Lingua   

Lied der Steinklopfer

Kurt Tucholsky
Lingua: Tedesco

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

Chanson für Morgen
(Mascha Kaléko)
Einigkeit und Recht und Freiheit
(Kurt Tucholsky)
Die Deplacierten
(Kurt Tucholsky)


[1929]
Versi di Kurt Tucholsky, in “Deutschland, Deutschland über alles” del 1929, un “giornale di lotta realizzato con fotografie di tendenza” con gli scritti di Tucholsky e l’apparato iconografico (fotografie e montaggi fotografici) a cura di Helmut Herzfeld, in arte John Heartfield



Una poesia messa in musica da The Ex, famigerata band anarco-punk neerlandese.
Singolo del 1989 (in collaborazione con gli scozzesi Dog Faced Hermans) poi incluso in diverse compilation successive. La foto di copertina è la stessa che John Heartfield utilizzò a commento dei versi di Tucholsky.

Lied Der Steinklopfer / Stonestampers Song
Wenn jeder Stein ein Richter wär,
ein General von unserm Heer,
Herr Hilferding (*) im Frack –:
dann rammten wir mit voller Kraft,
die Straße wäre bald geschafft –
rack –
pickepack –
tack-tack.

Daß jeder Stein und jeder Stein
so schwer geht in den Boden ein
wie allen Tag für Tag
die Lehre, dass der Arbeitsmann
nicht nur für andere schuften kann –
rack –
pickepack –
tack-tack ... !

Wer marschiert mit Pfeifen, wer fährt laut
über die Straße, die wir gebaut?
Und wer ist daran schuld?
Die Ramme gepackt.
Es klopft im Takt:
Geduld.
Geduld.
Geduld.
Nota:

(*) Rudolf Hilferding (1877–1941), economista, teorico ed esponente di spicco dell’SPD. Ebreo, oltre che socialdemocratico, nel 1933 fuggì dalla Germania ma fu poi catturato in Francia dalla polizia collaborazionista. Consegnato alla Gestapo fu torturato a morte nella prigione parigina de La Santé. La moglie fu spedita in campo di concentramento e morì l’anno seguente a Theresienstadt. (Commento: non è che la feroce repressione della rivoluzione spartachista abbia poi portato un gran bene ai carnefici socialdemocratici, e alla Germania…)

inviata da Bernart Bartleby - 10/11/2014 - 14:19




Lingua: Italiano

Traduzione italiana di Alessandra Pepe, da “Deutschland, Deutschland über alles”, l’edizione italiana del 1991 per i tipi della Lucarini.

LA CANZONE DEGI SPACCAPIETRE

Se ogni pietra fosse un giudice,
un generale del nostro esercito,
il Sig. Hilferding in frack.
allora spingeremmo con tutta la forza,
la strada sarebbe subito pronta -
rack -
pickepack -
tack-tack.

Ogni pietra penetra
difficilmente nel terreno
Come giorno dopo giorno in tutti noi
la dottrina che il lavoratore
non debba sudare solo per gli altri -
rack -
pickepack -
tack-tack...!

Chi marcia con le trombe, chi percorre rumorosamente
la strada che noi abbiamo costruito?
E chi ne è colpevole?
Il battipalo messo via.
Si sente ritmicamente:
Pazienza.
Pazienza.
Pazienza.

inviata da Bernart Bartleby - 10/11/2014 - 14:25




Lingua: Francese

Version française – CHANT DES PAVEURS – Marco Valdo M.I. – 2014
Chanson allemande – Lied der Steinklopfer – Kurt Tucholsky – 1929

Poème de Kurt Tucholsky, dans “Deutschland, Deutschland über alles” en 1929, un « journal de lutte comportant des photographie de tendance » avec les écrits de Tucholsky et l’apparatus iconographique (photographie et montages photographiques) d' Helmut Herzfeld, alias John Heartfield.
Une poésie mise en musique par The Ex, célèbre band anarco-punk néerlandais.
Seul e 1989 (en collaboration avec les Écossais Dog Faced Hermans) ensuite inclus en diverses formations successives. La photo de couverture est la même que celle que John Heartfield utilisa pour illustrer les poèmes de Tucholsky.

Oh, Lucien l'âne mon ami, cette fois-ci, il me faut vraiment donner quelque éclaircissement, même si, je peux te l'assurer et à la rigueur, le démontrer, ma version est conforme au texte et à son sens, ainsi d'ailleurs qu'à l'esprit de ce « lied ».

Quoi, quoi, que dis-tu ? Déjà, je n'ai rien encore dit que te voilà sur tes grands chevaux lancés à plein galop dans une sarabande insensée. Car, en vérité, je te le dis, ton propos me paraît insensé.

Rassure-toi, Lucien l'âne mon ami. Il ne l'est en rien, même si l'apparence est trompeuse. C'est d'ailleurs une des caractéristiques de l'apparence que d'être trompeuse. Laisse-moi te conter l'affaire. D'abord, ce chant des paveurs est bien évidemment un chant qu'il faut interpréter à la lanterne politique – tu connais assez Kurt Tucholsky et Theobald Tiger pour savoir cela. Donc, ces paveurs pavent la route de l'avenir ; on les y pousse, on les y force. Et ils le savent et ils le disent. Ils savent qu'on les manipule, ils savent aussi qu'ils ne peuvent l'être indéfiniment. Ils attendent l'heure…

Je vois mieux maintenant de quoi il retourne . Cependant, à lire la canzone, on le comprend. Et 1929 est tellement près des sinistres années 30.

En effet, l'affrontement final (remarque, je n'ai pas dit la lutte finale...car c'est une autre histoire…) est provisoirement circonscrit à l'Allemagne et ses territoires de linguistique extension – premier pas impérialiste que cette revendication territoriale linguistique… Je dis ça tout à fait fortuitement et comme on dit souvent : Toute ressemblance ou coïncidence avec des événements contemporains est rigoureusement à exclure et spécialement, en ce qui concerne la territorialisation linguistique dans certain petit État où nous demeurons. Je ne voudrais pas qu'on assimile certaines circonstances présentes avec des circonstances passées. Quoique… Même si, pour citer, Alfred Abdank Skarbeck Korzybski, ex-officier de l'armée polonaise ou russe, finalement peu importe : « La carte n'est pas le territoire », il n'en reste pas moins que l'effet et la cause sont liés, comme disait Pangloss. Bref, que les choses s'ensuivent et s'embrouillent pareillement.

Mais enfin Marco Valdo M.I. mon ami, vas-tu enfin arrêter de digresser et me dire tout dret ce que tu as en tête ?

Donc, j'en reviens à la canzone, aux paveurs et à ce que je voulais vraiment dire… à savoir que je trouve que le dernier couplet est – dans sa forme française – assez joli et demande deux mots d'explication à propos de la hie précisément.

« La hie danse.
Et frappe en cadence :
Patience.
Patience.
Patience. »

Je l'avais en tête cette hie du paveur, mais il me fallut vérifier et en vérifiant, j'ai trouvé cette citation… une merveille, que je ne puis passer sous silence :
« L'ouvrier à mine terreuse (...)
Qui dans sa besogne haïe,
Sent parfois sa force trahie,
Alors qu'il fait danser la hie,
La demoiselle du paveur. » (Pommier, Paris,1866 )
Ce me semblait comme un écho antérieur à la formulation de Tucholsky… Cette hie, cette demoiselle, cette dame que le paveur tient au bout des bras dans cette danse infernale qui finit par le démantibuler. Je vois bien que tu crois que je déraisonne et c'est bien le contraire qui se passe : la hie danse au cœur de la Guerre de Cent Mille Ans que les riches font aux pauvres obstinément et inlassablement à seule fin de conserver et d'étendre leur imperium et les privilèges qu'ils en tirent. La hie tape, tape, tape le sol comme le lièvre et tam-tam des villes tentaculaires répète à l'infini : patience, patience… On les aura...

Admettons l'augure de la hie. Elle me fait penser à certaine taupe, à la route de Louviers Sur la route de Louviers… et comme la hie, la dame, la demoiselle et ces paveurs… dansons nous aussi, dansons la Carmagnole , la Ravachole La Ravachole et tissons le linceul de ce vieux monde Le chant des Canuts, ou Les Canuts inculte, oublieux, borné et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
CHANT DES PAVEURS

Si chaque pierre était un juge,
Un général de notre armée,
Monsieur Hilferding (*) en frac – :
Alors, nous damerions avec une belle force,
La route serait vite faite –
Rack –
Pickepack –
Tack-tack.

Que chaque pierre et chaque pierre
Pénètre si difficilement la terre..
Comme toutes jour après jour,
Elle enseigne que le travailleur
Ne peut plus bosser seulement pour d'autres –
Rack –
Pickepack –
Tack-tack.

Pour celui qui marche avec des fifres, qui hurle
Sur la rue, qui nous manipule ?
Et qui est coupable ?
La hie danse.
Et frappe en cadence :
Patience.
Patience.
Patience.

inviata da Marco Valdo M.I. - 10/11/2014 - 23:26



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org