Language   

Armageddon

Ugo Mazzei
Language: Italian

List of versions


Related Songs

Le vent nous portera
(Noir Désir)
Fatemi respirare
(Ugo Mazzei)


2012
Adieu Shangri-la

Tropical kiss


Armageddon è un episodio quasi commovente nella sua serenità; la vena ritmica e vocale ricorda Vecchioni, ma quello che spicca è la storia, quella di una coppia in un atollo tropicale vive con passione l’ultimo momento primo di un esperimento nucleare, il tutto cantato con una leggerezza che diventa uno schiaffo alla violenza sottintesa.

Ugo Mazzei, Adieu Shangri-la - Mescalina
Tempesta di sole, esplosione stellare
Variazioni del tempo in un mondo da dimenticare
Spostamento dell'asse terrestre e poi la neve sulla riva del mare
Lo stesso mare dei naviganti, lo stesso mare che fa innamorare

E aria leggera, impalpabile e scura
E non c'è più primavera, ma una coltre bassa di calura
E un flagello di pioggia tagliente e una coperta soffoca l'aurora
Cosa resterà di tanta gente, mentre l'acqua intorno si colora?

E no, non c'è il tempo di scappare, perciò stanotte io ti bacerei
Sopra un atollo tropicale, prima che il vento ci farà volare
No, non è giusto ma è normale, perché baciandoti ti salverò
Soli, in un fremito ormonale, ci scioglieremo in questo armageddon

Voglio dormire per svegliarmi polvere di sale
Nell'alambicco del nulla, in una poltiglia molecolare
Volevo chiedere a un qualunque presidente se qualcosa si poteva fare
Ma non sarebbe poi servito a niente, sarebbe stato un botto elettorale

Nell'imbecillità evidente, due parole si potevan dire
Per non restare sempre indifferenti, che un giorno tutto dovrà pur finire

E no, non c'è il tempo di scappare, perciò stanotte io ti abbraccerò
Appesi alla stella polare, a un ultimo soffio gravitazionale
Ma dopo tutto può servire, perché baciandoti scivolerò
Nella tempesta planetaria, ci scioglieremo in questo armageddon
E no, non c'è il tempo di scappare, perciò stanotte io ti bacerei
Sopra un atollo tropicale, prima che il vento ci farà volare
No, non è giusto ma è normale, perché baciandoti ti salverò
Soli, in un fremito ormonale, ci scioglieremo in questo armageddon
No, non c'è il tempo di scappare, perciò stanotte io ti bacerei
Sopra un atollo tropicale, prima che il vento ci farà volare
No, non è giusto ma è normale, perché baciandoti ti salverò...

Contributed by Alberto Scotti - 2021/2/16 - 18:23



Language: French

Version française – LA FIN – Marco Valdo M.I. – 2021
Chanson italienne – Armageddon – Ugo Mazzei – 2012

Dialogue maïeutique

Mururoa


C’est La Fin, dit Marco Valdo M.I.

La fin, dit Lucien l’âne, la fin de quoi ? Ce n’est quand même pas la fin de tout ?

Rassure-toi, Lucien l’âne mon ami, c’est seulement la fin du monde, chose qui n’est pas la fin de tout. Donc, La Fin est une chanson sur la fin du monde à laquelle – pour ne pas faire dans la grandiloquence – j’ai donné pour la version française ce titre simple. La chanson d’origine, une chanson italienne, porte un titre différent : elle s’intitule Armageddon, un de ces noms abscons en usage chez les prophètes.

Ah oui, dit Lucien l’âne, les prophètes. Il y en a eu beaucoup et pur ce que j’en ai entendu et ce que j’ai vu des conséquences de leurs propos absurdes, ce sont des personnages assez déboussolés et fort dangereux.

En effet, Lucien l’âne mon ami, mais ce n’est pas le sujet de la chanson, qui rapporte le discours de quelqu’une ou quelqu’un qui se trouve sur un atoll tropical et voit éclater une fulmination, une fulguration, une éruption, une explosion gigantesque comme il dut y en avoir à Bikini ou à Mururoa. Tel est le décor.

Et que raconte cette chanson dans ce décor ?, demande Lucien l’âne.

Eh bien, on y revient, dit Marco Valdo M.I. ; je résume : réfugié dans des îles lointaines pur échapper aux errements de la civilisation, le personnage s’adresse à l’autre membre de son couple et propose d’affronter le péril de belle manière avant que d’être emportés enfin.

« Seuls, frémissants, on disparaîtra dans cette fin.
Il n’est plus temps de fuir ; ce soir, on se baisera
Sur un atoll tropical où le vent nous emportera enfin. »


Ah, dit Lucien l’âne, de toute façon, il n’y a pas d’autre issue.

Oui, dit Marco Valdo M.I., comme toujours ans la vie : à la fin, il n’y a pas d’autre issue. Retiré le décor un peu apocalyptique, il n’y a rien d’autre que la plus banale des fins.

Oh, conclut Lucien l’âne, qu’il vente, qu’il pleuve, sous le soleil, sous la lune, de jour, de nuit, le résultat est le même. En plus, pour celui qui est passé, rien ne s’est passé. La pièce est finie, rideau. On ne peut s’accrocher à rien, même pas à l’autre. Finalement, un baiser n’y peut rien, le temps s’en va. D’ailleurs, je me souviens d’une chanson française qui parlait aussi d’un vent qui emportera, intitulé e tout simplement : « Le vent nous portera ». En attendant, tissons le linceul de ce vieux monde vivant, frémissant, tremblant, râlant et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
LA FIN


Tempête solaire, explosion stellaire,
Neige en bord de mer, bascule de la Terre,
Fluctuations du temps d’un monde à oublier,
La mer des marins, la mer d’amour à rêver.

Et l’air léger, maintenant impalpable et sombre,
N’est plus printemps, mais couverture de chaleur.
La pluie s’abat, un linceul blanc couvre l’ombre ;
Et les gens ? Autour d’eux, l’eau change de couleur.

Il n’est plus temps de fuir ; ce soir, on se baisera
Sur un atoll tropical et le vent nous emportera.
Seuls, frémissants, dans cette fin, on disparaîtra.
Injuste, mais bien, car se baiser nous sauvera.

Dormir et se réveiller poussière de sel
Dans l’alambic du néant, bouillie moléculaire.
Demander au président ce qu’il peut y faire
Ne sert à rien, c’est une bulle dans le ciel.

Dans l’imbécillité ambiante, dire l’essentiel ;
Ne pas rester indifférents, un jour tout ça finira.
Il n’est plus temps de fuir ; ce soir, on se baisera
Accrochés à l’étoile polaire, au souffle gravitationnel.

Après, tout pourrira ; embrassés, on glissera
Dans la tempête planétaire, on s’enfoncera dans cette fin.
Il n’est plus temps de fuir ; ce soir, on se baisera
Sur un atoll tropical où le vent nous emportera enfin.

Injuste, mais bien, car se baiser nous sauvera.
Seuls, frémissants, on disparaîtra dans cette fin.
Il n’est plus temps de fuir ; ce soir, on se baisera
Sur un atoll tropical où le vent nous emportera enfin.
Injuste, mais bien, car se baiser nous sauvera.

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2021/2/19 - 12:16



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org