Language   

Der Schandfleck

Die Toten Hosen
Language: German

List of versions


Related Songs

Europa
(Die Toten Hosen)
Funky fobico
(Psicantria)
Dammi un bacio
(Nomadi)


1984
Unter falscher Flagge
Unter falscher Flagge
Ein Kranker reicht Dir seine Hand,
und Du siehst ihn nicht einmal an.
Er ist sogar mit Dir verwandt,
angeekelt denkst Du daran.

Hinter vielen Mauern, hinter Gittern,
durch das Tor kann er allein nicht gehen.
Du hoffst er schafft es nie wieder zurück,
aus den Augen, aus dem Sinn.

Er ist schizophren und deshalb nie allein,
warum solltest Du zu ihm gehn.
Er bewegt sich link und hat ein lahmes Bein,
die Familie möchte das nicht sehen.

Hinter vielen Mauern, hinter Gittern,
durch das Tor kann er allein nicht gehen.
Du hoffst er schafft es nie wieder zurück,
aus den Augen, aus dem Sinn.

Du kannst so schön lachen, es fällt Dir nicht schwer.
Deine Mitmenschen haben Dich gern.
Deinen Schandfleck hast du prima versteckt;
es geht ihm gut, er soll sich nicht beschweren.

Hinter vielen Mauern, hinter Gittern,
durch das Tor kann er allein nicht gehen.
Du hoffst er schafft es nie wieder zurück,
aus den Augen, aus dem Sinn.

Contributed by Dq82 - 2020/1/4 - 12:47




Language: Italian

Traduzione italiana / Italienische Übersetzung / Italian translation / Traduction allemande / Italiankielinen käännös:
Riccardo Venturi, 05-01-2020 05:50
VERGOGNA [1]

Un malato ti tende la mano,
e tu non lo guardi nemmeno.
Eppure è addirittura tuo parente,
e ci pensi con disgusto.

Dietro tanti muri, tante inferriate,
da solo non può passare il portone.
Speri che non ce la farà mai a tornare,
lontan dagli occhi, lontan dal cuore.

È schizofrenico, quindi non è mai da solo,
perché mai dovresti andare a trovarlo?
Cammina sbilenco e è zoppo da una gamba,
alla famiglia non piace vederlo.

Dietro tanti muri, tante inferriate,
da solo non può passare il portone.
Speri che non ce la farà mai a tornare,
lontan dagli occhi, lontan dal cuore.

Sei un bel ridanciano, non ti riesce difficile.
I tuoi simili ti trovano gradevole.
La tua vergogna l'hai nascosta benissimo:
lui sta bene e non deve lamentarsi.

Dietro tanti muri, tante inferriate,
da solo non può passare il portone.
Speri che non ce la farà mai a tornare,
lontan dagli occhi, lontan dal cuore.
[1] "Schandfleck" è propriamente: macchia di vergogna, marchio d'infamia, onta. Ma, idiomaticamente, significa anche: "cazzotto in un occhio".

2020/1/5 - 05:51




Language: Finnish

Traduzione finlandese / Finnish translation / Traduction finnoise / Finnische Übersetzung / Suomennos: Juha Rämö

https://i.pinimg.com/736x/f7/3d/bf/f73...
HÄPEÄTAHRA

Sairas ojentaa sinulle kätensä
etkä edes katso häneen päin.
Hän on jopa sukua sinulle
niin vastenmieliseltä kuin se tuntuukin.

Monien muurien ja kaltereiden takana,
oven, jonka kautta hän ei voi yksin kulkea.
Toivot, ettei hän koskaan enää palaa.
Pois silmistä, pois mielestä.

Skitsofreniansa vuoksi hän ei koskaan ole yksin.
Miksi sinun siis pitäisi mennä hänen luokseen.
Hän ontuu vasenta jalkaansa, joka on rampa.
Perhe ei halua nähdä sitä.

Monien muurien ja kaltereiden takana,
oven, jonka kautta hän ei voi yksin kulkea.
Toivot, ettei hän koskaan enää palaa.
Pois silmistä, pois mielestä.

Sinä naurat niin kauniisti, se on sinulle helppoa.
Läheisesi pitävät sinusta.
Olet piilottanut häpeätahrasi oikein hienosti.
Hänen asiansa ovat hyvin, hänellä ei ole valittamista.

Monien muurien ja kaltereiden takana,
oven, jonka kautta hän ei voi yksin kulkea.
Toivot, ettei hän koskaan enää palaa.
Pois silmistä, pois mielestä.

Contributed by Juha Rämö - 2020/1/11 - 09:35




Language: French

Version française – LA TARE – Marco Valdo M.I. – 2020
d’après la traduction italienne de Riccardo Venturi – VERGOGNA – 2020
d’une
Chanson allemande – Der Schandfleck – Die Toten Hosen – 1984



Dialogue Maïeutique

Salle commune d'un asile de Paris 1887  Edouard-Jean Dambourgez


Depuis le temps, Lucien l’âne mon ami, où tu cours le monde et où tu entends des chansons, tu as pu reconnaître cette capacité de la chanson à s’intéresser à mille et mille choses, à sa manière certes parfois déroutante, mais aussi très profonde, très émouvante.

C’est ça, dit Lucien l’âne, exactement ça qui donne souvent à la chanson son intérêt ; c’est sa manière de mettre en émoi l’émotion. Il est rare qu’elle fasse un discours – sauf pour rire ou faire rire ou ironiser ; il est rare et il est également catastrophique – pour elle et pour ses auditeurs – qu’elle se complaise dans un ronflement pompeux. Par ailleurs, je pense qu’il est à peu près inutile de préciser outre mesure qu’il existe des chansons idiotes, débiles, tonitruantes et sans autre intérêt que de s’assurer un public du même tonneau. De celles-là, il n’y a pas plus à en dire, sauf qu’elles sont les plus nombreuses et les plus répandues. Mais peu importe, je m’égare, je m’emporte ! Pourquoi donc m’as-tu engagé dans une telle réflexion ?

Oh, Lucien ‘âne mon ami, tout simplement, car la chanson dont je vais t’entretenir s’intéresse à un sujet rare, mais qui touche aux fondements de notre humanité, je veux dire à notre nature d’être vivant. Sans doute, as-tu connaissance que certains hommes (femmes, enfants, vieux, jeunes… bref, de tous les genres, de tous les âges) sont – du simple fait qu’ils sont vivants – sujets à des troubles, des déficiences et de maladies psychiques, neurologiques ou mentales ; certains d’entre eux sont en outre atteints de séquelles physiques. On les nomme de différentes façons : fou, débile, handicapé, délirant et d’encore bien d’autres manières. Face à ces humains, les comportements de leurs congénères – y compris de leurs familiers – peuvent être très variables. Cela va de l’acceptation de cette différence considérée (dès lors) comme une dimension particulière, d’un caractère de l’être et cette acceptation entraîne concomitamment un comportement de compréhension, de solidarité et d’aide jusqu’à des manifestations ouvertes ou dissimulées de refus et de rejet. C’est de ce refus, de ce rejet que traite la chanson.

Oui, oui, dit Lucien l’âne, ça me fait penser à notre amie Atalante et aux troubles qu’elle endure et qu’elle répercute à son entourage. Cependant, même si c’est très dur parfois pour ceux qui vivent auprès d’elle, il faut bien penser que ce doit encore être beaucoup plus dur pour elle qui ne peut même pas en dire un mot. Mais enfin, on ne la laisse pas tomber, on ne la range pas dans une oubliette. Elle fait partie de la famille, elle fait partie de la tribu, elle fait partie du monde vivant. Elle est une part de la vie.

Oh, je sais cela aussi, reprend Marco Valdo M.I., mais ce n’est pas le sujet de la chanson, laquelle évoque une situation tout opposée : celle d’un être – affaibli, troublé – qui, en raison de ses troubles, est enfermé, mis à l’écart de la société et même, ostracisé par ses familiers. Elle dit, la chanson, que ces proches s’empressent de l’oublier dans son lieu de retrait. Sa famille le considère comme une tare – d’où le titre de la chanson – qu’il convient de camoufler, de faire disparaître. Avec une douce ironie, la chanson conclut :

« Pour lui, ça va bien ; il ne peut pas se plaindre.
Derrière des barreaux et des murs si épais,
Il ne peut pas s’en aller à l’extérieur.
Vous, vous espérez qu’il ne reviendra jamais,
Loin des yeux, loin du cœur. »


En quelque sorte, suggère Lucien l’âne, ils ne le tuent pas vraiment, ils l’enterrent vivant. Et moi, j’en ai vu, j’en ai rencontré souvent de ceux qu’on laissait ainsi au bord de la route sans se soucier de ce qu’ils deviennent, ni de ce qu’ils peuvent penser ou ressentir. Oh, tissons, Marco Valdo M.I. mon ami, le linceul de ce vieux monde méprisant, méprisable, stupide, médiocre, immoral, imbu et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
LA TARE

Un homme malade vous tend la main,
Et vous le regardez de loin.
Il est cependant apparenté à vous,
Et vous y pensez avec dégoût.

Derrière des barreaux et des murs si épais,
Il ne peut pas s’en aller à l’extérieur.
Vous, vous espérez qu’il ne reviendra jamais,
Loin des yeux, loin du cœur.

Il n’est jamais seul puisqu’il est schizophrène,
Pourquoi iriez-vous le voir ?
Il penche à gauche et boite d’une jambe,
La famille ne veut pas le revoir.

Derrière des barreaux et des murs si épais,
Il ne peut pas s’en aller à l’extérieur.
Vous, vous espérez qu’il ne reviendra jamais,
Loin des yeux, loin du cœur.

Vous pouvez rire, votre vie n’est pas difficile,
Vous êtes apprécié de vos semblables.
Vous avez fort bien dissimulé votre tare.
Pour lui, ça va bien ; il ne peut pas se plaindre.

Derrière des barreaux et des murs si épais,
Il ne peut pas s’en aller à l’extérieur.
Vous, vous espérez qu’il ne reviendra jamais,
Loin des yeux, loin du cœur.

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2020/1/11 - 18:47



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org