Lingua   

Martino Vaona: Una vita da bradipo

GLI EXTRA DELLE CCG / AWS EXTRAS / LES EXTRAS DES CCG
Lingua: Italiano

Lista delle versioni e commenti



[2013]
Testo di Paolo Buconi
Musica di Paolo Buconi e Davide Fasulo
Canzone presentata alla 56ma edizione dello Zecchino d'Oro
Canta Martino Vaona, da Caprino Veronese, che allora aveva 7 anni

Martino Vaona


Dedico questa canzone in particolare a Riccardo, ma a tutte le persone variamente coinvolte nelle CCG/AWS, un sito dove le pagine posso attendere anche più di un decennio ma, prima o dopo, arrivano a completamento...

Bradipo


A dire il vero la morale di questa canzoncina no è poi tanto diversa da quella di Lavorare con lentezza di Enzo Del Re, per cui forse potrebbe anche essere accolta come CCG DOCG...

"Non c'è fretta, con calma si risolve tutto: è questo il messaggio per condurre una vita da bradipo! Sarebbe bello vivere in tranquillità, senza affannarsi. Una vita con ritmi lenti è proprio quello che ci vuole! E allora rallentiamo, non corriamo come il leone, il ghepardo e gazzella dell'Africa: abbandoniamo tutti gli affanni e lentamente seguiamo il battito del cuore."
Che fatica stare al mondo, questo mondo è fatto a scale
C'è chi scende, c'è chi sale, tutti vogliono arrivare.
Corre in Africa il leone, il ghepardo, la gazzella
Forse è meglio rallentare altrimenti poi si crolla.

Che bella,
Una vita da bradipo
Con calma,
Ritardare in anticipo
Il mondo
Cambierebbe in un attimo
In fondo
Ma ditemi che fretta c'è ?
Che bella!
Una vita da bradipo!
Sciubidubidù
Sciubidubidù
Diteci che fretta c'è ?!

Ne conosco io di tigri, di feroci coccodrilli, Grrrrrrr
Animali intelligenti tutti quanti sotto stress! Uh... uh... uh...
Ma se vuoi campar cent'anni devi metterti alla prova
Lascia perdere gli affanni, hai presente la moviola?

Sciubidubidù sciubidubidù
Sciubidubidù bidubidù bidubidù
Sciubidubidù sciubidubidù
Sciubidubidù bidubidù bidubidù

Che bella,
Una vita da bradipo
Con calma,
Non abbiamo mai fretta noi
Che gusto,
Ritardare in anticipo
Il giusto! Ma ditemi che male c'è?

Ci muoviamo al rallentatore
Seguendo il battito del cuore
Viviamo tutto tranquillamente
Lentissimevolissimevolmente...

Sciubidubidù sciubidubidù sciubidubidù bidubidù bidubidù
Sciubidubidù sciubidubidù sciubidubidù bidubidù bidubidù

Che bello, Sciubidubidù sciubidubidù
Una vita da bradipo Sciubidubidù sciubidubidù
Che bello, Sciubidubidù sciubidubidù
Ritardare in anticipo Sciubidubidù sciubidubidù
Il mondo Mondo
Cambierebbe in un attimo Moltissimo
In fondo
Ditemi che fretta Diteci che fretta
Ditevi che fretta
C'è ?!?!

inviata da Bernart Bartleby - 24/1/2020 - 13:40



Lingua: Francese

Version française – UNE VIE DE BRADYPE – Marco Valdo M.I. – 2020
Chanson italienne – Una vita da bradipo – Paolo Buconi – 2013
Paroles : Paolo Buconi
Musique : Paolo Buconi e Davide Fasulo
Interprétation : Martino Vaona – de Caprino Veronese, qui avait à ce moment 7 ans.

À vrai dire, la morale de cette petite chanson n’est pas très différente de celle de Lavorare con lentezza d’Enzo Del Re… : « Il n’y a pas d’urgence, avec du calme tout s’arrange : c’est le message pour mener une vie de bradype ! Il serait agréable de vivre dans la tranquillité, sans haleter. Un rythme de vie lent, c’est ce précisément qu’il faut ! Alors, ralentissons, ne courons pas comme le lion, le guépard et la gazelle d’Afrique : laissons tous nos soucis et suivons lentement le battement du cœur. »

Dialogue Maïeutique


OBLOMOV  L'immortel héros
OBLOMOV L'immortel héros


Lucien l’âne mon ami, viens ici, il faut que je te dise quelque chose à propos de cette chanson. Sache, ah, d’abord que je l’avais sélectionnée grâce à ou à cause de son étrange titre : « Una vita da bradipo » – « Une vie de bradype ». Mais qu’est-ce qu’un bradype ?

Oh, dit Lucien l’âne en souriant de toutes ses dents, un bradype, c’est bien simple, c’est un aï, un paresseux, un unau, un bradypode, littéralement : un animal qui marche lentement. Et même, plus lentement que nous les ânes, c’est tout dire.

Exact, reprend Marco Valdo M.I., et qui plus est, ce bradype est la démonstration vivante de ce proverbe italien : « Chi va piano, va lontano », car le bradype, paresseux, aï, unau meurt généralement de vieillesse. En somme, comme l’avait souhaité dans sa chanson Le Testament, alias Tonton Georges :

« S’il faut aller au cimetière,
Je prendrai le chemin le plus long,
Je ferai la tombe buissonnière,
Je quitterai la vie à reculons.
Tant pis si les croque-morts me grondent,
Tant pis s’ils me croient fou à lier,
Je veux partir pour l’autre monde
Par le chemin des écoliers. »

Donc, enchaîne Lucien l’âne, tu avais choisi cette chanson eu égard à l’étrangeté de son titre, mais encore ?

Eh bien, répond Marco Valdo M.I., un moment, au début, j’ai eu peur de me fourvoyer quand j’ai vu – comme on peut se tromper, comme on peut se laisser abuser par des stéréotypes – que c’était une chanson présentée à un festival de la chanson enfantine. J’ai un moment hésité avant de me mettre à composer cette version française. Est-ce que – comme le titre italien l’annonçait – ça en valait la peine ? Cependant, et la chose se vérifie ainsi, c’est en faisant ma version française que je me suis rendu compte de mon erreur, que j’ai pu porter une appréciation fondée.

Comme quoi, dit Lucien l’âne, il faut toujours suivre sa première impulsion, sa première impression, sa première intention afin de vérifier sa pertinence ; sinon, comment savoir ? Bref, tu as fait une version française, mais encore ?

Chemin faisant, Lucien l’âne mon ami, je me suis aperçu qu’une autre dimension de cette chanson me venait à l’esprit par l’oreille avec ce « Sciubidubidù » italien, qui me renvoyait à la célèbre scie française « Scoubidou », l’impérissable œuvre du bellâtre Sacha Distel, un navet de poids, mais qui – et c’est là intéressant – est elle-même tirée d’une chanson où est né le « shoo-bee-doo-be-doo » ou « Scooby-dooby-scoo-doo), à savoir « Apples, Peaches and Cherries » (1953) d’Abel Meerepol, alias Lewis Allan, auteur de « Strange Fruit » (1930), un homme qui, soit dit en passant, adopta les enfants des Rosenberg, assassinés sur la chaise électrique en 1953. Jean Ferrat en fit Si nous mourons (Lettre d'Ethel Rosenberg à ses enfants)‎.

Fort bien, dit Lucien l’âne, mais je ne sais toujours pas ce que raconte la chanson, ni pourquoi tu as l’air si satisfait d’en avoir fait une version française. Si tu voulais éclairer ma lanterne…

Soit, répond Marco Valdo M.I., voici. J’insiste sur le fait que ma réflexion est tout entière fondée sur ma version française, autrement sur la manière dont j’ai interprété la chanson originelle ; je le dis, car j’ai conscience d’avoir un peu dérivé. Le résultat est une chanson un brin décalée, un soupçon dada et fortement ironique. Elle tient de la fable animalière, pimentée de scoubidou. C’est l’histoire d’un bradype un peu soucieux de son avenir – on le comprend il est censé vivre cent ans – essaye de calmer la précipitation humaine et son goût immodéré pour le travail et la production ; cet aï songe aux conséquences que tout ça peut avoir sur le monde. Cette attaque frontale contre le travail rejoint celle d’autres chansons telles que : Travailler, c'est trop dur (Zachary Richard), Je peux pas travailler (Boris Vian) et Le travail, c'est la santé (Henri Salvador). Et je ne peux m’empêcher d’évoquer ce bon vieil Oblomov, une des figures majeures de cet art de vivre.

Ah, Marco Valdo M.I. mon ami, comme tu fais bien d’appeler ici la mémoire du grand fainéant d’Oblomov, sans doute le plus formidable héros de la Russie et puis, cette longue dissertation, tout ça inrigue et donne à cette soi-disant « canzoncina » – « chansonnette », une dimension inattendue : c’est une canzone, une chanson à part entière. C’est pourquoi tu as bien fait de « rendre à César ce qui est à César » et à Paolo Buconi, sa chanson. Même si elle nous est parvenue par un chemin tordu. Cet itinéraire est anecdotique, ce qui compte, c’est la chanson et son auteur ; pareil évidemment pour la version française. Alors maintenant, tissons le linceul de ce vieux monde pressé, mal fagoté, infantile, infantilisant et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
UNE VIE DE BRADYPE

Quelle fatigue d’être au monde, ce monde en escaliers
Qui descendent, qui montent, où tous veulent arriver.
Le lion, le guépard, la gazelle courent comme des dératés.
Il vaut mieux ralentir, sinon on va s’effondrer.

Qu’elle est belle,
La vie de bradype !
Avec calme,
On vit lentement.
Le monde en nous imitant
Changerait en un instant.
Mais finalement,
Dites-moi : qu’y a-t-il de si urgent ?
Qu’elle est belle
La vie de bradype,
Scoubidou, ha !
Scoubidou, ha !
Dites-nous, quelle urgence, déjà,
Il y a ?

Je connais les tigres, les crocodiles féroces, Greuh !
Des animaux intelligents, tous stressés ! Euh... euh... euh... euh...
Mais pour vivre jusqu’à cent ans, il faut le vouloir.
Laissez tomber les soucis et vivement le soir !

Qu’on se couche ! Scoubidou, ha !
Qu’on se couche ! Scoubidou, ha !
Qu’on se couche ! Scoubidou, ha !
Qu’on se couche ! Scoubidou, bidou, ha !

Qu’elle est belle,
La vie de bradype !
Avec calme,
Jamais on ne se presse.
Quelle délicatesse,
On freine à l’avance,
Mais dites-moi : quelle urgence ?

On bouge en douceur
En suivant les battements du cœur ;
On vit tout tranquillement,
Lentement, doucement, mais sûrement.

Scoubidou, ha ! Scoubidou, ha !
Scoubidou, ha ! Scoubidou, ha !
Scoubidou, ha ! Scoubidou, ha !
Scoubidou, ha ! Scoubidou, bidou, ha !

Qu’elle est belle, Scoubidou, ha ! Scoubidou, ha !
La vie de bradype, Scoubidou, ha !
Qu’elle est belle, Scoubidou, ha ! Scoubidou, ha !
On freine tout le temps, Scoubidou, ha ! Scoubidou, ha !
Le monde en nous imitant
Changerait en un instant.
Mais finalement,
Dites-moi qu’y a-t-il de si pressé ?
Pourquoi vous êtes si pressés ?
Pourquoi vous êtes si pressés ?
Car elle est belle
La vie de bradype,
Après tout, dites-moi pourquoi vous êtes si pressés,
Dites-nous pourquoi vous êtes si pressés.

Dites-vous : « Quelle urgence déjà,
Il y a ?!? »
Scoubidou, ha !
« Quelle urgence déjà, il y a ?!? »
Scoubidou, bidou, ha !

inviata da Marco Valdo M.I. - 26/1/2020 - 11:33


E naturalmente mi sono accorto della dedica con un ritardo mostruoso...però mi è ancora più gradita, in quanto bradipo per elezione e per vocazione. Potrò mai ricambiare, magari, che so io, fra una quindicina d'anni....? Un abbraccio bradipante a te, BB!

Riccardo Venturi - 25/1/2020 - 22:22


La tartaruga da allora in poi lascia che a correre pensiamo solo noi... perché quel giorno poco più in là andando piano lei trovò la felicita...

Lorenzo - 26/1/2020 - 00:36



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org