Lingua   

Mère Méditerranéenne

Scritti Corsari
Lingua: Italiano

Lista delle versioni e commenti

Guarda il video

il video di "Mère Méditerranéenne" degli Scritti Corsari



Cerca altri video su Youtube

Ti può interessare anche...

Di ritorno dal campo di Dakhla
(Scritti Corsari)
The lies que vous disiez
(Marco Ongaro)



MacchScriv

Questo testo è nato leggendo un vecchio numero di Carta, diversi anni fa', C'era questo bel gioco di parole in francese tra la “madre mediterranea” ed il “mar mediterraneo”, ne seguirono un po' di appunti, che col tempo sono diventati una canzone. È un tentativo di recuperare il “mare nostrum” ad una funzione meno deteriore, rispetto a quella di chi lo vorrebbe soltanto un invalicabile confine. Una terra di nessuno (che inevitabilmente poi diventa feudo di scafisti e commercianti di vite umane.. i “professionisti del gran balzo”, novelli Caronte -ecco come nascono gli sfasciati "legni”- che traghettano queste anime disperate da una riva all'altra del medesimo inferno).
Ceuta e Melilla sono due enclaves spagnole in terra marocchina, porta (perennemente chiusa) per molti africani che sognano di entrare in Europa.
Infine... “Manòlo” non può essere che quel grande scrittore (e cuoco, e gourmet) di Manuel Vazquez Montalbàn.
C’è un mare nella terra,
mare al centro della terra,
mare bianco, che sta in mezzo.
Non due rive, ma una sola, la nostra.

C’è una marea che nasce,
si rinnova, cresce
in scie che lente lasciano
culture sciogliersi, in sciame come pesci.

Mosse da angosce
ebbre civiltà pasciute
sfoggiano sfarzi, rovesciano le viscere.
Lo solcarono vascelli, ora sfasciati legni.

Moderna filibusta,
professionista del gran balzo,
scippa sogni d’occidente,
naufraghi di un reiterato incidente.

Ti dicono confine,

Mer Méditerranée

Sei madre gentile.

Mère Méditerranéenne

Ceuta e Melilla, sputi
di Spagna in terra di Maghreb.
Da una parte il grande mare
dall’altra un continente spinge per entrare

Pluriverso di suoni
cattura l’attenzione.
Darabukka o tamborra, Guitarron o fisarmonica,
Rebab o mandolino… l’unione si fa nelle banlieues.

Ti dicono confine,

Mer Méditerranée

Sei madre gentile.

Mère Méditerranéenne

Diceva Manòlo:
olive, melanzane, olio…
Mediterraneooooo.

Luogo meticcio,
non per ragione della forza,

ma per forza della ragione.

Senza alcun riguardo
per ogni diversità
di sesso, razza, cultura,
pelle, religione.

inviata da adriana - 31/5/2009 - 16:53



Lingua: Francese

Version française - MER MÉDITERRANÉE – Marco Valdo M.I. – 2009
Chanson italienne – Mer Méditerranée – Scritti Corsari -
Ce texte est né d'un vieux numéro de Carta, d'il y a quelques années. Il y avait ce beau jeu de mots en français entre la « mère Méditerranée » et la « mer Méditerranée »; il s'en suivit quelques notes qui avec le temps sont devenues une chanson. C'est une tentative de récupérer la “mare nostrum” en un état moins détérioré, par rapport à celui qu'on lui voudrait d'infranchissable frontière. Une tere de personne (qui inévitablement ensuite devenue le domaine de passeurs et de commerçants de vies humaines... Les « professionnels du grand saut », nouveaux Charons – voici comment naissent les
débris « de bois » – qui transportent ces âmes désespérées d'une rive à l'autre du même enfer.
Ceuta et Melilla sont deux enclaves espagnoles en terre marocaine, portes (continûment close) pour de nombreux Africains qui rêvent d'entrer en Europe.
Enfin... « Manòlo »ne peut que ce grand écrivain (et cuisinier, et gourmet) de Manuel Vazquez Montalbàn.
MER MÉDITERRANÉE

Il y a une mer dans la terre
Mer au centre de la terre,
Mer blanche, qui se trouve au milieu.
Pas deux rives, mais une seule, la nôtre.

C'est une marée qui naît,
Se renouvelle, grandit
En sillages qui lentement laissent
Les cultures se fondre, en bancs comme les poissons.

Agitées par l'angoisse
D'ivres civilisations florissantes
Étalent des luxes, ruinent leurs viscères,
Des vaisseaux la sillonnèrent, actuels débris de bois.

Flibuste moderne,
Professionnel du grand saut,
Il chipe des songes d'Occident,
Des naufrages d'un accident réitéré.

Ils te disent frontière
Mer Méditerranée
Tu est une mère gentille
Mer Méditerranéenne

Ceuta et Melilla, crachats
D'Espagne en terre du Maghreb.
D'un côté, la grande mer
De l'autre, un continent pousse pour entrer.

Plurivers de sons
Capture l'attention
Darabukka ou tamborra, Guitarron o fisarmonica,
Rebab o mandolino… l’union se fait dans les banlieues.

Ils te disent frontière
Mer Méditerranée
Tu est une mère gentille
Mer Méditerranéenne

Manòlo disait :
Olives, aubergines, huile...
Méditerranéeeeeee.

Lieu métis
Non par la raison de la force
Mais par la force de la raison.

Sans égard aucun
À la diversité
De sexe, de race, de culture,
De peau, de religion.

inviata da Marco Valdo M.I. - 3/8/2009 - 21:55


Intanto grazie per la citazione (è un onore per noi far parte di questa raccolta di canzoni), e per la bella traduzione.
Solo un piccolissimo appunto: il titolo in realtà sarebbe "la madre", non "il mare", quindi: "Mère Méditerranéenne".

Di nuovo grazie, e complimenti per il bellissimo "lavoro" che fate con questo sito..

Samuele (il bassista degli Scritti Corsari, e autore di questo testo)

Samuele - 22/10/2009 - 16:46


Grazie e complimenti a te !!
Ho corretto l'errore

adriana - 22/10/2009 - 17:21


Tout d'abord, un grand remerciement pour le compliment pour la traduction; ça fait plaisir parfois.
Mais enfin, si ma version est bonne, c'est que la chanson est bonne.
Remarquez que je prétends seulement à une version française et pas à une traduction...
Cela dit, pour ce qui est de l' erreur : Mère/mer... Elle était voulue et elle le reste.
Ce n'était pas un errement sans raison.
J'avais un peu profité de la licence poétique du traducteur pour inverser le titre des Scritti Corsari.
Ceci en raison d'un tropisme d'homme de la mer du Nord, qui est - vue d'ici – la « Mer/Mère » et vue d'ici, à 1000 kilomètres, la Méditerranée est un lieu géographique et n'a pas ce rôle de mère qu'elle a assurément pour ses enfants.
Ici par exemple, les « filles du bord de mer(tsoin, tsoin...) » (Adamo) sont blondes et comme disait Brel, « elles dansent sans rien dire... »
Cela dit, il y avait dans le texte de la canzone – version française, une faute de frappe épouvantable que je souhaite corriger dans le passage suivant, qui revient deux fois :

Ils te disent frontière
Mer Méditerranée
Tu es une mère gentille
Mer Méditerranéenne.

Je vous salue bien cordialement

Marco Valdo M.I. et mon ami Lucien l'âne, aussi.

Marco Valdo M.I. - 23/10/2009 - 12:19



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org