Lingua   

Seifenlied

Julian Arendt
Lingua: Tedesco

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

La Locomotive unitaire
(Marco Valdo M.I.)
Die Thälmann-Kolonne
(Ernst Busch)
Rote Melodie
(Rosa Valetti)


[1928]
Versi di Julian Arendt (1895-1938), scrittore ebreo tedesco, autore di molti testi per il cabaret durante la Repubblica di Weimar.
Musica di Otto Stransky (1889-1932), compositore austriaco.
Interpretata da Ernst Busch, dal vivo al “Larifari”, un cabaret itinerante a contenuto fortemente politico fondato proprio nel 1928 a Berlino da Rosa Valetti, famosa attrice di cinema e di cabaret e cantante, e da Erich Einegg, pianista e compositore.
Ritrovo la canzone nei dischi di Busch intitolati “Die Goldenen Zwanziger Jahre” del 1964 e “Ernst Busch 1 (Lieder Der Arbeiterklasse 1917-1933)” del 1970.
Testo trovato qui

Die Goldenen Zwanziger Jahre
Ernst Busch 1 (Lieder Der Arbeiterklasse 1917-1933)

Una canzoncina da kabarett che prende allegramente per il culo i socialdemocratici tedeschi, i cui candidati, durante la campagna elettorale del 1928, distribuivano ai raduni saponette con su impresso “Vota SPD”. Un’iniziativa davvero “pulita” per una Germania sull’orlo del baratro in cui molta gente più che a lavarsi era preoccupata di cosa mettere sotto i denti... L’SPD guadagnò qualche seggio ma non conquistò nemmeno un terzo del parlamento; i nazionalsocialisti persero diversi seggi ma vennero chiamati a governare, insieme ad altri partiti di centro e di destra, proprio dai socialdemocratici. Fu nel 1928 infatti che fecero il loro ingresso nelle istituzioni alcuni pretoriani di Hitler come Hermann Goering, Joseph Goebbels e Wilhelm Frick....

Wir haben unsre Brüder
mit Wahlkampfseife bedacht.
Das tun wir das nächste Mal wieder;
es hat sich bezahlt gemacht.

Wir schlagen Schaum.
Wir seifen ein.
Wir waschen unsre Hände
Wieder rein.

Wir haben ihn gebilligt
den großen heiligen Krieg.
Wir haben Kredite bewilligt,
weil unser Gewissen schwieg.

Wir schlagen Schaum.
Wir seifen ein.
Wir waschen unsre Hände
Wieder rein.

Dann fiel’n wir auf die Beine
und wurden schwarz-rot-gold.
Die Revolution kam alleine;
wir haben sie nicht gewollt.

Wir schlagen Schaum.
Wir seifen ein.
Wir waschen unsre Hände
Wieder rein.

Wir haben die Revolte zertreten
und Ruhe war wieder im Land.
Das Blut von den roten Proleten,
das klebt noch an unsrer Hand.

Wir schlagen Schaum.
Wir seifen ein.
Wir waschen unsre Hände
Wieder rein.

Wir haben unsre Brüder
mit Wahlkampfseife bedacht.
Das tun wir das nächste Mal wieder;
es hat sich bezahlt gemacht.

Wir schlagen Schaum.
Wir seifen ein.
Wir waschen unsre Hände
Wieder rein.

inviata da Bernart Bartleby - 21/4/2014 - 21:21




Lingua: Italiano

Traduzione italiana di Riccardo Venturi
22 aprile 2014

wahltspd


Una delle famose "saponette elettorali" della SPD, 1928.
CANZONE DEL SAPONE

Abbiam regalato ai nostri
fratelli saponette elettorali.
La prossima volta lo rifaremo;
ne è valsa proprio la pena.

Facciamo schiuma,
insaponiamo.
Ci rilaviamo
le mani a fondo.

Noi l'abbiamo approvata,
la grande e santa guerra.
Abbiamo concesso crediti,
ché ci oscillava la coscienza.

Facciamo schiuma,
insaponiamo.
Ci rilaviamo
le mani a fondo.

Poi ci siamo inginocchiati
diventando nero-rosso-oro. *
La rivoluzione è venuta da sola,
noi non l'abbiamo voluta.

Facciamo schiuma,
insaponiamo.
Ci rilaviamo
le mani a fondo.

Abbiamo schiacciato la rivolta,
la calma è tornata nel Paese.
Il sangue dei proletari rossi
ce l'abbiamo ancora appiccicato alle mani.

Facciamo schiuma,
insaponiamo.
Ci rilaviamo
le mani a fondo.

Abbiam regalato ai nostri
fratelli saponette elettorali.
La prossima volta lo rifaremo;
ne è valsa proprio la pena.

Facciamo schiuma,
insaponiamo.
Ci rilaviamo
le mani a fondo.

* I colori della bandiera tedesca.

22/4/2014 - 23:10


Grazie Riccardo per la tua traduzione.

Solo una precisazione sulla nota: credo che "schwarz-rot-gold" si riferisca piuttosto al Reichsbanner Schwarz-Rot-Gold, l'organizzazione paramilitare di "centro-sinistra" che l'SPD di allora utilizzò molto contro i comunisti e molto poco contro i nazisti. Infatti si squagliò come neve al sole nel 1933.



D'altra parte l'apparato di divise e mostrine era più o meno lo stesso delle SA hitleriane...

Bernart Bartleby - 22/4/2014 - 23:22


Evidentemente mi ero confuso, nella nota; anche perché, debbo dirlo, non conoscevo l'esistenza di questa "milizia socialdemocratica" che, comunque, aveva i colori della bandiera tedesca. Tutto questo, comunque, mi ricorda la famosa esclamazione di un professore del liceo Foresi di Portoferraio, un'insegnante di mia cugina Rosalba. Costui, ogniqualvolta voleva redarguire severamente un alunno, soleva dirgli: "Sei peggio dei socialdemocratici". Si riferiva sicuramente a quelli italiani di Longo, Nicolazzi, Saragat e compagnia bella, ma tant'è...

Riccardo Venturi - 23/4/2014 - 00:41


Conoscevo dell'esistenza del Reichsbanner Schwarz-Rot-Gold dalla lettura di "Come si diventa nazisti" di William Sheridan Allen ("The Nazi Seizure of Power: The Experience of a Single German Town 1930-1935"), un libro che ho già consigliato su queste pagine:



Ricordo che l'autore raccontava di come a Thalburg (nome fittizio, in realtà Nordheim), la cittadina presa in esame nella sua analisi, mentre disoccupazione, disagio e violenza crescevano giorno dopo giorno, il Reichsbanner e il NSDAP non facevano altro che sfidarsi a colpi di continui meeting di massa, dove vinceva chi portava più partecipanti e mostrava più i muscoli in termini di divise, mostrine e bastoni. Ovviamente i "militanti" venivano incoraggiati alla partecipazione dai fiumi di birra e dai grossi würstel che venivano offerti dagli organizzatori (anche meglio delle saponette, no?). Tant'è che in molti erano del SPD ma anche del NSDAP, a seconda del calendario degli appuntamenti.
L'unica cosa che accomunava i paramilitari sociademocratici a quelli nazisti era l'odio per comunisti e anarchici...

Bernart Bartleby - 23/4/2014 - 09:23




Lingua: Francese

Version française – CHANSON DU SAVON – Marco Valdo M.I. – 2014
d'après la traduction italienne de Riccardo Venturi d'une
Chanson allemande – Seifenlied – Julian Arendt – 1928

Texte de Julian Arendt (1895-1938), écrivain juif allemand, auteur de nombreux textes pour le cabaret pendant la République de Weimar.
Musique d'Otto Stransky (1889-1932), compositeur autrichien.
Interprétée par Ernst Busch, au « Larifari », un cabaret itinérant au contenu fortement politique fondé en 1928 à Berlin par Rosa Valetti, une célèbre actrice de cinéma et de cabaret et chanteuse, et par Erich Einegg, pianiste et compositeur.
La chanson se trouve dans les disques de Busch intitulés « Die Goldenen Zwanziger Jahre » de 1964 et d'« Ernst Busch 1 (Lieder Der Arbeiterklasse 1917-1933) » de 1970.



Une chansonnette de cabaret qui ridiculise gaiement les sociaux-démocrates allemands, dont les candidats, pendant la campagne électorale de 1928, distribuaient aux meetings des savons avec imprimé dessus « Votez SPD ». Une initiative vraiment « propre » pour une Allemagne sur le bord du gouffre où beaucoup de gens plus qu'à se laver étaient préoccupés par quoi se mettre sous la dent… Le SPD gagna quelques sièges mais il ne conquit même pas le tiers du parlement ; les Nazis perdirent des plusieurs sièges mais ils furent appelés à gouverner, ensemble avec d'autres partis du centre et de droite, par les sociaux-démocrates. Ce fut en 1928 en effet que firent leur entrée dans les institutions quelques prétoriens de Hitler comme Hermann Goering, Joseph Goebbels et Wilhelm Frick….
CHANSON DU SAVON

Nous avons offert à nos frères
D'électoraux savons.
La prochaine fois, nous le referons ;
C'était une bonne affaire.

Moussons, moussons
Savonnons.
Relavons
Nos mains à fond.

Nous l'avons approuvée,
Cette grande et sainte guerre.
Et nous avons tant cédé aux militaires,
Que notre conscience en est retournée.

Moussons, moussons
Savonnons.
Relavons
Nos mains à fond.

Ensuite, on est retombés sur nos pieds
Au noir-rouge-or, on s'est ralliés.
Et puis, la révolution est venue,
On ne l'avait pas voulue.

Moussons, moussons
Savonnons.
Relavons
Nos mains à fond.

Nous avons écrasé la révolte,
Le calme est revenu sur le terrain.
Le sang des rouges
Colle encore à nos mains.

Moussons, moussons
Savonnons.
Relavons
Nos mains à fond.

Nous avons offert à nos frères
D'électoraux savons.
La prochaine fois, nous le referons ;
C'était une bonne affaire.

Moussons, moussons
Savonnons.
Relavons
Nos mains à fond.

inviata da Marco Valdo M.I. - 24/4/2014 - 19:58




Lingua: Francese

La Chanson du Savon – Marco Valdo M.I. – 2016
Seifenlied – Julian Arendt – 1928

Voici, mon cher Lucien l’âne, une chanson de cabaret qui ridiculise avec beaucoup d’ironie les sociaux-démocrates allemands, dont les candidats, pendant la campagne électorale de 1928, distribuaient aux meetings des savons estampillés « Votez SPD ».

Hola, dit Lucien l’âne, voilà bien une mauvaise idée. Il est vrai que la publicité et la propagande ne font généralement pas preuve d’énormément de subtilité. Mais quand même, c’est fort lourd un pareil symbole. De deux choses l’une en matière interprétation : soit le cadeau de savon pourrait laisser supposer que l’on considère que les électeurs à qui on les distribue sont des gens sales ; soit le SPD se prend lui-même pour une sorte de Monsieur Propre et a comme programme de tout nettoyer.
De mémoire d’âne, cette manie de la propreté est une des bases des partis de l’ordre ; un tel hygiénisme politique est fort inquiétant et ouvre la porte à des grands nettoyages, y compris ethniques.

Une initiative vraiment « propre » pour une Allemagne au bord du gouffre où les gens étaient préoccupés de trouver quelque chose à se mettre sous la dent avant même de penser à se laver.
Aux élections qui suivirent cette campagne, le SPD gagna quelques sièges, mais il n’obtînt même pas le tiers du parlement ; les nazis perdirent de nombreux sièges, mais les sociaux-démocrates en vue d’assurer une sorte de « paix nationale » appelèrent d’autres partis à participer au pouvoir : centre, droite et même, les nationaux-socialistes, réduits à même pas 3 % de l’électorat. C’est ainsi qu’en 1928, firent leur entrée dans les institutions quelques prétoriens de Hitler comme Hermann Goering, Joseph Goebbels et Wilhelm Frick.
Sans doute, les sociaux-démocrates ou d’autres partis, comme cela se voit actuellement dans des pays d’Europe, se coalisent avec les nationalistes, l’idée étant de les associer à la politique gouvernementale, de réduire leur opposition et de récupérer les électeurs.

Alors, Marco Valdo M.I. mon ami, à présent que le contexte est un peu éclairé, que peut donc bien raconter « La Chanson du Savon » ?

La chanson elle-même, comme je te l’ai déjà indiqué, est une solide moquerie assez acerbe qui vise cette distribution de savoir politique, systématisée dans le refrain :
« Moussons, frottons,
Savonnons,
Relavons
Nos mains à fond ! »

Dis-moi, Marco Valdo M.I. mon ami, n’as-tu pas comme moi perçu dans ce quatrain comme une allusion à cet assassin qui se lave les mains pour effacer son crime ou plus bibliquement, une allusion à ce Ponce Pilate tant décrié par certains.

Lucien l’âne mon ami, je pencherais volontiers pour les deux hypothèses à la fois ; ce serait en syntonie avec la position de la social-démocratie de l’époque, qui venait d’assassiner la gauche socialiste, de réprimer le syndicalisme, de mettre au pas les organisations ouvrières et tout ce qui y ressemblait. Elle avait écrasé dans le sang la révolution et il s’agissait d’affirmer sa position de pouvoir et sa capacité de parti « responsable ».

Oh, Marco Valdo M.I. mon ami, mes oreilles d’âne entendent d’ailleurs cette antienne actuellement, c’est comme si les sociaux-démocrates et leurs alliés ne s’étaient rendu compte de rien, ignoraient la suite de cette « stratégie politique » et qu’ils avaient versé sur l’histoire un tombereau de silence et d’oubli. Mais dis-moi, maintenant ce que dit la chanson ?

Eh bien, vois-tu Lucien l’âne mon ami, je vais te synthétiser ça. La chanson reprend les diverses étapes de l’action de la social-démocratie à partir du moment où elle a commencé à se trahir elle-même en abandonnant sont engagement socialiste contre la guerre, quand elle s’était ralliée en 1914 à la politique guerrière de l’Empereur. Elle avait carrément tourné casaque, comme on dit chez nous.
Au quatrain suivant, elle se rallie à la République ; au suivant, elle massacre les ouvriers et les soldats démobilisés qui entamaient la révolution pour instaurer le socialisme, lors-même que la social-démocratie proclamait dans ses propres principes vouloir la révolution et le socialisme.
Enfin, elle participe au pouvoir et c’est sans doute, à ses yeux, une « bonne affaire ».

Comme je vois, « Bon sang ne peut mentir ! » ; mauvais sang non plus, me semble-t-il. À quel niveau ils étaient tombés ? À celui de l’épicerie, sans doute. Au niveau des comptes (électoraux) de boutiquiers sans foi ni loi. Entendons-nous bien, Marco Valdo M.I. mon ami, je n’ai rien contre les principes de l’épicerie et de la boutique quand ils sont appliqués à l’épicerie et à la boutique, ce sont alors même des principes sains et nécessaires, mais par contre, ils n’ont rien à faire dans d’autres domaines – et particulièrement, en politique. Comme je le vois par la chanson, l’époque déjà, les gens n’étaient pas dupes. Voyons cette chanson et reprenons notre tâche qui consiste à tisser le linceul de ce vieux monde électoral, calculateur, épicier et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
LA CHANSON DU SAVON

Nous avons offert à nos frères
D’électoraux savons.
La prochaine fois, nous le referons ;
C’était une bonne affaire.

Moussons, frottons,
Savonnons,
Relavons
Nos mains à fond !

Nous l’avons approuvée,
Cette grande et sainte guerre.
Et nous avons tant cédé aux militaires,
Que notre conscience en est retournée.

Moussons, frottons,
Savonnons,
Relavons
Nos mains à fond !

Ensuite, nous sommes retombés sur nos pieds
Au noir-rouge-or, nous nous sommes ralliés.
Et puis, la révolution est venue,
On ne l’avait pas voulue.

Moussons, frottons,
Savonnons,
Relavons
Nos mains à fond !

Nous avons écrasé la révolte,
Le calme est revenu sur le terrain.
Le sang des rouges
Colle encore à nos mains.

Moussons, frottons,
Savonnons,
Relavons
Nos mains à fond !

Nous avons offert à nos frères
D’électoraux savons.
La prochaine fois, nous le referons ;
C’était une bonne affaire.

Moussons, frottons,
Savonnons,
Relavons
Nos mains à fond !

inviata da Marco Valdo M.I. - 14/6/2016 - 16:54



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org