Lingua   

Erster Bericht über den Unbekannten Soldaten unter dem Triumphbogen

Bertolt Brecht
Lingua: Tedesco

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

La veuve du soldat inconnu
(Allain Leprest)
Legende vom toten Soldaten
(Bertolt Brecht)
Zweiter Bericht über den Unbekannten Soldaten unter dem Triumphbogen
(Bertolt Brecht)


[192?]
Versi di Bertolt Brecht, nella raccolta “Lieder Gedichte Chöre, 1918-1933”, pubblicata nel 1934
Musica di Kurt Weill, quarto movimento della cantata per tenore, baritono, coro di tre voci maschili e orchestra intitolata “Das Berliner Requiem”, da lui composta nel 1928.
Das Berliner requiem

Una poesia, trasformata da Weill in canzone, che fa il paio con la Legende vom toten Soldaten del 1918 e la supera nella già inarrivabile feroce e grottesca ironia. Là il soldato morto veniva “resuscitato” a guerra quasi finita per farlo partecipare alla grancassa della propaganda e morire eroicamente una seconda volta; qui invece un soldato qualunque, un poveraccio, viene scelto ed ucciso dagli altri – di tutte le nazionalità, si badi bene – il suo corpo viene orrendamente massacrato in modo da renderlo irriconoscibile e farne così il “milite ignoto”, per poi seppellirlo con tutti gli onori sono una pesante pietra tombale e addirittura sotto un arco di trionfo, in modo che, con tutto quel peso, il soldato assassinato non possa mai risorgere per avere giustizia, per raccontare quel che è stata la guerra, quello che è stato il suo assassinio, il suo inutile sacrificio in nome di Dio e della boria dei potenti...

Wir kamen von den Gebirgen und vom Weltmeer,
Um ihn zu erschlagen.
Wir fingen ihn mit Stricken, langend
Von Moskau bis zur Stadt Marseille
Und stellten auf Kanonen, ihn erreichend
An jedem Punkt, wo er hinfliehen konnte,
Wenn er uns sah.

Wir versammelten uns vier Jahre lang,
Legten nieder unsere Arbeit und standen
In den zerfallenen Städten, uns zurufend in vielen Sprachen
Von den Gebirgen bis zum Weltmeer,
Wo er sei.
So erschlugen wir ihn im vierten Jahr.

Dabei waren,
Die er war geboren zu sehn
Um sich stehend zur Zeit seines Todes:
Wir alle.
Und dabei war eine Frau, die ihn geboren hatte
Und die geschwiegen hatte, als wir ihn holten.
Der Schoß sei ihr ausgerissen,
Amen!

Als sie ihn aber erschlagen hatten,
Richteten wir ihn zu, dass er sein Gesicht verlor
Durch die Spuren unsrer Fäuste.
So machten wir ihn unkenntlich,
Dass er keines Menschen Sohn mehr sei.

Und gruben ihn aus unter dem Erz,
Trugen ihn heim in unsere Stadt und
Begruben ihn unter dem Stein, und zwar unter einem Bogen, genannt
Bogen des Triumphs,
Welcher wog tausend Zentner, dass
Der Unbekannte Soldat
Keinesfalls aufstünde am Tag des Gerichts
Und unkenntlich
Wandelte vor Gott,
Dennoch wieder im Licht
Und bezeichnete uns Kenntliche
Zur Gerechtigkeit.

inviata da Bernart Bartleby - 7/2/2017 - 22:37




Lingua: Italiano

Traduzione italiana / Übersetzung ins Italienisch / Italian translation / Traduction italienne / Italiankielinen käännös:
Riccardo Venturi,12-06-2019 18:06
PRIMO RAPPORTO SUL MILITE IGNOTO SOTTO L'ARCO DI TRIONFO

Siamo venuti dalle montagne e dagli oceani
Per ammazzarlo.
Lo abbiamo messo al capestro, afferrandolo
Da Mosca fino a Marsiglia
Puntandogli cannoni addosso, da tenerlo a portata
In ogni punto dove potesse fuggire
Se ci avesse visti.

Ci siamo riuniti per quattro anni,
Stabilivamo il lavoro da fare e stavamo
Nelle città in rovina, gridandoci in molte lingue
Dalle montagne fino agli oceani,
Dove potesse essere.
Alla fine, il quarto anno, lo abbiamo ammazzato.

C'erano
Quelli che era nato per vedere
Stargli intorno al momento della sua morte:
Tutti quanti noi.
E c'era una donna, che lo aveva partorito
E che era stata zitta, mentre lo prendevamo.
Le sia strappata la matrice,
Amen!

Ma quando lo avevamo ammazzato,
Lo avevamo conciato in modo che la sua faccia
Andasse persa a forza di cazzotti.
E cosí lo abbiam reso irriconoscibile
Cosí che non fosse più figlio di nessuno.

Lo abbiamo dissepolto da sotto i minerali,
Lo abbiamo portato nella nostra città, e
Sepolto sotto la pietra, proprio sotto un arco chiamato
Arco di Trionfo,
Pesante migliaia di tonnellate, cosí che
Il Milite Ignoto
Non possa in nessun modo risorgere il giorno del Giudizio,
E vaghi al cospetto di Dio
Irriconoscibile,
Eppure ancora in luce
Chiamando noi altri, riconoscibili,
A renderne giustizia.

12/6/2019 - 18:06




Lingua: Inglese

Traduzione inglese di L. Steve Schmersal trovata sul blog something to be desired
FIRST REPORT ON THE UNKNOWN SOLDIER UNDER THE TRIUMPHAL ARCH

We came
from the mountains
and the oceans,
To strike him dead.
We caught him with ropes, strung
From Moscow to the city of Marseille
And aimed cannon, so as to reach him
At any point
to where he should flee,
When he saw us.

We gathered for four years,
Laid down our work
and were
In the ruined cities,
calling to each other in many languages,
From the mountains to the oceans,
Where he was.
So we killed him in the fourth year.

It was to be
That he was born to see
Standing before him at the time of his death:
All of us.
And there was the woman who bore him
And who was silent when we got him.
Let her cunt be ripped out.
Amen!

And when we had slain him,
We turned on him so that he lost his face
Through the traces
of our fists.
So we made him unrecognizable,
That he was no man's son, anymore.

And dug him out
from under the steel,
Carried him home
to our city and
Buried him under the stone,
and indeed under an arch,
called the
Arch of Triumph,
Which weighed a thousand talents, so that
The unknown soldier
Under no circumstances
should rise on Judgment Day
and, unrecognizable,
Walk before God,
Yet again in the light
And call us the knowable
To justice.

inviata da Bernart Bartleby - 7/2/2017 - 22:37




Lingua: Finlandese

Traduzione finlandese / Finnish translation / Traduction finnoise / Finnische Übersetzung / Suomennos: Brita Polttila
RUNO TUNTEMATTOMASTA SOTILAASTA RIEMUKAAREN ALLA

Me tulimme vuoristoista ja valtameriltä
tappaaksemme hänet.
Me pyydystimme häntä Moskovasta Marseilleen
ulottuvin köysin.
Me sijoitimme tykit asemiin, joista osuisimme häneen
pakeni hän minne tahansa
nähdessään meidät.

Me kokoonnuimme neljän vuoden aikana.
Me jätimme työmme ja seisoimme
raunioituvissa kaupungeissa kysellen toisiltamme
monilla kielillä vuoristoista valtamerelle saakka
missä hän on.
Neljäntenä vuonna me tapoimme hänet.

Läsnä olivat:
ne, jotka hänen oli määrä nähdä
seisomassa ympärillään kuolinhetkellään:
me kaikki.
Ja läsnä oli nainen, joka oli synnyttänyt hänet
ja joka vaikeni, kun haimme hänet.
Kuihtukoon hänen kohtunsa!
Amen!

Kun me olimme tappaneet hänet
ruhjoimme hänet nyrkein niin
että hän menetti kasvonsa.
Niin me teimme hänet tuntemattomaksi
ettei hän olisi yhdenkään ihmisen poika.

Ja me kaivoimme hänet esiin raudan alta
kannoimme hänet kaupunkiimme ja
hautasimme kiven alle, peräti holvin alle
jota sanotaan Riemukaareksi.
Se painaa 1000 sentneriä, jottei
Tuntematon sotilas
mistään hinnasta nousisi kuolleista Tuomiopäivänä
ja kaikesta huolimatta päästyään jälleen valoon
astuisi Jumalan eteen
ja tuntemattomana
vaatisi meitä tunnettuja
tuomiolle.

inviata da Juha Rämö - 12/6/2019 - 16:01




Lingua: Francese

Version française – PREMIER RAPPORT SUR LE SOLDAT INCONNU SOUS L’ARC DE TRIOMPHE – Marco Valdo M.I. – 2021
Chanson allemande – Erster Bericht über den Unbekannten Soldaten unter dem Triumphbogen – Bertolt Brecht – ça.1920

Texte de Bertolt Brecht, dans le recueil « Lieder Gedichte Chöre, 1918-1933 », publié en 1934.
Musique de Kurt Weill, quatrième mouvement de la cantate pour ténor, baryton, chœur de trois voix d’hommes et orchestre intitulée « Das Berliner Requiem », qu’il a composée en 1928.

Un poème, transformé par Kurt Weill en chanson, qui fait la paire avec la Legende vom toten Soldaten de 1918 et la surpasse dans son ironie féroce et grotesque déjà inégalée. Là, le soldat mort était “ressuscité” une fois la guerre presque terminée, afin qu’il puisse se joindre aux tambours de la propagande et mourir héroïquement une seconde fois ; ici, en revanche, un simple soldat, un pauvre homme, est choisi et tué par d’autres – de toutes les nationalités, d’ailleurs – son corps est horriblement dépecé pour le rendre méconnaissable et ainsi devenir le « soldat inconnu », puis il est enterré avec tous les honneurs sur une lourde pierre tombale et même sous un arc de triomphe, pour que, avec tout ce poids, le soldat assassiné ne puisse jamais se relever pour obtenir justice, pour dire ce qu’était la guerre, ce que fut son meurtre, son sacrifice inutile au nom de Dieu et à la gloire des puissants…

Dialogue Maïeutique

SOLDATS INCONNUS  <br />
Otto Dix – 1934
SOLDATS INCONNUS
Otto Dix – 1934


Bien sûr, dit Marco Valdo M.I., comme tout le monde, tu connais le soldat inconnu.

Oh, répond Lucien l’âne, tu galéjes. Comment veux-tu que je le connaisse vu que comme son nom l’indique, il est inconnu. Et puis, raisonnons un peu : n’y en a-t-il eu qu’un seul ? Ou un seul par pays ?

Dès lors, reprend Marco Valdo M.I., à supposer cette dernière hypothèse d’un soldat inconnu par nation, si par la suite, les pays se sont divisés en plusieurs nouvelles entités patriotiques, se sont-ils partagé le soldat inconnu ? A-t-on divisé et réparti les restes de cet inconnu national ? Ce serait légitime, il me semble, car autrement, un des nouveaux pays (ou plusieurs) n’aurait plus de soldat inconnu à célébrer ou devrait aller le célébrer dans un autre pays – impensable, surtout si la séparation a séparé des populations de langues ou de cultures différentes.

Quand même, souviens-toi, Marco Valdo M.I. mon ami, Il est bien aussi en ces temps où on ne saurait ignorer la moitié de l’humaine nation de se remémorer Allain Leprest et sa chanson évoquant le destin de La veuve du soldat inconnu – une personne bien leste et qui a laissé une kyrielle de bébés inconnus nés de ses amours avec des soldats inconnus. Ces ex-bébés sont sans doute ces inconnus qu’on croise parfois dans les rues ou leurs descendants.

C’est un problème considérable, Lucien l’âne mon ami. D’abord, ton raisonnement manque de cohérence. Ainsi, il convient de poser comme fait de base de la réalité qu’il existe des tas de soldats inconnus et pas seulement de malheureux solitaires gisant sous des arcs de triomphe, mais des myriades reposant dans les bois, dans les champs, dans les montagnes, dans les vallées, aux fonds des lacs, des rivières, des mers, des océans ; ils sont des millions depuis le temps qu’on les accumule et corollairement, il doit y avoir également tant et tant de veuves et conséquemment, tant et tant d’enfants inconnus qu’on croise dans les rues sans même savoir qu’ils sont inconnus.

Oh, s’exclame Lucien l’âne, je l’imagine très bien. Mais qu’en est-il de cette chanson ?

Eh bien, Lucien l’âne mon ami, pour le savoir, il te suffit de la parcourir et pour en savoir plus, de réfléchir. Par exemple à ceci qu’elle envisage un soldat inconnu (un seul !) pour l’ensemble des pays engagés dans la guerre – ici, La guerre de '14-'18.

Bien, dit Lucien l’âne, mais en faudra-t-il un par guerre ?

N’embrouille pas l’affaire, dit Marco Valdo M.I., c’est déjà assez alambiqué comme ça. Donc, je disais un par pays, mais même ainsi, c’est flou. Il y a des régiments entiers de soldats venus des colonies et imagine que ce soldat inconnu soit un de ceux-là.

Certes, dit Lucien l’âne, le nationalisme local en prendrait un fameux coup et puis, maintenant, il faudrait les rapatrier et alors, on n’aurait plus de soldat inconnu. Quel bazar, ça ferait !

Oui, rétorque Marco Valdo M.I., et on n’a pas encore pris en compte les femmes-soldats, car l’époque, ce n’était pas encore dans les mœurs, sans compter qu’on ignore totalement les civils. Enfin, pour en revenir à la chanson, ce qu’elle raconte a toutes les allures d’une chasse à l’homme, d’un hallali continental cernant un gibier unique et symbolique. Elle produit cette figure nébuleuse du soldat inconnu qui, sous les flonflons et les tralalas des commémorations – qui servent à mettre en valeur ceux qui commémorent, réduit le massacre millionnaire à une exécution capitale. Encore une fois, cet inconnu solitaire cache la forêt des assassinés.

Certes, dit Lucien l’âne, ramener le cataclysme à ce soldat fantomatique est une manière de réduire à néant la monstrueuse responsabilité de l’extermination de masse. C’est un de ces multiples leurres qui fait perdre de vue que tout se tient dans La Guerre de Cent mille ans que les riches et les puissants font aux pauvres pour assurer leur pouvoir, renforcer leur domination, multiplier leurs richesses, accroître leurs profits et asseoir leurs privilèges. Mais en voilà assez, tissons le linceul de ce vieux monde assassin, guerrier, massacreur, avide et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
PREMIER RAPPORT SUR LE SOLDAT INCONNU SOUS L’ARC DE TRIOMPHE

Des montagnes et des océans,
On est venus pour le tuer.
On l’a lié avec des cordes, le traînant
De Moscou à Marseille, sans nous arrêter
Et on avait des canons pour le détruire
Au cas où, nous voyant venir,
Il aurait voulu s’enfuir.

Pendant quatre ans, on était rassemblés ;
Abandonné notre travail, restés
Dans les villes en ruine, on s’interpellait
En diverses langues, des montagnes à l’océan,
Pour savoir où il était.
On le tua finalement, après quatre ans.

On était là, tous,
Ceux-là nés pour le voir et à sa mort,
Ceux-là se tenaient autour de lui encore.
Ceux-là, c’étaient nous tous.
La femme, qui au monde l’avait mis,
S’était tue quand nous l’avons pris.
Qu’on arrache son sein,
Amen ! Fin.

Et quand enfin on l’a tué,
Nous l’avons fait tomber ;
Sous nos poings, il a perdu son visage.
Rendu ainsi méconnaissable,
Il n’était plus un fils de l’homme.

On l’a ressorti de la terre,
Ramené dans notre ville,
Enterré sous la pierre,
Sous un arc de triomphe,
Qui pesait mille tonnes,
Pour que le soldat inconnu,
Métamorphosé, ne se relève plus
Et qu’au jour du jugement,
Devant Dieu, marchant
À nouveau dans la lumière,
Il nous désigne,
Nous les connus, à la justice.

inviata da Marco Valdo M.I. - 18/11/2021 - 12:33



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org