Lingua   

Cantone de Giuanna, sa ruja, bagassa de gherra

Frantziscu Màsala / Francesco Masala
Lingua: Sardo

Lista delle versioni e commenti


Ti può interessare anche...

Requiem pro sos de su tertzu mundu
(Frantziscu Màsala / Francesco Masala)
Sa lotta de Pratobello
(Peppino Marotto)
Cantone pro Serafina, viuda de gherra
(Frantziscu Màsala / Francesco Masala)


[1981]‎
Dalla raccolta “Poesias in duas limbas – Poesie bilingui”, Scheiwiller, Milano (2° ed. 1993, 3° ed. ‎‎2006 per i tipi de Il Maestrale di Nuoro).‎
La sezione che include questo "cantone" è intitolata "Cantones pro sos laribiancos", ossia "Ballate per quelli dalle labbra bianche". "Quelli dalle labbra bianche" è prima di tutto il titolo dell'opera prima di Masala, pubblicata nel 1962 da Feltrinelli, racconto dell'epopea della gente di Arasolè, piccola frazione del comune di Tonara, in provincia di Nuoro.
Le "labbra bianche" sono quelle dei morti di fame, dei morti di fatica, dei morti di guerra...
I "cantones" inclusi in quella sezione di "Poesias in duas limbas" sono dunque una trascrizione poetica di quel piccolo romanzo di esordio, quasi un' "Antologia di Spoon River" sarda.




Frantziscu Màsala a combattere sul fronte russo ci finì venticinquenne. Con lui altri 300.000 giovani, in gran parte convinti di andare a coprirsi di gloria, imboniti dalla retorica fascista. Ne morirono circa 115.000, dei quali 85.000 in poco meno di tre mesi, tra il dicembre 1942 e la primavera successiva, durante la seconda battaglia sul Don, lo sbando e la disastrosa ritirata che ne seguirono...

"... Mette conto di dire che, la guerra, l'ho veramente fatta, sono stato decorato al valor militare, sono stato ferito in combattimento sul fronte russo, cioè, come comunemente si dice, ho versato il sangue per la patria. Ma mi è capitato ciò che già capitò a mio nonno, gambadilegno, che perdette la gamba destra nella Battaglia di Custoza, durante la Terza Guerra d'Indipendenza: anche la mia intrepida gamba destra si è beccata la sua eroica pallottola, russa, stavolta, là, fra il Dnieper e il Don. Voglio dire, insomma, che io e mio nonno, ambedue di nazionalità sarda, abbiamo fatto le guerre italiote: da leali sardi, s'intende, eroi buoni, in tempo di guerra, ma cattivi banditi, in tempo di pace: in guerra, nelle patrie trincee, in pace, nelle patrie galere... [Insomma] la guerra mi tolse, per così dire, dagli occhi, le bende di due retoriche ufficiali: da un lato, quella della "eroica piccola patria sarda" e, dall'altro lato, quella della "grande imperiale patria italiana." ‎
‎(Frantziscu Màsala, da “Il riso sardonico”, 1984)

In tota Arasolè fit notòriu:
deo, Giuanna, sa Ruja,
prima ’e mi cojuare,
faghia sa bagassa,
ma, a la narrer giusta,
pro campare sa vida,
mi daia a sos riccos, pro inari.
A mie no mi piaghet a coddare,
mi piaghet mandigare.
La deviades bider, bona zente,
sa faccia ’e su Maresciallu
cando m’idiat nuda:
mi faghiat «la dichiarazione d’amore».
Ma deo li naraia:
«A prima su inari, Marescià,
poi la dichiarazione d’amore».
Gai li naraia.
Posca, mi so cojuada
cun-d unu ciabattinu, Antoni Néula,
ca fit feu, fentomadu Mammutone,
fit su capu ’e sos pòveros de idda,
sos laribiancos de Arasolè,
cheriat fagher sa rivolussione,
poner sos riccos cun su culu in terra.
Zente, maridu meu
no at fattu sa rivolussione
e no est diventadu
ne pòveru ne riccu:
est solamente mortu,
una gherra l’at bocchidu,
addae, in terra ’e Russia.
Mai pius, in bidda,
amus a bider unu ciabattinu
bravu comente a issu.
Como, boza o no boza,
mi giuto ’ene sos annos,
sos pilos mios sunu ancora rujos,
su colore ’e su ràmine.
Donzi annu, cun sa candela in manu,
naro pregadorias
no solu pro s’ànima ’e su colzu
ma pro s’anima mia, pro sos peccados
mios, ca dae vint’annos,
boza o no boza, torra,
deo fato sa bagassa
cun sos riccos de idda,
ca est pagu sa pensione
de viuda de gherra,
e gai campo sa vida
de una fiza rachìtica e malàida
chi mi at lassadu Antoni Mammutone.

inviata da Bartleby - 7/1/2012 - 13:31




Lingua: Italiano

Versione italiana di Francesco Masala
BALLATA DI GIOVANNA, LA ROSSA, PUTTANA DI GUERRA

In tutta Arasolè era notorio:
io, Giovanna la Rossa,
prima di sposarmi,
facevo la puttana,
cioè, a dir la verità,
per campare la vita,
mi prostituivo ai ricchi, a pagamento.
A me non piace fare l’amore,
piace solo mangiare.
Gente, dovevate vedere
la faccia del Maresciallo
quando mi vedeva nuda:
mi faceva la dichiarazione d’amore.
Ma io gli dicevo:
«Marescià, prima i soldi,
poi la dichiarazione d’amore».
Proprio così gli dicevo.
Dopo mi sono sposata
con un calzolaio, Antonio Nebbia,
per la bruttezza, noto Mammutone.
Era il capo dei poveri di Arasolè,
quelli dalle labbra bianche,
voleva fare la rivoluzione,
mettere i ricchi col culo per terra.
Gente, mio marito
non ha fatto la rivoluzione,
e non è diventato
né povero né ricco:
è soltanto morto,
una guerra l’ha ucciso,
là, in terra di Russia.
Mai più, ad Arasolè,
avremo un ciabattino
abile come lui.
Ora, per forza di cose,
mi porto ancora bene i miei anni,
i miei capelli sono ancora rossi,
colore del rame.
Ogni anno, con la candela in mano,
prego coscienziosamente
per l’anima di mio marito
ma anche per i miei peccati,
perché, da vent’anni,
per forza di cose, di nuovo,
faccio la puttana,
con i ricchi di paese,
perché misera è la pensione
di vedova di guerra,
e così campo la vita
di una figlia rachitica e malata
che mi ha lasciato Antonio Mammutone.

inviata da Bartleby - 7/1/2012 - 13:32




Lingua: Francese

Version française –BALLADE DE GIUANNA, LA ROUSSE, PUTAIN DE GUERRE – Marco Valdo M.I. – 2012
Chanson italienne –Cantone de Giuanna, sa ruja, bagassa de gherra (Sarde) et BALLATA DI GIOVANNA, LA ROSSA, PUTTANA DI GUERRA (Italien) – Frantziscu Màsala / Francesco Masala (1981)

Tirée du recueil « Poesias in duas limbas – Poesie bilingui » (bilingue : sarde-italien), Scheiwiller, Milano (2° ed. 1993, 3° ed. ‎‎2006 per i tipi de Il Maestrale di Nuoro).‎

La section qui inclut ce chant est intitulée : « Cantones pro sos laribiancos » autrement dit "Ballate per quelli dalle labbra bianche" (Ballade pour ceux aux lèvres blanches). « Ceux aux lèvres blanches » est surtout le titre de la première oeuvre de Masala publiée en 1962 chez Feltrinelli, le récit de l'épopée des gens de Arasolè, petit hameau de la commune de Tonara, dans la province de Nuoro (Sardaigne).

Les lèvres blanches sont celles des morts de faim, des morts d'épuisement, des morts de guerre... Les Chants contenus dans cette section des Poesias in duas limbas sont donc une transcription poétique du petit roman des débuts, presque une « Anthologie de Spoon River » sarde.

Frantziscu Màsala a combattu sur le front russe à vingt-cinq ans. Avec lui 300.000 autres jeunes, en grande partie convaincus d'aller se couvrir de gloire, abusés par les boniments de la rhétorique fasciste. Il en mourut environ 115.000, dont 85.000 en un peu moins de trois mois, entre décembre 1942 et le printemps suivant, pendant la seconde bataille sur le Don, la débandade et la retraite désastreuse qui en suivirent... "
« ... Il me paraît de bon compte de dire que, la guerre, je l'ai vraiment faite. J'ai été décoré à la valeur militaire, j'ai été blessé en combat sur le front russe, c'est-à-dire, comme on dit, j'ai versé mon sang pour la patrie. Mais ce qui m'est arrivé, était déjà arrivé à mon grand-père, « Gambadilegno » qui perdit la jambe droite à la Bataille de Custoza, pendant la Troisième Guerre d'indépendance. Mon intrépide jambe droite aussi s'est prise sa balle héroïque, russe cette fois-ci, là, entre le Dnieper et le Don. Je veux dire, en somme, que moi et mon grand-père, tous deux de nationalité sarde avons fait les guerres italiotes: de Sardes loyaux, il s'entend, bons héros, en temps de guerre mais mauvais bandits, en temps de paix. En guerre, dans les tranchées de la patrie, en paix, dans les prisons de la patrie... [Enfin] la guerre m'enleva, pour ainsi dire, des yeux, les bandes de deux rhétoriques officielles : d'un côté, celle de la « petite patrie sarde héroïque » et, de l'autre côté, celle de la « grande patrie italienne impériale ».‎

(Frantziscu Màsala, da “Il riso sardonico” [ Le Rire Sardonique], 1984)


*

Oh là là, dit Lucien l'âne, voici encore une chanson sarde... Et même, une chanson de Masala...De qui, de quoi peut-elle bien parler cette fois ?

Ah, mon ami Lucien l'âne aux poils si rudes et si noirs, cette chanson est proprement extraordinaire ... Oh, ce n'est pas un mot que je lâche comme ça, pour faire bien, pour mobiliser l'attention... Non. C'est simplement une chanson qui sort de l'ordinaire... C'est en somme une confession, une réflexion sur la vie et la mort... Elle parle de cette guerre, absurde, idiote qui envoya des Sardes se les geler sur la Volga, geler tant qu'ils en avaient les lèvres blanches et qu'ils finirent leurs vies là-bas en terre de Russie...

En cela, dit Lucien l'âne, elle est semblable aux autres « cantones » de Masala.

En effet, mais, vois-tu, ce qui la distingue, c'est que c'est la chanson de Giuanna, la rousse et qu'elle nous raconte sa vie et la nécessité où elle fut de pratiquer le plus vieux métier du monde... Tout comme une autre rousse, célèbre dans la chanson française : Julie la Rousse , dont René Louis Lafforgue racontait l'histoire. Bref, l'obligation où elle fut de se prostituer, bref, de faire la putain. Et c'est cela qu'elle raconte, ce lien – par la putain – entre la guerre de Russie et celle – bien plus insidieuse, bien plus sournoise, bien plus constante, cette guerre incivile qu'est la Guerre de Cent Mille Ans que les riches font aux pauvres pour pouvoir les dominer, les exploiter, en tirer profits et jouissance... Car dans le métier de putain, ce qui ne me va vraiment pas, c'est qu'il s'agit d'une forme des plus crues de l'exploitation de la femme par l'homme... ou de l'homme par l'homme... ça arrive aussi. Une des transactions les plus directes... et les exploiteurs sont de deux ordres : les macs et les soi-disants clients. S'il n'y avait pas là ce jeu immonde de l'argent, cette mécanique à vomir de la vénalité, je ne verrais que beauté et charme à ce que les unes rencontrent les uns ou vice-versa. De façon générale, la putain, la prostitution suit les armées partout où elles s'en vont... et la guerre est cause de multiples veuves sans ressource, dont certains « civils » s'empressent de profiter...

En fait,cette chanson est la dénonciation de cet état de fait qui règne dans un petit village ou une petite ville de Sardaigne... par la protagoniste directe, par la victime directe de cette exploitation... Comme il appert, la Guerre de Cent Mille Ans que les riches mènent contre les pauvres afin de les dominer, de les écraser, de les obliger à satisfaire leurs caprices et leurs désirs, a bien des visages et se prolonge par bien des ramifications jusque dans les lieux les plus reculés, les plus éloignés des champs de bataille « officiels ». Mais cela dit, ce type d'exploitation me paraît des plus vils et des plus détestables et me conforte dans mon opinion qu'il est de notre dignité de contribuer à mettre fin à cet univers triste et sordide et de tisser le linceul de ce vieux monde aux allures de maquereau sur le retour, aux idées surannées, aux mœurs légèrement dépravées et décidément cacochyme.

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.

BALLADE DE GIUANNA, LA ROUSSE, PUTAIN DE GUERRE

En tout Arasolè, c'était notoire:
Moi, Giuanna la Rousse,
avant de me marier, je faisais la putain,
c'est-à-dire, à dire la vérité,
pour vivre,
je me prostituais aux riches, ne les faisant payer.

À moi, ça ne me plaisait pas de faire l'amour
Ce qui me plaisait vraiment, c'était de manger.
Messieurs, vous auriez dû voir
La tête du Maréchal
Quand il me voyait nue
Et me faisait sa déclaration d'amour.

Mais moi, je lui disais
« Maréchal, d'abord les sous
Puis, la déclaration d'amour ».
Voilà ce que je lui disais.

Après, je me suis mariée
Avec un cordonnier, Antonio Nebbia,
Pour sa laideur, nommé Mammutone.
C'était le chef des pauvres d'Arasolè,
Ceux aux lèvres blanches,
Il voulait faire la révolution,
Mettre les riches le cul par terre.

Messieurs, mon mari
N'a pas fait la révolution,
Et il n'est devenu
Ni riche, ni pauvre ;
il est seulement mort,
Une guerre l'a tué,
Là-bas, en terre de Russie.

Jamais plus à Arasolè
Nous n'aurons un savetier
Habile comme lui.
Maintenant, par la force des choses,
Je porte encore bien mon âge,
Mes cheveux sont encore roux,
Couleur du cuivre.

Chaque année, la chandelle à la main
Je prie consciencieusement
Pour l'âme de mon mari
Mais aussi pour mes péchés,
Car, depuis vingt ans,
Par la force des choses, de nouveau,
Je fais la putain,
Avec les riches du pays,
Car c'est une misère
La pension de veuve de guerre,
Et ainsi je maintiens en vie
La fille rachitique et malade
Que m'a donnée Antonio Mammutone.

inviata da Marco Valdo M.I. - 18/1/2012 - 16:44



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org