Lingua   

Tyrolienne haineuse

Pierre Dac
Lingua: Francese

Guarda il video


Pierre Dac – Francis Blanche


Altri video...


Ti può interessare anche...

Kälbermarsch
(Bertolt Brecht)
Waffen SS, enfants de la milice
(Pierre Dac)
Police, milice
(Pierre Dac)


Tyrolienne haineuse

Chanson française - Tyrolienne haineuse – Pierre Dac – 1956
Paroles : Pierre Dac – 1956

(1956) (Extrait de "Drôles de chansons") Musique: Calabrese - Paroles: P.Dac 


Haine


Voilà une chanson que d'une certaine manière, on pourrait définir comme un chanson de notre région et même, « la » chanson. On pourrait même, si tant est qu'on en ait jamais l'envie, en faire un hymne national. Cette chanson, c'est bien cette Tyrolienne haineuse…

Que je sache, nous ne sommes pas au Tyrol et nous en sommes bien loin. De mon pas d'âne, il me faudrait des jours pour y arriver et tu me racontes qu'une tyrolienne pourrait être une chanson de notre région, au point d'en faire un hymne national. Quelle est donc cette aberration ?

Mais, Lucien l'âne mon ami, je ne me permettrais pas pareille ineptie et je m'en vais de mon pas d'homme te montrer en quoi cette chanson nous concerne tant et si bien. Quoique, bien sûr, il ne te faut pas t'inquiéter, je ne suis pas subitement devenu nationaliste, ni même régionaliste, ni rien de ce genre. Voici donc de quoi il s'agit, je m'envais te citer une partie des paroles de la chanson et tu pourras par toi-même constater combien ce que je t'annonçais est exact et pertinent. Alors, voilà :

« Nous vivons à présent
Sous le signe affligeant
De la haine et de ses affluents.

C'est triste et déprimant !

Il y a de la haine partout.
Il y a de la haine tout autour de nous... »


Évidemment, vu comme ça… Je commence à comprendre pourquoi tu as tant voulu me faire écouter cette chanson…
Pour la gouverne de ceux qui ne nous situent pas très bien, je vais quand même donner une petite explication. Primo, nous vivons dans le Hainaut… Et pour tout dire, dans le Centre, qui est une région dont finalement, je me demande si sa caractéristique d'être au centre de deux bassins hydrographiques celui de la Meuse et celui de l'Escaut. Secundo : Nous sommes très riverains de l'affluent de l'Escaut qui a donné son nom à la région : la Haine. Les communes voisines sont respectivement : Haine-Saint-Pierre et Haine-Saint-Paul… On parle d'ailleurs des deux Haines. Tertio : Une série de Rieux sont les affluents de la dite-Haine et l'un deux doit bien passer sous notre jardin. Un peu plus loin, la Trouille se jette dans la Haine…

Ton explication est presque parfaite… Et fait bien comprendre combien cette chanson peut – d'une certaine façon – correspondre à mes propos un peu farceurs du début. Mais venons-en, car je te sens impatient, à la canzone. Quand je t'aurai précisé que son auteur est Pierre Dac et qu'elle a fait l'objet d'une interprétation du-dit Pierre Dac et de son comparse, Francis Blanche (une version courte) et qu'en outre, elle a fait les beaux soirs des récitals des Quatre Barbus (version longue), on comprendra aisément qu'il s'agit d'un des tout grands moments de la chanson française. Elle est drôle, tant mieux ! Elle fait dans la dérision , c'est merveilleux ! Elle ne sacrifie pas aux exigences des tartufes de l'édition musicale et des médias, c'est tout son charme ! Et puis, en ce qui concerne sa présence ici, la question ne me paraît ne pas devoir se poser… C'est une énorme dénonciation de l'anti-fraternité, de cette haine qui anime certains et qui est un des moteurs de toutes les guerres… Bref, une dénonciation de cette partie de l'humanité capable de détruire ses congénères ou de les réduire à de simples objets d'exploitation…

je suis vraiment très impatient de connaître cette Tyrolienne et de la chanter en duo avec toi… Même si la chose ne doit pas être facile. Je nous vois d'ici nous embrouiller dans ces mots-là (à propos de haineux…). Ceci dit, reprenons notre tâche et tissons, avec les Quatre Barbus, Pierre Dac, Francis Blanche et tous les autres qui voudront nous accompagner, tissons le linceul de ce monde haineux, haïssable, haï, haïssant et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

Lorsque sans parti pris
On établit
Le bilan de l'humanité d'aujourd'hui

Bien limpide comme
Un clair de lune et lumineux comme
Un clerc de notaire
C'est pas de sitôt que les hommes seront frères
Et que malheureusement au contraire

Nous vivons à présent
Sous le signe affligeant
De la haine et de ses affluents.

C'est triste et déprimant !

Il y a de la haine partout.
Il y a de la haine tout autour de nous,
Surtout partout où
Tout se passe par en dessous.

De mémoire de grincheux,
Jamais dans les yeux,
On ne vit tant de regards haineux.

Ah y en a t-y, y en a-t-y
De cette haine qui
Sous les esprits qui
Perdent le sens de la fraternité et ainsi
Suit l'altruisme aussi

Hélas hélas, l'altruisme est foutu
Et c'est couru
Il n'y a pas plus d'altruiste
Que de beurre au cru

Il n'y a plus que de la haine
Si bien que dans le pays
Bientôt tout le monde sera haï

L'haï l'haï l'haï ti
L'haï l'haï l'haï ho
L'haï l'haï l'haï ti
L'haï l'haï l'haï ti

Mais là où la chose se complique
Et devient tragique
C'est que la haine devient pour chacun
Une espèce de besoin
Que d'authentiques sagouins
Entretiennent de près comme de loin

Il y a de la haine de toutes les nuances
De la haine standard ou de circonstances
Il y a de la haine de mouton pour les haineux de salon
Et de la grosse laine de confection

Mais de toutes les façons :

Il y a trop de haine ; oui, il y a trop de haine
Et il y a trop de haineux
Ça tourne au scabreux
Et au scandaleux
Car certains haineux
En arrivent même entre eux
À se traiter de tête de haineux

C'est un cercle vicieux
Car quand un haineux
Hait un autre haineux
Celui qui hait est aussi
Par l'autre haï
De même que celui
Qui est haï haïssant
Celui dont il est haï
Chaque haï donc est
Un haï qui hait
Ce qui fait qu'en fin de compte
On peut voir comme ça
L'haï ici et l'haï là.

L'haï l'haï l'haï ti
L'haï l'haï l'haï ho
L'haï l'haï l'haï ti
L'haï l'haï l'haï ti

Et voilà, c'est comme ça !
Oh bien sûr, il n'y a pas
Non, il n'y a pas de quoi
En signe de joie
Se passer les paupières à la crème de chester
Avec une tringle à rideau de fer.

Il ne reste plus qu'une seule chose à faire
C'est de rassembler par toute la terre
Tous les hommes généreux
Qui d'un cœur valeureux
Haïssent la haine et les haineux

C'est ce qu'il y a de mieux !

Hardi donc allons-y
Roulez tambours
Et sonnez trom-
-pettes et hélicons
Sus à ceux qui suent
La haine par tous les pores
Et qui se font un sport
De haïr de plus en plus fort.

À bas la haine et les haineux ! 
Ainsi que ceux
Qui hurlent avec eux
Assez de haine, assez de gens
Qui passent leur temps
À haïr bêtement.

Si nous tenons, bientôt nous
En viendrons sûrement à bout.
La confiance alors
Mettra le monde d'accord
Et l'on sera content
De voir alors
Les hommes d'à présent
Devenir de plus en plus confiants.

Haine par ci,
Haine par là.
Ah !, y en a-t-y
De la haine ici-
Bas.

inviata da Marco Valdo M.I. - 19/12/2014 - 14:33



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org