalité
(Marco Valdo M.I.)


Un Conflit avec l’Étranger

Chanson française — Un Conflit avec l’Étranger — Marco Valdo M.I. — 2022

LA ZINOVIE
est le voyage d’exploration en Zinovie, entrepris par Marco Valdo M. I. et Lucien l’âne, à l’imitation de Carl von Linné en Laponie et de Charles Darwin autour de notre Terre et en parallèle à l’exploration du Disque Monde longuement menée par Terry Pratchett.
La Zinovie, selon Lucien l’âne, est ce territoire mental où se réfléchit d’une certaine manière le monde. La Zinovie renvoie à l’écrivain, logicien, peintre, dessinateur, caricaturiste et philosophe Alexandre Zinoviev et à son abondante littérature.

LA ZINOVIE

Épisode 1 : Actualisation nationale ; Épisode 2 : Cause toujours ! ; Épisode 3 : L’Erreur fondamentale ; Épisode 4 : Le Paradis sur Terre ; Épisode 5 : Les Héros de l’Histoire ; Épisode 6 : L’Endémie ; Épisode 7 : La Réalité ; Épisode 8 : La Carrière du Directeur ; Épisode 9 : Vivre en Zinovie ; Épisode 10 : Le But final ; Épisode 11 : Les nouveaux Hommes ; Épisode 12 : La Rédaction ; Épisode 13 : Glorieuse et grandiose Doussia ; Épisode 14 : Le Bataillon des Suicidés ; Épisode 15 : Les Gens ; Épisode 16 : Jours tranquilles au Pays ; Épisode 17 : La Région ; Épisode 18 : Mémoires d’un Rat militaire ; Épisode 19 : L’inaccessible Rêve ; Épisode 20 : La Gastronomie des Étoiles ; Épisode 21 : Le Progrès ; Épisode 22 : Faire ou ne pas faire ; Épisode 23 : Le Bonheur des Gens ; Épisode 24 : La Sagesse des Dirigeants ; Épisode 25 : Les Valeurs d’Antan ; Épisode 26 : L’Affaire K. ; Épisode 27 : L’Atmosphère ; Épisode 28 : La Nénie de Zinovie ; Épisode 29 : L’Exposition colossale ; Épisode 30 : La Chasse aux Pingouins ; Épisode 31 : Le Rêve et le Réel ; Épisode 32 : La Vérité de l'État ; Épisode 33 : La Briqueterie ; Épisode 34 : L’Armée des Chefs ; Épisode 35 : C’est pas gagné ; Épisode 36 : Les Trois’z’arts ; Épisode 37 : La Porte fermée ; Épisode 38 : Les Puces ; Épisode 39 : L’Ordinaire de la Guerre ; Épisode 40 : La Ville violée ; Épisode 41 : La Vie paysanne ; Épisode 42 : La Charrette ; Épisode 43 : Le Pantalon ; Épisode 44 : La Secrète et la Poésie ; Épisode 45 : L’Édification de l’Utopie ; Épisode 46 : L’Ambition cosmologique ; Épisode 47 : Le Manuscrit ; Épisode 48 : Le Baiser de Paix ; Épisode 49 : Guerre et Paix ; Épisode 50 : La Queue ; Épisode 51 : Les Nullités ; Épisode 52 : La Valse des Pronoms ; Épisode 53 : La Philosophie spéciale ; Épisode 53 : La Philosophie spéciale ; Épisode 54 : Le Pays du Bonheur ; Épisode 55 : Les Pigeons ; Épisode 56 : Les Temps dépassés ; Épisode 57 : La Faute à la Contingence ; Épisode 58 : Guerre et Sexe ; Épisode 59 : Une Rencontre en Zinovie ; Épisode 60 : La Grande Zinovie ; Épisode 61 : La Convocation ; Épisode 62 : Tatiana ; Épisode 63 : L’Immolation ; Épisode 64 : Que faire ? ; Épisode 65 : Ni chaud, ni froid ; Épisode 66 : Le Congé éternel ; Épisode 67 : À perdre la Raison ; Épisode 68 : Les Sauveurs de l’Humanité ; Épisode 69 : L’Eau qui dort ; Épisode 70 : Le Régime en Place ;


Épisode 71

Dialogue Maïeutique

L'HOMME-PRODUIT  Kasimir Malevitch - 1930
L'HOMME-PRODUIT Kasimir Malevitch - 1930


Un conflit, dit Lucien l’âne, avec l’étranger ? Qu’est-ce que c’est encore que cette litote ? Ne serait-ce pas tout simplement une façon pudique, menteuse, hypocrite, au masque diplomatique de désigner une guerre ?

C’est la litote de l’envahisseur, répond Marco Valdo M.I., et le conflit est toute forme de confrontation qui se réalise. Évidemment, on peut considérer qu’il y a des confrontations de tous genres. Dans le cas qui nous occupe, il s’agit d’une confrontation armée, d’un conflit qui se transforme en guerre — larvée, d’bord ; puis, ouverte, lorsqu’il n’est plus possible de dissimuler sa vraie nature. Ici, il s’agit vraiment d’une guerre, qui officiellement, n’effraye pas les dirigeants de la Zinovie.

« En Zinovie, un conflit avec l’étranger
N’effraye en rien les autorités ;
Même si l’étranger nous est supérieur,
Nous sommes les meilleurs. »


Il faut être inconscient ou carrément idiot, ou sadique, ou pervers, ou dément pour raisonner ainsi, dit Lucien l’âne, car, en définitive, une guerre est une guerre et des morts, des blessés, des traumatisés, des ruines, des destructions, des dégâts sont ce qu’ils sont. Ou alors, comme c’est le cas du Guide et des dirigeants, il faut être certain de ne pas y aller en personne, d’envoyer les autres au casse-pipe. Boris Vian avait bien compris cet aspect de la chose, qui proposait dans Le Déserteur :

« S’il faut donner son sang,
Allez donner le vôtre !
Vous êtes bon apôtre,
Monsieur le Président… »


Cependant, Lucien l’âne mon ami, les gens de Zinovie ne partagent pas tous le même fanatisme, la même foi dans les rodomontades du Guide et de ses guidons et peut discrètement, secrètement, avec toute leur prudence ancestrale et la plus profonde des convictions, ils ont :

« … un but essentiel,
Un objectif vraiment individuel :
Chacun veut survivre coûte que coûte. »


Bref, quand on distingue ainsi le cœur des gens, on s’aperçoit qu’il y à là un fond pacifique, qui se réjouirait même d’une déroute.
Oh, dit Lucien l’âne, je le croirais volontiers, quand il s’agit d’aller attaquer et d’envahir ou de massacrer ses voisins. Ce sont quand même là des pratiques agressives et barbares, une sorte de gaspillage, d’inutilité et de malhonnêteté. Il n’est pas facile pour les gens normaux d’accepter de mettre sa vie en jeu pour des raisons aussi vaines, aussi futiles, aussi fausses et aussi, indignes. À l’inverse, je dois dire que ceux qu’on attaque, qu’on massacre, qu’on bombarde, qu’on torture, qu’on envahit, qu’on occupe ne peuvent accepter de se laisser faire, ni de laisser faire sans réagir, sans résister. Pour ceux-là, c’est le temps de l’« Ora e sempre : Resistenza ! » — « Maintenant et toujours, Résistance ! » (« Lo avrai camerata Kesselring » — Piero Calamandrei).

Exactement, dit Marco Valdo M.I., et il fallait faire ce lien avec l’Histoire. Maintenant, comme on peut tout à fait l’imaginer et penser que certains Zinoviens en viennent à vouloir liquider le Guide et pourquoi pas, toute son armada, la deuxième voix évoque cette hypothèse, la soupèse et comme on peut le sentir, elle souhaite un tel aboutissement, tout en disant que, selon elle, la chose est impossible, tant le Guide et les dirigeants ont peur, se méfient et s’entourent de mystère et de mesures de sécurité, y compris à l’égard de leurs proches et de leurs partisans.

En fait, dit Lucien l’âne, ils vivent dans une paranoïa aiguë toute leur vie ; mais à leur place, j’en ferais au moins autant, mais heureusement, je ne suis pas un dirigeant et moins encore, un Guide. Et puis ?

Et puis, répond Marco Valdo M.I., une autre voix encore poursuit la réflexion en développant l’ambition du Guide qui est que la Zinovie doit conquérir le monde entier, mais aussi que cela ne suffirait pas, car il faut également mettre tous les gens de la planète au niveau auquel le Guide veut maintenir la population de Zinovie ; concrètement, pour les populations de pays étrangers, il faudra — pour certains — jeter à bas leur niveau de vie et pour tous, leur culture. Pour le Guide et ses comparses, il s’agit d’égaliser tous les autres sous sa domination.

« Il faut tirer les autres vers le bas.
Attila, Gengis et Ivan le faisaient déjà,
Nous imposerons nos lois,
Notre domination spéciale et notre droit. »


Charmant programme, dit Lucien l’âne. Même si j’ai déjà connu de pareils délires dans le cours de ma longue existence, je ne peux imaginer sereinement une telle catastrophe. Passons ; qu’y a-t-il d’autre dans cette chanson ?

Une dernière voix, Lucien l’âne mon ami, aux accents philosophiques expose la façon dont en Zinovie, on façonne l’humain depuis sa naissance et dans quelle position on le maintient jusqu’à sa mort :

« On lui apprend depuis sa naissance
On continue pendant son enfance,
Et ainsi de suite, jusqu’à sa fin,
À obéir, à applaudir, à être matinal,
À être un être social total. »


Quelle horreur, dit Lucien l’âne, nous avons de la chance de ne pas vivre là-bas. Certainement, on pourrait fuir, mais pour combien de temps ? Et puis, de toute façon, il serait impossible à toute la population de s’échapper. Vite, tissons le linceul de ce vieux monde bancal, bancroche, banal, meurtri et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
En Zinovie, un conflit avec l’étranger
N’effraye en rien les autorités ;
Même si l’étranger nous est supérieur,
Nous sommes les meilleurs.
Car nous avons la rage de vaincre
Et un Guide qu’il faut craindre.
Que cache l’avenir dans son miroir ?
Pour le long terme, on attend de voir,
À court terme, on a un but essentiel,
Un objectif vraiment individuel :
Chacun veut survivre coûte que coûte,
On n’a pas peur d’une déroute.

Comment ça, un attentat ? Un attentat !
C’est dangereux d’en parler, n’y pensez pas,
Un attentat contre le Guide, est-ce possible ?
La mort subite de hauts dirigeants,
En Zinovie, est d’un usage courant.
Assassiner le Guide, c’est impossible !
Ça arrive bien dans d’autres pays ;
Oui, mais pas en Zinovie, pas ici.
Pourtant, avant, ça c’est déjà vu.
Avec celui-ci, n’y songez plus !
Le Guide l’interdit, il est très prudent.
Il se protège de tout, il est méfiant.

Pour faire de la Zinovie et de son État
Le pays le plus puissant de la planète,
L’occupation, la terreur et la conquête,
Ce n’est pas suffisant, ça ne marche pas.
Pour instaurer un monde conforme,
Les armées, la colonisation, l’uniforme
Ne sont jamais qu’un premier pas.
Pour mettre le monde à notre niveau,
Ce n’est pas un procédé nouveau,
Il faut tirer les autres vers le bas.
Attila, Gengis et Ivan le faisaient déjà,
Nous imposerons nos lois,
Notre domination spéciale et notre droit.

À l’étranger, à raison, un philosophe a dit :
L’homme naît bon naturellement
La société humaine où il vit le pervertit.
Un autre a soutenu l’inverse évidemment.
En Zinovie, l’homme se bâtit, on le construit
En Zinovie, l’homme est un produit.
En Zinovie, on agit pour son bien ;
On lui apprend depuis sa naissance
On continue pendant son enfance,
Et ainsi de suite, jusqu’à sa fin,
À obéir, à applaudir, à être matinal,
À être un être social total.

inviata da Marco Valdo M.I. - 28/9/2022 - 17:51



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org