Lingua   

Maledetto sia Copernico

Michele Mari
Lingua: Italiano

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

La ballata di Aldro
(Michele Mari)
Era il tempo...
(Michele Mari)
La guerre de '14-'18
(Georges Brassens)


Un tempo avevano punti fissi
tutto ci girava attorno
Lo spazio non aveva abissi
Immobile, al centro, il nostro mondo
Il punto fermo eravamo noi
Tutto il resto di conseguenza
Il principio e i padroni sempre noi
Ma poi, dannata conoscenza!

Maledetto sia Copernico
Maledetto sia Copernico!

Sapevamo dov’era il paradiso
E lo spazio era solo una risposta
Eravamo saldi in un punto preciso
E non su questa specie di giostra
Il regno di Dio fra le stelle fisse
Non ci aspettavamo che finisse
Non sappiamo mai nemmeno dove siamo
Da quando abbiam scoperto che giriamo

Maledetto sia Copernico
Maledetto sia Copernico!

Un tempo avevamo una terra immensa
Da lottare per conquistare
Un universo cui mostrare potenza
E giganti da massacrare
Guardaci ora ridotti a formiche
Sotto mille bandiere tutte nemiche
A uccidersi per un’aia da spartire
Giusto mezz’ora prima di morire

Maledetto sia Copernico
Maledetto sia Copernico!

Ora che siamo minuscoli e mobili
A cosa valgono le nostre pretese
I nostri amori e i sentimenti nobili
La nostra rabbia e le nostre contese?
Non so più perché continuiamo
Visto il pulviscolo che siamo
Non so già se sia distrazione
Orgoglio o disperazione.

Maledetto sia Copernico
Maledetto sia Copernico!

inviata da Mincio Attila Eugenio - 1/4/2007 - 13:30



Lingua: Francese

Version française – MAUDIT SOIT COPERNIC – Marco Valdo M.I. – 2016
Chanson italienne – Maledetto sia Copernico – Michele Mari – 2007


Dialogue maïeutique



 Nicolas Copernic face au ciel
Nicolas Copernic face au ciel



Tiens, dit Lucien l’âne en riant, voilà Copernic qui revient. Si je me rappelle bien, c’était lui qui fermait le bal de ta dernière version française.

Eh oui !, Lucien l’âne mon ami. C’était bien lui et sa révolution copernicienne qui concluait L’INQUISITION Inquisizione. Mais cette fois, au lieu d’éloges, il reçoit une volée de bois vert, il est maudit.

« Maudit soit Copernic,
Maudit soit Copernic ! »

On ne peut être plus clair, dit Lucien l’âne en riant aux éclats. Pauvre Copernic !

Halte !, Lucien l’âne mon ami. C’est de l’humour, c’est pour rire. En fait, de toute façon, Copernic s’en fout, vu qu’il est mort il y a près d’un demi-millénaire. C’est l’humour d’un de nos contemporains qui dit regretter la grandeur passée de l’humanité, quand l’homme se croyait encore cet être merveilleux créé par un Dieu qu’il avait inventé tout exprès pour ça. Alors, comme c’est bien cette fameuse révolution copernicienne, cette remise à plat de la platitude de la Terre et de sa centralité dans l’Univers, qui a fait chuter et l’homme et son Dieu de leur piédestal, l’auteur de la chanson maudit Copernic. Ce « Lost Paradise » est le résultat le plus désolant, aux yeux de notre auteur, de cette découverte copernicienne. Mais cette déception est baignée d’acide comique…

Il ne me reste qu’à conclure, à proposer de reprendre illico notre tâche et à nous remettre à tisser le linceul de ce vieux monde déboussolé, déchu, triste et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

MAUDIT SOIT COPERNIC

Un temps, il y avait des points fixes
Tout tournait autour de nous
L’espace n’avait pas d’abysses
Immobile, au centre, notre monde à nous.
Nous étions le principe,
Tout le reste conséquence.
Nous étions le prince et les maîtres,
Mais ensuite, damnée connaissance !

Maudit soit Copernic,
Maudit soit Copernic !

Nous savions où se trouvait le paradis
Et l’espace était seulement une réplique.
Nous nous tenions fermes en un point précis
Et pas sur cette espèce de manège.
Nous ne nous attendions pas à ce que finît
Le règne de Dieu parmi les étoiles fixes.
Nous ne savons jamais où nous sommes
Depuis que avons découvert notre sarabande.

Maudit soit Copernic,
Maudit soit Copernic !

Un temps, nous avions une immense
Terre à conquérir,
Un univers où montrer notre puissance
Et des géants à estourbir.
Maintenant, nous sommes réduits à des fourmis,
Sous mille drapeaux tous ennemis,
À nous tuer pour une aire à répartir,
Une demi-heure avant de mourir.

Maudit soit Copernic,
Maudit soit Copernic !

Maintenant que nous sommes minuscules et mobiles,
À quoi riment nos prétentions,
Nos amours et nos sentiments nobles,
Notre rage et nos contestations ?
Au vu de la poussière que nous sommes,
Je ne sais pourquoi nous continuons.
Je ne sais même pas si c’est bêtise,
Orgueil ou désespérance.

Maudit soit Copernic,
Maudit soit Copernic !

inviata da Marco Valdo M.I. - 4/3/2016 - 22:03



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org